Les Samsung Galaxy Tab S 8 et 10 pouces se dévoilent

Cette nuit, on a compris pourquoi les dernières Galaxy Tab de Samsung n’étaient pas folichonnes. La marque a temporisé avant d’annoncer de nouveaux modèles avec les Galaxy Tab S. Des tablettes 8.4 et 10.5 qui se démarquent réellement.

Fini le LPS sur les tablettes Samsung, le système d’affichage de type IPS employé par le fabricant Coréen sur ses Galaxy Tab classiques a été mis de côté au profit d’un écran AMOLED. Une vraie nuance technique qui se traduira par un affichage plus efficace pour l’utilisateur.

Salsung Galaxy Tab S

La course à la performance pure semble bien finie pour Samsung qui ne communique plus vraiment sur ce point lors de ses conférences. La présentation des nouvelles Galaxy Tab S passe par d’autres points clé pour se démarquer : Le confort d’une part et la qualité d’affichage de l’autre.

Les derniers modèles de Galaxy Tab m’avaient laissé sur ma faim : Peu innovant, en retard sur la concurrence en termes de spécifications et surtout copies conformes des anciens modèles, Samsung semblait avoir mis un point d’arrêt à ses ambitions et licencié son staff de Recherche et Développement. En fait, la marque temporisait la sortie de ses Galaxy Tab S avec des produits classiques tout  en proposant des nouveautés sur d’autres secteurs avec ses gamme Note et Pro.

Le fait que Samsung baptise cette nouvelle gamme de  2 tablettes avec la même lettre que son téléphone star en dit long sur la volonté de la marque de faire de cette gamme son égérie sur le segment. Les Galaxy Tab S vont être au cœur du monde numérique de Samsung parce qu’elles mettent en valeur son savoir faire et ses capacités uniques de production. En équipant engin un modèle grand public d’un écran Super AMOLED, Samsung change la donne et prend un temps d’avance.

Salsung Galaxy Tab S

L’AMOLED c’est une sorte de Graal technologique, surtout sur les tailles annoncées de ces 2 modèles. Une 8.4 pouces qui se pose face à un iPad Mini tout puissant sur le marché tablette et une 10.5 pouces. Avec ces écrans Samsung sort du lot techniquement. Le Super AMOLED de Samsung crée une différence visible pour l’utilisateur : Des noirs vraiment noir à l’écran, des couleurs plus saturées, pleine de peps et de vie, des jaunes  et des rouges qui se livrent une bataille de vivacité. Des verts profonds ou légers, des bleus qui vont du doux à l’électrique. On reproche parfois à ce type d’écran de transformer un pastel en enseigne au néon et c’est vrai que l’AMOLED a cette tendance de tout rendre très ou trop vif. Mais c’est une tendance qui est malheureusement appréciable dans un monde caché derrière une dalle de verre capacitive. Avoir une image aux couleurs très tendues et un rétro éclairage dominant n’est pas un luxe, c’est un mal nécessaire que les utilisateurs d’AMOLED apprécient faute de solution technologique tactile ne proposant pas de reflets.

Salsung Galaxy Tab S

Avec ces 2 diagonales pour ses Galaxy Tab S, et ces écrans lumineux et performants, Samsung va se démarquer du reste des concurrents. Les machines auront leur effet Waouh en magasin, les gens se pencheront sur votre tablette autour de vous et la marque redorera là un blason un peu terni par ses modèles grand public de ces dernières années.

 Salsung Galaxy Tab S

Ajoutez à cette technologie des définitions d’écran très élevées et des engins d’une grande finesse et vous aurez compris ce que cherche à faire Samsung : Vous donner l’impression de tenir en main une image et pas une tablette. Les bordures ont été rabotées et les 2 diagonales bénéficient d’une densité de pixels impressionnante. La Galaxy Tab S 8.4 comme la 10.5 affichent toutes deux un joli 2 560 x 1 600 à l’écran. Du 16/10 donc, ce qui ne plaira pas à tout le monde, la marque n’a pas cédé au 4/3 que le format 8 pouces aurait pu lui inspirer.

Une définition énorme, surtout pour la 8.4 pouces, qui aura la particularité de vous empêcher de voir le fonctionnement technologique de la dalle. Il sera difficile à l’oeil nu d’apercevoir le moindre pixel, le moindre effet d’escalier sur ces tablettes. Associées à des épaisseurs impressionnantes puisque la 8.4 pouces ne mesure que 6.6 mm et la 10.5 pouces 7.5 mm, la sensation de tenir en main une belle image devrait être flagrante.

Salsung Galaxy Tab S

Pour autant, Samsung n’a pas délaissé les aspects techniques derrière l’écran, a commencer par l’autonomie proposée. Samsung parle de 11 heures d’utilisation continue, grâce à la faible consommation des composants mais aussi la présence d’une batterie 4900 mAh sur la Galaxy S 8.4 et d’une 7900 mAh sur la 10.5. Les 2 engins pèsent respectivement 298 et 465 grammes.

Salsung Galaxy Tab S

Les 2 tablettes fonctionneront grâce à un Android 4.4 KitKat avec une surcouche Touchwizz maison ainsi que la petite foule habituelle d’applications fournies par Samsung. Le processeur choisi est un Samsung Exynos 5 Octa, un 87 coeurs sur une formule ARM Big.Little en Cortex A15 ( 1.9 GHz) et Cortex A7 (1.3 GHz) associé à 3 Go de mémoire vive.

Salsung Galaxy Tab S

Le stockage sera assuré par un eMMC de base de 16 Go secondé par la présence d’un lecteur de cartes MicroSDXC officiel, c’est à dire pas un SDHC étendu mais bien un modèle qui pourrait lire d’hypothétiques cartes MicroSDXC 128 Go si elles arrivent un jour a être vendues à des prix décents.

Un module Wifi de tpe AC sera intégré ainsi qu’un Bluetooth 4.0 et bien sur un GPS + Glonass. 2 capteurs photos sont présents, un 2 mégapixels en façade et un 8 mégapixels au dos accompagnés d’une led flash. La connectique est limitée au maximum, prise casque d’un côté, prise MicroUSB de l’autre pour la recharge et la synchronisation. C’est tout.

Salsung Galaxy Tab S

Le prix de cette débauche n’est pas trop élevé et  on aurait pu s’attendre à pire de la part d’une marque habituée à un fonctionnement tarifaire fonctionnant en partie sur les ODR. A 399$ la Galaxy Tab S 8.4 n’est pas donnée mais elle n’a pas de concurrente réelle avec cette proposition d’affichage, ma Galaxy Tab S 10.5 grimpe quant à elle à 499$.

Salsung Galaxy Tab S

Les 2 machines semblent prévues pour un lancement en Juillet, Samsung vise la rentrée des classes et, derrière, les fêtes de Noël le temps que le public découvre à quoi peut ressembler un engin haut de gamme de ce type. Le temps également de faire dévisser un peu les tarifs pour atterrir un peu plus bas…

Salsung Galaxy Tab S

 

Cela faisait longtemps qu’une tablette grand public Samsung ne m’avait pas intéressé autant et c’est franchement une bonne nouvelle.

21 commentaires sur ce sujet.
  • 13 juin 2014 - 11 h 31 min

    Pour avoir un Galaxy S3 (Amoled) et une Note 8.0 (LPS/IPS), le changement de type de dalle ne m’impressionne pas plus que cela ; le LPS de Samsung est déjà plus qu’agréable à l’œil. J’avoue donc ne pas prêter attention à l’affichage des mes deux devices Samsung, tant le rendu est bon.

    Par contre, c’est l’ensemble des specs de cette nouvelle mouture de Tab S qui me semble faire un packaging plus que “craquant”. Même le prix est de la partie… quand je pense que ma Note 8.0 acheté dès le premier jour était déjà vendue à 399€ (moins une “généreuse” ODR de 50€ bien parvenue ;-) ). Sur ce coup là, Samsung se rapproche un peu de Apple : il ne s’agit pas d’une révolution en soit (quoique que certains aient pu dire des produits Apple) : c’est juste le mariage du meilleurs de la techno dispo sur le moment.

    Mon seul regret, qui risque de faire que je lâcherais difficilement ma Note 8.0 pour une Tab S 8.4 = le stylet ! Quand on y a pris goût, difficile de s’en passer.

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 11 h 37 min

    @Mxte29Fr: En fait j’ai vu dans le passé des dalles samsung Suiper AMOLED de ces dimensions et j’avoue que la taille et la qualité de l’image sont bluffant. La vidéo montre un écran vraiment redoutable alors que ce genre d’évènement de présentation est généralement redoutable en terme d’ambiance lumineuse. J’ai hate de voir les retour en extérieur.

    sinon je suis d’accord avec toi, Samsung propose là des machines homogènes et cohérentes, livrées dans une coque minimaliste et avec une belle autonomie.

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 11 h 48 min

    J’aurais une petite question bête xD (

    Il me semble n’avoir vu que des produits Samsung passer avec 3Go de ram.
    C’est parcequ’ils ont un contrôle mémoire triple channel (3*1Go) dans leur Soc ou ???

    La capacité des puces de ram est pas sensée être en binaire ? donc 1 ou 2 Go mais pas 1.5Go alors je vois mal le dual channel (2*1.5Go ni 2*[3*512m] qui prendrait trop de place).

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 11 h 51 min

    Tout à fait d’accord avec ta review Pierre !

    C’est clair, c’est de la tablette haut de gamme. Et Samsung pense toujours à tout.
    L’iPad mini retina a beaucoup de soucis à se faire, c’est clair.

    Le dommage, c’est que j’attendais ça déjà l’année dernière… Ainsi, on est probablement en passe d’atteindre des tablettes 64 bits.
    Une remarque d’autre part, si j’étais Samsung, j’aurais sorti en plus un modèle 12.1 pouces, sachant que l’on tend de plus en plus vers cette taille futur standard. (le 16:9 ou 16:10 fait toujours plus petit que 4:3)
    Dernier point le prix que je trouve élevé. Peut être qu’avec une ODR ça m’intéressera peut être ?… En tout cas, je n’aurais pas peur d’acheter Samsung, c’est de l’excellente qualité ! ;)

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 11 h 54 min

    J’ai oublié de le dire, mais Pierre l’a déjà souligné…
    L’utilisation d’une dalle Super AMOLED réduit la concurrence à zéro.
    La qualité de ces écrans est sans comparaison avec de l’IPS (OGS) même si la qualité s’en rapproche fortement. Les noirs ne seront jamais si noirs que sur AMOLED et idem pour les couleurs vives.

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 11 h 57 min

    J’ai une question : avec la fonction LTE, on peut téléphoner (GSM ?) ou bien c’est juste pour le surf sur internet ?

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 12 h 31 min

    @Sopilou:

    Je crois que les modèles 4G LTE permettent de téléphoner via le kit mains libre.

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 12 h 55 min

    Reste à voir la durée de vie de l’écran.
    J’ai un Galaxy Note 1 et le burn-in se fait quand même sentir au bout d’un moment. Les couleurs changent avec l’usure différente des cellules de couleur et une barre apparait maintenant sur le haut de l’écran (barre de notifications normalement noire) lors d’affichage d’aplat de couleurs.

    Bref, l’AMOLED, c’est beau, mais ça ne vieillit pas très bien.

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 13 h 35 min

    @ Sopilou “L’utilisation d’une dalle Super AMOLED réduit la concurrence à zéro”. Pour un Geek plus qu’éclairé oui surement, mais pour madame Michu …
    Quand je regarde la coque, le traditionnel contour en aluminium (plastique peint) je suis plus que déçu.
    Je pensais à tort que Samsung avait compris cela avec la déception presque générale lors de la sortie de son dernier Galaxy S.

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 13 h 44 min

    Ne pas oublier la gamme Tab Pro, qui passe un peu inaperçue je trouve. Elle offre pourtant de jolies caractéristiques : Écran de 2560*1600, 8,4 ou 10,1 pouces, poids léger : 465g pour la 10, 330g pour la 8,4. Et une épaisseur de 7,5 mm. Surtout, elles ne sont vraiment pas chères : 269 euros pour la 10.1 (avec ODR) et 299 euros pour la 8.4 !

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 14 h 11 min

    Mouai , mais après le souci c’est android , pas autant d’apps que sur l’app store d’Apple!

    Euh pierre y’a une faute dans ton article t’as mis que le processeur avait 87 cœurs ! Ca fait un peu beaucoup quand même =p

    Répondre
  • uko
    13 juin 2014 - 15 h 52 min

    La tablette de mes rêves, enfin !

    En tout cas pour l’aspect hardware. Dommage que les boutons tactiles soient encore présents, qui obligent à prendre l’appareil avec des gants de peur de quitter par erreur l’application qu’on est en train d’utiliser. Dommage.

    En ce qui concerne l’Amoled, je ne partage pas du tout l’avis de Mxte29Fr. J’ai possédé plusieurs appareils à écran Amoled, et la qualité d’affichage proposée est infiniment meilleure que celle des dalles IPS/PLS.

    Pour référence, je compare actuellement la dalle PLS de ma Note 8.0 et l’Amoled de mon Galaxy S2, et je ne vois aucun avantage au PLS.

    – Les noirs:
    Mon plus gros grief contre la dalle du Note, c’est la médiocrité de ses noirs. Je l’utilise beaucoup pour regarder des films, et dans l’obscurité, les bandes noires sont… gris lumineux.
    Sur un écran Amoled, les pixels noirs sont éteints. Ils ne génèrent aucune lumière, même dans l’obscurité ils sont d’un noir parfait.

    – Les angles de vision:
    Directement lié, mon second grief concerne ses angles de vision. C’est encore une fois surtout sensible dans l’obscurité et pour les fonds noirs: Le moindre mouvement de la tête fait apparaître un effet de moiré lumineux sur les noirs, qui tendent alors vers le gris bleuté ou selon l’angle de vision vers une teinte rougeâtre. Le Note 8.0 est particulièrement mauvais élève sur ce point, mais ce défaut semble toucher toutes les dalles IPS/PLS.

    – Les fuites de lumière:
    La Note 8.0 n’en souffre pas, mais la plupart des dalles IPS rencontrent des fuites de lumière qui rendent l’affichage moins homogène.
    Chez l’Amoled, chaque pixel apporte sa propre lumière, pas de rétroéclairage donc pas de risque de fuites.

    – L’autonomie:
    Je n’ai pas de chiffre précis, et cette info est peut-être dépassée mais les écrans Amoled sont réputés pour consommer nettement moins que leurs homologues IPS.

    – L’épaisseur:
    Là encore, l’Amoled permet de créer des écrans plus fins (parce-qu’ils se passent de système de rétro-éclairage ?).

    – La proximité de la surface de la dalle:
    Celle-ci est très subjective, mais c’est une impression que j’ai eue avec la plupart des écrans Amoled que j’ai manipulé: L’impression que les pixels sont plus proches de la surface de l’écran sur les Amoled, ce qui permet une manipulation plus précise du tactile. Alors que les pixels d’un écran IPS semblent avoir une profondeur, ceux de l’Amoled semblent plats.

    – La vivacité des couleurs:
    Un point mitigé. Les puristes y voient un défaut: les couleurs de l’Amoled tendent à être excessivement. Pour ma part je trouve le rendu très flatteur et comme le dit Pierre pratique pour compenser les reflets, mais les professionnels de l’image ne retrouveront pas les couleurs vraies dont ils ont besoin pour travailler efficacement.

    Tout mis bout à bout, je suis pour ma part complètement conquis par l’Amoled. Je tiens tout de même à modérer mes propos: Je suis particulièrement exigent et il est probable que la plupart des utilisateurs ne remarquent pas à l’usage la différence entre les deux technologies.

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 15 h 52 min

    @sopilou
    t’es au courant de la fiabilité des couleurs?

    des tests faits et des comparatifs?

    non parce que tu nous dit que la concurrence est à genoux…

    pour ta gouverne, depuis un bail, c’est l’ipad qui truste toutes les premières places en terme de fiabilité et de rendu.

    je ne te parle pas du tape à l’oeil ;-)

    Les numériques ont même placé le mien (l’ipad3 comme l’écran de tablette le plus fiable jamais construit, ipad air compris ;-)

    Répondre
  • uko
    13 juin 2014 - 16 h 48 min

    @cerroni:
    Pour une fois je suis de l’avis de Sopilou. Il fait référence à la profondeur des noirs et la vivacité des couleurs, sur ces points l’Amoled est vraiment meilleur que les autres technologies.

    La fiabilité du rendu est importante, mais pas pour tout le monde. Dans mon cas, je trouve les couleurs saturées de l’Amoled particulièrement flatteuses pour le contenu de la tablette.

    Attention aussi à ne pas mettre les écrans d’iPad sur un piédestal. L’écran du Mini Retina serait assez médiocre par rapport à celui de la N7 2013, de l’iPad Air ou de l’iPad 3/4.
    Et surtout, la plupart des dalles d’iPad toutes générations confondues souffrent de fuites de lumière plus ou moins prononcées. Alors certes leurs couleurs sont généralement plus fiables et c’est très appréciable, mais ça n’en fait pas les meilleurs écrans pour tous les usages.

    Répondre
  • uko
    13 juin 2014 - 16 h 53 min

    @Paulin ARBOUX:
    Je ne suis pas certain que la RAM soit intégrée de la même manière dans une tablette que dans un PC. Les modules ne sont-ils pas simplement soudée sur la CM en mono channel ?

    En tout cas, j’ai vu passer des machines Android avec 1.5GO de RAM. Et je pense qu’ils sont limités à 3GO de RAM par le système 32bits, ce qui expliquerait qu’ils ne dépassent pas cette valeur pour le moment.

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 17 h 26 min

    @uko

    sur ce point je te rejoins en effet

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 20 h 05 min

    Pour avoir un téléphone avec écran Amoled (en plus un windows phone, avec les tuiles de couleur), c’est vrais que les dalles font un peu “fade”.
    c’est un peu comme quand on a goutté aux résolutions élevées (retina et consort).
    Tant on ne connais pas, ça ne manque pas.
    Et aprés…. ben c’est foutu ;-)

    Belle bête ces tablettes. ça donne peu beaucoup envie… (et vive le HT ;-) )

    Répondre
  • 13 juin 2014 - 20 h 06 min

    *c’est vrais que les ‘autres’ dalles font un peu « fade ».

    Répondre
  • 17 juin 2014 - 21 h 43 min
  • 12 juillet 2014 - 18 h 17 min

    @Mxte29Fr: J’ai pu enfin faire mumuse avec une Tab S 10″ en magasin. Et, comment dire… waaaoouuuu la dalle de folie ! Je retire donc mon propos précédent : si je ne fait pas trop la différence en mon S3 (Amoled) et ma Note 8 (equivalent IPS), c’est très certainement en raison de la différence de taille. Car la Tab S 10″ se trouvant en rayon à coté d’autres 10″ de marque (Asus Memo, Galaxy Tab et Sony Z entre autres), là il n’y a pas photo ;-) et on voit réellement la différence.

    Dommage que je n’ai pas encore pu mettre la main sur une S 8″ en rayon, car je la comparerais volontier avec ma Note 8.

    Répondre
  • 7 octobre 2014 - 17 h 49 min

    […] demandé de 249€ n’en fait pas une affaire particulièrement intéressante. Plus lourde que les Galaxy Tab S, plus chère que les tablettes 10 pouces noname avec ce type d’équipement, elle […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *