Acer C710 : Des variations du Chromebook C7 d’Acer en approche

Apparu sur le catalogue d’un vendeur en ligne US, disparu aussitôt, un second Chromebook C7 est né hier dans la gamme d’Acer. Il s’agit d’un engin baptisé C710, du nom de code interne d’Acer tel que fuité ici début Novembre. Un engin un peu mieux équipé que le Chromebook C7, un peu plus cher également, qui indique qu’Acer veut déployer Chrome dans ses propres machines.

Si le Chromebook C7 vendu aux US à 199$ est un engin au rapport qualité-prix exceptionnel, c’est parce que Google le pousse en avant en oubliant toute marge dans sa conception. Pour promouvoir Google Chrome OS, le moteur de recherche propose un matériel à prix plancher. Cela ne fait évidemment pas l’affaire de Acer qui ne peut pas commercialiser la machine en solo puisqu’il lui faut faire vivre toute la chaîne alimentaire de son réseau de distribution afin que vous puissiez la trouver en magasin.

Acer Chromebook A710

Il faut donc plus de marge et par la même un prix plus élevé afin de voir ce type de machine dans le commerce. A 299$, Acer peut proposer un engin un peux mieux configuré que le premier Chromebook C7. Pour rappel celui-ci est un 11.6″ 1366 x 768 brillant, équipé d’un processeur Celeron 847 cadencé à 1.1 GHz avec 2 Go de mémoire vive et un disque mécanique de 320 Go à 5400 tours. Vu le prix demandé c’est une excellente combinaison un peu étouffée par une batterie 4 cellules qui lui offre 3H30 d’autonomie seulement.

Acer Chromebook A710

Le Acer C710 est plus musclé, si le processeur ne bouge pas, et il semble très efficace pour les usages proposés par Google Chrome, on passe à 4 Go de mémoire vive et 500 Go de stockage. L’autonomie va également être revue à la hausse avec une batterie 5000 mAh et environ 6 heures d’exploitation en usage normal. On garde tout le reste de la configuration et notamment une connectique très convenable : HDMI, 3 USB 2.0, VGA, Ethernet 10/100, lecteur de cartes et port combo casque et micro. Le Wifi est du 802.11 b/g/n.

Je vois là un mouvement assez intéressant de la part de Google et Acer, on dirait un copié collé de la première version du EeePC 701. En tous point.

eeepc701

Pour rappel le premier EeePC a été annoncé à 199$, c’était un engin basé sur un Celeron, avec un écran 7″, une petite batterie, très peu de mémoire vive et 2Go de stockage. Il était destiné aux marchés émergents. Nous, nous avons eu droit à la version à 299$/€ en 512Mo/4Go un peu mieux configuré et surtout sans Windows mais avec une distribution Linux.

Le segment actuellement totalement délaissé par Microsoft de la machine entrée de  gamme au profit d’engin plutôt très chers en entrée de gamme sous Windows 8 pourrait donc se rapprocher de cette configuration. Il ne faut pas se leurrer, Acer avance ici en sous marin, les 4Go de mémoire vive sont totalement inutiles pour Google Chrome OS, par contre ils trouvent tout leur sens si on décide d’installer  sur  ce genre de configuration un Ubuntu ou un Windows. Pourquoi pas un Windows XP ou Windows 7 acheté en version boite ou une version piratée de la licence… Lors du lancement du EeePC 701 en France j’avais fait un tuto sur Blogeee pour expliquer comment installer un Windows sur un engin sans lecteur optique. Un autre expliquait comment installer Windows étape par étape. Enfin, sur le forum de Blogeee des internautes consciencieux avaient expliqué pas à pas comment installer plein de systèmes différents. Ces papiers là avaient des scores faramineux d’un point de vue audience. De véritables tracteurs pour le site, prouvant par là que le public achetait des EeePC 701 pour le hardware mais ne restaient pas figés sur le système.

pub-carrefour

Petit à petit j’ai vu apparaître dans les statistiques de Blogeee, le navigateur de Xandros, la distribution Linux du EeePC 701. Puis, il a tout simplement quasi disparu au profit d’autres navigateurs qu’il n’était pas possible d’installer dessus : Rapidement les systèmes de navigation sont passés de Xandros à une dilution d’environ 70/30 en faveur de Windows XP et Linux toutes distribution confondues. Le marché du netbook est ainsi passé d’un niveau de vente de 10% de machines équipées en Windows en 2008 à 96% en 2009. Malgré un prix légèrement plus cher et surtout avec la disparition de l’offre Linux en magasin, Windows s’est totalement imposé sur le marché netbook.

Microsoft a ainsi stoppé une hémorragie de licences incontrôlées en proposant à Asus et aux autres constructeurs un Windows XP pour les netbooks avant de lâcher carrément un Windows 7 Starter. En tuant ensuite tout possibilité d’exploiter Windows 8 sur des petites configurations ils ont mis à mort le concept.

La place est vacante désormais, il n’y a pas de netbooks ou d’ultraportables sous Windows 8 à bas prix. Cet engin à 299$ est un excellent moyen de pénétrer ce marché en sachant pertinemment qu’une partie des utilisateurs va très vite installer un Ubuntu ou un Windows sur le système qui est taillé pour les accueillir.

Que reprocher à cette machine qui offre un accès complet à ses composants, est totalement compatible Ubuntu ou Windows, vendue peu cher et bien configurée par Acer ? La France va recevoir son Chromebook et il se pourrait que cet engin au rapport qualité prix exceptionnel face au reste du marché actuel, trouve un public bien plus vaste que celui auquel il est destiné officiellement.

Plus d’image du Chromebook C710.

8 commentaires sur ce sujet.
  • 14 décembre 2012 - 10 h 20 min

    « …une version p* de la licence… » tu prends des risques là, non ? :)
    Coquille dans l’entête « un peut mieux  »
    Sinon elle à l’air pas mal cette machine, en dehors de la marque avec laquelle j’ai encore un peu de mal…

    Répondre
  • 14 décembre 2012 - 10 h 29 min

    Le Chromebook C7 est le cousin germain (pour ne pas dire le sosie) du Aspire One 756 vendu chez nous en Windows 8 à 349€ (Boulanger). Soit, si l’on tient compte de l’habituel conversion $=€, 150€ de plus pour juste un tout petit bonus de 2Go de ram en faveur du One 756.

    Si l’on ramène cette évolution du C710 en version Windows 8, cela va nous donner quoi comme prix ? Du 399€ ? Pour un truc sous Celeron 847, cela ferait chéro, non ?

    Donc oui, ce C710 serait probablement intéressant pour le basculer sous Windows ou Ubuntu ;-) Mais qu’en est-il du processeur, un Celeron 847 ) 1,1GHz, avec Turbo Boost désactivé, même en double cœur, aujourd’hui ce n’est pas un peu « poussif » ?

    Répondre
  • 14 décembre 2012 - 10 h 33 min

    @pipin: Non, c’est simplement ce qu’il s’est passé pour le 701, les distributions pirates d’XP « adaptées » au petit stockage de l’engin sont vites apparues… Il pourrait en être de même avec ce Chromebook.

    Répondre
  • 14 décembre 2012 - 13 h 58 min

    Passer de 200$ à 300$ pour 2GO de RAM en plus et un plus gros disque dur que les utilisateurs risque de changer… C’est cher payé, j’aurai préféré un C7 que C710.

    Répondre
  • 14 décembre 2012 - 17 h 29 min

    Je me demande si les constructeurs trouveraient pas des clients (je pense que oui pour sur) si il nous sortaient le coup du mini pc Windows et chrome en multiboot et android avec une configue de base en X86( processeur léger 2 go ram petit disque dur et une autre en ARM au standard des tablettes entrée- milieu de gamme dans la même coque le tout pour moins de 350 euros en 10 pouces tactile je pense que ça cartonerais et permettrais de garder 2 systèmes qu’en pensez vous ?
    Ca existe pas déja ?

    Répondre
  • yan
    14 décembre 2012 - 17 h 52 min

    L’ethernet filaire 100Mbit pour la version à 199€, passe encore… mais cela devient un peu économies de bouts de chandelles pour une machine à 299€.

    De même l’écran brillant est une faute de conception sur ce type de machine… Pour le reste, rien à redire. C’est juste dommage de sortir une telle machine et de louper de peu le rapport perfection/prix idéal.

    Répondre
  • 19 décembre 2012 - 8 h 46 min

    Il y a quelques mois, j’ai lu qu’Asus allait sortir un netbook à 169€. Je parie qu’il est tombé aux oubliettes?

    Répondre
  • 28 décembre 2012 - 11 h 23 min

    […] Il est fort possible que de nombreux utilisateurs se tournent vers ce genre de solution réellement low-cost et réinstallent derrière un Windows ou un OS libre comme Ubuntu. J’ai développé ce point dans un précédent billet. […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *