Ampère, un nouveau concepteur de puces ARM sur le marché

Renée James a passé 28 ans chez Intel où elle a “fini” par devenir Présidente du groupe en 2013 avant de le quitter en 2015. Aujourd’hui, elle travaille dans le groupe d’investissements Carlyle et lance un nouveau projet avec Ampère.

2018-02-06 16_15_03-minimachines.net

Brian Krzanich et Renée  James chez Intel

Ampère est un nouveau fabricant fabless de puce ARM. Un concurrent d’Intel donc, qui va tenter de faire sa place sur un secteur particulier dans une ambiance particulière. Avec les vulnérabilités Meltdwon et Spectre, le monde des processeurs est en pleine tourmente. Si les particuliers ne sont pas trop alertés par ces failles, le monde des entreprises marche sur des lego ardents. Les professionnels savent qu’ils vont devoir, à terme, changer de puces l’ensemble des machines de leurs salles serveurs. Un énorme marché potentiel.

2018-02-06 16_17_39-minimachines.net

C’est sur celui-ci qu’Ampère veut se positionner grâce à la création de solutions ARM. Une réponse qui permettrait de proposer des SoC à la fois performants et efficaces en terme d’énergie tout en évitant les soucis de sécurité actuellement rencontrés par ARM, AMD et Intel.

2018-02-06 16_08_02-minimachines.net

La première puce Ampère serait ainsi basée sur une architecture ARMv8-A 64 bits issue des solutions X-Gene3 de la société Applied Micro. Une société que le groupe Carlyle a racheté récemment à Macom. Ampère est donc, pour le moment, surtout une communication sur un projet porté par d’autres et racheté de façon opportune. La puce en question serait gravée en 16 nanomètres par une technologie FinFET et tournerait à une fréquence maximale de 3,3 GHz. Elle devrait gérer jusqu’à 1 TeraOctet de mémoire et consommerait jusqu’à 125 watts. Ampère proposerait ainsi un système de cœurs totalement original  et non pas basé sur des solutions clef-en-main d’ARM comme les habituels Cortex. La solution développée ici serait unique et sans aucune correspondance sur le marché actuel.

L’objectif clairement déterminé par la nouvelle marque est de concevoir de nouvelles solutions. Des puces proposant un excellent rapport entre leurs performances de calcul et de traitement et l’énergie nécessaire à leur fonctionnement.

2018-02-06 16_08_51-minimachines.net

Ampère prévoit le début de production de ses premières puces pour le second semestre 2018. Des prototypes commencent cependant à atterrir chez les partenaires de la marque1. On imagine qu’il va falloir pas mal de travail pour adapter le reste du matériel à ces nouveaux venus : Cartes mères, stockage, alimentations d’un côté mais aussi et surtout programmes et systèmes d’exploitation de l’autre. Plusieurs marques sont évoquées dont Microsoft, TSMC qui devrait fabriquer les puces, ARM, lenovo, Red Hat et… Oracle. Cette dernière société étant proche de Renée James qui est membre de son directoire depuis 2015…

Evidemment, avec une telle consommation, les puces Ampère ne sont pas prêtes d’intégrer la moindre minimachine. Mais qui sait, si le succès est là, pourquoi ne pas imaginer la présence de ce type de solution chez des particuliers ? Peut être d’abord dans des solutions de stockage type NAS puis un jour dans des variantes plus grand public ?

2018-02-06 15_57_30-minimachines.net

Reste à savoir ce que veut être Ampère dans le futur. Ce  qui est présenté par le  groupe comme un nouvel arrivant sur le marché ressemble surtout, pour le moment, à une opération de communication. Carlyle a racheté Applied Micro à Macom qui ne s’intéressait pas vraiment à sa partie SoC mais plutôt à ses solutions réseau. Carlyle a créé une compagnie baptisée Project Devenir Holdings pour gérer Ampère et le groupe s’est probablement dit qu’il fallait mettre le nouveau nom en avant d’une manière ou d’une autre. James ayant été une ancienne présidente d’Intel, il y a moyen d’entrechoquer assez de neurones dans les médias pour déclencher une petite réaction en chaîne. Aurait t-on parlé du X-Gene3 dans ces mêmes médias si ils étaient sortis sous le nom de Macom ? Probablement pas.

Il est également possible que Renée James ait eu du flair et qu’elle ait repéré l’excellent potentiel de ces puces. Avec l’apport financier de Carlyle, la société Ampère peut devenir un acteur probablement plus important que Macom tout seul.

PS : Je n’ai pas pu m’empêcher de rajouter la bonne tête d’André-Marie Ampère dans l’illustration.

Notes :

  1. Applied Micro a fait circuler des X-Gene3 depuis Mars 2017…
6 commentaires sur ce sujet.
  • 6 février 2018 - 17 h 16 min

    Carlyle est un goupe d’investissements extrêmement influent. Je pense que leur stratégie tourne autour du buzz, avec effectivement un projet à terme mais le but, à mon avis c’est la revente. Je me questionne sur le futur acheteur surtout, saura-t-il avoir une stratégie efficace pour entrer dans le marché ?

    Répondre
  • 7 février 2018 - 2 h 11 min

    Ah, je vois bien dans saga “guerre des Etoiles”, Dark Vador susurrer à Luke Skywalker:

    “je suis t”Ampère” après une sévère passe d’ARM !

    Répondre
  • 7 février 2018 - 9 h 02 min

    @prog-amateur: effectivement ils sont super influant, je suis toujours étonner de les voir influer sur les directoires des boites ou il ne possède que 4 ou 5 % !!!

    à mon avis aussi, le but est la revente… et pour le peu que je connais les gus… à court terme !

    sinon mon avis sur le projet…

    avec l’arrivé des Ryzen et le faite qu’Intel ai suivit, nous avons maintenant des 16threads à 3ghz APACHER… et même de 32c/64t pour les pro (ou les fada) !
    et surtout avec un TDP proche de cet Ampere !
    et donc sans changer trop de chose (notamment le software) !

    donc, sauf si le CPU développer “pour” est extraordinaire… je ne vois pas comment ils vont se démarquer face à AMD/Intel ou encore Qualcomm/AMD(si il décide un jour à sortir un nouveau proc ARM).

    Pierre, pour les Nas&Co, quand je vois tout ce que fait mon petit DS216J, un très vieux double core à 800Mhz… je me dis qu’ils ne sont pas sur le secteur !!! Marvel&Co ont encore de beau jour devant eux ;)

    Répondre
  • 7 février 2018 - 9 h 04 min

    “Revolutionary !”
    “World first 64b(its ?) CPU !”
    j’ampere mon latin

    Répondre
  • 7 février 2018 - 9 h 51 min

    @Augure: “extraordinaire”, peut-être pas. Mais s’il en fait à peu près autant pour moins cher, ça devient important quand on en colle des centaines dans un serveur. Il y a pas mal d’énergies autour des ARM pour serveurs, comme on peut en avoir un aperçu sur http://armdevices.net/

    Répondre
  • Ted
    9 février 2018 - 21 h 22 min

    Intel n’a pas une licence ARM ?? Il n’y a pas des gammes d’ARM avec les prédictions out-of-order qui étaient concernés par les dernières failles ??

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *