3 millions de Raspberry Pi vendues, une Maker Faire à Paris !

Les chiffres de vente de la Rapsberry Pi continuent de défier tous les pronostics avec des résultats sans précédents par rapport aux espoirs qu’un fabricant pouvait avoir dans un engin totalement dépassé technologiquement avant même sa mise en chantier.

Ce qui a séduit dans cette petite carte n’est pas son matériel, la carte est effectivement sous équipée si on la compare à un simple téléphone moyen de gamme actuel. C’est son ouverture et sa communauté. Aujourd’hui, avec 3 millions de cartes vendues et si certaines dorment certainement dans des placards un peu partout dans le monde, cette carte est un des objets Open-source le plus massivement diffusé sur la planète. Un choix technologique qui a des conséquences pratiques.

 Raspi

Qui aurait pu prévoir par exemple que la petite  carte abrite un jour une distribution logicielle comme XBMC qui tire parti de ses capacités technologique jusqu’à la dernière goutte de performance dont elle est capable. Pour ceux qui on goûté aux joies des installations de ce système depuis les premières bêta jusqu’à aujourd’hui vous pouvez remarquer l’énorme travail effectué autour de la carte qui sait désormais lire des copies de films très haute définition sans broncher.

On ne compte plus les bidouilles et les hacks conçus autour de la Raspberry Pi et je suis toujours étonné de voir que cette solution attire autant des néophytes que des hackers confirmés, les très jeunes et les seniors, tous dans une grande fraternité et un échange de leurs trouvailles très libre.

Si la carte est parfois synonyme de grandes frustrations – mon échec de création d’une PirateBox viable en Wifi avec la carte m’est restée en travers de la gorge – c’est néanmoins un excellent moyen de se jeter à l’eau de manière décomplexée pour comprendre les mécanismes des matériels informatiques qui nous entourent. A moins de 35€ pièce, la Raspberry Pi a encore de très beaux jours devant elle.

13-06-2014 18-04-21

Une Maker Faire Paris le Week End prochain.

En parlant de Hack et de bidouille, je ne sais pas si vous êtes au courant mais la première Maker Faire Paris a lieu les 21 et 22 Juin, le Week End prochain à Paris au CENTQUATRE. Vous trouverez toutes les infos sur le site dédié. Je ne sais pas encore quand j’y serai mais je compte bien y faire un tour.

Les Maker Faire sont des expositions qui ont lieu un peu partout sur la planète où l’on peut rencontrer des bidouilleurs en tous genres, voir et soupeser du matériel et surtout apprécier des montages et les solutions mises en oeuvre pour y parvenir. Cette première Maker Faire Paris accueillera de nombreux projets à découvrir, des compétitions de robots, des conférences et divers autres événements.

Du Kart Electrique Open-Source à monter soi même avec ViKart à la conception d’objets connectés avec WEIO, c’est l’occasion de se changer les idées des produits prêts à consommer du quotidien.

weio

Si vous comptez y faire un tour, le mieux est de réserver ses places à l’avance en ligne ( 12€ adulte, 6€ moins de 12 ans) toutes les informations pratiques sont ici.

17 commentaires sur ce sujet.
  • 13 juin 2014 - 18 h 43 min

    A quand on nouveau modèle plus performant ?

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 20 h 30 min

    @Gauthier, risque de coûter plus cher…
    or pour un prix plus élevé tu as beaucoup de choix

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 23 h 56 min

    J’ai franchi également le pas il y a deux mois et suis enthousiasmé pas les capacités de cette petite carte parfaite pour les bidouilles électroniques et informatiques.

    Je m’en sert également pour programmer mes pro mini atmega328 vendus 2€ et c’est un tandem parfait pour les hackers en herbes ou expérimentés, même si la puissance du rpi pêche un peut.

    Contrôlé par vnc, c’est un vrai bonheur mais malheureusement les teensy ne sont pas prises en compte par l’application arduino installé par le biais des dépôts de raspbian.

    Répondre
  • 14 juin 2014 - 0 h 14 min

    @Gauthier: Pour qui, pour quoi?
    La Rpi est juste dimensionné comme il faut pour faire ce quelle a à faire.
    Elle ne demande pas plus en perf mais surtout de meilleures connectiques (par exemple virer cet Ethernet sur USB).
    Le seul soucis que risque d’avoir la fondation sera quand les proco manquerons (ou ne serons produit que pour la pi) ce qui risquerais de faire monter le prix rapidement.
    Il faudra alors trouver un substitut… mais ça je pense qu’ils y travaillent déjà.

    Répondre
  • 14 juin 2014 - 9 h 24 min

    @youri_1er:
    Le miens est « poussif », je m’en sert comme lecteur multimédia exclusivement et il commence à me gaver. Vivement son successeur, cr il rame trop et il a vraiment du mal avec certain formats. Surtout que la 4k arrive à grand pas.

    Je croise les doigts pour que cette vev B 512Mo totalement obsolète soit vite remplacée par un modèle qui colle à notre époque (2014…).

    Répondre
  • 14 juin 2014 - 10 h 47 min

    pour ceux et celles qui veulent un RPI plus performant il ya le Banana Pi (légèrement plus chère mais plus complete) et qui est parfaitement compatible (OS/programme et connectique) ou autre alternative genre cubieboard A2 (dual core),Hummingbird A31 (Quad)… et tiens Pierre pourquoi tu nous parle pas un peut du TBS 2910 Matrix

    Répondre
  • 14 juin 2014 - 11 h 54 min

    @Youcef: Parce que je l’ai reçu qu’hier ;)

    Répondre
  • 14 juin 2014 - 11 h 54 min

    @Gauthier: si c’est pour faire du multimédia tu a des tonnes de produits bien plus adapté que la Rpi.
    Et il faut bien comprendre que ce n’est pas le but n’y la cible de la fondation que de faire un lecteur multimédia avec la Rpi.

    Répondre
  • 16 juin 2014 - 5 h 22 min

    Mon rasperryPi est en fonction depuis un peu plus d’un an, et il me permet de connecter un peu tout dans la maison.

    1°) Tout d’abord les volets roulants qu’il ouvre et ferme automatiquement tous les jours, ( ou manuellement à partir d’une connexion Internet partout dans le monde, ou à l’aide d’une télécommande.
    )

    2°) Il me permet également de connecter mon portail que je peux également ouvrir ou fermer à distance. ( pratique quand un livreur veut déposer un gros colis et que je ne suis pas présent, ou que je suis parti en oubliant de fermer le portail )

    3°) Il se charge également de l’allumage d’une multitude de prises sans fil ( en quantité illimitée ).
    soit automatiquement ou sur commande à partir d’une connexion Internet,
    ou à l’aide d’une télécommande.

    4°) Il a aussi pour mission de m’indiquer la température et l’humidité, toujours à distance.

    Pour le moment c’est à peu près tout ce qu’il fait, mais ce n’est pas fini, plein d’autres missions l’attendent.

    Et tout cela avec une consommation d’environ 2 à 3 Watts.

    Répondre
  • 16 juin 2014 - 9 h 44 min

    Ce qui m’agace un peu, c’est le terme bidouillage.
    L’Arduino, le Rasp ainsi que de nombreuses autres cartes sont utilisées à de nombreux projets. Par exemple le prototypage avant la solution industrielle, l’asservissement de moteurs de téléscopes pour la détection des exo-planètes etc… Ce sont de vrais projets, définis par des ingénieurs avec une forte méthodologie, c’est à dire le contraire de la bidouille.
    Il faut arrêter d’enfermer ce genre de produits dans la bidouille. Certes un nombre important d’acheteurs geek stocke ensuite dans un tiroir (par flemme ou ignorance ?), mais cela ne remet pas en cause la capacité d’utiliser les produits autrement que pour la « bidouille ».

    Répondre
  • 16 juin 2014 - 10 h 22 min

    @nonnon: Bidouille est pour moi un terme très noble, c’est le français de Hacker à mon sens. Je n’y vois aucune notion péjorative.

    C’est dans le Larousse, Bidouiller : Familier. Trafiquer, bricoler un appareil, un matériel, etc. : Bidouiller un logiciel.

    Cela à un autre avantage, ça dé-diabolise le produit et l’acte. Dire a quelqu’un qu’on l’invite pour prototyper un mécanisme industriel ou dire à ses parents qu’on est en train de hacker un truc ça n’a pas le même effet que « Bidouiller ».

    Pas ma faute si les médias Français on transformer le hacker d’origine en Pirate vénal… Moi ce qui m’intéresse c’est de voir ces objets comme des Meccanos modernes et le faire comprendre aux parents, si ça doit passer par un terme familier – que je trouve d’ailleurs fort amusant avec ses dérives comme « bidouillabilité » – alors je le fait sans problèmes et j’assume.

    Enfin, oui ces engins ont le mérite de pénétrer aussi bien la sphère industrielle que la recherche ou le salon des particuliers, mais ici, bien que le site soit lu par tout un tas de gens, je m’adresse avant tout aux particuliers. Hors commencer un papier en parlant de prototypage et d’ingénierie c’est le meilleur moyen de se faire zapper par cette population grand public et en particulier les plus jeunes. Je préfère donc employer des mots moins rudes et tenter de les décrocher de la console pour qu’ils jouent du fer a souder.

    Donc je continuerais a parler Bidouille et je ne pense pas que cela choque qui que ce soit, ni l’ingénieur qui bidouille pas mal contrairement à ce que l’on croit. Ingénieur qui n’a pas forcément de grosses chevilles même si il construit un satellite. Ni l’utilisateur de base qui se rend bien compte que suivre un tuto pas à pas n’est que le début d’un apprentissage plus grand et plus large sans pour autant le rabaisser, c’est comme ça que je construisais mes Meccano…

    Répondre
  • 16 juin 2014 - 17 h 00 min

    Perso je trouve les termes hack et bidouille péjoratif.
    Je les prend comme des « petit » projets personnels et non pas comme de gros produit professionnel qu’ils peuvent êtres!
    D’ailleurs il dès qu’un produit deviens pros généralement l’on parle plus de développement (prototypage, industrialisation, …) que de hack.

    Je pense que de ne parler que d’une seule des deux vision (pro/amateur) serait dommage et réduirait l’importance et la porté de tel produits.

    Surtout qu’aujourd’hui la Rpi c’est aussi un produit qui sert pas au prototypage ou au bidouillage mais bien à des projets concrets et finit (multimédia par exemple, mais pas que) et donc qu’un acheteur peu ne pas être dans le cas d’une création avec son produit mais d’une simple utilisation.

    Enfin je pense que cette carte est juste LE produit qui répond à un grand nombre de besoin, de professionnels, d’amateurs ou d’utilisateurs et que malgré ses défaut elle à apporté ce qu’aucun constructeur sérieux n’a sus apporté à ses clients!
    Preuve que la vision Open Sources et la simplicité sont des moteurs de création.

    Répondre
  • 16 juin 2014 - 17 h 58 min

    @youri_1er: Dés que l’on parle de développement pro on parle de … développement et on s’intéresse au produit fini et pas à la réalisation nécessaire ni aux outils concernés en tant que tel. Ils font partie intégrante du projet mais s’effacent derrière le but a atteindre.

    Mes briques de Lego fonctionnaient de la même manière : J’avais des briques en main tant que je n’avais pas fini de construire mon véhicule mais dés la dernière brique posée j’avais alors un vaisseau ou une jeep en Lego et pas un véhicule en briques de Lego.

    Je connais assez peu de développeurs et d’ingénieurs pro mais tous ceux que je connais fonctionnent de la même manière en 2 entités distinctes : Il y a ceux qui prototypent de gros projet et qui passent 99% de leur temps sur un ordinateur a concevoir des composants voir un morceau du composant sans jamais vraiment voir la finalité de l’ensemble dans sa globalité. Et ceux qui cherchent des solutions originales sur des idées parfois jetées sur un bout de nappe en tissu à la cafet. ceux là sont le plus souvent a jongler entre fer a souder et clavier d’ordi.

    Les gros projets de ne bidouillent pas, ne hackent pas mais restent très loin des réalités tangibles du produit fini. Sauf pour le tout petit staff tout en haut de la pyramide qui voit de prés le satellite, composant, processeur mis en oeuvre par une armée d’ingénieurs. Ok ce n’est pas de la bidouille mais je n’en parle pas sur minimachines parce que ce ne sont pas des minimachines. Bidouiller une Raspi pour en faire une google class like c’est du hack et j’en parle par contre m’interroger sur la construction spécifique d’une vraie Google glass n’a pas beaucoup d’interet a mes yeux. Ce n’est pas que ça ne m’intéresse pas d’en parler mais il y a des sites bien plus au courant que mois pour le faire.

    Par contre ces ingés peuvent passer d’un rôle à l’autre en changeant de lieu et d’horaires. Un concepteur de puce pro peut passer un an a s’occuper d’un petit morceau de silicium et rentrer chez lui pour programmer une solution domotique basée sur une Arduino et des servo-moteur de lecteur DVD ou d’imprimante pour le fun. Là il bidouille et tâtonne parce que contrairement à son boulot, tout n’est pas parfaitement documenté pour aller de A à B.

    C’est justement ce qui lui plait d’ailleurs de trouver le chemin, de défricher et de coller un bout de code très malin sur Github ou un plan détaillé de son montage sur Instructable.

    Est ce qu’il voit le terme bidouille ou hack comme péjoratif ? A mon avis il s’en fout pas mal, il comprend que le sens donné ici n’est pas insultant, il est là pour décrire une approche moins structurée et plus orientée loisir que son boulot et si ce projet devait découler un jour sur la création d’une entreprise, le dépôt d’un brevet et la mise en oeuvre d’une carte sur mesure, il y a tout à parier que tout le monde parlerait d’ingénierie sans se préoccuper des manières employées pour ses recherches passées.

    Répondre
  • 16 juin 2014 - 18 h 04 min

    Oué, ce qui fait la force de la Rasp, c’est pas sa puissance, c’est ça communauté.
    Pour les termes utilisés, je comprends la position de Pierre. Mais tf1 et les 200 mots qu’on parle ont fait croire par exemple que « télécharger » c’est forcément illégal, alors que Zindozs passe sa vie à télécharger des mises à jour.
    Alors voila, pas que la bidouille, pas que la bidouille. Et pour ce qui est d’arracher les ados aux jeux vidéos, pas possible. Du moment que ça vient d’un adulte, c’est pas leur monde, c’est un truc de vieux et c’est pas cool. COD ? C’est pas un complément d’objet direct, c’est CALL OF DUTY, point.

    Et puis mes remarques sur le site, c’est pour l’empêcher de tourner en rond, même que je me venge de Pierre parce que lui il vulgarise et du coup il a des lecteurs alors que moi j’ai pas de lecteur… Et pas de site.

    Répondre
  • 16 juin 2014 - 18 h 42 min

    @NonNon: Je ne désespère pas, au contraire, pas mal d’ado voir des plus jeunes s’intéressent à tout cela. Et une vidéo d’une Maker Faire 2013 aux US montre que pas mal d’enfants sont présents à ce type d’évènements : https://www.youtube.com/watch?v=piOlnL0J1LU

    Répondre
  • 16 juin 2014 - 18 h 44 min

    @NonNon: Si on abandonne les mots Hacker, téléchargement ou autres à TF1, ca sera perdu. Effectivement quand je dis que je télécharge ma musique le premier réflexe est de dire que je pirate. Une sorte de réflexe conditionné, comme hacker et devenu synonyme de pirater. Mais si demain TF1 prétend que copier c’est volr, je ne vais pas arrêter d’utiliser le bon mot pour autant.

    Répondre
  • 4 juillet 2014 - 16 h 19 min

    […] Une Maker Faire à APris, peut être l'endroit ou croiser une des 3 millions de cartes Raspberry Pi vendues dans le monde.  […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *