La minicarte SolidRun HummingBoard lancée à 45$

Minuscule, de la taille d’une carte de crédit, la SolidRun HummingBoard est déclinée en 3 versions à partir de 45$ et exploitant toutes les 3 un processeur ARM. Conçues pour embarquer des solutions variées, elles sont compatibles Linux et adaptables à des solutions particulières type XBMC.

45$, c’est le prix de la version “basique” de la carte, elle embarque tout de même des composants assez performants sur une base de processeur Freescale i.MX6 Solo, un ARM Cortex-A9 simple coeur, cadencé à 1 GHz avec 512 Ko de mémoire cache et associé à un chipset graphique Vivante GC880. Cette version entrée de gamme de la HummingBoard embarque 512Mo de mémoire vive et un lecteur de cartes MicroSDHC pour le stockage.

SolidRun hummingboard

Un module Fast Ethernet autonome est intégré ainsi que 2 ports USB 2.0, une sortie HDMI (CEC) et un port S/PDIF coaxial séparé ainsi qu’une série de pins programmables (UART, 8 GPIO, SPI avec 2 CS, I2C ). La carte permet d’alimenter des composants externes via ses ports USB, un détail intéressant pour bien des constructions puisque beaucoup rencontrent des problèmes à ce niveau avec les RasPi. Enfin une sortie LVD est disponible pour intégrer facilement un écran à la solution.

SolidRun hummingboard

Une seconde version, la HummingBoard-i2 proposée à 75$, augmente un peu les performances de l’engin avec cette fois-ci un i.MX6 double coeur à 1.2 GHz toujours chez Freescale et toujours en Cortex-A9 mais associé à une puce graphique plus rapide avec le Vivante GC2000 et 1 Go de mémoire vive.

SolidRun hummingboard

Enfin, la troisième version baptisée HummingBoard-i2eX proposée à 99.99$ garde cette même puce mais passe à l’Ethernet Gigabit (Limité par la puce ARM à 470 Mbps toutefois), rajoute 2 ports USB 2.0 supplémentaires sur la carte, un connecteur PCI Express, un port mSATA, un récepteur infrarouge et même une entrée micro.

Malins, les développeurs se sont basés sur le design de la Raspberry Pi pour concevoir la HummingBoard; de ce fait elle peut s’intégrer facilement aux nombreux châssis existants déjà pour la carte de la fondation. Encore plus malins, les concepteurs de la carte ont décidé de monter le “coeur” de la machine sur une carte propriétaire : Le processeur et la mémoire vive sont intégrés à une mini carte fille qui vient s’intégrer à la HummingBoard elle même. De ce fait on peut changer de processeur et profiter d’une solution plus performante dans la durée. Une option intelligente qui permettra aux propriétaires d’évoluer mais également à SolidRun de sauter sur l’occasion si un processeur ARM plus performant et bien documenté apparaît sur le marché.

SolidRun hummingboard
Lancée sur les traces de la Raspberry Pi, la carte de SolidRun tente de fonctionner de la même manière et de monter une communauté des développeurs prenant en compte ses capacités. C’est peut être là que la machine rencontrera ses faiblesses, il est évident que cette communauté sera, à ses débuts, plus faible que celle de la Raspberry Pi. Si la sauce prend, la série de carte de SolidRun sera un très bon investissement à l’avenir même pour un néophyte, sinon il vaut mieux laisser les plus experts et dégourdis en programmation essuyer les plâtres et commencer à travailler cette carte au coeur avant de s’y intéresser.

Le site de SolidRun

Les schémas techniques de la HummingBoard

Merci à tous ceux qui m’ont relayé l’info de la sortie de la carte et à Stealth22 en pariculier.

11 commentaires sur ce sujet.
  • 4 juillet 2014 - 9 h 52 min

    […] Minuscule, de la taille d'une carte de crédit, la SolidRun HummingBoard est déclinée en 3 versions à partir de 45$  […]

  • Ed
    4 juillet 2014 - 9 h 58 min

    Bonjour,

    quelqu’un aurait des retours sur la partie graphique Vivante sous Linux? J’avais eu une carte de ce type et c’etait pas du tout utilisable.

    Répondre
  • 4 juillet 2014 - 10 h 39 min

    Le tarif est pas mal mais je ne vois pas assez de différences avec la Pi : il faudrait par exemple le double de RAM. Ensuite, plus cher il y a bien mieux (les Beagle Bone par exemple).

    Le marché est difficile et le RASP bénéficie de plusieurs années de travail de la communauté, de magazines, de cartes adaptées, de savoir. C’est difficile de trouver la motivation de repartir sur quelque chose de nouveau si le nouveau est presque au même niveau que l’ancien : une rupture technologique franche en vaut la peine, sinon…

    Dans tous les cas merci Pierre pour cette veille.

    Répondre
  • Yrt
    4 juillet 2014 - 10 h 46 min

    “cadencé à 1 GHz avec 512 Mo de mémoire cache”

    512 Ko ;)

    Répondre
  • 4 juillet 2014 - 10 h 59 min

    @Yrt: Oui, pardon :p

    @NonNon: C’est tout le soucis pour la concurrence. Personne ne croyait à la Raspi ce qui lui a donné une bonne longueur d’avance au final.

    Répondre
  • 4 juillet 2014 - 11 h 03 min

    Oui Pierre, enfin non… L’avantage du Rasp c’est d’avoir été là au bon moment, “après” c’est trop tard. Ce n’est pas une question de “croire”, ce sont les consommateurs qui décident. Le projet d’Arduino ou de Rasp, c’est pas le business, c’est l’éducation. Le moteur ce n’est pas “croire”.

    Répondre
  • 4 juillet 2014 - 11 h 05 min

    Il ne semble pas y avoir de différence sur le proc et le gpu avec la gamme cubox??
    Si on regarde les deux version en i2eX, on perd le boitier, le port esata, l’option wifi interne et on gagne le port mSATA, USB interne, carte UHS-1, LVDS (même si je sais pas ce que c’est ^^) et surtout la possibilité de faire évolué le couple cpu/gpu
    De plus sur la HummingBoard-i2eX le port IR ne sera pas visible dans un boitier de raspberry pi. Faudra donc jouer de la perceuse pour que ca rentre.
    J’avoue que l’intégration un disque mSATA est une excellente idée qui permettra de s’affranchir des mettre l’OS sur la carte SD
    Après 130$ (avec alim et frais de ports) ça reste élevé surtout face à des solutions a base de celeron N

    Répondre
  • 4 juillet 2014 - 11 h 51 min

    @NonNon: Ceux qui n’y ont pas cru ce sont les concurrents, pas les particuliers. Les concurrents et la presse à part 2 ou 3 exceptions.

    Il y avait moyen de faire l’équivalent voire mieux que la Raspberry Pi pour le même prix pour un industriel mais pas de payer des troupes d’ingénieurs équivalente à al communauté derrière ce qui a définitivement fermé la porte à une concurrence.

    @bebertjack: Le LVDS c’est le standard des nappes souples des écrans de portables par exemple.

    Répondre
  • 4 juillet 2014 - 12 h 10 min
  • 4 juillet 2014 - 14 h 30 min

    @hebert: où la trouve-t-on ? À quel prix ?

    Les cartes filles I2S de la RaspBerry (DAC en particulier) sont-elles compatibles avec la Banana ?

    Je recherche une remplaçante à ma Cubie1 (avec un port sata donc) qui manque de ressources pour l’encodage à la volée en mp3 (serveur mpd via httpd) …

    Répondre
  • 26 novembre 2014 - 13 h 18 min

    […] longtemps privilégiée par Solidrun qui l’employait déjà dans d’autres solutions comme la  HummingBoard. Un choix qui s’explique aussi apr la présence d’un très bon chipset graphique pour […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *