Intel MinnowBoard, une Raspberry Pi x86 ?

Si vous ne comprenez pas un traître mot à ce titre il y a peu de chance que ce billet vous intéresse au prime abord. dans le sens ou cette Intel MinnowBoard ne risque pas de venir occuper vos longues soirées d’hiver. Et pourtant cette petite carte est intéressante car c’est la première à être documentée intégralement sous licence Creative Commons avec un processeur Intel x86.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

Difficile de savoir ce qui a motivé Intel de s’associer à CircuitCo Electronics, un spécialiste du développement de materiel Open source pour concevoir la MinnowBoard. Est-ce l’improbable succès planétaire de la Raspberry Pi qui a motivé la marque où le projet est t-il plus ancien ? Difficile de savoir mais la petite carte mère est la première a être à la fois x86 et totalement documentée.

Elle vous coûtera 199$ ce qui n’est pas du tout le même facteur de prix qu’une Raspberry Pi qui se négocie aujourd’hui pour moins de 40€. C’est même plus cher que certaines solutions x86 standard plus puissantes disponibles sur le marché mais à la grande différence de celles-ci, la carte MinnowBoard est totalement documentée. Elle est composée d’un Intel Atom E640, un processeur gravé en 45 nano monocoeur cadencé à 1 GHz mais double thread, il s’agit d’une puce assez ancienne dans la gamme d’Intel, lancée en 2010, elle fonctionne en 32 bits et ne dispose que de 512 Ko de mémoire cache. Ce petit processeur sera couplé à 1 Go de mémoire vive de type DDR2 et le circuit graphique est un GMA 600.

Intel MinnowBoard

Le tout est contrôlé par un Intel EG20T qui offre à l’engin une ligne PCI Express, un port HDMI, un port Gigabit Ethernet, deux ports USB, un port SATA2, un lecteur microSDHC et un duo d’entrée et sortie audio standard. Le tout fonctionne sous Linux avec une distribution spécifique baptisée Angstrom.

Intel MinnowBoard

Là où ça devient intéressant, là où la carte MinnowBoard se démarque, c’est parce qu’elle va être documentée. Totalement et entièrement documentée sous licence Creative Commons. N’importe qui pourra donc se documenter à son sujet en détail mais la carte pourra également être dupliquée et modifiée par qui le désire. Ce n’est certes pas une première dans le monde ARM mais c’est un début chez Intel qui n’a pas pour habitude d’ouvrir ainsi les portes de ses petits secrets de fabrication.

Intel MinnowBoard

Reste a connaitre le réel impact de cette machine sur le marché, est-ce qu’il séduira autant les développeurs et autres bricoleurs de génie que la carte Raspberry Pi ? On a vu d’étonnants réalisations avec cette dernière vendue bien moins cher et dont les capacités sont suffisantes pour de nombreux projets. Elle sert désormais d’outil de prototypage pour des projets ambitieux comme de solution suffisamment souple pour se prêter à toutes sortes de bricolages sans investir des centaines d’euros. Est-ce qu’Intel veut chatouiller ce marché particulier avec ce type de carte ?

Intel MinnowBoard

C’est bien possible et la MinnowBoard a des arguments pour séduire. certes elle est plus chère, beaucoup plus chère qu’une Raspberry  Pi mais elle comporte aussi son lot de fonctionnalités à elle : PCIe, Ethernet Gigabit et SATA sont des éléments clés qui peuvent faire mouche mais la possibilité d’exploiter du code prévu pour x86 ouvre aussi la porte à des développements intéressants. Les fonctions de virtualisation et d’HyperThreading pourront également séduire des développeurs. Il ne s’agit pas pour cette petite carte de 10 cm de côté de venir titiller des offres plus performantes et du marché, pas plus que de lutter contre des solutions ARM. Mais bel et bien de proposer une alternative documentée à des développeurs capables de programmer sur mesure des solutions Open-Sources alternatives.

Source CNXSoft – Resource Minnowboard.org – Le Datasheet

38 commentaires sur ce sujet.
  • 1 août 2013 - 14 h 13 min

    Plutot sympa, mais trop cher pour bidouiller, le rapport Prix/fonctionnalité c’est je pense ce qui a fait le succès de la framboise,
    Si le concept est totalement open source, peut être va t’on voir fleurir des clones a des tarifs plus ‘raisonnables’….

    Répondre
  • 1 août 2013 - 14 h 15 min

    Il y a une espèce de propagande pro-x86 depuis l’année dernière sur internet… Je ne comprends pas, car l’avenir c’est l’architecture ARM.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 14 h 25 min

    @Sopilou
    vu que de plus en plus d’instructions des arm se rapprochent des jeux d’instructions x86, je ne suis pas sûr ;)

    Répondre
  • 1 août 2013 - 14 h 26 min

    @Sopilou : ah bon ?
    Je n’y vois pas de propagande autre qu’un ensemble de conditions qui mettent x86 en avant ces derniers temps.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 14 h 36 min

    150 euro de difference ca fait chére la doc.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 14 h 46 min

    Et si on ouvrait un peu les yeux….
    Au debut de l’informatique, il y a le RISC et le CISC
    RISC : Reduced Instruction Set Computer.
    CISC : Complex Instruction Set Computer.
    Power PC : Performance Optimization With Enhanced RISC
    ARM : Acorn Risc Machine Devenu Advanced Risc Machine limited

    totu ca pour dire que :
    A la base, il y avait la gueguerre X86 VS PowerPC ( ou plutot PC contre MAC qui employé du POwerPC en CPU )…
    Ou cela nous à t’il mené => abandon du CISC par Apple pour passer sur du RISC avec les cpu intel Core….

    Les processeur risc sont à la base des cpu qui executent tres tres vite des jeux d’instructions simple….
    Les processeurs cisc sont l’opposé, des instructions complexes qui permettent de realiser une opération tres complexe en moins de cycle…

    ( c’est de l’ultra vulgarisation, mais un exemple simpel serait la multiplication, imaginon que le risc ne sait pas la faire, il connait par contre l’addition et la fait tres tres vite, alors il fere x+x+x+x+x+x , il fera ça “n” fois… de son coté le CISC lui aurrait directement fait x*n .)

    Tout ça pour dire qu’au final, il y avait 2 vision differentes, mais les cpu qui ont fait le succes d’arm, a la base, etait les cpu à instruction simple et/ou spécialisé. là ils était les maitres.
    Maintenant que l’on voit que les telephones font de plus en plus de chose, les cpu ARM se complexifie de plus en plus et je me demande si tout cela ne va pas finir par revenir dans les mains du x86…

    Répondre
  • 1 août 2013 - 14 h 48 min

    @Sopilou: Pour moi en tant que bidouilleur débutant, x86 ade gros avantages:

    1- des OS plus matures et plus documentés. Bidouiller Linux sur x86, caa un feeling nettement moins “hors piste” que Linux sur ARM.

    2- plus d’apps.

    3- plus d’I/O. Pour du SATA sur ARM, faut payer aussi cher qu’un x86.

    4- Plus de perfs.

    5- et la j’ai un doute: GPL pour TOUT le soft. Intel ont certaines versions des puces pour lesquelles toute la propriété intellectuelle est a eux, en particulier le GPU qui pose souvent probleme, donc ils peuvent tout “ouvrir”. Sur ARM, je crois que y’a qu’un GPU qui a une API et des drivers FOSS, et comme il n’est pas performant on ne le voit jamais (Vivante GC1000 de tête ? pas sur)

    Répondre
  • x
    1 août 2013 - 15 h 36 min
  • 1 août 2013 - 16 h 09 min

    Ne vous cassez pas la tête ! la valeur entière de pix86 c’est 270.

    Alors merci qui ?

    Répondre
  • 1 août 2013 - 16 h 09 min

    @Sopilou: L’avenir c’est ARM ?
    Hum, je pense qu’on pourrait ressortir des dizaines d’articles sur la mort du X86 dans les années 90 et début 2000.
    L’avenir c’est RISC, l’avenir c’est POWER, l’avenir c’est ITANIUM.

    De tout les acteurs de la “micro” qui ont un quasi monopole tranquille, Intel est le plus vieux, et peut être le seul qui a toujours pu se permettre d’attendre que la concurrence s’essouffle, sans réellement se battre. Il leur suffit d’attendre, et de montrer les dents au bon moment pour éclater le marché.
    Texas, Cyrix, HP, AMD, Motorola, IBM… tous se sont pris les pieds dans le tapis du processeur “PC”.

    Concernant le mobile, je pense aussi que le réveil du monstre va faire mal, mais la, c’est plus un prédiction qu’autre chose.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 18 h 03 min

    je comprends pas j’avais ecrit un long commentaire sur le RISC (ARM,POWERPC,etc..)/ CISC (INTEL,AMD,CYRIX/VIA…)
    il est jamais apparu en ligne…. modération? pourquoi?

    Répondre
  • 1 août 2013 - 18 h 13 min

    alors en bref, les X86 sont des CISC,les ARM sont des RISC….

    pour tous les vieux de l’informatique, c’est limpide…pour les autres :
    CISC = Complex Instruction Set Computer
    RISC = Restricted Instruction Set Computer

    ARM = Advanced RISC Machine ( auparavant Acorn Risc Machine, car c’est ACORN qui a developpé le design ARM à la base)

    Voilà, cela étant dit, tout le monde se souvient du grand virage de Apple lorsqu’il a dit adieu aux PowerPC (et donc au RISC) pour se tourner vers du x86 ( et donc du CISC) avec les CPU Intel Core.

    En gros un RISC, il a un jeu d’instruction limité mais fait les choses tres vite…
    Un CISC, il peut tout faire, mais a des vitesse variables ( ce qui veut pas dire lentement non plus…)

    grosse vulgarisation : le CISC sait multiplié, il fera x*n=z
    le RISC, lui il fera plutot x+x+x+x+x…(“n”fois)=z

    Ce que tout le monde remarque, c’est que les cpu RISC ont des jeux d’instructions de plus en plus complexes….et elle ressemblent de plus en plus aux instruction x86.

    La question n’est pas l’architecture ARM est l’avenir car blablabla…
    non la question c’est plutot ARM va t’il officiellement abandonné la base RISC pour ce tourner vers du CISC et proposé une alternative au CISC d’intel, le x86

    Répondre
  • 1 août 2013 - 18 h 37 min

    ce qu’il est facile de comprendre, c’est qu’arm a innondé le marché des cpu fait pour des usages spécifiques, mais LIMITE : les telephones en utilisent depuis tres longtemps…
    Ce qu’on a vu evoluer, c’est les usages des telephones….. qui a abouti a l’avenement des tablettets pour combler un public avide de contenu.

    Les besoins en performances ont explosé et en 4ans, les telephones n’ont plus rien de commun avec leur ancetres…ils font presque jeux egal en besoin de performance avec nos pc.
    les cpu arm ont évolué en conséquences et je pense qu’ils n’ont plus grand choses de RISC justement…
    Et qui voit’on apparaitre sur le marché des cpu destinés a ces usages : intel ( même si à la traine ) qui a justement eu la bonne idée d’attendre que les besoin en performances soient grands. il commence a proposer son architecture pour cet usage avec de l’atom qui devrait commencer a devenir interessant cette année, mais pour lui ce n’etait pas la peine de taper un grand coup des le debut, il fallait mettre a ucourant les devs que le x86 arrivait sur android. maintenant que tout le monde est au jus et que l’ecosysteme OS et developpeurs s’est adapté, ils vont nous sortir des puces bien plus performantes que les ARM c’est sûr. mais ca veut pas dire qu’ils seront mieux, tout est question d’homogénéité, et arm est devenu maitre dans l’art d’assembler des belles briques d’architecture pour en faire un cpu tres concurrenciel.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 18 h 37 min

    à la limite le crusoe de Transmetta m’avait fait rêver à l’époque…

    Répondre
  • 1 août 2013 - 18 h 39 min

    Cela ressemble furieusement à une carte d’évaluation, comme en fait Texas, Freescale et tous les autres.
    Les schémas complets sont généralement disponibles, et même si tout n’est pas forcément avec une licence explicitement libre, il est admis que les designers ont le droit de recopier les schémas pour leurs propres produits, puisque le but de ces cartes d’éval est de vendre des puces, il y a même souvent des associations entre des fabricants du genre “Regardez comme notre FPGA Xilinx marche bien avec ce module d’alimentation de nos amis Texans…” (j’ai la carte sur le bureau !).

    Il a toujours existé des SOC x86 pour différentes applications plus-ou-moins embarquées qui ressemblent plus-ou-moins à des PC. C’est un marché qui était historiquemenent assez négligé par Intel (parceque il y a plus de marge ailleurs, sans doute).

    Quant à l’avenir… Il a toujours existé de nombreuses architectures de CPUs. Les MIPS, PowerPC, SPARC… ne sont pas encore morts. J’espère qu’il restera de la diversité, et il y a autre chose dans la vie que des tablettes, des PC et des téléphones.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 18 h 40 min

    GMA600 = SGX donc pas libre :(
    Je ne comprend pas ce choix car Intel avec les GMA900 et autres Hd graphic a de bon drivers libre.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 18 h 53 min

    @TREZA:

    moi je pense que si intel a délaissé ce marché industriel, c’est parce que je crois que tous ceux qui utilisent du x86 doivent lui payé une licence non?

    alors vu que comme tu dis, les marges ne sont pas énormes, le seul fait de toucher des sous graçes au licence leur suffit?

    a creuser^^

    Répondre
  • 1 août 2013 - 18 h 57 min

    @OCMan: Certes mais de l’ARM en CISC, c’est plus de l’ARM.

    Il n’y a jamais de solutions parfaites, mais toujours la recherche du bon compromis. D’ailleurs, on parle de moins en moins de cette dichotomie RISC/CISC. La nouvelle idée, c’est plus l’intégration SoC.

    A ce jeu du compromis, je fais bien plus confiance à Intel pour aller combler autant que possible ses faiblesses en optimisant son antique x86, plutôt qu’aux designers ARM pour apporter la puissance, sans tomber d’abord dans les travers qu’Intel a aujourd’hui et n’aura plus demain.
    35 années au top, ca en fait de l’expérience, et des erreurs à ne pas reproduire.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 19 h 39 min

    Ångström est une distribution linux qui a une histoire un poil complexe (issue entre autre de OpenZaurus), ce n’est pas une distribution spécifique Intel pour cette carte. M’enfin ???

    Cordialement

    Répondre
  • 1 août 2013 - 19 h 40 min

    La force, et la faiblesse, d’Intel est qu’ils contrôlent l’architecture x86.

    Pour de très nombreux fabricants de puces, mettre un ARM c’est s’associer avec un fournisseur neutre qui traite à égalité avec tout le monde, c’est ne pas aider un concurrent (j’ai entendu ça de gens ex-Freescale, c’était un handicap pour les PowerPC).

    Allez voir chez TI (www.ti.com) ou ST (www.st.com), on trouve des ARMs dans des millions d’applications avec très peu de rapport entre elles. Evidemment, le plus souvent c’est des CPUs bas de gamme (genre Cortex-M ou Cortex-R).

    Intel peut faire combien de types de puces en même temps ? 10, 100 ? Des dizaines de fournisseurs fournissent des centaines de puces avec des ARMs (ou autres) avec des periphériques légèrements différents, pour des applications un peu différentes. Et, si vous avez besoin d’un truc sur mesures, vous pouvez faire votre propre ASIC avec un ARM dedans. Il n’y a pas qu’Apple qui fait fabriquer des circuits sur mesures : Quand CANON veut mettre un nouveau processeur dans ses appareils photo, avec les interfaces spéciales pour tirer le maximum du capteur CCD, comment pourraient-ils mettre un chip Intel dedans ?

    Intel possède ses usines, avec une technologie propre (en avance sur les autres) et, à ce jour, leurs designs ne peuvent pas être portés dans d’autres usines (TSMC, Samsung, GloFo…). Si le marché des PC continue durablement de s’effondrer, Intel devra “ouvrir” ses usines à des designs tiers pour continuer de les exploiter au maximum (il y a dejà eu des signes dans ce sens).

    Tout ça pour dire quoi ?
    – On ne peux pas comparer les ARMs aux x86 intel. Cela ne se superpose pas.
    – A moyen terme, ni Intel ni l’écosystème ARM ne peux effacer l’autre.
    A long terme, nous sommes tous morts.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 20 h 12 min

    @OCMan
    La différence entre RISC et CISC ne devrait concerner que ceux qui conçoivent des processeurs ou développent en assembleur, c’est à dire pas grand monde.
    Le débat est essentiellement mort lorsque les processeurs ont dépassé les centaines de millions de transistors et qu’il n’y a plus eu de compromis fréquence/complexité. Aujourd’hui tous les processeurs performants sont complexes et leur jeu d’instructions pléthorique.

    Le problème est que les x86 sont un très mauvais exemple de CISC et les ARM sont un mauvais exemple de RISC.
    Les x86 sont de mauvais CISC parce que ils n’ont pas vraiment d’instructions très complexes (auto-incrément, double indirections, mémoire-mémoire…). Ce qui est complexe c’est l’encodage des instructions, mais c’est une connerie, ce n’est pas un principe de design.
    Les ARM sont de mauvais RISC parce que ils sont un peu baroques : 16 registres au lieu de 32, décalage optionnel…

    Pour de bons exemples de CISC : MC68000, VAX
    Pour de bons exemples de RISC : Les premiers MIPS et SPARC

    A une époque, IBM a essayé de rebaptiser RISC en “Rationalized”, parceque les PowerPC n’ont jamais eu de jeu d’instructions simple ou minimal.

    Les jeux d’instructions vraiment complexes ont disparu parceque les designers ont compris qu’il était impossible d’augmenter les performances (historique: VAX -> DEC Alpha, MC68000 -> MC88000, PowerPC). Lex x86 n’ont pas d’instructions très complexes qui soient beaucoup utilisées (ou elles ont été rendues obsolètes, par exemple les instructions flottantes x87)

    Répondre
  • 1 août 2013 - 20 h 13 min

    @obarthelemy
    “Pour du SATA sur ARM, faut payer aussi cher qu’un x86.”

    SATA + ARM prix de départ: $49 fpdin (http://www.marsboard.com/)
    ou $39 fdpsaisplus pour un cubieboard V1.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 23 h 04 min

    Chez ARM, 16 à 32 registres pour réaliser n’importe quelle opération. Sur x86 beaucoup moins de registres et surtout il sont spécifiques à certaines opérations, soit logiques soit arithmétiques soit pointage soit comptage etc… Du coup sur x86 on est très souvent obligé de passer par la pile ( mémoire) par manque de registre sur des opérations complexes. Perte de temps et d’énergie. Même si on ne travaille plus en assembleur il ne faut pas oublier que les compilateurs le font pour nous. Les programmes sont forcement moins optimaux sur x86. Le x86 est condamné a rester un vieux CISC malfichu par sa compatibilité.

    Répondre
  • 1 août 2013 - 23 h 09 min

    Pour la carte x86, ce que je vois c’est que les entrées-sorties de la carte prévues pour les “bidouillages” en tout genre se font par des connecteur qui ne sont absolument pas “grand public” comme ce qu’on trouve sur raspberryPi. Une carte qui coûte cher, qui consomme un max car en x86 et des connecteurs à la con, qui est intéresse? Pas moi, même gratos!

    Répondre
  • 2 août 2013 - 13 h 44 min

    Je penserais bien qu’Intel a envie de tester si il y a un marché pour des carte X86 de prototypage ou de petite serie.
    Par exemple j’ai lu la semaine dernière le témoignage d’un gars qui, dans le cadre d’un projet interne a son entreprise, a crée un système de monitoring de la température de la salle serveur a partir d’un rPi, car il ne trouvait aucun chauffagiste capable de répondre a ce besoin.
    Ou alors cette université qui compte utiliser un cluster de rPi pour que ses étudiants puissent expérimenter ce qu’est l’informatique en cluster.

    Répondre
  • 2 août 2013 - 13 h 48 min

    @aiRVB: Regarde mieux, t’as 10 pins gpio en J9

    Répondre
  • 2 août 2013 - 13 h 49 min

    @Izaref: la situation est aujourd’hui très différentes !

    Aujourd’hui les appareils fonctionnant avec du compatible ARM satisfont des centaines de millions de personnes à travers le monde grâce à des appareils peu cher et un ensemble de logiciels étendue.
    Y’a t’il une raison pour que les gens se dé-intéressent de cette solution ? Que Intel fabrique des SoC + puissants que les compatibles ARM ne changerait pas grand chose :
    – est-ce qu’Intel est capable de vendre des SoC que ceux qu’on trouve en compatible ARM ? Clairement non ! Et ses habituelle 60% de marges son entrain de fondre.
    – ce n’est pas ce qu’il y a de + performant qui se vend le +, sur les 800 millions de puces sous licences ARM vendues chaques mois (!!! C’est énormément + que les x86) il y en a bien peu qui font partie des + rapide.
    – aujourd’hui tous les principaux fabricants veulent travailler avec de l’ARM, voir même font leur propre versions de compatible ARM. Travailler avec un seul fournisseur quasi sans concurrence (x86) est beaucoup + risqué (en terme d’appro et tarifs) que d’avoir le choix dans une multitude de fabricants se faisant concurrence.

    Les compatibles ARM progressent vite, les meilleurs sont presque 3 fois + rapide que le meilleur Atom !!! Ils arrivent à des performances de Core i3 d’entré de gamme tout en consommant bien moins. Avant, ne pas être compatible Windows était très restrictif mais c’est de moins en moins le cas. Alors Intel n’est pas près de renverser la vapeur.

    Répondre
  • 2 août 2013 - 14 h 12 min

    @Skwaloo

    Plus performant qu’un i3 ? Source ?

    Répondre
  • 2 août 2013 - 14 h 46 min

    Oui, les coeurs ARM consomment moins que les coeurs x86, quant à la puissance brute… Vu les architectures x86 (Atom ou Kabini)les ARM à cadence égale sont en dessous (ne serait-ce qu’en ipc et je ne parle même pas des pipelines, prédictions et moteur ooo).

    Faudrait demander à un passionné du forum de voir combien prend la compilation d’un noyau linux minimum sur le chromebook Samsung et la comparer à celle obtenue sur le ACER C7 (celeron à 1100 MHz) ou un atom… Le tout avec gcc: je parie sur l’Atom même cadencé moins vite ;)

    Répondre
  • 2 août 2013 - 16 h 11 min

    @Meshh: je n’ai pas écris “Plus performant qu’un i3” mais “ils arrivent à des performances”. Je ne regarde que les ordres de grandeur.

    http://browser.primatelabs.com/geekbench2/compare/1979365/2027454
    Là le i3 est très récent, il est comparé ici à un Galaxy S4. Du côté d’ARM il y a les S800, Tegra4 et nouveau Octa qui font au moins aussi bien.

    @Baldarhion: tu as raison de ne pas parler de moteur ooo sur Atom parce qu’il n’y en à pas.
    Il n’y a pas besoin de regarder les pipelines et autres barbareries ou de faire une compil GCC pour faire des comparaisons. Il existe déjà des logiciels qui font ça, surtout que l’utilisation d’une machine ne se limite pas à la compil de noyau. Par ex., on peut voir là que le meilleur Atom se tape le ridicule d’être 2,5 fois moins rapide (ça c’est de l’ordre de grandeur très parlant) qu’un des meilleurs ARM : http://browser.primatelabs.com/geekbench2/compare/1979365/1970892

    Alors le mythe du Intel plus fort que tout le monde en toutes circonstances, il faut oublier.

    Répondre
  • Gat
    2 août 2013 - 18 h 12 min

    Salut a tous et la question du moyen. Terme??
    Personne ??
    La puissance ok perf ok et la Conso! Le bilan carbon la couche. D ozone l entartic. Et la facture EDF qui va avec
    À moyen terme la planète je préfère. Perdre en perf et gagner en Conso
    C bon pour tous le monde

    Répondre
  • 2 août 2013 - 18 h 16 min

    @Skwaloo

    Merci pour le lien :).

    En effet, c’est un peu difficile à comparer via geekbench… peut être qu’il faudrait faire un test pratique sous linux, plus ancré dans le fonctionnel :)

    Répondre
  • 2 août 2013 - 22 h 12 min

    @Meshh: pour se faire un ordre d’idée il faut bien comparer quelque chose. Il faut voir aussi que les conso des ARM sont inférieures, pour moi c’est important puisque je fais faire des calculs 24h/24 pour BOINC.

    Répondre
  • 4 août 2013 - 21 h 32 min

    @tabasco: avec des gpio tu ne gèrera guerre plus que qques leds et interrupteurs en tous cas rien de rapide ou intéressant. Pour cela il faut de l’i2c ou spi, uart etc… Tu retrouve tout ça sur le connecteur marqué expansion connector… qui a un format non grand public.

    Répondre
  • 6 août 2013 - 10 h 09 min

    @obarthelemy:

    Non tu peux avoir du Sata sur des cartes a 50$, notamment grace a la puce allwinner A10. Par contre oui avant d’avoir du Raid 5 avec plusieurs Sata…

    Répondre
  • 6 août 2013 - 14 h 54 min

    @Skwaloo:
    Mouais la puissance des puces ARM est certes impressionnante pour des dispositifs de cette taille mais elle reste en retrait.
    Cf.: http://www.anandtech.com/show/6974/amd-kabini-review/3
    L’Ivy Bridge tronçonne carrément la puce ARM.
    Et ne pas oublier les perfs GPU :
    http://www.anandtech.com/show/6974/amd-kabini-review/4

    Alors c’est vrai que les puces ARM brillent face à l’Atom *actuel* (qui n’a pas du évoluer depuis 2-3 ans mais ça va changer prochainement). Mais quand on regarde le reste du monde x86 (qui ne se limite pas à Intel, surtout en basse consommation), la comparaison est moins flatteuse.

    Sans compter que l’écosystème x86 est bien plus riche que celui d’ARM. Le choix de cartes mères, de boîtiers, de composants et d’applications est pléthorique en x86.
    En ARM il faut bien souvent se contenter d’une offre tout-en-un (boitier, carte mère, ram). Et en termes d’application, en-dehors d’Android c’est la jungle sur ARM…

    Répondre
  • Mad
    19 août 2013 - 0 h 51 min

    Bonjour,
    Je pense que le NUC est une pseudo réponse à un problème puissance (sans RAM et disque dur (ou ssd…)

    Genre cette bête là : DC53427HYE ~ 400 € à voir a faire un Hackintosh ou xbmc…
    http://www.intel.com/content/www/us/en/motherboards/desktop-motherboards/desktop-kit-dc53427hye.html

    J’ai acheté le RaspBerry Pi B et en XBMC c’est super ça supporte tout et moins cher qu’un Western Digital TV Live à 100 € (certe WiFi…)
    Faut que je cherche à utiliser la télécommande de la TV (mode CEC)
    http://www.wdc.com/fr/products/products.aspx?id=330

    Répondre
  • 1 avril 2014 - 12 h 09 min

    […] : Plus performant et moins chère que le précédent modèle la Minnowboard Max est une excellente nouvelle pour les développeurs voulant travailler sur une […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *