Le marché PC continue de sombrer, personne ne semble vraiment inquiet

Il ne va pas falloir tarder a souder un périscope sur le bateau PC, le navire prend l’eau de toutes parts et surtout continue sobrement sous sa ligne de flottaison depuis plus d’un an. Marché PC en berne, marché sans véritable objectif, les machines se vendent mal partout dans le monde depuis le début de cette année et les ballast continuent de se remplir avec obstination.

Au vu des chiffres d’IDC pour ce second trimestre, tout le monde devrait arborer un joli gilet orange autour de la taille, l’air sombre, des jumelles vissées sur un regard inquiet vers un horizon quelconque. Ce n’est pas le cas sur le marché PC et la façade de sourires plus ou moins crispés des fabricants semble inoxydable pour le moment. Du moins en public.

 

En privé c’est un peu plus l’angoisse pour ne pas parler de panique car le seul relais de croissance pour les marques historiquement présentes sur ce secteur en dehors du PC semble être le monde tablette. Un monde qui ne permet pas les marges espérées à ses débuts avec des prix de plus en plus bas à chaque nouvelle génération de machine. Prix poussé toujours plus bas par une concurrence féroce et par cette obligation de résultat née de l’érosion des marges du monde PC. Bref c’est la crise et si de façade il n’y a pas panique à bord, il n’y a pas non plus de bouée de sauvetage pour le moment.

Marché PC

2012, première semonce avec une baisse globale des ventes de PC de 4%. 2013 ne semble pas vouloir redresser la barre avec un déclin anticipé de 7.8%. Un chiffre qui ne se réalisera pourtant que si le marché rebondit dans les mois qui viennent ce qui n’est pas gagné d’avance.

Avec une chute des ventes mondiales de PC de 13.3% au premier trimestre et de 11.7% au second la plongée est déjà sévère. Pour IDC le marché peut ne baisser que de 4.7 et 1.7% pour les 2 prochains trimestres, seule manière pour que cette estimation se concrétise. Les fabricants semblent toujours être lestés au plomb et peu de machines donnent vraiment des chiffres intéressants. Un marchand me confiait que certains modèles d’engins s’étaient vendus dans des quantités absolument ridicules cette année sur les 2 premiers trimestres. Le chiffre des unités vendues d’un de ces modèle pouvait s’afficher avec les doigts des deux mains, moins de 10 pièces pour toute la France,  pour vous dire un peu la profondeur abyssale du doute de certaines marques dans l’hexagone.

Marché PC

Les ventes de PC resteront donc toujours inférieures aux ventes de 2012 déjà inférieures aux ventes de 2011 : ça ne s’arrange pas. Et le problème est global, la bouée de sauvetage des marchés émergents est également en train de sombrer : Chine, Inde, Amérique du sud, tout le monde retient son souffle. En Europe, notamment en Angleterre, en Allemagne et en France, on ne remonte pas sous les -15% de ventes en moins par rapport à 2012.

Une situation compliquée où les marques ne jugent plus au radar mais bien au sonar en lançant des produits un peu comme des bouteilles à la mer. Des All-In-One 20″ sous Android, des portables tactiles ultrafins à 2000€, des engins sans réelle évolutions mais aux tarifs surgonflés. Des définition d’écran en pleine explosion mais mal secondés par des chipset graphiques totalement à la peine. Les représentant des marques avancent dans le grand bain en costard cravate, les poches pleines de gros cailloux : Windows 8 qui a encore du mal à séduire, des surcouches tactiles que le grand public ne comprend pas, des puces qui évoluent mais n’annonce pas vraiment de bouleversement majeur. Une évolutivité zéro qui a du mal a passer auprès d’un public déjà équipé.

Marché PC

Soldes pas terribles, ça tombe bien, on n’a pas d’argent.

Du côté du public c’est la crise qui commence a bien se faire sentir : Pas beaucoup d’argent à la fin du mois, rares sont ceux qui poussent le vice a dépenser plus d’un mois de salaire pour un portable ultrafin tactile alors que leur PC actuel tourne encore très bien. A la rigueur on se fait plaisir avec une tablette a moins de 200€. C’est le Grand Bleu côté client, pas de dépense et un portefeuille en apnée profonde pour encore un moment.

Les commentaires des forums sont amusants, entre les soldes jugées insignifiantes et les machines pas adaptées, “Au moins on va faire plaisir à notre banquier”. Sous entendu on ne sera pas dans le rouge cette année. C’est tout juste si on murmure une éventuelle dépense “obligatoire” pour la rentrée des classes.

Les “soldes sont décevantes” cette année. En fait ça fait 2 ans que les soldes sont décevantes, bizarrement ça ne choque pas le public et personne ne fait le rapprochement. Cette déception colle parfaitement avec la chute des ventes de PC. Pas d’engouement, pas d’achat. Les acheteurs des grands groupes sur internet ou dans la distribution ne sont pas idiots, ils sentent que le marché va mal et du coup commandent avec plus de parcimonie. Pas de surstock, pas de soldes, pas besoin d’encombrer les soutes avec des produits qui se vendent mal.

Marché PC

Et du coup on demande plus d’efficacité aux grossistes qui doivent livrer vite, plus vite et mieux. La chaîne complète de distribution est plus tendue, on tire des 2 côtés pour avoir le meilleur prix possible mais tout cela a un coût : Les acheteurs qui commandent douloureusement 5 pièces d’un portable pourtant annoncé comme extraordinaire à grand renfort de pub par une marque , n’ont pas le même tarif que du temps où ils en commandaient 40 “one shot”. Le prix enfle, le prix gonfle et le marché PC souffre et va continuer de souffrir : Les fermetures de Surcouf et Virgin, Darty qui licencie et la Fnac qui est secouée en Bourse. Le monde PC va mal, mais tout le monde garde le sourire.

46 commentaires sur ce sujet.
  • 2 juillet 2013 - 22 h 08 min

    flou, très flou… mais de toute façon tout va mal et rien ne bouge… ya qu’a voir le salaire moyen…

    Répondre
  • 2 juillet 2013 - 22 h 09 min

    Quand tu remarques que ton pc acheté en 2008 à 900€ tourne comme une rolex et que finalement rien n à évoluer pour ton usage. Il n y a aucun intérêt à le changer.

    Répondre
  • 2 juillet 2013 - 22 h 14 min

    Il y a peut près autant d’ordinateur que d’habitant dans tout les pays développés, hors ils ne sont pas souvent renouvelés, le marché a simplement atteint un pique ou il n’y a gère plus que le renouvellement qui compte.
    Ca explique aussi le déploiement faible de win8 par rapport a XP ou même win7, (concrètement personne n’achète de License, seul les windows près-installés comptent).

    Fini la surproduction en folie des ordinateurs.

    Maintenant on surproduit comme des tarés des smartphones et tablettes pour équiper toute la planète, et dans quelques années, il se passera la même chose que sur les PC aujourd’hui.

    Et on surproduira le nouveau produit a la mode (robotique ?)

    Répondre
  • 2 juillet 2013 - 22 h 16 min

    @Fabian:

    Oui, c’est surtout cela: pas BESOIN de changer pour avoir mieux sous le capot.

    Remettre 350€ dans une carte graphique pour gagner 6% de performances? Heuu…

    Et pour jouer à un jeu sous facebook en plus? :p

    Bon sinon l’évolution est bien là dans l’environnement du PC, plus silencieux, moins gourmands en energie, boitiers plus jolis et discrets…

    Après on voit la limite du “tout portable” de ces dernières années: pas d’évolutivité possible, pas de nécessité de changement de machine complète: pas de ventes.

    Répondre
  • 2 juillet 2013 - 22 h 43 min

    Les constructeurs devront se faire une raison, outre la crise qui met en berne les plus garnis des portes-monnaies, l’avènement des technologies “tiers” que sont les smartphones, les tablettes, les Chromebooks, les clé usb Android, etc… fait que le monde est déjà en phase d’être sur-équipé par rapport à l’usage possible de chacun dans le monde numérique, y compris dans les pays émergents (même si c’est dans des proportions bien moindre, et donc qu’il y subsiste une marge de croissance non négligeable). Les usages numériques de chacun sont maintenant dilués à travers une multitude de vecteurs, inévitablement le coût de ces vecteurs, additionnés, ampute le budget autrefois attribué à un voir deux PC.

    Sauf révolution numérique flagrante dans et en faveur du monde PC (ce qui n’a pas l’air d’être pour bientôt), plus jamais le monde PC ne retrouvera ses volumes de ventes passés. Les constructeurs vont devoir trouver un nouvel équilibre, apprendre à assembler des produits cohérents, à des prix dégageant des marges raisonnables sans êtres excessives, et cela rien que pour maintenir un volume de vente acceptable et rentable.

    Même si, par un coup de baguette magique (peu probable), la crise s’achève dans les 5 ans, ce n’est pas pour cela que le monde PC reviendra à son niveau d’il y a 2 ou 3 ans.

    Répondre
  • 2 juillet 2013 - 23 h 01 min

    Eh oui, voilà ce qui arrive quand un produit est conclu en écoutant les marketeurs et les consultants boursiers, plutôt que les consommateurs.

    Répondre
  • uko
    2 juillet 2013 - 23 h 04 min

    Pas de grande surprise, après 5 ans la crise commence à prendre corps dans la réalité de la plupart d’entre nous. Le chômage monte sans discontinuer, les salaires stagnent (dans le publique) ou régressent (dans le privé), les revenus passifs se réduisent, les entreprises s’embourbent et coulent… et le risque systémique n’est toujours pas exclu, pas plus que d’éventuelles faillites d’états. Les injections massives de liquidités partent directement dans l’économie financière, où elles sont ratissées par les plus riches, creusant un peu plus des inégalités déjà insensées.

    Dans les pays émergents, acheter de l’or semble être redevenu plus urgent que s’équiper en matériel informatique. Et pour cause, la situation n’est pas bien meilleure chez eux: leurs meilleurs clients font grise mine et achètent de moins en moins, leur croissance diminue en conséquence et la situation et leur avenir est tout aussi incertain que le notre.

    Pour le marché du PC, j’espère que ces chamboulements ne nuiront pas trop à la qualité des produits, et qu’ils stimuleront la créativité des constructeurs.

    Mais surtout, j’espère que ces soldes désastreuses n’auront pas de conséquences pour Minimachines. Pierre, un commentaire sur le sujet ? Est-ce que tu parviens à vivre de ton blog ?

    Répondre
  • 2 juillet 2013 - 23 h 19 min

    Et à délocaliser à tour de bras, et tirer toujours les salaires vers le bas (vous savez les réformes urgentes et indispensables dont on vous bassine au 20h), ils vont peut-être un jour finir par avoir une révélation et comprendre que les clients qui ne leur achètent plus leurs trucs aujourd’hui, et les salariés qu’ils ont mis aux chômages hier ne font qu’un.

    Répondre
  • uko
    2 juillet 2013 - 23 h 36 min

    @Phil:
    Dans la globalité oui, mais d’un point de vue individuel non. Ce n’est pas parce-qu’une entreprise augmente les salaires de ses employés que ses ventes vont augmenter, alors que si elle les baisse, elle sait qu’elle gagnera de l’argent sur la masse salariale.

    De la même manière, si tout le monde reprenait confiance dans l’économie, la crise serait terminée. Mais si un investisseur unique se montre trop optimiste, il va se faire tailler en pièces. Donc les investisseurs restent sur la défensive, et la crise continue.

    Répondre
  • 2 juillet 2013 - 23 h 42 min

    Un avantage a la crise, j’ai payé mon dernier 9mm avec -30%

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 0 h 01 min

    Tout le monde a un PC, et à part les joueurs, personne à besoin d’un truc plus puissant, normal que ça ne se vende plus

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 0 h 23 min

    @uko:

    “De la même manière, si tout le monde reprenait confiance dans l’économie, la crise serait terminée.”

    Rien n’est plus faux. Ça, ça marche pour quelques-uns au poker ou à la bourse ça s’appelle le bluff. On repart pour de belles spéculations, on crée une nouvelle belle bulle, les financiers sont contents. Mr et Mme Michu, un jour emprunteurs pour leur appart, leur voiture ou les études du petit dernier, un autre jour petits porteurs cèdent au chant des sirènes. Un beau matin, il y en a un, bien conseillé par Goldman Sachs qui tire le tapis. Et l’on repart pour une nouvelle crise, à chaque fois plus grosse que la précédente, avec les Michu en première ligne pour Pôle Emploi et le surendettement.

    C’est ce qui se passe tous les cinq ans depuis le milieu des années 70, il faudrait peut-être commencer à apprendre de nos erreurs.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 0 h 30 min

    Je ne suis pas convaincu que la crise ait un rapport avec la baisse des ventes de pc. Bien sûr ça joue un peu, mais je pense que c’est à la marge. Visiblement la crise n’a pas d’incidence sur la vente des smarphones, donc ça prouve bien que c’est davantage une question de rapport entre l’offre et la demande que d’un problème de pouvoir d’achat, que ce soit pour les entreprises ou les particuliers.

    Pour ce qui est de l’avenir je me demande si on va voir apparaitre des clés pc sous Windows. Je pense que beaucoup de gens pourraient se contenter d’une clé pc puisque les utilisations principales chez M. tout le monde sont la navigation internet, la visualisation de photos et de films et l’utilisation d’une suite bureautique. Bien sûr on peut déjà faire tout ça avec une clé Androïd, mais j’ai l’impression que M. tout le monde serait plus facilement convaincu par le logo Windows, question d’habitude.

    @Phil : ton raisonnement est aussi simpliste que de dire que tous les chômeurs sont des paresseux qui ne travaillent pas parce que c’est plus facile de toucher des allocations.. On est dans un monde libre, si tu veux davantage de pouvoir d’achat pour toi et plus d’emplois en France tu n’as qu’à créer ton entreprise puisque tu sembles penser que c’est tellement facile d’être patron :)

    Répondre
  • uko
    3 juillet 2013 - 0 h 46 min

    @Zotac:
    Ah, je savais que ce passage allait susciter des réactions ;)

    Je faisais référence à la crise financière, qui est par définition une crise de confiance.

    Fondamentalement, il semble évident que notre système basé sur la croissance infinie ne pouvait pas continuer indéfiniment. Tout simplement parce-que la croissance infinie n’existe pas, quels que soient les artifices déployés pour la stimuler. Tout est cyclique, et s’il fallait en arriver là, on finirait bien par atteindre la limite des ressources naturelles de la planète.

    Ceci dit, je ne pense pas que la blague dure encore 5 ans. La Fed nous a accordé un répit avec son injection de 85 Milliards de dollars par mois, mais la fête semble déjà terminée: Les taux remontent, la bourse est repartie à la baisse depuis 5 semaines (-9% sur le CAC tout de même) et les fondamentaux ne donnent aucun signe de reprise. Au contraire, pour la première fois en France la récession et la perte de pouvoir d’achat des ménages sont reconnus officiellement alors qu’aux US les villes et états se déclarent en faillite les uns après les autres.

    La grande question, c’est de savoir ce qui va sortir de tout ça. Je suis assez pessimiste, mais je n’ai aucune idée de jusqu’où le système peut se casser la figure, ni d’où planquer mes billes pour ne pas me les faire voler.

    Répondre
  • uko
    3 juillet 2013 - 1 h 46 min

    @Dada:
    Je trouve au contraire le raisonnement de Phil très juste. Chaque crise rend les plus riches encore plus riches par la magie de la bourse au détriment des classes moyennes et populaires qui se font peu à peu dépouiller.

    Être son propre patron n’a rien de facile. C’est de plus en plus risqué (en plus de la crise économique, la taxe sur le retour sur investissement a doublé), c’est éprouvant moralement, et c’est rarement synonyme de richesse.

    Pour revenir sur les ventes de PC, tu ne peux absolument pas comparer un marché établi depuis plus de 15 ans à un jeune marché d’à peine 5 ans. Il est évident que la crise n’est que l’un des facteurs qui affecte les ventes de PC.

    Le PC n’est plus à la mode, est déjà présent dans tous les foyers occidentaux et coûte bien plus cher que les smartphones qui sont eux-mêmes souvent vendus avec un crédit déguisé en cadeau. Mais surtout, il est actuellement considéré comme un marché différent de celui de la tablette, qui n’est pourtant rien d’autre qu’un PC sans clavier. Et qui, moins chère pour un service parfois suffisant, est un choix plus raisonnable en période de crise. Je suis curieux de voir ce que donneraient les chiffres des ventes de PC si on y réinjectait les ventes de tablettes.

    Tu sembles penser que la crise n’a aucun impact sur les ventes de Smartphones, mais sur quoi appuies-tu cette affirmation ? Depuis 2011, leur croissance diminue sensiblement, alors que la part des modèles low-cost augmente.
    Faute à la crise ? La question est bien trop complexe pour que je me risque à l’affirmer. Mais étant donnée l’impact qu’elle a eu sur tous les autres domaines, il me semble raisonnable de le penser.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 2 h 25 min

    @Dada:
    Effectivement, ce que je dis “est très simpliste”. Surtout pour ceux qui, soit ne savent pas lire, soit délibérément veulent y trouver ce que je n’ai pas écrit. Où ai-je parlé de “chômeurs paresseux” ? Où ai-je écrit “qu’il est facile d’être patron” ?

    Un peu d’honnêteté intellectuelle ne serait pas inutile.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 2 h 27 min

    @Uko : on est d’accord sur une chose, je pense aussi que les tablettes font parties du marché des pcs et dans une moindre mesure les smartphones aussi. En fait ce à quoi on assiste c’est surtout à une fragmentation du marché de l’informatique.

    La crise économique a forcément un impact je ne le nie pas, tout ce que je dis c’est qu’elle n’explique pas tout. De manière générale j’ai l’impression que quelque soit le sujet on cherche à l’expliquer par la crise. Alors que sur le terrain beaucoup de gens ne ressentent pas cette crise, si ce n’est psychologiquement. Par exemple les fonctionnaires et les retraités n’ont pas vu leurs salaires baissés de manière drastique du jour au lendemain. En tout cas pas en France.

    Le facteur psychologique de la crise accélère certainement l’adoption de modèles low-cost. Mais je pense que le low-cost est un mouvement de fond davantage motivé par une volonté d’augmenter son pouvoir d’achat et son taux d’équipement que par la volonté d’économiser parce que l’on se retrouve dans une situation de soudaine pauvreté. Quelqu’un qui se retrouve en situation de réelle pauvreté ne va pas acheter de smartphone, même low-cost.

    Répondre
  • JT
    3 juillet 2013 - 2 h 33 min

    Effectivement le marché du PC tout portable tout plastique tout moche et tout fragile n’attire plus les foules en magasins. Comment s’en étonner ? La seule alternative s’appelle Apple. Une seule marque, c’est peu court pour animer un marché ! Les grandes marques, avec leurs machines banalisées et sans attrait, se sont flinguées toutes seules.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 2 h 43 min

    @Phil : Ce qui m’a fait tiquer est ta phrase suivante :
    “Et à délocaliser à tour de bras, et tirer toujours les salaires vers le bas [..] ils vont peut-être un jour finir par avoir une révélation et comprendre que les clients qui ne leur achètent plus leurs trucs aujourd’hui, et les salariés qu’ils ont mis aux chômages hier ne font qu’un.

    J’imagine que le “ils” de tes propos sont les patrons. Du coup j’en déduis qu’à tes yeux tous les problèmes viennent des patrons. Mais je me suis peut-être fourvoyé.

    Corriges moi si je me trompe dans mon interprétation de tes propos, mais en gros tu nous expliques que la baisse de vente des pcs est dû à la baisse des salaires, aux délocalisations et au chômage.

    1. Les salaire, Imaginons que demain matin tous les français voient leurs salaires doublés : est-ce que tu penses que pour autant les français vont acheter un pc dont ils ne ressentent pas le besoin juste parce qu’ils ont plein d’argent ?

    2. Les délocalisations permettent aux français d’acheter leurs produits informatiques (entre autre) moins cher, donc au contraire ça devrait faciliter la vente des pcs.

    3. Le chômage a l’air d’augmenter moins vite que la baisse de vente des pcs donc le lien de causalité me parait limite. Surtout qu’en France le fait de perdre son emploi n’entraine pas forcément une baisse importante du pouvoir d’achat grâce aux allocations chômage.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 3 h 06 min

    Pierre, cela fait longtemps qu’on dit que le marché du PC stagne voir régresse. Penses tu que ce soit a cause d’un manque d’innovation ? Dans ce cas, quel serait le PC idéal qui changerait la donne ? Un MacBook air like avec 12 h d’autonomie ?
    Ou penses tu que le PC n’a plus sa place parce que la tablette l’a remplacé ?

    Répondre
  • uko
    3 juillet 2013 - 5 h 13 min

    @Dada:
    “Par exemple les fonctionnaires et les retraités n’ont pas vu leurs salaires baissés de manière drastique du jour au lendemain. En tout cas pas en France.”
    Effectivement, mais les fonctionnaires ont vu leurs salaires gelés depuis deux ans: Plus de progression, ils savent déjà qu’ils gagneront moins bien leur vie que la génération précédente. Ils ont aussi vu des avantages disparaitre, ou ont du se battre pour les conserver. Et ils voient aussi arriver une retraite plus tardive, bastion pourtant protégé pour le public depuis toujours.
    Et je sais de quoi je parle: Ma compagne est institutrice.

    Les retraités actuels eux ont peut-être échappé au pire, mais rien n’est moins sur: La situation des caisses de retraite est critique et il n’est pas inenvisageable de voir les retraités actuel perdre des revenus. Et je ne parle même pas de la partie “rente” qui est en chute libre depuis quelques années: De nos jours, il est difficile d’obtenir un rendement fiable à plus de 4% net. Les assurances-vie comme l’immobilier deviennent des choix bien moins intéressants que ces 20 dernières années, investir en bourse est actuellement suicidaire pour un particulier, l’or chute contre toute logique, tout comme les matières premières… et l’investissement dans les PME est plus hasardeux que jamais. Les obligations d’état n’ont jamais été aussi risquées et peu rentables à la fois, et le concept même d’avoir de l’argent en banque est soumis en plus de l’érosion inflationnaire au risque de faillite bancaire qui passera dorénavant par la case déposant.
    Et je sais de quoi je parle: Je m’occupe de la gestion du patrimoine et des revenus de mes parents.

    Quant aux chômeurs, leur situation est précaire: ils se montrent généralement bien plus prudents sur leurs achats que les employés en CDI.
    Et je sais encore de quoi je parle, je suis actuellement chômeur. Et j’en profite pour passer le plus clair de mon temps à lire des news économiques et high-tech.

    Je pense que tu as raison sur le fond: C’est le facteur psychologique qui entre en compte plus que le manque d’argent dans les porte-monaies. Les gens anticipent une situation difficile et se montrent plus prudents dans leurs achats. Mais ce comportement est bel et bien une conséquence directe de la crise.

    Par contre je ne partage pas du tout ton point de vue concernant les smartphones. Je vois régulièrement des gens au RMA et/ou qui vivent en HLM et s’offrent des iPhone. Il ne faut surtout pas sous-estimer la force du crédit dissimulé derrière un abonnement, beaucoup n’ont pas conscience de le payer le prix fort et restent sur des formules à engagement précisément pour pouvoir s’offrir des smartphones qui ne rentreraient sinon pas dans un budget généralement bien mal géré. En France, la notion de pauvreté reste toute relative…

    Enfin, concernant les entreprises je te rejoins complètement. On ne peut pas reprocher à ce qui est par définition une “machine à faire du fric” de chercher à optimiser son fonctionnement. C’est à l’état d’établir des limites, pas à l’entrepreneur qui essaye de faire tourner au mieux son entreprise et de rentabiliser son investissement (et qui par la même occasion crée de l’emploi ainsi que de la richesse qui part en grande partie dans les caisses de l’État).
    Mais je ne pense pas que qui que ce soit ici ait voulu jeter la pierre aux entrepreneurs.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 6 h 35 min

    A mon avis, dans l’article, il faut remplacer “PC” par “PC Wintel”.

    Pour revenir sur le sujet, faudrait tout betement que les fabricants nous trouvent une raison d’upgrader. Tout PC de l’ere “Core” peut encore faire ce pour quoi il a été acheté, les progres n’ont été que très incrémentaux, et le plus gros progrès depuis, le SSD, ne nécessite pas de changer de PC. Y’a pas eu de rupture style USB, 64 bits, DVI… depuis longtemps. Et franchement, je ne vois rien venir, a part un effort concerté pour faire de Thunderbolt un port universel PC/Tablette/Smartphone, mais visblement ca n’en prend pas le chemin. Ou alors, des arguemnts esthétiques à la Apple, mais je ne pense pas que ça marche sur tout le marché.

    A mon avis, la situation va empirer pour Wintel en fait: rien en vue pour réveiller la demande de remplacement, et surtout, Android est crédible sur les besoins basiques, qui doivent bien représenter 50% du marché. Des qu’une grande marque sort une clé ou boite voire un portable Android vendu en France avec support et SAV, ces 50% commencent non plus a rester gelés dans le temps, mais a s’éroder.

    Un proc a 100+ euros (donc un PC a 300+ euros) pour faire du web/video/IM/Office, ca n’est plus justifié.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 7 h 40 min

    beaucoup de commentaires très intéressant en tout les cas ce post fait réagir et pour ne pas reprendre les propos de certains il est bon de s’indigner ; certains la crise réelle ou non c’est a dire réelle pour nous tous car plus d’augmentation de salaires, couplé a la hausse des impôts et autres TVA (quid du système des auto entrepreneurs qui aujourd’hui sont pour limité dans le temps sous le prétexte de concurrence et pour lesquels on applique maintenant la TVA a 19.6….), ajoutés aux propos du fait que nous n’avons plus de nouveautés dans le monde du PC mise a part la venue du SSD qui ajoute une réelle amélioration; la justification de changement d’équipement n’est donc pas justifié et les consommateurs s’informent de mieux en mieux et ne passent donc plus le cap du changement cosmétique sauf pour certains qui eux ne sont pas encore touchés par “l’effet crise” car ils y participent activement et en sont les metteurs en scènes et peuvent donc encore s’enrichir.
    Ces systèmes boursiers doivent effectivement évoluer et le partage des richesses , des connaissances, la création et la fabrication doivent revenir localement; voilà je pense la direction a prendre.
    Tant que nous n’aurons pas conscience de cela rien ne changera les gens continuerons a perdre de la richesse et les actionnaires a s’enrichir !
    La suppression des boutiques physique en est une conséquence direct; et sous le prétexte des nouvelles technologies on se retrouvera d’ici peux avec des géants qui auront le monopole et qui ferons monter le prix des produits tant qu’ils auront des acheteurs dans le monde pourquoi s’arrêter a pratiquer la dématérialisation et pourquoi alors produire localement et créer des emplois ou sauvegarder ceux existant.
    J arrête le HS mais nous sommes actuellement dans une conséquence de la politique voulue, et on s’aperçoit maintenant que ce n’était pas le bon choix… les salaires baisses..notre pouvoirs d’achat baisse, nous ne consommons plus et les entreprises ne comptent pas investir dans nos contrés car ils savent qu’ils ne margeront pas suffisamment et pour se faire ils se tournent vers les pays en émergences…la boucle est bouclé.. en attendant nous en payons les pots cassés et on ne demandent pas aux metteurs en scènes de nous rendre des comptes.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 8 h 50 min

    A la sortie de XP, les PCs ne suivaient pas en terme de puissance. On les vendait avec 256 de SDR c’était une catastrophe, je suis resté sous 2000 pendant longtemps. Il est arrivé à la même chose avec Vista, puis Win 7 s’est avéré étonnament moins gourmand et des configs “peu chères” le font tourner comme une horloge.

    Tout le monde s’est équipé, avec des PCs qui tournent comme des horloges avec un XP ou un Win7 hyper fluide. Pourquoi changer ???

    Le marché est arrivé à maturité, tout le monde a du bon matos, et personne ne voit de raison d’en changer, même si il faut garder son ordi portable constamment branché pour en profiter…

    Le PC n’aura jamais le même problème qu’a la voiture de devoir être renouvellée au bout d’un certain temps…

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 9 h 25 min

    Je reste étonné du relatif succès des tablettes. Le PC d’un côté pour du sérieux même si ça nécessite de se poser, OK. Le smartphone de l’autre pour les besoins en stricte mobilité aussi. Entre les deux, quel besoin réel d’une tablette qui ne fera jamais le job d’un PC et fait un peu doublon grand-écran du smartphone?

    Et si ce qui avait manqué au netbook original, petit et autonome, c’était une vraie connectivité facile sur le pouce? En plus d’un écran vraiment utilisable en extérieur, même ensoleillé.

    Le rôle des opérateurs de téléphonie mobile sur le 1er point, qui bloquent souvent l’usage modem (le smartphone faisant relais wifi ou bluetooth pour le netbook) et imposent une carte SIM (donc un abonnement) par appareil, favorise à mon sens ce truc le cul entre 2 chaises qu’est la tablette.

    Le PC n’est pas utilisable facilement en mobilité (limité aux hotspots, un peu galère et peu sûrs), le smarphone ne peut faire modem… On vire le smartphone+PC et achète une tablette, quitte à avoir l’air guignol quand on passe un coup de fil (le contrôle vocal du répertoire et une oreillette permettant d’y pallier en partie).

    Peut-être que légiférer afin d’interdire certains bridages des opérateurs mobiles serait déjà une bonne idée. Et proposer des PC mobiles propres à leur usage, allant de plus en plus vers la mobilité depuis des années (cf évolution des pdm laptops/desktops): Le meilleur PC ultramobile sorti fut sans doute le EeePC 901 (taille, autonomie, SSD, connectivité complète pour l’époque), puis plus rien!

    Devoir acheter une machine un peu plus grosse, qui n’a pas évolué pour le confort écran en extérieur (ou en pire avec un écran brillant) et m’obligera à remettre la main au portefeuille dès l’achat pour un SSD, à condition de pouvoir le changer facilement (et sans perte de garantie, avec une accessibilité désormais catastrophique!)…

    Au final, entre l’addition et les emmerdes… On achète une tablette ou on réinstalle son vieux netbook s’il est encore fonctionnel avec un truc qui lui redonne une fraicheur (Crunchbang dans mon cas) comparé à un XP qui a tourné qq années et arrive bientôt en fin de vie.

    Je persiste à penser que le marché se meurt aussi car il devient de plus en plus en inadéquation avec son public à force de se débattre dans le mauvais sens.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 9 h 37 min

    @Dliryc:
    Je ne voit pas trop le sens de la comparaison à la voiture. Sauf que cette dernière est sans doute bien plus indispensable à beaucoup de monde! Mais ce marché subit aussi la crise:

    Quand l’économie est en berne le marché baisse dans les mêmes proportions: Moins de sous, on s’en sert moins (surtout avec l’effet des prix du pétrole) et elle s’use moins… ce qui limite l’usure et la prolonge.

    Après presque 5 ans de crise ininterrompue, on voit leur durée de vie moyenne (en temps, pas en km!) s’allonger notablement et le marché s’écrouler pour les constructeurs. Seuls les plus internationaux s’en sortant à peu près car le marché chinois passe du vélo à l’auto.

    Tout converge dans ce sens, recettes de la TIPP, l’évolution des mortalités qui n’a qqchose à voir avec la politique du radar que dans les discours officiels…

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 10 h 06 min

    Est-ce qu’on doit vraiment être surpris que le PC ne se vende pas?
    C’est un peu la chronique d’une mort annoncée, non ?

    Mon tout premier cours d’info m’a été donné par une star française du software (on en avait ! fin des années 80…), et la première phrase a du être qqc comme: ne vous embêtez pas à faire du hardware, c’est un marché d’arrière garde.
    En 80, vous achetez un ordi, on vous offre les soft, mais en 2000 (bon il s’est trompé sur la date), on vous offrira le hardware avec la location du software.

    Entre banalisation de l’appareil, et désamour du grand publique, je vois plus un modèle à la canal plus, ou l’on paie un petite participation pour la mise à disposition du terminal qui nous fait consommer du service.

    Le PC n’est pas la voiture, à part les fadas que nous sommes sur MM.net, on n’aime pas son PC, pour les gens normaux, c’est juste l’outil pour jouer, aller sur FB, travailler, etc…

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 10 h 28 min

    Oula, c’est un peu le café du commerce ici…

    @Yann
    “Je reste étonné du relatif succès des tablettes. Le PC d’un côté pour du sérieux même si ça nécessite de se poser, OK. Le smartphone de l’autre pour les besoins en stricte mobilité aussi. Entre les deux, quel besoin réel d’une tablette qui ne fera jamais le job d’un PC et fait un peu doublon grand-écran du smartphone?”

    1) Dans certains cas (une part croissante de la population je pense) la tablette remplace totalement l’ordinateur pour 100% des usages. Je pense à ceux qui font essentiellement du skype, du multimédia, du surf…

    2) Dans les autres cas, la tablette ne remplace pas totalement un PC mais elles prolongent la durée de vie des PC existants et contribuent aussi à plomber le marché du renouvellement. Hors les gros joueurs qui ont besoin d’un PC haut de gamme, j’ai l’impression que la plupart des foyers gardent leur PC existant et vieillissant pour la bureautique et les trucs “d’ordinateurs” et s’achètent une tablette comme “achat plaisir” et pour tous les usages de consommation de contenus.
    Ces gens là, il y a quelques années, ils rachetaient un ordinateur.

    Voilà, tu l’as le succès des tablettes…et la dégringolade des PC en même temps ; quand au double emploi avec un smartphone, c’est peut-être un peu le cas pour les tablettes 7 pouces mais au delà ce n’est vraiment pas le même type d’usage…

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 10 h 28 min

    Les PC chez les particuliers n’ont jamais été très adapté a l’usage qui en est fait, 90% des utilisateurs n’utilisent leur ordi que pour internet. Dans ces conditions, qui peut s’étonner du succès des tablettes? et donc du fléchissement des ventes de PC, y compris portables?
    Reste que les pc ont un marché, qui va durer encore un bon bout de temps, mais qui va rétrécir sérieusement. Est-ce une mort? je ne crois pas qu’il faille tenir un discours catastrophiste, les choses évoluent c’est tout, dans dix ans les tablettes aussi vont passer de mode, le tout est de s’adapter.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 10 h 37 min

    “Par contre je ne partage pas du tout ton point de vue concernant les smartphones. Je vois régulièrement des gens au RMA et/ou qui vivent en HLM et s’offrent des iPhone. Il ne faut surtout pas sous-estimer la force du crédit dissimulé derrière un abonnement, beaucoup n’ont pas conscience de le payer le prix fort et restent sur des formules à engagement précisément pour pouvoir s’offrir des smartphones qui ne rentreraient sinon pas dans un budget généralement bien mal géré. En France, la notion de pauvreté reste toute relative…”

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 10 h 37 min

    Je fréquente beaucoup de personnes de tous âges avec un ordinateur pc ou mac , j’en connais peu qui ont acheté une tablette même très peu
    J’en ai acheté deux qui n’ont pas tenu longtemps et je n’en achèterai pas d’autre

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 10 h 42 min

    @Izaref:

    Je suis tout à fait d’accord avec toi.

    Je serais même encore plus dur car les utilisateurs n’aiment en général pas utiliser un PC, ils le font par nécessité (comme de mettre une paie dans le prix d’un PC aujourd’hui un pc).

    Beaucoup de personnes autour de moi (j’ai travaillé dans le support utilisateur pendant presque 5 ans) utilisent leur pc perso pour de la consultation et il ne faut pas s’étonner que ces meme personne qui ont en horreur leurs ordis les aient abandonné lorsque les smartphones de plus de 4 pouces de diagonales écran et les tablettes sont arrivés.

    Pour beaucoup cela a représenté un soulagement même qui n’en pouvaient plus de voir leurs pcs se dégrader au fure et a mesure de l’utilisation (merci windaube), qui plante tout le temps, etc…

    Donc oui c’est inquietant pour les acteurs de ce domaine mais ce n’est pas du tout étonnant et les constructeurs vont vite devoir trouver une reconversion car ce n’est pas avec un écran tactile que les consommateurs seront conquis.

    Nous sommes des dinosaures (déjà ?) et l’informatique (au sens pc grand public) va disparaitre plus vite que l’on ne pense.

    L’avenir je pense se situera dans les objets connectés, domotiques, etc.

    Enfin ce n’est que mon point de vue.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 10 h 42 min

    Bug.
    Je voulais dire: je plussoie. Pour vivre en campagne pauvre, cela résume très bien la situation!

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 10 h 57 min

    La crise du PC c’est l’EEEPC 701 qui l’a annoncé, il n’y a rien d’autre à ajouté.
    Il n’y aura plus d’évolutions mais des ajustements et qui vont se faire dans la douleur, pour un secteur qui à atteint ses limites, à la fois technologiques mais aussi économiques.

    Les petits seront mangés par les gros, et cela repartira, quand la crise déflationniste qui nous touche en ce moment sera terminée.

    Quant au tablette … est ce vraiment une invention, quel différence fondamentale et historique entre les tablette, les newton les palm ou les clié…? aucune!!

    La phase terminale a commencée, l’arrivé des AIO sous android sonnera le glas du PC tel que je l’aime moi même, il deviendra un marché de niche, on passe d’un pc tour par membre de la famille nécessitant un bureau, à une tablette smartphone par membre de la famille.

    De la miniaturisation, vers une évolution technologique, on va vers une miniaturisation qui tends plus à une réduction des coûts.

    Tout les niveaux de la vie sont impacté par ce phénomène. Tout est miniaturisation, la bouffe, les vacances, les fringues, la durée du travail, les logements, les meubles….etc
    Si ce n’est pas de la convergence …qu’est ce que c’est?

    De plus je soupçonne les fabricants d’avoir sciemment retardé l’arrivé des smartbook sur le marché, parce que cela va être leur dernière bouffée d’oxygène avant la grande chute.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 11 h 22 min

    Crise ou pas, il est temps d’arrêter de croire à la croissance infinie. Elle n’existe pas, tout comme le plein emploi.

    La plupart des ménages ont un PC et surement bien d’autres gadgets électroniques. Il est normal d’avoir une baisse après des années de croissance. Le jour où tout le monde à son smartphone, il y aura fatalement moins d’achat de smartphones.

    C’est cette lobotomie que nous subissons depuis le plus jeune âge, qui nous pousse à consommer sans cesse, qui est responsable de l’état catastrophique de la société d’aujourd’hui. Surconsommation des ressources (physiquement limitées de notre planète), gaspillage (cherchez sur Internet des images des décharges en Afrique/Amérique du Sud/Asie créées par NOS appareils électroniques), création de faux besoins… Et c’est normal qu’on nous y pousse, puisque tout notre système dépend de cette consommation! Dès que celle-ci diminue, ne fut-ce qu’un peu, tout le système vacille et tout le monde crie à la catastrophe! Les fameux actionnaires et spéculateurs quittent le navire au moindre signe de diminution et provoquent une chute vertigineuse là où il n’y avait à la base qu’une simple petite baisse.

    Mais tout ceci n’est pas une fatalité, c’est à nous de modifier notre comportement destructeur dans la vie de tous les jours, sans pour autant retourner à l’âge de pierre. C’est à nous tous qu’il appartient de développer une société saine et durable. Si chacun attend que le voisin commence, rien ne changera.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 11 h 57 min

    Y a rien en informatique dans les grandes enseignes, pas de SSD, seulement deux disques dur internes chez carrefour au triple du prix, rien chez fnac, darty et leclerc.
    Tout les pc que j’ai vu était les mêmes, que du ACER et HP à 500 euros avec processeur de portable et pas de carte graphique.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 12 h 09 min

    @dixDel:
    je suis dans un milieu de paysans qui s’y emploient depuis les années soixante dix , à l’époque ils passaient pour des fous

    Répondre
  • uko
    3 juillet 2013 - 14 h 43 min

    @dixDel:
    Joliment résumé. +1, hélas.

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 19 h 27 min

    @nbekblog:

    après rien n’est définitif il faut se réveiller et demander des comptes aux responsables et arrêter l’hémorragie une autre vision et un autre avenir est possible, demander à nos anciens de Mai 68 ce qu’ils en pensent !

    Répondre
  • 3 juillet 2013 - 21 h 28 min

    …Il faudrait aussi corréler ces chiffres au taux d’équipement des foyer en connexion internet. Aujourd’hui le marché est clairement saturé et crise oblige, on ne change pas ce qui fonctionne.

    Répondre
  • 4 juillet 2013 - 10 h 43 min

    Vous me mettez tous le moral dans les chaussettes ! Même si je pense vous malheureusement raison…
    Et pour revenir à notre sujet étant en vacances et vu le temps j’ai fait un tour des boutiques hier avec mon fils et effectivement il n’y avait rien de bandant à voir… L’informatique des passionnés disparaît inexorablement depuis les années 80 pour un marché de masse sans saveur et dominé par quelques marques…

    Répondre
  • 4 juillet 2013 - 10 h 47 min

    Même si je pense QUE vous AVEZ. malheureusement raison…

    Répondre
  • 4 juillet 2013 - 11 h 03 min

    mon core2duo de 2006 avec ses 4go et son ssd est largement suffisant pour tout faire sauf jouer aux derniers jeux.

    Je le changerai quand il aura une panne irréparable, pas avant.

    Avant on changeait pour être plus alaise car la puissance manquait. plus maintenant.

    le ssd a tué pas mal de rachat de machine également.

    Trop de produits qui partent dans tous les sens.
    les consommateurs sont perdus.

    le dictat du nouveau windows qui relance les ventes est également révolu à mon sens.

    Comment ces industriels peuvent également penser que les gens vont pouvoir renouveler en même temps pc+tablette+smartphone/personne et au même rythme. Il ne faut pas être sortie de je ne sais grande école de commerce à 12000€ l’année pour comprendre que le porte monnaie n’est pas extensible à l’infini surtout en cette période.

    ces entreprises qui font des licenciements pour gagner 1% de benef se tirent une balle dans le pieds à mon sens. vision a court terme. 1 chômeur en plus = souvent une famille/foyer qui consomme beaucoup moins.

    Répondre
  • 9 juillet 2013 - 14 h 14 min

    Bonjour,

    je pense que ce qui a tué le marché des PC, c’est le manque d’évolutions et la stagnation des prix.

    Pour les jeux, il est bien plus intéressant de se tourner vers une console, au moins, on est certain que les jeux vont fonctionner !!

    En ce qui concerne les soldes, cette année je suis allé faire le tour des enseignes, mais rien, nada, que du “vieux matériel” au prix du neuf !

    Il y a 3 ans, j’ai acheté un PC portable “ultra fin” avec core i5, 8 Go de DDR3, SSD e 256 Go, nVidia intégré, le tout, pour 700 €.

    Cette année, pour le même prix, j’ai vu de l’AMD, du Pentium, ou du core i3 et la plupart du temps, avec 4 Go de RAM.

    Et quand on voit des tablette à moins de 100 € (je ne parle pas de la qualité), pour aller sur Facebook ou Youtube, ça suffit largement.

    J’ai la chance d’avoir un salaire correct, mais je n’ai rien dépensé pour les soldes, enfin si, un nouveau vélo …:-)

    Répondre
  • 19 juillet 2013 - 11 h 53 min
  • 30 août 2013 - 2 h 29 min

    Du vent tout cela je suis joueur sur pc depuis les 8086 IBM (1985), +/-29 années de jeux sur pc et des années que j’entend le PC est mort, les jeux PC sont mort, etc…… que du vent ;)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *