Les imprimantes HP refusent désormais les cartouches d’encre non officielles (MAJ)

Après les machines HP équipées de solutions de détection pour empêcher la recharge avec un chargeur non HP. Voilà que le fabricant poursuit le verrouillage de son écosystème avec des imprimantes HP qui refusent désormais les cartouches non HP. La pratique n’est pas nouvelle mais la méthode est violente puisqu’en plus de vous empêcher d’utiliser votre cartouche, le système bloque votre imprimante.

Mise à jour : HP a confirmé au site Américain Wired sa volonté de protéger dorénavant sa “capacité d’innovation” avec une solution de DRM1 intégrée dans les puces de ses cartouches d’encre. Cartouches qui dialogueront désormais avec les pilotes de l’imprimante pour décider si oui ou non elle doit autoriser l’impression. Cette politique confirmée revient à condamner les utilisateurs de solutions HP à acheter des cartouches de la marque pour pouvoir se servir de leur imprimante. Reléguant les cartouches noname ou recyclées aux oubliettes. Il va sans dire que cette décision est surtout liée au fait de vouloir rentabiliser au maximum un business model en train de disparaître au fur et a mesure que les autres solutions deviennent plus faciles à utiliser : Email, impression laser, impression de photos en ligne.

Je ne saurais que vous conseiller de passer à une autre marque et, avec l’absorption de Samsung par HP , à éviter dorénavant la marque Samsung. Utile de rappeler le gros intérêt des imprimantes laser qui restent toujours plus abordables au coût à la page que le jet d’encre et qui ont le gros avantage de ne pas souffrir d’un processus d’impression instable. Le laser couleur peut également être une solution à prendre en compte. Enfin, comme l’indique Manu  en commentaire, la gamme EcoTank d’Epson peut être une alternative intéressante si vous imprimez régulièrement en couleur.

Billet original :  La Loi de Moore indiquait que les processeurs allaient continuer de croître en puissance de manière exponentielle d’année en année avant de rencontrer la dure et dense réalité de la plaque de béton qu’est la physique de l’infiniment petit et de ses contraintes. Le marché des imprimantes a connu la même rencontre douloureuse à une autre niveau. Là où les imprimantes personnelles ont continué d’évoluer d’année en année chez la plupart des fabricants, s’est également dressé une insurmontable barrière technique. Difficile de rendre la pico goutte d’encre encore plus fine, difficile de faire cracher encore plus de page par minutes ou de rajouter encore 5 couleurs de base aux cartouche de son imprimante. Aujourd’hui il est difficile de voir la différence entre les marques concurrentes. Chacune excelle dans sa capacité a imprimer documents et photos. On achète désormais pour un détail, une option ou une marque que l’on préfère.

 

SortedCartridges

Ajoutez à cette problématique que le papier est de plus en plus délaissé par les utilisateurs, qui imprime encore ses mails aujourd’hui, et vous comprendrez pourquoi HP cherche a verrouiller totalement son système d’impression. Comme les services postaux qui souffrent de la baisse continuelle du trafic de lettres, l’arrivée de l’email et sa généralisation systématique a transformé radicalement la machine à cash du business de l’impression.

Avant, quand une imprimante HP était vendue 30 ou 40€, la marque savait qu’elle allait se rattraper dans la durée grâce aux cartouches d’encre. Chaque petit bloc de plastique renfermant quelques millilitres d’une encre vendue plus chère qu’un parfum de luxe. Cela dégageait des millions de dollars chaque année avec zéro SAV et pas grand soucis de commercialisation.

images

Mais voilà que des petits malins ont compris que le business de l’encre était finalement plus juteux que celui des imprimantes et ont donc décidé de s’y investir en proposant des cartouches sans marque. Soit en recyclant des cartouches de marque pour les re-remplir. Soit en construisant leur cartouche de A à Z. Evidemment quand on espère vivre de la vente de cartouches en proposant une imprimante à prix coûtant avec une optique de X cartouches vendues ensuite chaque année, le fait de se voir souffler ses ventes par un tiers qui ne fait que remplir des cartouches vides en les vendant moins cher est un peu désagréable. HP, comme d’autres, a tenté une parade en proposant des cartouches “intelligentes” . Comme souvent, ce terme ne vise pas spécialement à décrire de nouvelles capacités pour le produit mais plutôt à mieux le contrôler pour le fabriquant.

La cartouche intelligente était donc capable de dialoguer avec l’imprimante qui elle même dialoguait avec le PC. Elle lui indiquait par exemple le taux de remplissage d’encre des divers coloris. En réalité, elle servait surtout à éliminer la concurrence des fabricants tiers.  Evidemment, il n’a pas fallu longtemps pour que les copies se découvrent être aussi intelligentes que les originales et un petit jeu du chat et de la souris a commencé entre les fabricants d’imprimantes et les vendeurs de cartouches.

Changement subtil de design d’un modèle à l’autre rendant obligatoire la fabrication de nouvelles coques en plastique pour les cartouches, changement de puces, changement de pilotes… A chaque fois que les fabricants changeaient la donne, les cartouchiers trouvaient la parade.

Sauf depuis le 13 Septembre, date à laquelle un élément du code intégré dans les pilotes des imprimantes HP a été activé. Un élément qui change totalement la donne. Non seulement les imprimantes HP ne veulent pas imprimer de documents avec des cartouches non pourvues de la dernière puce de HP, mais elles peuvent bloquer littéralement l’imprimante de l’utilisateur.

Minimachines

“Je l’ai allumée, l’imprimante indiquait une cartouche abîmée, alors j’ai ouvert le panneau avant pour la remplacer. Quand j’ai ouvert le support [des cartouches ndlr]  n’a PAS bougé, et le message d’erreur indiquait alors de fermer le capot pour imprimer. J’ai fermé le panneau et le message d’une cartouche abîmée est revenu.” Ce message écrit par un utilisateur sur le site de support d’HP est un des nombreux du genre.

Le site 123inkt.nl indique que plus de 1000 emails de clients ne pouvant plus imprimer avec des cartouches compatibles depuis le 13 Septembre. La faute à ? HP, la marque a mis en place un nouveau pilote pour ses imprimantes qui active ce processus. De manière totalement préméditée puisque le dernier pilote en date est antérieure à cette journée du 13 Septembre2, le fabricant a choisi cette date pour rendre inopérantes les imprimantes HP employant des solutions non officielles. La preuve en est que les utilisateurs choisissant de désinstaller les pilotes et d’installer les anciens tout en empêchant les mises à jour, pourront continuer à utiliser de l’encre de divers fournisseurs. En basculant à nouveau sur les derniers pilotes, rebelote, le système se bloque à nouveau.

HP confirme d’ailleurs le procédé en expliquant que refuser es cartouches noname permet de protéger sa propriété intellectuelle et de lui donner les moyens d’innover. Cela permet, en outre, d’améliorer la sûreté des produits HP… En terme d’innovation , comme évoqué dans les premiers paragraphes, il s’agit surtout de continuer à vivre de ses acquis car on imagine mal ce qui pourrait désormais révolutionner le jet d’encre. A moins qu’il s’agisse d’innover en terme de protection contre les produits noname et l’investissement dans des chargeurs munis de DRM…

Evidemment, le site  néerlandais de cartouches compatibles a indiqué travailler déjà sur une puce permettant de contourner ce blocage. Ce qui est un énième épisode dans cette guerre des cartouches. Mais cette fois la guerre semble perdue d’avance puisque les  pilotes d’HP pourraient très bien contenir d’autres dates et échéances pour bloquer à nouveau le processus via  d’autres moyens de protection. Le jeu est inégal puisqu’il suffit désormais à HP de changer son firmware en ligne et de profiter du fait que la plupart des utilisateurs demandent à être mis à jour en temps réel pour que les cartouches reçoivent un nouveau système de sécurité.

Minimachines

HP n’est pas le premier à s’essayer à ce type de système de contrôle. Il y a 13 ans, Lexmark attaquait une autre société baptisée Static Control en l’accusant d’avoir fait de l’ingénierie inversée sur ses toners d’imprimante laser. afin de les re-remplir et de les vendre moins cher. Elle se basait sur le fameux DMCA3 américain. Lexmark avait mis au point un moyen d’indiquer que ses toners étaient vides au système. Un système de mémoire morte qui, une fois que le toner était vide, renseignait que c’était bel et bien le cas. De telle sorte que si on remplissait à nouveau le toner d’encre, il restait toujours visible comme vide aux yeux de l’imprimante. La société Static Control avait trouvé la parade en remettant cette mémoire à son état initial de “plein”.

Lexmark avait invoqué un élément du DMCA qui rendait coupable les mesures prises pour outrepasser des moyens mis en oeuvre pour protéger le contrôle de solutions sous copyright. Au court du jugement, quand le tribunal a demandé à Lexmark quel travail sous copyright était protégé par ce système de contrôle, la marque avait répondu que le système de contrôle lui-même était protégé ainsi que le système de mémoire indiquant “Vide” à l’imprimante. La cour a trouvé que la loi ne servait pas à protéger des systèmes de contrôle grâce à leur propre existence mais devait empêcher l’accès à des données réellement indépendantes et justifiant à elles seules cette protection. Que le simple fait d’avoir un système de mémoire basique indiquant vide ou plein n’était pas un travail digne d’un copyright. Lexmark a perdu en 2014 et Static Control a pu continuer à remplir leurs cartouches.

373600035-HP

L’innovation semble désormais bien là. Empêcher les gens de se servir de leur matériel comme bon leur semble. Impossible d’utiliser un chargeur non HP, impossible d’utiliser une cartouche non HP.  Bientôt il faudra une souris HP et un clavier HP pour utiliser un PC HP… Cette sorte d’innovation n’en est pas, c’est uniquement du contrôle et c’est probablement le meilleur moyen de faire fuir le public pour une marque.

HP vient de s’offrir la division impression de Samsung pour plus d’un milliard de dollars. Une manière de faire taire un concurrent agressif et de rafler de nouveaux marchés. Mais combien trouveront les imprimantes d’HP ou les nouvelles Samsung rebadgées attirantes dans ces conditions ? A quand une prochaine étape dans cette escalade au contrôle de notre usage de nos achats ? Si un jour HP décide que la durée de vie d’une cartouche d’imprimante ne doit pas dépasser 1 mois pour notre sécurité ou la qualité des impressions, la marque va t-elle bloquer ses propres cartouches ?

Avec la baisse de son business d’impression et des résultats financiers en chute de semestre en semestre ces dernières années, l’entité HP Inc qui regroupe le secteur PC et le business de l’impression est dans l’urgence. Ce type de processus permettra peut être de renouer avec les bénéfices mais pour combien de temps ? Le revers de cette solution peut également coûter cher à HP. Combien de clients vont investir dans la marque si ils savent qu’ils devront payer plein pot à chaque fois que leur prend l’envie d’imprimer un document ? Combien seraient plutôt d’accord pour acheter plus cher une imprimante indépendante offrant la possibilité de se recharger avec de l’encre en bidons ? Avec des têtes d’impression libres et documentées de manière à pouvoir être fabriquées par des sociétés tierces ? On s’est mis à fabriquer des imprimantes 3D libres parce qu’aucun industriel n’arrivait à en proposer des abordables. Il va bientôt être temps de s’intéresser à des imprimantes classiques libres pour que les industriels n’aient pas le droit de vie et de mort sur leur fonctionnement.

Source : Arstechnica

Notes :

  1. digital rights management
  2. Elle date du 22 mars dernier
  3. Digital Millennium Copyright Act
75 commentaires sur ce sujet.
  • 22 septembre 2016 - 11 h 05 min

    […] la HP Sprocket, la marque n’aura pas de soucis d’encres compatibles, il faudra forcément passer à la caisse chez HP pour obtenir son papier HP Zink compatible avec […]

  • 23 septembre 2016 - 16 h 04 min

    “qui dialogueront désormais avec les pilotes” : vont-il mettre à jour le pilote “hplip’… ?

    Répondre
  • 23 septembre 2016 - 16 h 39 min

    J’ai souvent eu des imprimantes HP, j’ai toujours acheté des cartouches HP également, mais je ne tiens pas à encourager ce genre de chose.
    Je compte bien suivre ton conseil à l’avenir, ne connaissant pas les EcoTank d’Epson ce sera une bonne occasion de tester.

    Répondre
  • 23 septembre 2016 - 16 h 47 min

    Merci pour l’info.

    Après 16 ans d’imprimantes HP, je vais passer à une autre marque.

    Répondre
  • Cid
    23 septembre 2016 - 16 h 51 min

    J’ai toujours eu confiance en HP pour les imprimantes (surtout pas les PC :) ) Mais entre cet article et notre parc qui vient de changer pour HP : Les copieurs ont des toners de capacité ridicule et les tambours sont à changer PRESQUE en même temps. Oui presque parce qu’il ne s’usent pas en même temps mais à quelques jours/impressions près. Je me retrouve avec 8 consommables à gérer pour une seule machine. Ça va que sur mon site y’en a que deux, mais elles débitent du coup (et plusieurs monochrome).
    Ah et sans compter que les cartons de ces consommables sont gros, chiants à porter sans poignée et aussi à casser pour les jeter (si si c’est tout collé mais pas comme des cartons standard quoi…). C’est vraiment pas orienté utilisateur… Et m’emm*rde au quotidien.

    Répondre
  • 24 septembre 2016 - 8 h 06 min

    […] l’origine des cartouches d’encre. Si ce n’est pas une cartouche officielle, l’imprimante se bloque. Pire, cela peut mettre en défaut l’imprimante elle-même. Bravo à HP pour avoir déployé […]

  • 24 septembre 2016 - 10 h 48 min

    HP n’est pas le premier à faire cela.

    je travaille depuis plus de 5 ans dans le milieu de l’impression, et je peux déjà vous dire que chez EPSON le bloquage se fait également depuis toujours (blocage de l’imprimante, faux message d’erreur de bourage, obligation de downgrader un firmware pour utiliser du compatible).

    Chez LEXMARK c’est déjà plus délicat , mais dans l’ensemble , HP n’est pas le premier à mettre cela en place.

    Et pour EPSON, je parle de gamme de produit récente, type AL-M300 et consort.

    Répondre
  • 24 septembre 2016 - 11 h 01 min

    Bonjour

    Pour ce qui des Ecotank après en avoir installé plusieurs, je peux dire que Epson au vu de son passé à peut-être enfin comprit qu’il valait mieux vendre son encre moins chère et effectivement la vendre à son nom que pas du tous. Actuellement, on compte une dizaine d’euros le flacon de 70ml. Et pour l’instant les utilisateurs n’ont pas fini le kit livré avec. Pour ce qui est des kits ciss le soucis est la mise en oeuvre et la fiabilité. La on a un kit ciss fait par le constructeur et il marche sans problème.

    Répondre
  • 24 septembre 2016 - 12 h 23 min

    Personnellement je suis sous ubuntu 16.04 et ma HP avec des cartouches compatibles fonctionne bien. Les pilotes libres ne sont peut-être pas concernés.

    Répondre
  • 24 septembre 2016 - 19 h 48 min

    Les imprimantes matricielles Star LC avec ruban d’encre qui dure deux siècles, il n’y avait que ça de bien (mais 2 minutes par page de texte).
    J’en ai toujours une mais je crains de passer pour un radin en imprimant des courriers avec.

    Répondre
  • 24 septembre 2016 - 23 h 34 min
  • 24 septembre 2016 - 23 h 43 min

    J’oubliais un détail…. comme elles sont à auto reset, le suivi des quantités restantes est un peu erratique => tu sais que ta cartouche doit être changé quand l’impression devient moche ou perd une couleur.

    PS: c’est surement lié au fait qu’un accroc aux économies d’énergie débranche l’imprimante => les puces traduisent ça en ” bon les filles il faut se remettre à zéro”.

    Répondre
  • 25 septembre 2016 - 9 h 08 min

    Du coup, on peut se poser la question de la nécessité d’avoir une imprimante…

    Hors activité associative ou professionnelle ‘en encore…), qui ne peut pas s’en passer ?

    De nos jours, il y a suffisamment de prestataires en boutique / web, qui vous permettent d’avoir vos impressions immédiatement ou (quasi) par retour du courrier avec une qualité irréprochable et des prestations supplémentaires (brochure, reliure). Que ce soit pour des photos ou des documents.

    Bon nombre de boites, également, autorisent l’usage privé de leur imprimantes par leurs employés (avec facturation, pas en douce, hein).

    Alors pourquoi s”emm****** avec ça ?

    Pour le reste, si on apprenait a pas imprimer tout et rien, à bosser sur documents électroniques, déjà… Eco-responsable et tout ça…

    Répondre
  • 25 septembre 2016 - 14 h 43 min

    Eh bien pour moi, je viens de finir mes cartouches Epson-like qui font des couleurs moches et des textes à trous. Et j’en ai terminé avec les imprimantes à jet d’encre.
    Je suis juste une maman de collégien dysgraphique qui a besoin d’imprimer son travail, alors je suis passée à une HP laser monochrome, tant pis pour les profs qui veulent les titres en couleurs. Au moins j’espère avoir l’utilisation de mon outil pendant quelques années pour un coût moindre et une qualité constante, même si je suis partie en vacances 3 semaines.
    Un ami informaticien m’avait déjà mise en garde contre les cartouches qui ne sont pas de la marque de l’imprimante, et pas seulement HP, mais les autres aussi.

    Répondre
  • 25 septembre 2016 - 14 h 44 min

    Bonjour Pierre,

    L’article aurait mérité cependant quelques précisions d’ordre technique, pour pousser la logique un peu plus loin, du coup je reste sur ma faim.

    En effet, qu’est-ce qui fait que la technologie et la qualité jet d’encre est malgré tout si différente d’un constructeur à l’autre ? Est-ce les têtes ? Les buses ? L’encre ? Le papier ?

    Un début de réponse est : un peu de tout cela, mon cher.

    Pourquoi est-ce qu’une encre EPSON/CANON/HP officielle couterait x fois plus “cher” qu’une encre “noname” ? Parce que, en fonction de la technologie employée par les constructeurs, vous avez des encres :
    – qui durent moins longtemps après l’impression
    – qui prennent moins bien sur des papiers bas/moyenne/haut de gamme
    – qui encrassent les circuits d’alimentation du matériel et qui finissent par pourrir vos têtes d’impression
    – qui réagissent moins bien à la montée en température nécessaire pour déposer la goutte d’encre,
    – ….etc

    Du coup, le tableau n’est pas blanc/noir comme l’article le présent partiellement, et c’est un point regrettable : ça donne envie d’en apprendre plus et on reste sur notre faim.

    Qu’est-ce qui au final est plus écolo/économe : changer de têtes d’impression de l’imprimante tous les ans car le matériel est pourri par une mauvaise encre ? Acheter de l’encre constructeur à un prix de champagne ? Et la donne change sûrement plus tu imprimes de pages par an.

    @Pierre : tu pourrais demander à l’un des constructeurs de visiter une usine de fabrication ou un laboratoire pour avoir le complément d’information qu’il te manque.

    Là pour l’instant, je suis déçu et j’ai plus l’impression de lire un article qui appelle au boycott sans même expliquer l’impact d’une encre dite compatible ou noname (car il faut faire le tri des encres compatibles de qualité et des nonames bien acides). L’encre compatible c’est un choix personnel et tu dois le faire en toute connaissance de cause pour ce que tu imprimes et pour la tenue dans le temps de ton matériel.

    Cdt

    Répondre
  • 25 septembre 2016 - 21 h 52 min

    @Totof: J’en suis fort désolé mais si je parle de cette évolution des imprimantes sur Minimachines alors que ce n’est pas, loin de là, le sujet du blog, c’est dans sa rubrique “Business”. Il n’y pas de rubrique “imprimante” ici.

    La solution la plus simple serait de consulter un site plus spécialiser qui ferait le bilan de cette utilisation, je manque d’expérience pour le faire.

    Visiter le labo d’une marque avec l’équipe marketing de la marque, ne m’apportera que le discours évident de la marque. Si je vais visiter le labo d’un fournisseur noname il me donnera le discours inverse.. Le seul moyen serait de faire des tests techniques poussés.

    En fait cela m’importe peu, ce qui m’importe c’est d’avoir un materiel que je puisse utiliser comme je le veux. Imagine qu’un fabricant de machine à café rende incompatible les capsules noname avec sa machine. Qu’un marchand de micro onde n’autorise que telle ou telle marque de plats cuisinés a fonctionner avecv ses produits, que telle marque de voiture soit moins chère à l’achat mais te demande une marque précise de carburant, plus chère, pour tourner…

    C’est de cela dont je parle ici, d’une liberté d’usage sacrifiée.

    Pour reparler de la machine a café, Keuring a tenté le coup fin 2014 avec une machine avec DRM pour empêcher l’utilisation de café non Keuring. Cela a fait un flop retentissant et dès le mois de Mai 2015, la cafetière “protégée” a été abandonnée et Keuring a stoppé la production et la vente… SI je parle de cette histoire de DRM c’est uniquement pour que HP se rende compte que la solution n’est pas la bonne. Si demain les vendeurs d’imprimantes voient leurs rayons HP ne plus se vider, ils tireront rapidement la sonnette d’alarme. HP verra a court terme les conséquences de cette politique et pourra changer de politique.

    Je ne doute pas que des gens soient déjà au travail pour “libérer” les pilotes de HP (comme ils ont libéré les DRM des capsules de café…). Beaucoup sont retournés aux pilotes précédents… Je ne pense pas que cela soit un gros problème à moyen terme cette histoire de DRM pour l’utilisateur aguerri. C’est juste un problème pour HP et pour les utilisateurs pas assez compétents pour comprendre les problèmes techniques de cette technologie.

    Tu dis “L’encre compatible c’est un choix personnel et tu dois le faire en toute connaissance de cause pour ce que tu imprimes et pour la tenue dans le temps de ton matériel.” et c’est là tout le problème. Avec cette politique, ce n’est plus un choix possible. Cela devrait le rester. Si HP intègre cette technologie pour différencier ses cartouches des autres, c’est bien parce que la majorité des utilisateurs ne voient pas forcément la différence entre du noname et du HP…

    Répondre
  • 25 septembre 2016 - 22 h 48 min

    Bonsoir Pierre,

    Merci pour ton retour.

    Si j’étais EPSON/CANON/HP/Brother&Co, je tenterai de modifier mon firmware pour justement signaler à l’utilisateur qu’il a inséré une encre “compatible/no names”, informer des risques encourus pour son équipement, ses impressions, etc… mais je ne bloquerai pas leur usage.

    Après, comme le type d’usage des consommables doit poser un problème d’application de la garantie, CANON/EPSON/HP etc…, ils devraient mettre cela en avant et pas seulement dans les petits caractères des documents. Comme personne ne lit (à tord) les notices et les conditions de garantie, ça n’évitera pas les mécontents, mais au moins quand tu changes ta cartouche tu as l’information et l’explication que ta garantie peut sauter, alors au moins c’est clair.

    Répondre
  • 25 septembre 2016 - 23 h 18 min

    il y a longtemps que jais oublie hp 15 ans et oui pour moi mes proches et amis

    Répondre
  • 25 septembre 2016 - 23 h 30 min

    @Totof: C’est le reproche fait à KEuring. Si, au lieu de mettre une puce DRM dans chque capsule ils payaient pour mettre du meilleur café, il n’y aurait pas besoin de le protéger.

    Chez HP, faire en sorte de proposer un meilleur service serait la bone solution. MAis là, l’idée est de tire les derniers gros sous d’une technologie qui est en train de mourir…

    J’ai acheté une imprimante laser couleur, 149€, une Brother avec ses toner d’origine. Ils sont toujours en place malgré 2 ans d’usage modéré. Je sais qu’un our je devrais en racheter et que cela coûtera cher. En attendant, impression éclatante et tirages rapides… Et pour les photos ? Et bien j’imprime en ligne en faisant jouer la concurrence. Le jet d’encre est moribond. Entre les éléments qu’on imprime plus du tout et ceux qui se satisfont plutôt d’un tirage laser (on a des imprimantes laser monochromes super efficace a vraiment pas cher, la mienne m’a couté 59€… http://www.minimachines.net/actu/promos-et-sorties/bon-plan-imprimante-samsung-sl-m2070w-59-90e-odr-20763 ) et fait un excellent boulot, et bien le jet d’encre et en fin de vie…

    Il faut traire la vache une dernière fois et donc investir la R&D non pas dans la qualité mais dans la protection des cartouches…

    Répondre
  • 26 septembre 2016 - 9 h 16 min

    @Totof:
    Détecter et juste émettre une alerte, c’est exactement ce que fais mon EPSON récente, sans bloquer l’usage. Par contre impossible de démonter le “caddie” pour nettoyer les têtes, donc au moindre souci (et ils sont légion) on jette.

    @Pierre : A mon avis la jet d’encre a encore pour elle la versatilité des supports (CD, photos, enveloppes, bristols et autres cartons).

    Répondre
  • 26 septembre 2016 - 9 h 51 min

    @bernique bleue: C’est tout à fait vrai, j’avais zappé ces usages là..

    Répondre
  • 26 septembre 2016 - 11 h 16 min

    Bonjour,
    Je crois que Pierre a tout à fait raison en disant que le jet d’encre est moribond.
    Aujourd’hui, pourquoi acheter une jet d’encre pour tirer de la bureautique ? Ou même quelques photos basiques ? Le laser est 1000 fois plus pratique. Je suis sous Linux (os qui recommande souvent du HP). Je suis passé d’une HP jet d’encre qui à merdouillé très rapidement (avec de la cartouche HP !) à une Samsung laser couleur qui reste allumée 24/7, qui démarre en 30 secondes à froid et qui donne des impressions toujours de même qualité… avec de la cartouche compatible.
    Donc, pour moi, c’est parfait. Les 30 secondes ne me gênent pas vu mon usage domestique.
    Pour les photos, il me semble bien plus simple de les faire imprimer par des boites spécialisées qui offrent une qualité bien meilleure qu’avec du jet d’encre 1, 4 ou 5 cartouches. Après il y a effectivement les imprimantes pour photographes et là, je doute que l’amateur de photo prenne de la compatible. A 7 cartouches, ça devient une passion et on change de monde, donc de vision de la rentabilité.
    Pour moi, le jet d’encre vs le laser, c’est comme les boites de vitesse. Une fois qu’on a goûté à l’automatique, on ne revient pas à la manuelle.
    C’est mon avis que je partage à 100% :)

    Répondre
  • 27 septembre 2016 - 12 h 57 min

    Est-ce que cette décision d’HP concerne le nouvelles imprimantes, ou toutes les imprimantes, comme je le crains?
    J’ai une photosmart C309g avec. j’ai gardées toutes les cartouches HP d’origine et usagées, pour éventuellement y injecter de l’encre compatible. Je continue à acheter des cartouches HP exclusivement, sauf 2 fois où j’ai essayées des cartouches compatibles qui ne m’ont pas convaincu.
    Serait-il possible de bloquer exclusivement la mis à jour du pilote HP par internet?

    Répondre
  • 29 septembre 2016 - 18 h 28 min

    […] Rappel bref des faits, HP propose une mise à jour de ses pilotes d’imprimantes en Mars dernier sous prétexte de sécurité. Cette mise à jour se fait automatiquement pour la grosse majorité des utilisateurs, ceux qui laissent l’option automatisant le processus, cochée lors de l’installation. Le parc évolue donc de pilotes en douceur, on ne voit pas trop les conséquences de cette mise à jour avant que, paf,  le 13 Septembre, certain commencent a découvrir que leur imprimante, et ben elle imprime plus. […]

  • 3 octobre 2016 - 16 h 48 min

    […] Les imprimantes HP refusent désormais les cartouches d’encre non officielles […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *