Des prototypes de cartes SDXC 1To chez Sandisk

Vous l’avez surement lu hier un peu partout, Sandisk travaille à la création de cartes SDXC 1To de capacité. Une bonne dose de mémoire destinée à tous les appareils mobiles du marché. Avec 1To, on commence à entrevoir des capacités de stockage réellement intéressantes pour certains usages et notamment pour la vidéo numérique qui consomme beaucoup d’espace. C’est également un bon moyen de faire un pied de nez aux limitations des fabricants.

Filmer en UltraHD, c’est se confronter çà deux soucis majeurs que cette carte SDXC 1 To pourrait régler. Le premier est la vitesse d’enregistrement, même si Sandisk n’a pas été très bavard sur ce thème. Le second est l’espace disponible, les rushes de ces films en très haute définition consomment beaucoup d’espace et beaucoup de solutions photo du marché sont reliées à des SSD intégrés à des boîtiers d’acquisition branchés sur une sortie vidéo numérique. Une manière d’employer la capacité du capteur d’un appareil mais de  laisser le soin à une autre solution de s’occuper de l’encodage et du stockage des données. Avec ce type de carte, on pourrait donc embarquer ses rushes directement dans son appareil.

Minimachines

Evidemment, il y a plein d’autres avantages, pour beaucoup une telle capacité serait suffisante pour la vie entière de l’appareil photo numérique. Ce qui serait une belle erreur mais qui reste pratiqué par beaucoup de gens. On prend des photos jusqu’à ce que la carte soit pleine avant de la vider en vrac. C’est le plus sur moyen de perdre beaucoup de souvenirs mais c’est malheureusement un des cas de figure les plus couramment rencontrés face à une panne de carte SD. C’est ce que  m’avait raconté un ingénieur qui travaille chez un éditeur de solutions de restauration de supports de ce type. Jusqu’à trois ans de photos perdues, toutes celles qui sommeillaient dans un appareil.

Mais le point le plus intéressant pour moi, à condition que ce format se démocratise vraiment, c’est la possibilité de dépasser les contraintes techniques sciemment mises en place pour limiter les possibilités de certaines machines. Comme on l’a vu il y a peu, pour obtenir une licence Windows moins chère de la part de Microsoft, il faut limiter l’espace de stockage de certaines solutions.

Minimachines

La limitation la plus courante est de 32 Go maximum de stockage pour les engins qui veulent un Windows 10 gratuit. Et 32 Go de stockage avec un Windows intégré dessus, c’est peu d’espace pour installer des applications, stocker des films et autres données.

Avec 1 To sous la forme d’une carte SDXC, la donne change totalement. Les 32 Go resteraient disponibles pour des applications basiques mais les 1 To supplémentaires pourraient embarquer toutes les autres datas : films, musique, documents en tous genres.

Bien évidemment, si Sandisk n’a pas dévoilé de tarif ni de date de commercialisation de sa cartes SDXC 1To, il est fort probable que celle-ci soit proposée à des prix très élevés. Ce qui rendrait absolument ridicule son emploi dans une solution low-cost telle  que celles présentées dans le tableau ci-dessus. On parle d’engins situés entre les 150 et les 400€ en mobilité. Ajouter une carte qui devrait coûter au bas mot 600 à 800$ aurait évidemment peu d’intérêt.

Minimachines

Mon premier APN

Mais il faut regarder un peu en arrière pour se rendre compte que le coût du stockage continue de baisser inexorablement d’année en année. J’ai acheté ma première extension mémoire de 4 Mo pour un appareil photo numérique Epson Photo PC 500 dans les années 90 pour l’ équivalent de 130€ en francs. Aujourd’hui on trouve des cartes SDXC de 128 Go de marque pour moins de 40€. Ces mêmes cartes ont été annoncées à des sommes équivalentes à celle de la 1 To il y a quelques années avant de voir leur tarif lentement s’éroder. Il y a deux ans, c’était une carte de 512 Go qui faisait sensation chez Sandisk, aujourd’hui la capacité à doublé.

Pour parvenir à fabriquer cette carte SDXC 1To, Sandisk emploie de la mémoire NAND TLC, une technologie économique qui n’existait pas il y a quelques années. Qui sait si demain d’autres technologies ne permettront pas de sabrer les coûts de production de ces cartes dans le même temps que la vidéo commencera à flirter avec la 8K…

7 commentaires sur ce sujet.
  • 21 septembre 2016 - 11 h 34 min

    1To, Il fallait bien s’y attendre.

    Dernièrement je me suis mis à la vidéo, depuis un Reflex 550D en 4K ou 1080p, j’ai fait l’inverse : j’ai pris une petite carte SD mais très rapide en lecture écriture : 32GB 90Mbps en lecture et 40MB en écriture. Car j’ai beau chercher, en SDXC je retrouve pas ses vitesses garanties, ou alors quelques fois en microSD 64GB (les plus chères).

    Le TB c’est génial pour de la photo, en RAW+JPG par exemple, mais pour de la vidéo 120fps 1080p je doute que ce soit pertinent question rapidité d’écriture ^^

    Répondre
  • 21 septembre 2016 - 11 h 37 min

    @Benji_X80: les puristes dirons qu’on ne fait pas de 4K avec un 550D * désolé c’est sur un autre appareil ;)

    Répondre
  • to
    21 septembre 2016 - 12 h 47 min

    Sauf que le fabricant de materiel peut tout a fait limiter la capacite des cartes sd compatibles…

    Répondre
  • 21 septembre 2016 - 12 h 56 min

    P*tain, dire que quand j’était “petit” on adoré ce la donner avec nos carte SD de 64 Mo :D Maintenant on en a 1 000 000 de ces Mo.
    Coup de vieux, Merci Pierre !!! :D

    Répondre
  • 21 septembre 2016 - 16 h 24 min

    Personnellement, ce n’est pas 1 To de carte SD qui rendrait plus pertinent une machine avec seulement 32 Go de stockage natif. Du moins sous Windows.

    Je maintiens que le minimum vital est à 64 Go si on veut faire face aux mises à jour de Windows sans criser, pouvoir installer un nombre correct d’applications, voir de jeux pour certains.

    32 Go, sauf à installer un Linux léger, c’est la galère au bout d’un laps de temps plus ou moins court.

    Sauf pour une clientèle dont le navigateur est le coeur d’usage de l’ordinateur agrémenté d’une poignée d’applications pas trop gourmandes. Et avec un parent geek pour purger la bête !

    Quant aux données que je stocke sur la micro-SD de 64 Go dont est doté mon Asus T100, je lui accorde une confiance toute relative. La carte qui déborde est facilement éjectable à l’insu de son plein gré. Et bien que ce soit une Sandisk, la marque la plus représentée sur mes minimachines, je fais un Backup mise à jour régulier de son contenu sur un disque externe pour limiter la casse en terme de fiabilité sur le long terme.

    Avec un téra-octet de données sur une unité de stockage grosse comme un ongle, il y a de quoi se faire peur de temps à autres, non ?

    Et dire qu’en 1980, un disque de 50 Mo gros comme une boîte à gâteaux valait 15 000 Francs, ce qui devrait taper dans les 7000 Euros aujourd’hui, on voit combien tout a progressé. :-)

    Répondre
  • 21 septembre 2016 - 21 h 02 min

    En micro sd ce serait encore mieux. Ca va m’etre très utile pour planquer mes photos de famille et vidéo de vacances dans un endroit bien caché afin de les mettre à l’abri des cambrioleurs et huissiers.

    Un ami a été cambriolé et a perdu toutes ses photos stockées sur son pc et disques durs externes.
    Quant au cloud, pas confiance. Certains comme microsoft (onedrive) se permet d’utiliser nos photos depuis la mise à jour du cgv en septembre.

    Répondre
  • 22 septembre 2016 - 12 h 31 min

    @Nola:

    ah je ne savais pas que l’orifice anal humain était le meilleur endroit pour planquer des vidéos de vacances…
    étrange pratique sexuelle, me direz vous, mais enfin, tous les goûts sont dans la nature, je ne juge pas.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *