Lenovo va t-il fabriquer ses propres processeurs ARM ?

Lenovo va t-il fabriquer ses propres processeurs ARM ?

Ce n’est qu’une rumeur pour le moment mais le constructeur Chinois pourrait bien s’intéresser à sa propre licence ARM pour fabriquer les puces de ses tablettes et smartphones. Difficile de savoir si ce genre d’investissement est viable ou non et quelles économies seront faites par le fabricant pour le moment.

Lenovo est un gros intégrateur de puces ARM, notamment sur les marchés asiatiques où il distribue beaucoup de terminaux. La tentation de ne plus dépendre d’un fournisseur de puces est donc fortement présente pour la marque qui utilise les puces de plusieurs marques : Intel, Qualcomm, Mediatek et Samsung.

Lenovo A3000

Lenovo n’est pas la première marque qui aurait des velléités de s’intéresser à la conception de ses propres puces, on a vu plusieurs autres constructeurs s’intéresser à cette option. Reste que cette intention a toujours un intérêt très contrasté sur le marché. Dans les points positifs elle permet en théorie de disposer d’un processeur à un prix parfaitement maîtrisé et planifié pour le constructeur. Cela offre en outre la possibilité d’intégrer des technologies sur mesures et uniques sur le marché..

Dans la liste des points négatifs on retrouve par contre beaucoup d’éléments : Fabriquer sa propre puce n’est pas l’assurance d’un prix défiant toute concurrence sur le marché. Concevoir, fondre et assembler un processeur n’est pas gratuit et pour atteindre certaines technologie, en particulier de finesse de gravure, les places sont chères. Les listes de clients des principaux fondeurs du marché sont longues et les calendriers réservés. Cela veut souvent dire que par rapport à certains clients établis sur ce marché, les nouveaux venus, aussi gros soient t-ils, ne seront pas avantagés.

Cela veut dire ensuite qu’il va falloir proposer une technologie différente, si il ne sa’agit que de copier la technologie sous Licence ARM de base, il n’est pas forcément opportun de choisir ce développement interne. D’un autre côté, proposer une solution propre, avec des technologies uniques, nécessite d’assurer un marketing important pour expliquer la différence entre les puces. Un marketing qui coûte cher aux marques leader comme Nvidia, Qualcomm ou Samsung.

EE Times qui annonce cette info, explique que l’équipe d’ingénieurs de Lenovo en charge de l’intégration de processeurs pourrait passe r de 10 personnes à une centaines d’ici la moitié de l’année. Cela ne laisse pas d’idée de calendrier précis mais si cette information est confirmée, cela montrerait la volonté de la marque de contrôler de plus en plus l’ensemble de son développement à la manière de Samsung.

Source : Liliputing

17 commentaires sur ce sujet.
  • 1 avril 2013 - 15 h 03 min

    Lenovo appartient pas a IBM ??? Il me semblait que si pourtant !

    Répondre
  • Gab
    1 avril 2013 - 15 h 43 min

    @jujudk: C’est plutot Lenovo qui a racheté la division « PC » d’IBM.
    TI est sorti du marché des puces pour smartphone récemment. La situation de STM avec ericson est pas très bonne…
    La concurrence est très rude, avec Rockchip et Mediatek proposant des puces « low cost », et Qualcomm, Nvidia et Samsung proposant les puces les plus performantes. Huawei est aussi présent. Déjà qu’il y a des doutes concernant Nvidia… se lancer sur le marché me parait très compliqué.
    En plus, Intel commence à proposer des puces x86 compétitives sur le marché de la mobilité.
    J’ai du donc du mal à croire qu’il y aura de la place pour tout le monde, et notamment pour Lenovo. C’est un marché ultra compétitif et il y a déjà pas mal d’acteurs chinois (Rockchip, Huawei, et mediatek qui est de Taiwan). Et si on se contente de sortir des puces « standards » avec 6 mois de retard, on en cantonné au « low cost », avec donc le risque de perdre de l’argent.

    Répondre
  • Gab
    1 avril 2013 - 15 h 48 min

    @Gab: Et j’avais oublié « Allwinner » dans les fabricants de puces ARM low cost !
    Bref, il y a du monde.

    Répondre
  • 1 avril 2013 - 21 h 52 min

    c’est un poisson arm ?

    Répondre
  • 1 avril 2013 - 21 h 57 min

    Pas mal le poisson Pierre… ;)

    Répondre
  • 2 avril 2013 - 10 h 05 min
  • 2 avril 2013 - 10 h 09 min

    @Skwaloo: Faut juste reposer un peu les pieds sur terre et regarder de quoi on parle en terme d’usages tout de même.

    Répondre
  • 2 avril 2013 - 10 h 22 min

    @Pierre Lecourt: justement, ce dont on parle c’est de SoC. Mais pas des usages avec les incompatibilités des x86 sous Android, le + gros marché.

    Répondre
  • 2 avril 2013 - 10 h 33 min

    @Skwaloo: Ce que je veux dire c’est qu’un x86 Core i3 et un ARM même Cortex A15 ne sont pas du tout dans la même gamme d’usage… Ça me parait juste délirant de les comparer.

    Répondre
  • 2 avril 2013 - 11 h 10 min

    @Pierre Lecourt: en terme d’offre logiciel, c’est sûr. Mais il ne faut pas perdre de vue que pour un certain nombre de personnes ce qu’on trouve déjà sur Android suffit à couvrir leurs usages. Le gros du marché n’est pas les « power users ». Et pour 38,2% de ceux qui ont une tablette trouve que c’est + rapide que leur ordi portable. http://www.tablette-tactile.net/etudes/tablette-usage-458-sont-des-utilisatrices-582-lutilisent-2-fois-par-jour-137995/
    Sachant qu’un i3-3229Y doit être du même ordre de rapidité que du haut de gamme ARM, consomme + et coûte à lui seul le prix d’une tablette haute définition alors les ARM vont de + en + empiéter sur les ordi. Avec les Cortex-A15 qui peuvent avoir 4Go de RAM les développeurs auront + de possibilités de nous faire des appli « sérieuses » (voir avec Ubuntu ou Fedora il y a déjà pas mal de chose puisque c’est 20 000 appli et libraires dispo sur ARM). Alors la comparaison n’est pas délirante, même Phoronix la fait.

    Répondre
  • 2 avril 2013 - 11 h 27 min

    @Skwaloo: Je ne crois pas du tout que les gens qui auront une tablette vont laisser tomber leur PC… Empiéter n’est pas le bon mot, remplacer non plus, compléter peut être plus. enfin c’est mon avis.

    Répondre
  • 2 avril 2013 - 15 h 23 min
  • 2 avril 2013 - 16 h 00 min

    @Skwaloo: C’est la même étude que plus haut, étude fournie par un opérateur de tel qui veut vendre de la 3G dans les tablettes.

    Ca n’empêche pas que le jour ou les gens qui ont une tablette jetteront leur PC n’est pas arrivé. Et c’est pas parce que des médias le répètent en boucle que cela sera le cas. J’avais le même scepticisme quand ces mêmes médias annonçaient la mort du portable au profit des netbooks en 2009 lorsque les analystes calculaient 145 000 000 de netbooks vendus en 2013 :)

    Les outils sont complémentaires et croire que la tablette pourra remplacer le PC c’est aussi illusoire que croire que la moto pourra remplacer la voiture, pas les mêmes usages.

    Répondre
  • 2 avril 2013 - 22 h 29 min

    @Pierre Lecourt: « Ca n’empêche pas que le jour ou les gens qui ont une tablette jetteront leur PC n’est pas arrivé. » j’ai pourtant fait ça il y a un an déjà !

    Ce que je trouve important dans cette étude c’est que 38,2% trouve leur tablette + rapide qu’un ordi portable.

    La mort du portable ne s’est pas produite grâce aux complot du couple Wintel qui ont fait stagner les netbook pour ne pas tuer une catégorie à + forte marges. Et la catégorie netbook s’est mutée en tablette (du coup, le chiffre annoncé ne devrait pas être loin de la vérité…).

    Tu sais très bien qu’une tablette peu servir d’unité centrale parce qu’on peut branché à un écran comme un ordi, un clavier comme un ordi, une souris comme un ordi, connecter en USB du stockage comme un ordi. Principalement, il ne manque que l’impression + du logiciel spécifique suivant les domaines spécifiques qu’on veut aborder. Ça viendra assurément, il y a déjà des appli qui n’avaient vraiment de sens que sur les gros ordi quand les tab étaient peu puissante comme NativeBOINC. Ça fait du calcul BOINC. Depuis fin novembre que je l’utilise, j’ai fait + de calcul que 2 millions de gros ordi. Et là, il sort du smartphone 2 fois + rapide…

    Répondre
  • 2 avril 2013 - 23 h 22 min

    @Skwaloo: Oh j’ai bien l’impression que 99% des PME et des particuliers vont faire de même, demain.

    Bien sur que c’est plus rapide au démarrage qu’un portable. Mais colle 2 personnes cote à cote et demande leur de produire un texte de 2 pages, avec clavier et souris pour chaque, et un mise en forme évoluée. Tu verras que pour le moment le PC s’en sort mieux.

    Plus rapide, c’est vrai, plus lent c’est vrai aussi. Les 2 objets se complètent parfaitement et c’est tout ce qui fait leur charme.

    Maintenant si tu me dit que tu n’as plus de PC chez toi, super. Pour ma part j trouve cette attitude quelque peu « extremiste » pour le moment. La tablette ne dispose pas d’un portefeuille d’applications suffisant. Je pense juste que tu te compliques la vie perso. Les 2 vivent très bien ensemble.

    Répondre
  • 3 avril 2013 - 12 h 00 min

    Pour les mises en page évoluées ce n’est qu’une question logiciel, pas puissance CPU. Maintenant qu’il y a du 2Go de RAM, bientôt 4, il y a peut bien le portage d’OpenOffice qui va se finaliser. Je pense que trop rare sont ceux qui n’ont plus d’ordi pour qu’il se dépèche à finaliser.

    C’est actuellement un peu « extremiste » de ne plus avoir d’ordi, mais c’est surtout une question d’habitudes. Quand Dell à sorti il y a env. 3 ans son smartphone Streak en 5″ plein d’articles parlaient du ridicule de téléphoner avec un tel aussi grand ! Aujourd’hui le marché est mûr pour ça et ça se vend par millons.

    Pour la logithèque, « chaque jour » de nouveaux ou des améliorations couvrent un peu + de domaines.
    On peut aller sur Internet, utiliser les réseaux sociaux et Chat, voir des vidéos. Là sont couvert les besoins de beaucoup de personnes. Si tu rajoutes du jeux, du Torrent, un peu de retouche photo et montage film, musique alors ça couvre les besoins de bien + de personnes. Bien sûr que celui qui à réellement de Photoshop ne peut pas encore se contenter d’une tab.
    Mais maintenant il y a même des mastodontes comme IBM (au travers de Linaro) ou encore Oracle qui font du code sur ARM. Ça progresse, ça progresse…

    Répondre
  • 3 avril 2013 - 20 h 02 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *