Tablette pour enfant : Un mauvais investissement

Chaque année c’est la même histoire, les fabricants de tablettes comme les éditeurs de loisirs et jeux pour enfants nous ressortent leur propre petite machine à destination des tout petits. Et chaque année c’est la même flopée de produits qui se disputent la palme de la nullité. Aucun enfant ne mérite aujourd’hui les produits que les marchands essayent de vendre à leurs parents.

Parents ! Souvenez vous lorsque vous êtes devenu grands, du regard même pas attendri que vous avez porté sur vos jouets “technologiques” en plastique. Ceux que vous avez jeté en vidant votre chambre. Les faux ordinateurs avec leurs écrans LCD de 2 lignes de haut, les faux téléphones qui bip-bipaient tout juste une mélodie navrante. Souvenez vous de votre ahurissement d’alors face à ces objets pourtant payés cher qui ne vous ont jamais fait jouer plus d’une dizaine d’heures dans toute votre enfance…

Souvenez vous-en précisément le jour ou le doigt sur le bouton commander, vous brûlez de cliquer alors que dans votre panier s’est glissé une “tablette pour enfant”. Un de ces ersatz de “jouet d’adulte” qui leur est proposé en ce moment. Car le niveau est équivalent, entre le simili ordinateur tout juste bon a mal synthétiser la voix des animaux de la ferme de votre enfance et la tablette pour gosse. La proposition 2012 pour les plus petits est tellement navrante qu’elle ne satisfera pas même le plus tenace et curieux des bambins.

Tour d’horizon du lamentable panel de la tablette pour enfant.

On compte plus de de 10 modèles et plus de 6 marques sur ce segment de la tablette pour enfant. Pas une seule n’a un produit juste potable aujourd’hui dans ce marché de la tablette pour enfant. Comprenez par là qu’aucun dirigeant des sociétés qui produise ces tablette n’offrirait un de ces gadget à leur propre enfant, pas sans lui proposer également une tablette plus évoluée. Pour bien comprendre ce qui peut séduire un enfant de 2 ans en 2012 il faut bien comprendre non pas ce que vous pensez savoir bon pour eux mais plutôt le monde dans lequel ils vivent aujourd’hui.

En 2012, tout enfant de 2 ans a déjà mis les doigts sur une vraie tablette ou un vrai smartphone. Il a déjà testé l’iPhone d’un ami ou d’un membre de la famille sur lequel une application a été installée pour lui. Il a peut être simplement réussi a faire défiler des images mais le “mal” est déjà fait. Si vous êtes les heureux parents d’un enfant qui n’a jamais vu d’écran tactile moderne, félicitations, mais cela n’empêchera pas votre bambin d’avoir croisé une console portable de type Nintendo DS ou autre. Le problème est alors le même, votre enfant a vu ce que donnaient des engins modernes avec une interface efficace et surtout une réactivité instantanée. C’est ce qu’il voudra et tout ce que vous pourrez lui proposer d’autre, de moins efficace ou moins rapide, ne lui donnera pas satisfaction.

Regardez maintenant la merveilleuse offre que propose le marché “pour enfants” en 2012 : VTech, Lexibook, LeapFrog, Archos  ou Oregon proposent des modèles de tablettes différents pour les plus petits. Toutes ont un design différent, mais toutes ont un énorme point commun : elles sont absolument nulles d’un point de vue technique.

Le haut de gamme propose un écran tactile 7″ capacitif d’une définition de 800 x 480 ce qui est tout simplement navrant, le bas de gamme est en 5″ en 480 x 272 voire du 3.5″ à la même définition et du résistif ! Il faut parfois 4 ou 5 secondes entre un clic sur l’écran et une réaction de l’engin. A croire que parce qu’ils sont petits, ils n’ont pas besoin de beaucoup de pixels ou des reflexes de limace, c’est tout le contraire. Toutes ces tablettes tournent sur des puces de type Cortex-A8 cadencées à 1 ou 1.2 GHz. Des engins au moteur de 2009 donc avec une mémoire vive allant de 256 Mo à 1 Go au maximum. Le stockage est minimaliste, 40% ne proposent pas de Wifi, une batterie catastrophique, un stockage indigent et parfois aucune possibilité d’extension avec un lecteur de cartes.

Autrement dit vous achetez un objet qui est déjà dépassé technologiquement, peu réactif, d’une autonomie réelle de 4 heures et qui ne pourra pas évoluer dans plus de la moitié des cas. Je sais que les plus petits aiment la répétition mais voir 10 ou 15 fois le même dessin animé n’est pas pareil que de jouer 10 ou 15 fois à la même application ludo-éducative. Surtout quand on voit le monde tourner autour de nous et que sur “la tablette de papa” il y a beaucoup plus de choses rigolotes a essayer.

Je ne suis pas devin mais je peux vous promettre que dans 90% des cas cette tablette ne servira pas plus d’une demie douzaine de fois et finira sur une étagère où les 150€ qu’elle vous aura coûté finiront par vous rendre malade.

L’excuse du jouet

Et pourtant cela se vend. Oui, pour plein de bonnes et mauvaise raisons. Cela se vend surtout pour les deux principales et habituelles. D’abord c’est l’enfant qui réclame une tablette parce que dans son entourage il y a déjà une tablette. Mais ce que votre cher petit entend par “une tablette” ce n’est pas un sous-produit censé lui être destiné et pondu par des ingénieurs à la recherche de la plus grosse marge possible mais bel et bien la même que celle qu’il a déjà vu et essayé. Dans la tête d’un enfant il n’y a pas 10 000 modèles de tablettes qui se font concurrence, il n’y en a qu’une seule sorte, celle qui marche bien et qu’il a déjà essayé. Si vous lui dites “Tu veux que le papa Noël t’amène  une tablette ?” Il ne verra pas le modèle en plastique moulé avec tout petit écran sans nouvelles applications vendu pour les enfants de son âge, il verra une large tablette “de grand” en capacitif. Si ses yeux brillent et qu’un sourire éclate pendant qu’il vous dit oui, il ne voit pas du tout la même chose que vous au final.

Les fabricants se servent de l’excuse du jouet pour proposer des engins inutiles et hors de prix. Le fait de surmouler une coque en plastique ABS “Anti-choc” autour d’un écran qu’aucun fabricant de cadre photo numérique n’emploie plus depuis 2005 n’est pas bonne. Vendre 150€ un matériel qui doit coûter tout au plus 30$ a fabriquer n’est pas acceptable mais semble être exusé par l’effort logiciel supposé et surtout l’emballage ludo-éducatif que savent si bien manier les fabricants.

Le matériel intégré est tellement dépassé que même le très entrée de gamme Chinois n’arrive plus à vendre des tablettes identiques à 49$. On trouve mieux pour le même prix dans le premier magasin venu. Si vous en faites part à un fabricant ou à un vendeur en magasin spécialisé, le discours est absolument identique : La tablette pour enfant a été conçue pour eux, elle est “anti-choc et incassable”.

Outre le fait qu’on sent très vite à les entendre que cet argumentaire a été appris par coeur comme l’argument massue pour faire pencher la balance, cette excuse est parfaitement hypocrite. Ce n’est pas ce qui explique en tout cas le tarif de l’engin. Un moule pour une tablette coûte environ 1300$ a faire fabriquer. Je parle d’un moule en acier spécifique, qui produira 120 000 pièces avant de donner des signes d’usure et qu’il faudra peut être alors un peu usiner à nouveau pour éviter des bavures de plastique avant de repartir pour 60 ou 100 000 autres pièces. Cela  nous donne un coût ramené à la pièce de 0.01$ au bas mot. L’injection d’ABS en plus grande quantité par rapport à une tablette classique est également ridicule, cela doit coûter peut être 0.0.1$ de plus également. Les modèles ayant des injonctions de silicone mélangés au plastique représentent un surcoût de 1$ au grand maximum par rapport à une tablette 100% plastique. Comment expliquer que ce traitement particulier passe le prix de 30$ de matériel à 150 € ?

Le fait de proposer un design spécifique “anti-choc” du châssis de la tablette n’est en rien une excuse pour afficher un tel tarif. Surtout lorsque l’on sait que 90% des tablettes pour enfant n’ont pas une protection efficace de leur écran capacitif. Une tablette tactile n’a pas de pièces mécaniques et ne craint pas les petits chocs outre mesure, seul l’écran est sensible à la casse. Une coque épaisse et moulée d’un bloc est une bonne chose mais choisir une dalle solide serait vraiment utile dans cette optique, hors c’est délibérément mis de côté.

La robustesse matérielle au détriment de l’offre logicielle

On achète donc une tablette pour enfant avec comme première préoccupation sa solidité. On répète en cela les choses apprises avec les autres jouets qu’on leur confie. Il faut que l’objet soit solide sinon il la cassera tout de suite et vu le prix qu’elle coûte  ce serait dommage. Mais voilà, il n’y a aucun risque qu’un enfant casse une mauvaise tablette puisqu’il ne jouera pas avec.

En mettant l’accent sur la robustesse de leur produits, les fabricants éludent le vrai débat : l’offre logicielle, les applications livrées avec l’engin. Je passe directement sur les modèles livrés avec 10 applications en tout et pour tout dont l’enfant fera la tour en 60 minutes chrono avant de rayer l’objet de son horizon ludique. Ce genre de tablette ne vaut même pas le coup d’être confiée  un enfant en bas âge.

Le reste de l’offre n’est pas beaucoup plus efficace : Entre les tablettes qui proposent des applications téléchargeables à plus de 10€ et celles qui vendent des cartouches à 22€ contenant une copie d’un jeu flash gratuit sur le net, mon coeur ne balance pas vraiment. Sous le couvert de protéger les yeux enfantins d’un réseau dangereux, la plupart des fabricants ne fournissent pas un accès à Internet à leurs machines, il sera sera donc totalement impossible de télécharger de nouvelles applications. Les rares qui proposent un accès Wifi pointeront vers un market spécialisé ou de rares jeux ou applications ludo-éducatives se battent en duel à des prix indécents.

C’est l’application qui fait la différence et j’ai pu le sentir clairement en utilisant mes enfants comme cobayes. La tablette qu’ils emploient importe peu, c’est le contenu qui prime. Alors qu’ils avaient l’habitude de jouer sur un iPad, j’ai fait une mauvaise blague à mes 2 enfants de 3 et 8 ans. j’ai effacé le contenu de la tablette en ne laissant qu’une poignée d’applications qu’ils aiment bien mais qu’ils connaissent par coeur. Sur une tablette Android, j’ai installé des nouveautés qu’ils ne connaissaient pas. L’iPad est totalement déserté au profit de la tablette Android. Peut importe l’engin, du moment qu’il est réactif et que son contenu évolue. Si vous achetez une tablette qui ne peut pas charger de nouveautés, vous achetez une tablette condamnée d’avance. Et ne vous laissez pas abuser par un discours du type “jeux flash” pour les rares tablettes qui savent surfer. Les processeurs embarqués sont incapables de les faire tourner !

Baby Sitter 2.0 et pression médiatique

Alors pourquoi vouloir une tablette à tout prix ? C’est simple, l’objet est à la mode, sur toutes les lèvres et surtout sur tous les catalogues de jouets. Quand on vend un objet 150€ alors qu’il ne coûte que 30$ a fabriquer on a les moyens pour proposer une belle panoplie marketing. Les enfants sont donc soumis à une belle pression, ils veulent leur tablette de grand, leur joujou a eux et pas celui que papa ou maman monopolise tout le temps. Les parents eux se sentent “obligés” de céder puisque tout le monde va offrir ça à Noël. La per de décevoir ou d’être pas assez “à la page” joue beaucoup dans le processus.

Les parents veulent aussi avoir la paix et donc se sentent prêt à craquer pour un engin qui jouera le rôle de Baby Sitter électronique. Avec une tablette dans les mains je pourrais enfin avoir une minute à moi. Sauf que ce pari est perdu d’avance avec les engins mis sur le marché pour les enfants aujourd’hui. L’offre est mauvaise et toujours en deçà de ce que proposent les vraies tablettes. Résultat, le petit demandera encore et toujours la tablette familiale ou qu’on s’occupe de lui pendant que vos 150€ dormiront au fond de sa chambre.

Au pire, la tablette pourrait lui plaire parce qu’elle permet de surfer en ligne, et là le grand mystère des pare feux et autres système de surveillance de navigation entre en jeu. Soit votre enfant sera frustré parce qu’il ne pourra pas aller où il veut. Soit il saura déjouer la protection souvent très poreuse installée par la fabricant au détour d’un clic hasardeux et se retrouvera dans le grand bain d’Internet sans aucune bouée ni gilet de sauvetage. Certaines tablettes nécessitent de se connecter au réseau pour s’inscrire à un site spécifique avant d’être pourvue d’un système de contrôle parental. Autrement dit, quasiment personne ne fera la démarche avant la première prise en main par l’enfant.

Confier une tablette permettant d’aller sur Youtube ou Facebook à un enfant n’est pas forcément une bonne idée, certes l’écran de ces machines est mauvais, certes le processeur est très lent, mais contre une fenêtre sur le monde aussi large que celle-là, les enfant sont tout à fait apte à être d’une patience infinie.

Une meilleure approche ?

Quoi faire alors pour satisfaire un petit monstre qui vous réclame une tablette ? La même chose que pour un ordinateur portable, un vélo ou un engin qui sert vraiment autrement qu’a jouer à se raconter des histoires ou en imitation. Si les poupées ou les peluches peuvent fonctionner même en étant laides et toutes abîmées  si un simple petit Playmobil ou une petite voiture peuvent servir de support à des épopées entières, les engins que sont les tablettes doivent suivre la demande de l’enfant.

Au contraire du jouet classique ou c’est l’enfant qui invente l’univers de jeu au fur et à mesure, la tablette doit proposer du contenu auquel l’enfant adhérera, sur lequel il évoluera. La meilleure approche est donc de lui confier un engin de grand, pas forcément plus cher. De bonnes tablettes débutent même en dessous du prix de ces jouets à 129€, ou juste un peu plus cher pour du haut de gamme à 199€.

Mais la tablette peut casser et elle dispose d’un accès complet au net !? Oui, elle peut casser mais c’est à vous d’expliquer au petit que si la tablette tombe elle va casser et qu’il pourra dire alors adieu à ses jeux préférés. Oui elle peut accéder à Internet mais c’est vous qui contrôlez le mot de passe du réseau pour bloquer les accès intempestifs, vous qui pouvez choisir de faire une bureau spécifique pour votre enfant, vous qui devez passer du temps avec lui pour le guider et transformer un jeu en apprentissage.

La tablette n’est pas une baby-sitter. Si vous pouvez très bien laisser votre bambin avec un jeu d’animaux de la ferme pendant 10 minutes seul sur un canapé pendant que vous faites à manger, il ne doit pas pour autant pouvoir emmener la tablette pendant 3 heures dans sa chambre sans surveillance.

Les tablettes sont des outils formidables pour l’éveil de vos enfants mais l’achat de celle-ci est hors de prix si on la considère comme un investissement pour une personne unique. C’est 3 fois plus cher qu’un abonnement annuel pour un mensuel de lecture qui sera lui absolument sans risque pour votre chère tête blonde.

Google Nexus 7

Qu’est ce qu’il faut acheter ?

Une tablette pour toute la famille reste un meilleur investissement pour les plus petits. Passer du temps avec son enfant pour lui montrer les bases d’un jeu sur un engin affichant une belle image et proposant une réactivité immédiate est bien plus gratifiant pour lui que de lui donner une tablette peu ergonomique avec laquelle il devra se débrouiller tout seul. Oubliez les tablettes pour enfant, il n’y en a pas une pour rattraper l’autre matériellement et logiciellement.

Depuis des années nos chères têtes bondes se voient offrir des engins inutilisables pour les plus malchanceux d’entre eux. Les plus heureux ont un iPad. Apple a bien vite compris que toute cette offre “spécialisée” n’était pas au niveau et une partie de sa communication mets en scène des tous petits qui utilisent naturellement la tablette. L’offre d’Apple est très variée et certaines sociétés se sont spécialisées dans le développement d’applications pour iPad à destination des tous petits. On trouve de tout et à tous les prix à ce niveau.

Mais il n’y a pas que l’iPad qui, si il reste excellent, est toujours assez cher.  L’offre logicielle Android s’est considérablement étoffée et les produits sont beaucoup plus accessibles qu’auparavant. Les dernières versions  du système permettent en outre une gestion des profils d’utilisateurs, ainsi sur ma Nexus 7 j’ai créé un profil adapté à mes enfants qui ne les laisse pas accéder à l’ensemble des applications pourtant présentes dans la tablette. Une manière d’être sûr de ne pas les laisser aller là où il ne doivent pas fouiner.

Achetez donc une tablette pour enfant en ayant en tête un usage familial, elles auront un meilleur rapport qualité prix et servira à tous en proposant des applications variées et sans cesses renouvelées. Cela ne vous coûtera pas forcément plus cher, voir moins puisque plusieurs utilisateurs pourront se servir de l’engin et que l’objet ne  sera pas mis au rebut en quelques dizaines d’heures.

salon_montreuil_2011_09

Et encore une fois, si tout cela est trop cher pour vous ou si vous voulez vraiment un engin calibré pour les petits, choisissez une console de type DS ou un abonnement à un journal gratuit. Vous n’êtes pas obligé de répondre à la pression médiatique pro-tablette du moment, il se peut que mettre des sous de côté pour acheter un nouvel ordinateur familial soit finalement plus pertinent. En attendant un simple magazine tous les mois dans la boite aux lettres peut être un bien meilleur vecteur éducatif qu’une tablette bêtifiante et vendue à un tarif délirant au vu de ce qu’elle embarque.

84 commentaires sur ce sujet.
  • 20 décembre 2012 - 1 h 24 min

    Super article, qui fait bien le tour de la question. C’est clair que l’usage des tablettes par les très jeunes enfants doit être fait de façon contrôlée et modérée…
    Si ça vous intéresse vous pouvez jeter un œil sur cette réflexion intéressante autour des tablette et la petite enfance:
    http://blog.sanspapier.com/la-tablette-numerique-et-lenfance-reflexions/

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 1 h 43 min

    “40% ne proposent pas de Wifi”
    ?!
    Parce que le WIFI est indispensable sur ce genre de tablette ? la connexion USB ne suffit-elle pas ? …

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 2 h 05 min

    @Bilou: On n’accède pas à un market pour télécharger des applications via USB. Si il s’agit de remplir la “tablette” de films ou de mp3, cela s’appelle un PMP et ça coûte 50€ avec une autonomie bien meilleure.

    L’intérêt du format tablette est dans l’accès à de nouvelles applications et à d’autres contenus, le Wifi semble donc pertinent, même si au final il peut totalement rester inaccessible à l’enfant (mot de passe wifi).

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 9 h 41 min

    Assez déçu par cet article qui me semble biaisé. Oui dans l’absolu les commentaires semblent justes mais l’auteur est-il passé par la case test de ces tablettes pour enfants?
    On parle de tablettes pour enfants à 150€ mais une Leappad 2 de Leapfrog vaut 80€ coût d’import compris depuis l’Angleterre (ici l’arnaque c’est de ne vendre que la Leappad 1 en france, au même prix, alors que la 2 est disponible). 80€ donc contre 200€ ça fait quand même une différence.
    On peut aussi se demander s’il est raisonnable de faire un cadeau de Noël à un enfant d’un montant de 200€; personnellement je trouve ça disproportionné!
    Pour en revenir aux tablettes pour enfants, je ne connais pas l’ensemble du marché j’ai juste regardé les produits de Leapfrog, j’ai acheté un Leappad 2 et je me suis posé la question de la tablette pour adulte auparavant. Eh bien, parmi les éléments décisifs, il y a justement les logiciels. Je suis désolé mais le marché logiciel pour enfants sur tablettes adultes et ridicule.
    Oui on trouve beaucoup de jeux mais pas de ludo-éducatif correctement réalisé. Les univers des enfants (Disney, Petit Ours Brun, Oui-Oui et consorts) sont peux présents sur tablettes adultes et bien souvent à des prix disproportionnés quand on voit le contenu de l’appui.
    Côté tablette pour enfant en revanche chez Leapfrog, leurs jeux sont plutôt bien faits, ça reste amusant tout en étant réellement éducatif et ça me paraît donc un meilleur choix si on ne veut pas offrir simplement une console de jeux.
    Je précise d’ailleurs que travaillant dans les jeux vidéo depuis une douzaine d’année je sais de quoi je parle et j’insiste sur la différence entre du jeu pur et du jeu éducatif…
    Enfin pour ce qui est de la quantité d’appli disponibles sur tablettes pour enfants, là encore il y a quand même pas mal de choix chez Leapfrog (en cartouches ou en téléchargement plus de 150 apps et le nombre continue d’augmenter). Ce n’est pas les centaines de milliers d’apps d’un App Store mais de toutes façons vu que nous n’aurons pas le budget pour tout acheter… 150 apps à raison d’une nouvelle achetée toutes les semaines c’est déjà près de 3 ans de jeu…
    Bref il y aurait moyen de s’étendre encore mais je ne veux pas non plus réécrire l’article, juste ouvrir la discussion face à un article qui me semble prendre trop facilement de haut ces tablettes pour enfants…

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 10 h 21 min

    je suis d’accord avec toi Pierre !
    J’ai moi même été intéressé par cet achat pour mes fistons et la déception a été grande.

    Rien de rien n’existe en matière éducative sur android.
    Au mieux on trouve des petits appli pour les tout petits mais rien de génial.
    Les lexibooks proposent surtout des appli vidéos ou des petites histoires pour enfants.
    Clairement en appli gratuit, il n’y a pas grand chose.
    Toutes les appli payantes sont concentrées sur l’ipad ou la galaxy tab.

    Donc je conseille aux parents qui veulent une tablette pour leur enfant de bien réfléchir à l’utilisation qu’ils veulent en faire.
    Si c’est pour jouer, il n’y a pas de soucis mais avec modération.
    Si c’est pour apprendre, le résultat ne sera que très faible voir négatif car les appli mal faites découragent l’enfant.

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 10 h 34 min

    @Nicolas: Prendre de haut le fait que la tablette que vous défendez est indisponible en France et qu’on se retrouve a payer 150€ un produit dont les composants sont dépassés avant même leur assemblage en Chine ?

    La LeapPad pour les 4-9 ans en France c’est un écran 5″ en 480 x 272 résistif avec 2Go de mémoire. On est en 2012 !!!! Et sur leur site ils osent écrire : “Une technologie innovante” http://www.leapfrog.com/fr/families/leappad_explorer/plateformes/leappad_explorer_-/leappad_explorer_-.html

    Je ne vois pas ce qui fait mouche sur le catalogue de LeapPad : L’argent part surement plus dans les licences pour payer Disney que pour le reste. Mes enfants n’ont pas besoin d’une Dora ou d’un Cars pour s’amuser.

    Le marché tablette s’étoffe de jour en jour point de vue ludo-educatif sur tablette : Je reste fan des production TOCA BOCA, mais des perles comme GeoMaster, Mes premiers mots, Mes premiers puzzles, les productions d’Alexandre Minard en général, MouseFish, les jeux de mémoire et autres sont légions et sont de bonne qualité à un prix très abordable voire gratuits. Je ne parle pas du reste, du piano virtuel (qui ne doit pas être très drôle en résistif) au faux accordéon en passant par les applis de dessin, de coloriage et l’accès a des sites comme Bayarkids…

    Non les tablettes pour enfants sont indéfendables, il ne s’agit pas de ludo-educatif mais bien d’une excuse pour pomper du fric aux parents au détriment des gamins qui se retrouvent avec un faux Noël inexploitable qui a absorbé tout le budget cadeau.

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 11 h 55 min

    HS technique : pierre, je ne peux accéder à ton commentaire à l’intention de @Nicolas alors que j’accède aux autres commentaires plus récents. Tant que j’y suis, autre détail (pas bien important) : dans mes marque-pages dynamiques, l’option “ouvrir le site minimachines” me renvoie à la page d’abo RSS et non à la home.

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 12 h 03 min

    Accessoirement, mon message précédent qui est unique, ne contient aucun lien, aucun mot suspect, qui n’est pas long a pourtant été mis en modération automatique, l’autre jour ça a été le cas pour le deuxième alors que le troisième (tout aussi long que le deuxième il me semble) était passé directement, je ne comprends pas la logique, peux-tu me dire s’il y a moyen de t’éviter ce travail supplémentaire ?

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 12 h 49 min

    @minette: Je comprends pas bien ? Tu peux me faire un screenshot ? (des 2 trucs plz :p )

    @minette: Je suis *mm*rd* par un “lecteur” qui ne prends pas bien le fait que je fasse de l’affiliation et qui m’intepelle en ce moment. Je laisse couler d’habitude mais là il utilise un vocabulaire particulièrement choquant. J’ai levé les manettes de la restriction de coms pour le moment au niveau “vigipirate delta defcon rouge”… J’attends qu’il se lasse. Mais je préfère ça plutôt que de le voir réussir a poster ce qu’il croit savoir de ma maman. :/

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 13 h 28 min

    @Pierre Lecourt: c’est pas vrai, il est encore là le zinzin ?
    s’il poste des injures de façon repétés et diffamatoire, gardez les preuves (captures d’écrans entre autre) et dépôt de plaintes pour harcèlement, diffamation ou autre selon ce qu’il écrit
    (sans “sarcasmes” ou via)
    c’est triste, mais un petit “rappel à la loi” ou plus “si nécessaire” peut être d’utilité publique
    (deja un signalement ça peut etre utile pour d’autres autour de lui – on sait pas)
    imaginez s’il s’acharne sur quelqu’un d’autre IRL après s’être lasser de vous ici en virtuel
    se serait peut être pas mal aussi de couper la possibilité de commenter pendant les fêtes ou lors de votre absence pendant le prochain salon
    (j’imagine qu’il jongle avec “les ip” (pour rester vague), donc pour s’en débarrasser autrement je vois pas)
    comme je l’ai dit, c’est triste et ça peut paraître extrême mais ça peut rendre services à d’autres personnes également (lui même y compris peut être)
    faudrait demander conseil à un juriste ou à un membre des forces de l’ordre qui passent ici
    la galère (et le ouf ! )
    bon courage

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 13 h 33 min

    @Pierre Lecourt: rien d’important du tout : pour le comm, il est réapparu à la bonne place (je le voyais via l’onglet “derniers commentaires” mais quand je cliquais ça me menait en haut de la page de l’article où il n’apparaissait pas, ça l’avait fait à un moment sur Blogeee ce genre de trucs, sur minimachines c’est la première fois que ça me le faisait c’est pour ça que je te le signalais mais c’est donc rentré dans l’ordre.
    Pour les marque-pages dynamiques (que je dois être la seule à utiliser ^^), quand je clique sur le RSS d’un article ça fonctionne bien ( et c’est quand même ça le plus important), simplement quand je clique sur “ouvrir le site minimachines” ça me renvoie sur la page http://feeds.uri.lv/minimachines au lieu de minimachines point net (je crois néanmoins pouvoir survivre à ça ;))
    Pour la modération des posts c’est ok, j’espère pour toi qu’il va se calmer.

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 13 h 35 min

    @Pierre Lecourt: Salut tu peut ptet faire une base d adresses mail qui demande une validation (sur la boite)avant de poster un commentaire! “lourd” mais si tu bloque les adresses qui “fâchent” y se lassera de créer des boites “fantômes” le reloud!Ou alors laisser ton mode « vigipirate delta defcon rouge » en pire ou proposer au chois un login/mdp ..(avec validation sur boite mail)
    pour accéder au posts ;)

    Répondre
  • HK
    20 décembre 2012 - 16 h 21 min

    Un abonnement à un journal gratuit ??? En illustration, le magazine “J’aime lire”, qui est certes intéressant, mais pas gratuit.

    Répondre
  • 20 décembre 2012 - 21 h 34 min

    […] Chaque année c'est la même histoire, les fabricants les éditeurs de loisirs et jeux nous ressortent leur propre tablette pour enfant. Toutes se battent pour la palme de la nullité.  […]

  • 21 décembre 2012 - 15 h 39 min

    […] ensuite le moment de bonheur de ma journée, la Kidspad 2 pour les enfants. Je vous ai fait un billet sur les tablettes pour enfant et tout le mal que j’en pensais. M Doligé nous fait une démonstration sur mesure de mon argumentaire sur la […]

  • 21 décembre 2012 - 21 h 43 min

    @pierre Merci je partage votre avis je suis dev iOS et je pense en effet que le choix d’un outil familiale ou on est présent avec l’enfant est une bien meilleure idée, et l’offre logicielle est bien meilleure.
    Encore merci très bon article.

    Répondre
  • 22 décembre 2012 - 1 h 08 min

    Je viens de voir l’article… Bon article, mais à quelques jours de Noël, c’est dur pour les parents qui ont largement anticipé l’achat et qui le lisent maintenant. :)
    Enfin c’est le business…
    Ma pensée va surtout aux gosses qui vont se faire offrir des trucs pas géniaux.
    “T’as pas été sage, ben tiens t’auras une Daubibook, Joyeux Noel quand même”

    Enfin bon à force “d’acheter pour acheter pour Noël” pas étonnant que les gens se fasse refourguer des trucs de mauvaise facture. Ca leur apprendra… ou pas…

    Répondre
  • 22 décembre 2012 - 10 h 43 min

    Une publication sur le même sujet des Nums. L’argumentaire est moins développé mais l’idée est la même.
    J’aime beaucoup les Nums mais je suis surpris de trouver un contenu si similaire.

    Répondre
  • 22 décembre 2012 - 11 h 19 min

    @pipin: Tant mieux ! Plus on sera nombreux a en parler, plus il y aura de chances qu’elles soient améliorées.

    Répondre
  • 23 décembre 2012 - 23 h 55 min

    C’est dommage, car je partage l’essentiel du papier, mais la phrase “En 2012, tout enfant de 2 ans a déjà mis les doigts sur une vraie tablette ou un vrai smartphone” en discrédite largement la portée d’emblée. Non, tout enfant de 2 ans n’a pas, en 2012, mis les mains sur ce genre d’appareils. Pour des raisons économiques, tout d’abord : tout le monde n’a pas les moyens de se payer ce genre de produit. Pour des raisons d’éducation, ensuite : tout le monde n’a pas envie que son enfant passe du temps, à deux ans, sur une tablette… Bref, il faudrait arrêter ce genre de raccourci / phrase toute faite inutile et qui ne fait que donner une image assez négative tant du propos que du rédacteur (désolé, mais ça fait “bobo”…).

    Pour le reste, comme je le disais, je partage très largement votre opinion. Je suis sur le point d’acheter une tablette pour ma fille de 8 ans, et quand je vois que l’on peut avoir une Galaxy Tab 7′ à 150 euros, nul besoin de se pencher vers les daubes des fabricants soi-disant “spécialisés”. Ma fille avait déjà eu, vers 4 ans, un appareil photo Dora offert par ses grands-parents, et il a fini à la poubelle une semaine après (pour 20 euros de plus, nous avons eu un Canon d’entrée de gamme largement suffisant).

    Si seulement cela pouvait faire réagir les fabricants…. (idem pour les ordinateurs pour enfants, dont les écrans minuscules et à peine rétro-éclairés vendus pour 80 euros – cf le V-Tech Genius XL, par exemple) sont une honte…

    Répondre
  • 24 décembre 2012 - 0 h 09 min

    @Loïc: Je reste sur ma position. :)

    Si ce n’est pas à 2 ans, c’est à 3. Si ce n’est pas dans la famille c’est via des mais, le problème n’est pas là et se focaliser sur cette petite phrase c’est oublier le plus important, ce qu’elle veut dire.

    Quand on goûte à une interface tactile réactive et efficace, il est impossible de revenir en arrière. La tablette résistive ou anémique pour les enfants pourra durer tant que l’enfant ne sera pas mis en contact avec une vraie tablette ou un smartphone.

    Quand à l’histoire des raisons économiques, c’est combien un iphone 3GS ou un Galaxy SII avec un petit abonnement ? 1€, 9.90€ ? Ce n’est plus vraiment un problème ‘obtenir un bon écran capacitif réactif, même pour les budgets les plus modestes. Le soucis vient plutôt de l’intérêt porté à ce type de produit. Des produits suffisamment à la mode pour pousser des gens a s’y intéresser.

    Apres c’est le bon moment pour sonder autour de vous les envies des enfants, c’est Noël, demandez autour de vous aux plus petit s et à leurs parents si ils ont déjà joué avec une tablette ou un smartphone “efficace”… Vous serez surpris.

    alors oui peut être que tout enfant de 2 ans n’a pas tripoté un capacitif réactif, mais la grande majorité des tablettes pour enfants sont vendues pour des 5 ans et plus et là je reste persuadé que la statistique est très très faible.

    Répondre
  • 24 décembre 2012 - 1 h 46 min

    Article très rassurant qui exprime précisément ma pensée et ma démarche.
    J’ai effectivement acheté une tablette 7 pouces (chinoise) d’excellente qualité pour mon garçon sur laquelle j’ai installé une “sécurité enfant” : il ne peut accéder qu’aux applications que je lui ai permis .

    Je voudrais juste préciser que j’ai pourtant conseillé à mon beau frère l’une des tablettes pour enfants décriés ici, et ce pour une bonne raison : Il ne s’agit pas d’un achat simple,il faut s’y connaitre un minimum et être prêt à passer beaucoup de temps pour configurer la tablette afin de l’adapter à l’enfant . Il faut parfois tester des dizaines d’applications avant de trouver la bonne, ne pas hésiter à prendre des applications payantes…
    Je peux vous dire que c’est du boulot ;)
    Mais je pense sincèrement que cela vaut le coup…

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 11 h 56 min

    @mrassol:
    Un Ipad pour les deux trois ans … C’est ça le monde des Bobos ? !

    Répondre
  • s@s
    4 janvier 2013 - 13 h 44 min

    Polaroïd va taper très fort : http://www.clubic.com/salon-informatique-tic/ces/actu-ces_2013_polaroid_annonce_une_tablette_android_pour_enfants-533570.html

    Extrait des specs :
    => PTAB750, ou Polaroid Kids Tablet, une tablette Android de 7 pouces conçue pour être particulièrement résistante aux chocs
    => Cortex A8 cadencé à 1 Ghz
    => 512 Mo de RAM
    => Ecran multitouch et définition de 800 x 480 pixels
    => Surcouche logicielle adaptée aux enfants, avec des fonctionnalités permettant aux parents et aux enseignants d’en gérer les usages, et de les limiter au besoin. La Polaroid Kids Tablet est également chargée avec 35 applications destinées aux enfants, et un catalogue d’apps adaptées est également proposé.

    Jetez Nexus 7 et iPad mini, la remplaçante ultime est dans la place :-)

    Répondre
  • 7 janvier 2013 - 13 h 42 min

    […] Via minimachines.net […]

  • 12 janvier 2013 - 19 h 15 min

    Intéressant l’article.
    N’ayant pas particulièrement de «fascination» particulière pour le tactile (je préfère de loin la souris ou la tablette graphique), je me demande si l’achat d’une telle tablette est vraiment nécessaire pour apporter un amusement similaire aux enfant.(sachant que je doute façon ce qui me semble compter c’est plus le côté «écran qui bouge» que le fait d’utiliser ses doigts, niveau toucher c’est pas trop ça une tablette)

    Je m’explique. Étant enfant, il y a quelques année, mon père avait installer knoppix (distribution linux) sur un vieil ordinateur, il avait installer pas mal de petit jeu sympa (libre en l’occurrence) et … j’en garde toujours un excellent souvenir. (D’ailleurs c’est sûrement notamment pour ça que j’ai ré découvert linux et que je l’utilise maintenant).

    Répondre
  • 16 janvier 2013 - 23 h 35 min

    C’est très vrai ce que vous dîtes dans l’article. En fait les tablettes pour enfants sont plus des jouets pour enfants d’un an au plus.
    La meilleure tablette pour enfants est de loin le ipad (toutes les versions).
    il y’a de très bonnes appli Hachette “passeport du ce1 au ce2” par exemple, ce qui n’existe pas sur androïd. On peut encore trouver un iPad 1 ou au pire un iPad 2 pour son enfant. Il y de très bonnes apps sur iTunes pour enfant qui couvrent tout le programme scolaire et bien plus encore.

    Répondre
  • 22 mars 2013 - 11 h 41 min

    […] C’est aussi une très bonne tablette pour les plus petits, une tablette que l’on pourra facilement contrôler avec une limitation de l’accès en ligne via mot de passe et une gestion multi-compte rendue possible par la présence d’Android 4.2.2. Elle sera bien mieux pour un enfant que les tablettes soit disant spécialisées proposées par certaines marques qui restent un très mauvais investissement. […]

  • 14 juillet 2013 - 15 h 22 min

    Je confirme à 100% ce qui est dit dans cet article!!!!Maman de deux enfants de 6 et 2 ans la tablette v tech storio est un achat nullissime et en effet ne sert pas….Convoité par notre fils, bêtement acheté par nous les parents c’est un gadget qui en plus n’est pas intéressant à utilisé…Les “jeux” que l’on peut mettre ne sont pas de vrais jeux comparé à la console mobigo de la même marque qui pour le coup est un bon achat.Les dessins animés et bien il faut acheter sur leur support et ca revient cher (je pensais que l’on pouvait mettre ceux que l’on voulait mais non!!!)La fonction photo est nullissime comme tous les soit disants appareils photos pour enfants et la vidéo ouais ben on reviendra…Bref achat inutile, argent gaspillé et gros regret au final!!!!

    Répondre
  • 23 novembre 2013 - 21 h 39 min

    Ah je savais bien que tu avais écris un billet la dessus. Ma femme s’est faite avoir par la pub et veux absolument une storio 2 m*erde. Tu me donnes des munitions pour la ramener dans le droit chemin.

    Merci pour ce billet que tu devrais remonter à chaque période de Noël. :p

    Je suis aussi persuadé qu’une tablette Android + un stylet sera plus pertinent pour son évolution qu’une storio 2 qui cherche juste à nous attirer avec du dora pour nous la mettre bien profond si vous me permettez l’expression. ^^

    Répondre
  • 26 novembre 2013 - 18 h 11 min

    […] Souvent leur approche de ce marché peut se décrire en une simple phrase : Comment vendre très cher un produit de l’année dernière sur lequel je vais avoir une très belle marge.  Oubliez donc les tablettes spécialisées. Elles ne sont la plupart du temps qu’une vaste blague de la part de constructeurs qui imaginent qu’en protégeant les bords d’un engin lambda on obtient une machine adaptée aux plus jeunes. Je vous l’expliquait l’an passé, les tablettes pour enfant sont un mauvais investissement. […]

  • 10 décembre 2013 - 0 h 35 min

    Je viens de reçevoir la storio 2 j’ai tester et elle est vraiment tres sympa. Ma fille de 5ans prend plaisir à travailler ses lettres et ses chiffres seules ou en compagnie de son papa et les cartouches de jeux permettent aux enfants de se divertir toujours de façon ludique.

    Répondre
  • 13 décembre 2014 - 5 h 21 min

    […] Ce billet a été inspiré de cet article. […]

  • 14 décembre 2015 - 11 h 02 min

    […] tablettes de Fuhu sont parmi les moins catastrophiques du marché de la tablette pour enfant : Ecran convenables en 1280 x 800, 32 Go de stockage interne, un lecteur de cartes MicroSDHC, des […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *