Les Smartbooks peuvent t-ils revenir dans la course ?

Vous souvenez vous du phénomène Smartbooks ? Promis à un grand avenir, ces engins de type netbooks fonctionnaient sous Android ou Linux et promettaient le meilleur des mondes. Ils ont fait un flop. Très peu de constructeurs ont été jusqu’au bout de cette aventure et la plupart des prototypes ne sont jamais sortis.

Les smartbooks c’était la promesse de l’industrie PC de faire fonctionner des portables, plutôt des netbooks même si le terme appartient à Intel, sur un processeur de type ARM et un système d’exploitation Linux. Ubuntu, Suse ou Android étaient alors montrés comme les solutions d’avenir pour ces plateformes. Au final, les machines réellement disponibles sous ARM aujourd’hui, ce sont les machines sous Windows RT.

Mobinnova Beam

Mobbinova Elan

Un marché effervescent

Je me souviens du marché à l’annonce des premiers prototypes, parler d’euphorie ne traduirait qu’une toute petite partie de l’ambiance qui régnait à l’époque autour de ces engins. Tous les constructeurs voulaient le leur, les fabricants de puces affichaient des chiffres hallucinants et les analystes s’en donnaient à coeur joie. Je me souviens d’un papier d’ABIResearch, aujourd’hui disparu, qui tablait alors sur 163 millions de Smartbooks en vendus en 2015. A l’époque aucun modèle commercial n’était sorti, ce papier était complètement bidon mais ne semblait choquer personne.

 Toshiba AC100

Le Toshiba AC100

La liste des promesses de machines est longue comme le bras : Asus, HP, Lenovo, Quanta, Genesi, Marvell, Mobinnova, Inventec, Elonex, Sharp, Wistron… et Toshiba. Enfin Toshiba avait fait un peu plus qu’une promesse puisque la marque avait eu le courage de commercialiser une machine, l’AC100, sous Nvidia Tegra.

Le Smartbook a fait un flop. Pas uniquement chez Toshiba, mais partout. La déconfiture totale : Et les analystes de vite retirer la preuve de leur expertise en règle de 3 de leurs sites. Et les fabricants de se dépêcher de ne pas produire autre chose que de rares prototypes. Et toutes les marques de se focaliser sur les tablettes pour tenter de rentabiliser leurs investissements.

Parce qu’a vrai dire, il y avait peu de chances que cela fonctionne : Le système d’exploitation privilégié à l’époque était Android en version 2.0, autrement dit un système de smartphone encore un peu bancal sur un écran 7 ou 10″ avec un clavier physique et sans marché d’applications. La plupart des puces employées étaient des ARM Cortex-A8 qui rendaient les tentatives de système Linux très peu efficaces. Les rares partenariats signés par exemple entre Asus et Canonical via sa filiale Pegatron n’ont pas porté leurs fruits. Enfin, les rares engins a avoir été effectivement produits et affichant des performances correctes étaient à des kilomètres des machines concurrentes sous Windows Starter.

 

ARM / Asus Netbook

Un prototype de Smartbook 10″ par Asus / Pegatron

Et pourtant, sur le papier, les Smartbooks étaient des machines de rêve !

Très autonomes, ultrafins, inaudibles, réactifs, efficaces et connectés :  Cela ne vous rappelle rien ? tous ces avantages du Smartbooks ont été repris sur les tablettes. Les Smartbooks ont été les vrais brouillons du marché tablette Android actuel. Tout ce que les fabricants ont fait une fois qu’Apple a ouvert les vannes du marché en présentant l’iPad, c’est de se dépêcher de décrocher le clavier de la machine, de glisser les composants derrière l’écran et de gonfler leurs tarifs.

Alors que les fabricants présentaient des prototypes de Smartbooks entre 199$ et 299$, les voila qui affichaient des tablettes de même diagonale, avec les mêmes composants et une épaisseur pas forcément avantageuse mais sans clavier pour 2, 3 voir 5 fois plus cher. Il faut dire qu’entre temps les netbooks étaient en train de mourir et proposer un engin low-cost n’avait plus beaucoup de raison d’être.

Un tour de passe-passe façon Google ?

Mais voilà qu’on apprends, sous toutes réserves, que Google pourrait bien s’intéresser à nouveau à ce format pour promouvoir des machines sous Android. Des AndroidBooks pourraient voir le jour d’ici la fin de l’année selon Digitimes. Des machines proposées par Google qui pousserait les constructeurs sur cette voie de la même manière qu’elle les a incité a proposer à des Chromebooks avec pas mal de succès.

Lenovo Skylight

Le Lenovo Skylight

Les Smartbooks de 2010 étaient vendus aussi chers, voire plus cher que les netbooks, ce qui n’a pas facilité leur intégration. On se souvient par exemple du Lenovo Skylight : Un engin proposé à 499$ avec un Snapdragon de Qualcomm à 1Ghz et un Linux non déterminé. Il n’a jamais été commercialisé face aux netbooks de l’époque qui proposaient bien mieux pour moins cher.

En 2013, avec l’arrivée d’un Android 5.0 qui pourrait s’ouvrir à de nombreux nouveaux formats, le renouveau de ce type d’engins à clavier est tout à fait possible. A vrai dire, ceux qui ont testé Android sur leur netbook le savent déjà, les dernières moutures du système sont très efficace sur de solutions à clavier. De nombreuses applications fonctionnent très correctement dessus et de plus en plus de périphériques sont parfaitement reconnus.

Google pourrait donc tirer parti de la situation actuelle pour proposer des engins Android sur le segment délaissé des netbooks. La demande de netbook n’a pas disparu du jour au lendemain et beaucoup d’utilisateurs auraient aimé voir le format perdurer en évoluant. Si aujourd’hui plus aucun constructeur ne propose d’engin 7, 9 ou 10″ à bas prix, il suffit de se rendre dans un lieu public avec du Wifi pour se rendre compte que l’objet est bien implanté dans les usages. En proposant un Smartbook sous Android qui allierait de belles capacités inspirées des tablettes récentes, Google pourrait venir grignoter de belles part de marché du secteur portable.

第一代 EeePC 可以完美地运行 Android X86 3.2 我的电脑倒都不行。

Le EeePC 901 d’Asus sous Android 4.1 x86

Les Smartbooks peuvent t-ils techniquement renaître de leurs cendres ? 

Oui, surtout si Android, c’est à dire Google, soutient cette renaissance. La première salve de Smartbooks était surtout poussée par l’appétit de quelques fondeurs de puces ARM : Qualcomm en tête de pont mais aussi Freescale et Nvidia avaient mis pas mal de billes en jeu pour promouvoir ces machines. Certains avaient fait appel a des constructeurs en marque blanche pour développer leurs produits. Plusieurs prototypes prometteurs étaient même parvenus jusqu’à nous. Mais hormis Toshiba avec son AC100 et HP / Compaq avec son Airlife 100, rien de véritablement fonctionnel avait vu le jour.

Hyundai T7

La Hyundai T7s : 7″, 1280 x 800, quad coeur, 2 Go, 16 Go : 170$. Combien avec un clavier attaché ?

Si les mêmes acteurs qu’a l’époque se penchaient à nouveau sur le berceau du Smartbook la donne pourrait beaucoup changer :

– Les processeurs ont considérablement évolué. Entre les modèles Cortex-A8 des smartbooks noname de l’époque et les quadruple coeur low-cost actuellemùent sur le marché il y a un monde. Si le Toshiba AC100 proposait du Cortex A9 double coeur avec un Tegra 2 de Nvidia, c’était une des seule machine a proposer une puce haut de gamme pour l’époque. Puce aujourd’hui dépassée par des solutions très abordables comme les Allwinner, RockChip et autres Exynos en quadruple coeur cortex-A9. Un smartbook de 2013 serait donc beaucoup plus rapide en terme de calcul et de 3D qu’un engin de 2010-2011 tout en étant moins cher à produire.

– La mémoire vive des seuls Smartbooks ayant vu le jour était de 512 Mo contre les 2 Go que la plupart des tablettes noname récentes embarquent désormais : Il  y a là aussi eu un monde d’évolution. Idem pour le stockage qui s’est désormais stabilisé autour de 16 Go par défaut à des prix très abordable.

– Android a également largement évolué et des version 1.6 voire 2.2 de 2011 on en est à une solution 4.1 ou 4.2 franchement beaucoup plus fluides et surtout plus adaptées au format du Smartbook. C’est également un système plus stable, plus souple et qui apporte une vraie réponse aux besoins de l’utilisateur en terme de connectivité et d’applications. android ne demanderait en outre pas de gros travail de portage sur ce format de machines à clavier, tel qu’il existe actuellement, il est déjà capable de les prendre en compte.

compaq-airlife-100-20

Le Compaq Airlife 100 sous Android et Snapdragon

En se référant au marché actuel de tablettes, l’arrivée de modèles pourvus de claviers pourrait faire des ravages : Regardez les tablettes à écran IPS de 7″ ou 10″ de diagonale avec une définition de 1280 x 800. Elles proposent un processeur quadruple coeur rapide, 2 Go de mémoire vive et 16 Go de stockage évolutifs via un lecteur de cartes mémoire. Equipées de la panoplie habituelle de connecteurs USB, HDMI, audio et autres connexions Wifi et Bluetooth et sont vendues entre 200 et 250$. On peut facilement imaginer des Smartbooks identiques, avec clavier et  Ethernet dans des gammes de prix toujours sous les 300$.

Ces engins afficheraient probablement 6 à 8 heures d’autonomie, offriraient des performances intéressantes en terme de surf, d’applications, de jeux et de vidéo. Suffisant pour remplir les usages dévolus au netbook mais sans la capacité à exploiter la panoplie d’applications Windows. On imagine néanmoins aisément que l’apport d’un clavier et d’une souris pourraient faire muter des applications existantes de façon à ce que certains fonctions soient mieux prises en compte par ce type de système.

Si les prix suivaient, si les constructeurs jouaient le jeu de la même manière que les Chromebooks, ces minimachines pourraient proposer un renouveau de l’offre netbook. La grande différence par rapport à 2010 est sans doute la volonté plus affirmée des différents acteurs du marché.

Google pourrait jouer un sacré tour de passe passe à Microsoft qui n’a pas voulu continuer a proposer une licence Low-cost de son système d’exploitation avec Windows 8. Les fondeurs de puces ARM verraient probablement d’un bon oeil un nouveau moyen de venir grignoter des parts de marché d’Intel sur le segment des portables. Enfin, les fabricants de PC seraient peut être tentés de retrouver là des machines faciles à vendre et rentables qui pourraient les aider a redresser leurs ventes en berne depuis quelque temps.

Source : Digitimes

36 commentaires sur ce sujet.
  • 8 avril 2013 - 18 h 05 min

    Si j’étais Google, je foncerais dans la brèche avant que Wintel ne se réveille et re-sorte une version low-cost de netbook. En plus, ca lance un format sur lequel iOS n’est pas.

    De ce que j’ai pu tester sur ma clé Android, les éléments techniques sont la, sauf la gestion du clic droit, et la normalisation des menus à la CUA (pour les vieux)/Alt+Touche (pour les jeunes).

    Des chinois en font deja: http://www.geekbuying.com/item/Q704-10-2-inch-Google-Android-2-2-Mini-Netbook-Laptop-Via-WM8650-256MB-RAM-2GB-HDD–w-Wifi-Camera-LAN-Port—-Pink-301370.html , http://www.geekbuying.com/item/7-inch-Q706-Android-4-0-Mini-Notebook-Laptop-PC-with-Camera–WiFi-RJ45-Port–CPU-VIA-8850-1-5GHZ-DDR3-RAM-512MB-HD-4GB—-Black-306823.html . Les specs sont ridicules, c’est en QWERTYmais effectivement, mettre ca a niveau demande peu d’efforts.

    Je pense que le plus gros obstacle est le pressing que MS et Intel doivent faire sur les OEMs pour qu’ils n’en sortent pas ^^

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 18 h 06 min

    Comme dirait Fox: I want to believe!!!

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 18 h 16 min

    Bonjour,
    Encore un article intéressant, bien rédiger,ça ce voit que vous avez le feeling de sentir les bon coups, vous auriez du travailler dans une grosse firme avec vos idées..elle sont petinentes, j’espere qu’il y a des chef d’entreprise qui vous lise.bonne continuation à force ça va payer..force et honneur.

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 18 h 16 min

    Très intéressant tout ça. Cependant, il y a déjà des Chromebook qui répondent a ces caractéristiques comme celui de Samsung, avec Exynod à moins de 250 euro. Et puis il y aussi les hybrides, c,est une voie a explorer même si le prix est supérieur (Transformer Prime, Surface…). Dans tout cas, si c’est de l’Android, je pense qu’un écran tactile reste indispensable à côté du clavier. Si ma Nexus 7 pouvait bénéficier d’un vrai dock clavier, j’aurais déjà l’équivalent d’un smartbook. Quoiqu’il en soit, même optionnel, le clavier n’a pas dit son dernier mot !

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 18 h 17 min

    Le dernier chromebook de Samsung ne peut il pas etre considere comme un smartbook? Processeur ARM, silencieux, muni d’un SSD… Certes il est peut etre un peu grand pour certains (11.6 pouces)

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 18 h 22 min

    @pote: Chrome OS et Android sont très différents. Pour les particuliers, Android est vastement supérieur: meilleur fonctionnement déconnecté, plus de softs, meilleurs softs, jeux, accès LAN/dlna…

    Pour avoir une clé Android, non, l’écran tactile n’est pas indispensable. A la limite un pavé tactile est un peu mieux qu’une souris, mais même une souris, ca va. Manque le clic droit et les combinaisons Alt+Menu et Ctrl+Touche, mais la majorité des utilisateurs ne s’en servent pas.

    A la place de Google, je foncerais dans la brèche: iOS/MacOS n’y est pas, Windows n’y est que pour cher et pas bien (1204×600, yeah !)…

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 18 h 43 min

    Article clair et documenté comme toujours mais j’aimerais surtout que cela se traduise par une mise à jour de la version d’Android exploitée par mon superbe Toshiba AC 100, toujours en 2.2. Du coup il a tendance à prendre la poussière, l’agrément du clavier ne lui permettant pas de lutter contre la tablette( qui peut exploiter un clavier en BT).

    Répondre
  • A
    8 avril 2013 - 18 h 45 min

    Mouais, ça fait 2 ans que les smartbooks tactiles Android existent. Ca s’appelle des Transformer.

    Je ne sais pas si les AndroidBooks de Google auront un clavier détachable ou pas. Mais si ce n’est pas le cas, j’y vois peu d’intéret.

    Et puis, comment vanter le concept de petit laptop Android (limité) avec écran tactile tout en condamnant le même concept sous Windows à longueur d’article?

    Ensuite, si c’est pour voir des machines limitées car sous Android 7, 8, 9″ vendues par des marques reconnues (pas des marques chinoises en direct) à plus de 300€ (plutot 400€ à mon avis, mais on peut réver) tout ça parcequ’on leur a ajouté un clavier (mais privées de la fonction tablette?)… Je ne vois pas non plus l’intéret du consommateur.
    D’autant que ce sera plus cher (avec un IPS et un SSD, c’est vrai) qu’un netbook d’il y a 2 ans, tout en étant moins fonctionel (pas de Windows).

    Je ne vois pas du tout de quoi il faudrait se réjouir.

    Enfin, il semblerait que Microsoft propose bien une version discount de W8 (W8 + Office à 30$) pour les petites machines (à écran tactile) de moins de 10.8″ et ce, depuis février.
    Blue va aussi etre synonyme de tablettes/machines 7″ (et plus évidemment).

    Donc il devrait y avoir des machines sous W8 moins chères qu’aujourd’hui dans des diagonales égales ou plus petites.
    Elles auront un écran IPS, un SSD, seront inaudibles, auront la même autonomie (que celles sous ARM/Android)…

    Le danger, pour moi, est de créer une gamme supplémentaire qui empêche mécaniquement ces machines Windows d’etre vendues à leur juste prix.

    On aurait des hybrides Android à 300-400€ et les mêmes Windows à 400-500€ alors que ceux sous Windows devraient pouvoir etre vendus à 300-400€ du fait de la baisse de prix de la license W8 (et d’une légère baisse de marge sur ces produits).

    Là, et si ces ‘smartbooks’ (hybrides) se vendent les constructeurs n’auraient plus aucun intéret à baisser leur marge sur les machines W8. Au contraire et grace à la baisse du rix de la license, ils pourront les augmenter.

    Enfin, on verra comment tout ça se goupille mais je ne suis pas aussi enthousiaste à l’idée de voir arriver sur le marché des netbooks Android que certains.

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 18 h 52 min

    Bien que cet article propose une analyse intéressante, reste malgré tout sceptique sur l’utilisation d’Android dans un produit “clavier/souris”. Android est une OS tactile, il est conçu comme ça et vas rester tel quel. Tout portage vers un univers différent comme le clavier/souris ou le step-box TV est risqué et tend toujours vers l’échec commercial.
    Un format PC avec Android qui tourne dessus, aussi puissant soit’il, reste inadapté car Android n’est pas conçu pour ce format.
    Il existe 1 seul cas où Android à réussi sa mutation vers un univers clavier/souris, ce sont les tablettes Asus Transformer. Mais dans ce cas, Asus à été très intelligent en comprennent dès le début que Android sur un véritable Notebook est voué à l’échec. Ils ont plutôt fait un hybride qui répond parfaitement à l’usage de tablette et à un usage occasionnel de Notebook car il est difficile de répondre à un usage 100% Notebook avec Android (même 4.x).

    Dans ce sens, le Smartbook de rêve que décrit l’auteur de l’article existe déjà ! Il suffit de prendre une Asus Transformer TF700 :). Légère, bien fini, puissante (malgré 1 an), bel écran et une autonomie réelle mesurée de minimum 8h avec le clavier docké. Je ne vois pas ce que l’on peut demander de plus (A part un os adapté à la prise de note comme Windows 8 avec sa redoutable suie Office).

    Je pense qu’il aurait fallut dès le début de l’article définir ce qu’est un “Smartbook” car aujourd’hui la définition est assez vague et tout le monde n’a pas le même approche que l’auteur de l’article :)

    Répondre
  • Gab
    8 avril 2013 - 18 h 52 min

    Je suis assez d’accord avec A. J’ai acheté à ma maman un AC100 en 2010, et j’ai acheté une Trasnformer Infinity l’an dernier. Je suis donc le marché des smartbook depuis un moment.
    J’ai du mal à voir ce qu’on apporte par rapport aux Transformers d’Asus. Uniquement un prix plus bas ?
    Je ne suis pas contre le concept. Mais j’attend plus des smartbook sous linux (Ubuntu ou autre) que sous Android (ou ca existe déjà avec les Transformer).
    Je ne connais pas les chiffres de vente des tablette Windows RT (qui sont très souvent voir toujours vendu avec un clavier). Mais j’ai l’impression que ce n’est pas brillant… Mais ca sera peut être différent avec Android.
    @A:

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 19 h 34 min

    Là, ce serait une bonne nouvelle.

    Pour ma part, je préférerais un Linux à Androïd, mais bon c’est déjà ça.
    Alors que chromebook à peu d’intérêt si l’on ne veut pas confier ses données sans garantie à des inconnus.

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 19 h 37 min

    @pote: C’est peut être une voie de développement d’android 5.0. On a bien vu que le système est passé d’un OS pour smartphone à un OS pour smartphones et tablettes. Il peut poursuivre très facilement son évolution vers le clavier.

    @kobekobe: Si si on peut. Le Samsung est effectivement une sorte de Smartbook. Même si par sa philosophie Chrome OS est vraiment un système orienté cloud alors qu’Android peut se suffire à lui même.

    @obarthelemy: Oui, pour faire joujou avec beaucoup de clés, je suis de plus en plus persuadé que le couple clavier et pointeur est tout a fait exploitable par l’OS. Moins par les applications qui n’ont pas souvent été prévues pour. Maintenant vu les prix et les exemples donnés, l’exploitation de dalles tactiles n’est pas un problème. Si une tablette 7″ fonctionne bien en tactile 1280 x 800 pour 170$ sur une tablette, cela ne pose pas de soucis de passer l’objet en version smartbooks en gardant le tactile. Le surcoût est totalement absorbé par l’ensemble. On économiserait pas grand chose a l’enlever, par contre en étudiant les charnières ont pourrait passer a une solution de repli à la Lenovo Yoga et gagner aussi sur ce point.

    @Xtrmboss: “Android est une OS tactile, il est conçu comme ça et vas rester tel quel.” Je n’en suis pas persuadé mais je ne suis pas devin. Si il y a des parts de marché et de la croissance a faire dans le monde du Smartbook, android mutera en fonction comme il a muté du Smartphone à la tablette. Et le marché est là, en terme de croissance, entre les utilisateurs de netbooks et les pays émergents, il y a une niche colossale a prendre.

    Bien sur la TF700 est superbe et parfaite mais… elle ne coûte pas 250$, loin de là. Avec ce genre de produit, Google a une chance de couper l’herbe sous le pied de la concurrence en proposant des engins abordables “qui font le job”. Si tu pouvais acheter un équivalent d’une Nexus 7 avec un mini clavier ou la même en version 10″ avec un clavier chiclet un peu plus large pour 250-300€ Tu ne serais pas tenté ? Moi si.

    Quand à la définition de smartbook, j’aurais bien aimé mais je crois que le mot ne veut plus trop rien dire : C’était un Portable qui ne fonctionnait pas grâce à un processeur x86. Mais cela sous entendait surtout qu’il ne faisait pas tourner Windows. Depuis l’arrivée de Windows RT, cela ne tiens plus… A moins de considérer Windows RT comme un OS qui n’est pas Windows ;)

    @Gab: Uniquement un prix plus bas. Oui passer de 649€ la TF700 a sa sortie en 64 Go à 299€ pour un engin aux fonctions équivalentes (moins design probablement) pourrait renverser totalement les ventes. Sans compter l’émulation globale proposée aujourd’hui par les fondeurs de puces : Même les petits comme RockChip ou AllWinner pourraient proposer des engins convaincants avec l’appui de Google. comme il se sont emparés du marché tablette avec l’ouverture d’android 4.x

    Le portage d’Ubuntu ou autre Linux se fera, mais dans un second temps et par les utilisateurs comme actuellement sur tablette. Canonical n’a pas les reins assez solides pour aller au front, google peut quand à lui se le permettre.

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 20 h 13 min

    vite du fanlesssssssssssssssssss avec windows please ou linux au pire

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 20 h 16 min

    @kobekobe:

    si j’en reve mais pas de linux et pas de windows pour le moment

    Répondre
  • A
    8 avril 2013 - 20 h 21 min

    Donc on parle simplement d’une N7 (ou équivalent) avec un clavier détachable? Juste pour le prix donc.

    Pourquoi faire tout un article sur les ‘smartbooks’ alors? Surtout pour dire après que “le mot ne veut plus trop rien dire”??.

    En fait, il y a 3 possibilités de smartbook:

    1. Un petit netbook Android sans écran tactile.
    2. Un petit netbook Android avec écran tactile non détachable.
    3. Une transformer: Un petit netbook Android avec écran tactile détachable. Ou une tablette avec un clavier détachable. Tout dépend de l’angle de vue (Mais qui est évidemment pareil).

    Selon le format dont on parle, ça n’a pas les mêmes conséquences, possibilités ou même prix.

    Si l’AndroidBook est bien lancé plus tard cette année, ce sera, je pense, la possibilité 1 ou 2. Car autrement aucun intéret de lui donner une appellation différente par exemple.
    Et là, l’intéret résiderait uniquement dans le prix, tout en étant un peu plus fonctionnel qu’un ChromeBook.

    Quant au lancement par d’autres marques de Transformer Android dans des diagonales inférieures pourquoi pas mais tout dépend du prix.

    Parce que là on prend comme prix de base, les modèles chinois vendus en direct mais si de ‘grands’ constructeurs s’y mettent, je doute fortément que les prix soient inférieurs à 250-300€ (et encore pour des spécs bas de gamme).

    Quand on se dit qu’avec Blue et une baisse de prix de W8 + Office à 30$, on pourrait avoir des 7, 8, 9, 10″ W8 à partir de 300€ (7″) jusqu’à 500€ (10″) pour des hybrides (tablettes + clavier, donc), je ne vois pas trop l’intéret d’un hybride Android à 50€ de moins.

    J’espère vraiment que les ATIV 2.0 ou Acer W520 (?) vont sortir bientot et avant ces hybrides Android (s’ils sortent un jour) pour pouvoir voir une réelle baisse de prix de ces machines.
    Car si elles sortent en même temps ou après, les constructeurs auront la possibilité de ne pas baisser leur prix autant que ce qu’ils devraient/pourraient en présentant les modèles Android comme l’entrée de gamme et les Windows/Atom (plus chers) comme le milieu (le haut de gamme étant les Haswell).

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 21 h 03 min

    Ca n’est pas un EEEpc 900, mais un 901. Signe des temps …

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 21 h 07 min

    @Lapinou: Ouais tu as raison, un 901 :)

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 21 h 25 min

    Je n’ai lu que la dernière partie. Et je suis tout à fait d’accord avec toi Pierre !

    Il faudrait que Microsoft nous fasse un Windows 8 low cost pour ARM (et je pensais que Windows 8 Blue était l’élu ?!).

    Mais je reste partisan de la tablette avec clavier détachable (comme chez Asus par exemple) plutôt qu’un ensemble écran-clavier attaché définitivement.

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 21 h 28 min

    @ Pierre : Ton aversion envers le tactile fausse un peu ton propos. Donnes y une chance, essaye ! De toute manière android est désormais (enfin) mûr pour s’adapter à toutes les configurations. Depuis quelques jours mon petit goNote m’a fait changer d’avis sur cet OS, dont je ne suis pas fan mais qui globalement présente des espaces de liberté sous réserve de rootage.

    Depuis la version 4.04(?) la gestion du clavier est correcte et la machine ne se prend plus elle même comme un smartphone.

    Tout ce qui m’intéresse dans ces machines, c’est la réalisation d’une promesse jamais tenue de puissance, d’autonomie et de miniaturisation.

    Ce qui serait peut-être intéressant serait de faire un petit article sur les bases d’android, un système totalement décentralisé ou les fonctions de base ne sont que des applications, dont certaines sont remplaçables ; et pourquoi pas un inventaire des applications utiles sans pub ni ads (gestionnaire de fichier, de sauvegarde, lecture vidéo, Dj-ing etc…).

    Je crois bcp aux androbooks, avec la suite type office gratuite (kingsoft office) et un bon claiver ils vont répondre à pas mal d’usages.

    Encore faut-il que les constructeurs nous donnen envie et sortent des machines enfin sexies.

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 22 h 00 min

    @Dadoo: Mais j’ai rien contre le tactile ??? J’en aprle même pas du tactile ici, c’est pas le propos ! Je trouve juste délirant de faire payer un surcoût pour du tactile qui va être bientôt obligatoire pour tous les ultrabooks. Quand on connait le prix de ce surcoût, je trouve hallucinant de forcer la main aux utilisateurs. Après que des gens trouvent ça sympa sur un portable, grand bien leur fasse, du moment que c’est une option ça me dérange pas. Mais si on imposait les écrans 3D sur les portables en 2014, j’en connais un paquet qui feraient la tronche…

    sinon j’utilise du tactile sur All In One depuis 3 ans désormais, je trouve ça super plaisant. Juste je n’en ai pas l’utilité sur un portable… Malgré mes essais de plusieurs bécanes, je ne quitte pas le clavier pur exploiter du écran tactile. Par contre sur tablette je commence a avoir du skill.

    Je crois que les mutations de ces derniers mois et effectivement la prise en compote de plus en plus évidentes de périphériques comlme le calvier et la souris, parfaitement naturels depuis Android 4.0, montrent bien a quel point ce systeme est en train de muter. Kingsoft Office sans être une merveille rempli son rôle et de plus en plus d’outils productifs sont là pour proposer une certaine productivité sous Android. J’utilise par exemple SignNow qui n,’a pas d’équivalent PC et qui est très pratique pour moi.

    Bonne idée pour la liste es softs mais c’est impossible a gérer pour moi : parfait pour le forum par contre, suffit de lancer le sujet qu iva bien et d’inviter tout e monde a pointer dessus, ensuite on pourra le linker de partout. :)

    Sinon j’ai lu ton compte rendu du GoNote, je suis ravi du résultat et j’espere franchement que des constructeurs vont suivre cette voie. A vrai dire ce commentaire m’a aidé a digerer ce papier là. Le GoNote montre qu’effectivement ce genre de machine là peut répondre à plein d’usages.

    Répondre
  • PJL
    8 avril 2013 - 22 h 06 min

    Le concept est sympa, ça ferait de la concurrence à Windows mais 250 à 300€ pour une machine avec seulement 16-32Go de stockage, là je tousse.

    Répondre
  • 8 avril 2013 - 22 h 09 min

    @PJL: Ben tu préfères un 10″ avec 320 Go en mécanique et un écran 1024 x 600 TN à 300€ ou un 10″ 1280 x 800 en IPS avec 16Go + carte d’extension SDHC 32Go à 300€ ? Parce que c’est simple de remplacer 16 Go de SSD par 320 Go de HDD techniquement mais tu te retrouve avec un engin plus lourd, plus épais, qui craint les chocs et qui fait du bruit…

    Répondre
  • A
    8 avril 2013 - 23 h 43 min

    Sauf que cette comparaison n’est pas valable du tout.

    En fait il faut comparer un (potentiel) netbook Android avec le même sous Windows (qui est vendu, selon une multitude de sources dont le Wall Street Journal 30$ en bundle avec Office pour des machines tactiles de moins de 10″8).

    Aussi, la différence de prix se fera sur la license Windows et le cpu, rien d’autre. Puisque le matériel et les autres composants seront identiques.

    Sachant qu’Android n’est pas gratuit (les OEMs paient une license à MS pour un lot de brevet que MS détient sur des techs/softwares utilisées dans Android et qu’il faut verser une compensation à Google pour utiliser le market) et que le prix des Atoms est très bas, la différence de coût de fabrication/production serait minime.

    C’est pour ça que je n’espère pas trop voir ces netbooks Android.
    Car pour les différencier (et en profiter pour augmenter leur marge sur les produits Windows plus productifs), les constructeurs auront tendance à augmenter artificiellement leurs marges et leurs prix des hybrides Windows pour créer une différence de gamme basée sur l’utilisation et le potentiel de la machine et pas du tout sur son cout réel.

    Répondre
  • 9 avril 2013 - 9 h 06 min

    Je realise que ça vole pas haut comme reflexion , mais je crois bien que c’est juste parce que je suis pas assez douee pour selectionner rapidement un truc a couper ou copier que j’ai finalement pas de transformer, c’est peut etre juste une question d’entrainement mais si android 5 pouvait s’adapter a ma maladresse je craquerais surement pour un petit smartbook aux specs correctes

    Répondre
  • 9 avril 2013 - 9 h 06 min

    ca profiterait à un developpement de Linux chez Mme Michu
    c’est la crise ,si les prix sont bas,et des perfs comparable au windaube de Mme Michu
    Ma petite de 9 ans adore sont pingouin,Lxde ….et oui faut commencer jeune
    mais sont netbook date 4ans maintenant,et si un armbook valable meme en 12″ vois le jour je crois qu’avec une bonne distro
    j’investirai,je bave assez sur le PIXEL(c’est du intel)mais j’attends de voir ce que l’avenir nous reserve

    Répondre
  • 9 avril 2013 - 9 h 18 min

    @minette: Oui je penche pour une évolution dans ce sens sur le futur d’Android. Ils ne peuvent pas justifier de le laisser en l’état leur système de selection et de copié collé… Et puis ça ne se justifie pas.

    @ludo: Si les puces bien documentées et supportées qui supportent déjà Linux sur tablettes arrivent sur ce marché, je pense que nous auront des machines compatibles rapidement.

    Répondre
  • 9 avril 2013 - 9 h 45 min

    Je pense que le seul véritable atout charme des smartbook est et sera l’autonomie. Je reve encore d’une minimachine ayant une vraie autonomie de 10h voir plus, d’une veille d’une semaine voir plus et d’une sortie de veille instantanée à la “smartphone”. Après sur quel OS peu importe…

    Répondre
  • 9 avril 2013 - 10 h 15 min

    @Rototo91: Si les machines sont bien fichues, si les fabricants exploitent des batteries ultrafines et en glissent dans le châssis bas et dans le châssis haut pour équilibrer, il y a moyen d’embarquer une super autonomie.

    Répondre
  • A
    9 avril 2013 - 11 h 11 min

    @Rototo91:

    Les hybrides W8 proposent déjà tout ça.

    Alors certes les prix ne sont pas encore raisonable mais avec une license W8 (+ Office) à 30$ et une baisse de marge des constructeurs et donc du prix de ces hybrides (baisse forcée car leurs machines se vendent mal du fait, justement, de leur prix), les secondes gens devraient etre bien moins chères.

    Répondre
  • PJL
    9 avril 2013 - 16 h 52 min

    @Pierre Lecourt: Je ne suis pas sur que le grand public fasse la différence entre un disque dur classique et un SSD par contre, il risque de se poser des questions sur la capacité de la machine.
    De mon coté, autant 32Go me suffisent (outil de consultation et de prise de note en réunion), autant, ça me parait insuffisant dans le cadre d’un outil de production.

    Répondre
  • 9 avril 2013 - 16 h 59 min

    @PJL: Je ne pense pas qu’aujourd’hui on puisse qualifier un smartbook ou une tablkette d’outil de production. Outil de prise de note, outil de rendu (DJ, video, autres) ou de jeu ok. Mais pas production du moins pas dans le sens “PC” du terme.

    Le grand public est comme tout le monde, il suffit de lui expliquer. Si il comprends que 500 Go de stockage cela veut dire un engin totalement différent, il faut qu’il s’oriente vers un portable plus adapté.

    Répondre
  • 9 avril 2013 - 17 h 49 min

    @Pierre : j’avoue que j’aimerais bien connaitre le surcoût d’une dalle tactile, par exmple que peut-il représenter sur un GoNote à 99 euros ?

    Quand je vois qu’acer sort une machine windows8 intel avec le seul tactile comme dispositif de pointage, j’avoue ne pas comprendre.

    Ayant du tactile sur quelques une de mes machines, je gère le geste en fonction de mon attente, en utilisant l’un ou l’autre des dispositifs selon le cas.

    Par exemple sur le GoNote, le constructeur a placé un trackpoint optique au centre du clavier qui est aussi le bouton tactile de l’os. Très utile, présent sur une machine bas de gamme et pas sur le dernier “convertible” acer.

    Je te rejoins dans le changement radical d’orientation d’android qui est désormais un vrai OS adaptés aux notebooks, plus d’écran de démarrage à faire glisser, plus de message comique avec “votre téléphone” comme sujet. Je ne suis toujours pas fan, mais une fois qu’on a enlévé les googueuleries, ça devient utilisable.

    Pour le GoNote, j’aurais aimé faire une vidéo, mais ma camera refuse d’éteindre ses led d’éclairage et l’image était trop mauvaise alors que la machine a un affichage très correct…

    Répondre
  • 10 avril 2013 - 10 h 06 min

    Quand je vois cette vidéo qui date de 3 ans ca fait mal au coeur , quel gachis :http://www.youtube.com/watch?v=3uWsg2pDNKI
    Les marques se plaignent de leurs vente , mais elle ne cherche pas a innover , elles suivent comme des moutons “wintel”.
    alor qu’il y a un gros marché “armlux”

    Répondre
  • 11 avril 2013 - 10 h 28 min

    […] comme le Vivobook de la vidéo, équipés de processeurs x86 et dénués de ventilation. Si des rumeurs nous indiquent que Google serait peut être en train de réfléchir à des engins de … et Android, il serait peut être bon qu’Intel y repense à son […]

  • 16 avril 2013 - 14 h 59 min

    […] un espoir, assez maigre, celui de voir renaître le concept du Smartbook : Un netbook sous Android ou Linux, équipé d’un processeur ARM Un concept qui pourrait […]

  • 26 avril 2013 - 9 h 57 min

    […] A lire : Les Smartbooks peuvent t-ils revenir dans la course ? […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *