Mediatek Sensio : Un capteur biométrique pour smartphone

Le Mediatek Sensio est une nouvelle branche d’activités pour la marque qui fabrique d’habitude des solutions ARM classiques. Il s’agit d’un capteur biométrique aux multiples usages.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

Mediatek est dans la même situation que beaucoup d’autres fabricants de solutions ARM pour tablettes ou smartphones. Face à une terrible concurrence sur ce marché, elle cherche des solutions alternatives. Le Sensio en est une.

Mediatek Sensio

Le Mediatek Sensio MT6381 devrait être disponible en 2018. Il s’agit d’un module optionnel pour smartphones – ou tout autre appareil – qui ne mesure que 6.8 mm de long pour 4.9 mm de large et 1 mm d’épaisseur. Il pourra donc être intégré relativement facilement sur une carte mère. Ce petit module embarque un système de LEDs colorées et infrarouges permettant de mesurer divers mécanismes biologiques. Mediatek décrit son Sensio comme un composant biométrique “6-en-1” pour smartphones.

Mediatek Sensio

Accompagné du logiciel correspondant, la solution peut en effet mesurer pas mal de choses. La fréquence cardiaque pour commencer et évidemment, les variations de celle-ci. Mais aussi la pression sanguine, la saturation sanguine en oxygène (Peripheral Oxygen Saturation), l’activité électrique de votre coeur et la variation du volume sanguin.

Mediatek Sensio

Le fonctionnemlent est assez simple puisqu’il suffit de poser son doigt sur le capteur pendant une minute pour que Sensio fasse le travail d’analyse et vous donne un résultat.

Et ça me fait très peur.

Outre l’idée de fournir d’une manière ou d’une autre ce genre de data qui pourra être repiqué par des services tiers (assurance, banque, autres), cette technologie change totalement la posture d’emploi du dispositif.

Minimachines

Lorsqu’une montre ou un bracelet vous annonce un rythme cardiaque en continu, c’est pris pour ce que c’est : Une mesure gadget. On sait qu’une montre Android Wear, par exemple, va proposer une fréquence cardiaque “à peu près” correcte. A vrai dire, ce n’est pas très grave, on n’est pas dans une mesure médicale mais sportive. Et la nuance est grande.

En demandant un geste précis comme poser son doigt en attente d’une analyse de la part d’un lecteur dont c’est la fonctions spécialisée, vos données biométriques changent de statut. On passe du contrôle sportif témoin et on entre dans l’auto médication.

2017-12-15 13_07_00-minimachines.net

Quand je vois les difficultés qu’ont les appareils professionnels à mesurer un rythme cardiaque correct chez certaines personnes, imaginer se fier à ce type de capteur me parait compliqué. Mais même en imaginant que les résultats ne soient pas trop mauvais, le fait de s’auto analyser peut avoir des conséquences très néfastes pour la santé de certains patients. Il ne s’agit pas de déterminer une glycémie par exemple, mais de vérifier que son rythme cardiaque est correct. Certains hypocondriaques vont faire des malaises avec ce type d’outils.

J’espère franchement que les intégration de Sensio seront faites avec les pincettes d’usage concernant leur exactitude et des reserves quant à la nécessité d’être suivi en cas de problèmes cardiaques ou autre. J’ai bien peur que mes espoirs soient de toutes façons piétinés très rapidement par l’appétit de certains concernant ce type d’outil. Pas des consommateurs mais plutôt celui d’un certain esprit “start up pour senior” qui a bien compris qu’il y avait un filon à refourguer de la technologie santé à tout va, sans se préoccuper ni de la qualité des données recueillies ni de l’effet désatreux que ces mauvais résultats pourraient avoir sur la santé de patients.

4 commentaires sur ce sujet.
  • 15 décembre 2017 - 19 h 55 min

    Ce n’est pas la qualité de la mesure qui me fait peur moi.
    C’est la transmission de telles données à l’extérieur pour revente.
    Car je doute que l’équation économique du fournisseur de cet engin ignore cette <>.
    Db

    Répondre
  • PJL
    15 décembre 2017 - 20 h 51 min

    Je suis comme gaduc. C’est la transmission des données qui me fait peur.

    Pour le reste, on trouve déjà tout ce qu’il faut dans le commerce, tensiomètre, appareil pour faire des électrocadiogrammes, de quoi mesurer le taux d’oxygène dans le sang. Tous ces appareils ont déjà été vendu chez Lidl par exemple. C’est donc du grand très grand public.

    Après, il faut savoir que quand on a des problèmes cardiaques, on a parfois des alertes et on aimerait bien se faire un premier autodiagnostic avant de décider s’il faut aller aux urgences ou appeler une ambulance.

    Pour la précision, vu qu’il faut 3 doigts sur 2 mains pour mesurer, ça ne devrait pas être trop mauvais pour l’électrocardiogramme, examen le plus sensible.

    Répondre
  • 16 décembre 2017 - 9 h 45 min

    Je suis surtout curieux de voir si on peut vraiment avoir un ECG exploitable ou si l’on se retrouve juste avec une onde de pouls. A quand le cardiologue numérique ^^ ?

    Répondre
  • 16 décembre 2017 - 13 h 28 min

    Je te rassure Pierre, pour un temps encore cela reste du gadget.

    Les artefacts propres à ce type de capteur tout en un seront majeurs.

    En effet sur une surface d’échantillonnage aussi faible, les mesures seront simplement fausses.

    Pour commencer l’activité électrique du coeur sans électrodes : du pipeau.

    Le volume d’air dans un organe : du fifre.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *