Un terminal sous ChromeOS pour mieux maîtriser l’usage de Linux

C’est la mode, après Microsoft qui ajoute des solutions Linux de plus en plus complètes à Windows 10, c’est au tour de Google d’ajouter un Terminal sous ChromeOS et de s’intéresser à son propre système d’exploitation et à ses outils.

Il s’agit plus d’un retour aux sources que d’une plongée vers l’inconnu. ChromeOS est bâti sur le navigateur Chrome de Google mais aussi et surtout sur Linux. Proposer un Terminal sous ChromeOS ressemble donc plus à une correction d’un oubli1 qu’une véritable révolution.

Cette ouverture du système vers Linux est une ouverture intéressante de la part de Google. L’idée est de permettre l’exécution de programmes Linux directement depuis un engin sous ChromeOS mais également d’apprendre a piloter d’autres machines. On ne connait pas les modalités de fonctionnement de ce terminal sous ChromeOS mais il s’agirait probablement d’encapsulage des divers programmes exécutés dans des machines virtuelles afin de protéger l’intégrité globale du système.

2018-04-25 11_55_59-minimachines.net

Pour le moment inactive, le téléchargement ne fonctionne pas, cette application Terminal ne cache toutefois pas son objectif. La description de la nouvelle application est éloquente :

2018-04-25 11_23_05-minimachines.net

Le fait que cette application pèse 200 Mo est également assez édifiant. En soi, le Terminal n’est qu’une fenêtre sur le système d’exploitation sous Linux et ne devrait pas être aussi gourmand en espace. Cela indique que cette application contient de quoi étanchéifier les éléments exécutés du reste du système de manière à le sécuriser.

Je suppose que l’apparition de ce terminal sous ChromeOS vient tenter de combler un manque ressenti par une cible privilégiée de ces engins, à savoir les étudiants. L’usage des Chromebooks a beaucoup de succès aux US et de nombreux campus sont ainsi équipés.

Il est déjà possible de piloter un terminal via des applications Android depuis une machine sous ChromeOS mais suivant les structures, ce genre d’outil n’est pas toujours présent sur les Chromebooks. De nombreuses écoles évitent d’installer trop d’applications Android sur leur parc.

Ces machines sont parfaites pour prendre et suivre des cours, surfer et tous les usages multimédia habituels. Mais utiliser un Chromebook pour apprendre à programmer ou connaitre le B.A.BA des usages d’un terminal sous Linux se révèle être un gros souci. 

Or ces éléments font partie de plus en plus de cursus en informatique, même pour des utilisateurs que l’on imagine pas forcément mettre les mains dans le cambouis d’une ligne de code. De nombreux utilisateurs web se penchent désormais dans les arcanes de leur machine pour optimiser leur travail. Maintenir correctement un site web demande des connaissances minimales d’usage d’un terminal. C’est probablement ce même constat qui a poussé Microsoft à proposer plus ou moins le même service avec ses mises à jour de Windows 10.

Source : AndroidPolice

Notes :

  1. Il ne s’agit pas d’un oubli du tout évidemment, si Google avait voulu mettre un terminal en place, il l’aurait fait. Sa philosophie est différente puisque le moteur de recherche veut préserver son système d’exploitation d’un côté alors que le terminal ouvre des possibilités de contrôle total de la machine de l’autre. C’est également un moyen de contrôler les usages de son système en ne passant que par les applications autorisées par Google et non pas des applications tierces.
6 commentaires sur ce sujet.
  • 25 avril 2018 - 12 h 31 min

    Ce terminal est surtout là pour permettre la prochaine mise à jour de ChromeOS avec le projet Crostini qui va permettre de lancer des VMs Linux dans lesquelles on pourra faire tourner un Android Studio, un firefox, un LibreOffice. Chose que l’on pouvait faire avec Crouton en passant en mode Développeur.

    Là ça sera de base et pour l’instant ça ne fonctionne qu’en version Développeur (pas le mode dev) et avec un PixelBook. Mais ça va arriver pour les autres portables Chromebook et même ARM d’après les derniers commits.

    Répondre
  • vik
    25 avril 2018 - 13 h 45 min

    Ça fait un petit bout de temps que je me tâte pour un chromebook en portable/tablette secondaire… c’est le genre d’ouverture (malgré l’ogre Google qui mange des chatons au ptit déj) qui tend à me décider, d’autant plus avec les perspectives qu’évoque David…
    En passant, et pardon pour le HS, est-ce quelqu’un sait s’il y a moyen de commander un chromebook lenovo 500e en France pour un particulier, j’ai pas l’impression que lenovo us expédie en France… ? (D’ailleurs, Pierre, si cela t’intéresse de tester ce genre de machine et si j’arrive à mettre la main dessus…)

    Répondre
  • Ted
    25 avril 2018 - 15 h 20 min

    Crostini ce sont des conteneurs, pas des VM, la différence est majeure vu la config des machines qui font tourner ChromeOS. En effet ça devient interessant comme machines.

    Pour les étudiants du moment qu’ils peuvent faire du ssh sur un vrai linux distant. Avoir un terminal local sur un ChromeOS, même si c’est une base Linux, je sais pas si ça va vraiment les aider tellement c’est assez atypique.

    Répondre
  • 26 avril 2018 - 13 h 43 min

    Pensez vous qu’il puisse y avoir un client X avec ? J’y pense à cause de la taille et de « run you favorite application » et que sous croûton ça ne prend pas beaucoup de place le client X je crois me rappeler…

    Répondre
  • 26 avril 2018 - 21 h 18 min

    Tous les chromebooks ouvrent nativement un terminal quand on presse Alt-Ctrl-T

    Répondre
  • 30 avril 2018 - 17 h 22 min

    Moi je vois plutôt cela comme un appel du pieds aux libristes NAÏFs parce quand même Google est un écosystème fermé et créateur de bulle d’opinion/usage de l’informatique. (Appel au sens clin d’oeil, vouloir séduire/rassurer, parce que ne pas oublier que Google s’est débrouillé les secrets du code source d’Android sous son escarcelle pendant un temps ou un temps d’avance, que Chromium OS est loin d’être abouti, tout comme Gallium OS qui semble arrêté.)

    Certes Google, tout comme Apple, utilisent/mobilisent du Libre, mais pour leur bénéfice, et de toute façon ici faut pas se leurrer, les users normaux qui sont la cible des chromebooks n’ouvriront pas le terminal, ou le fermeront rapidement après 2-3 commandes basiques (ne faisant que lire de données, comme ça au moins on est sûr·e de rien casser).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *