ChargingPad : Recharger ses batteries en captant l’électricité dans l’air

Imaginez votre smartphone, votre tablette ou toute autre minimachine dans votre poche qui se rechargerait toute seule en captant l’électricité contenue dans l’air. Cela parait encore complètement délirant mais en réalité c’est pus proche de vous que vous ne croyez. un étudiant a en effet mis au point, le ChargingPad, un capteur capable de récupérer l’énergie ambiante.

Dennis Siegel est étudiant à l’université des Arts de Brême, il est brillant, ingénieux et suffisamment ouvert d’esprit pour se lever un matin et se demander si il ne serait pas possible de moissonner l’électricité ambiante pour recharger nos appareils électroniques. De là est né le ChargingPad.

De l’électricité ambiante il y en a quasiment partout : Les lignes haute et basse tension, les différents appareils ménagers du quotidien et même l’électricité statique…Energie gratuite donc, énergie libre comme l’air et si l’appareil pouvait être miniaturisé et adapté à des formats de type tablette ce serait là une solution pour recharger en permanence sa batterie. On en est encore loin mais avec l’arrivée de système de chargement sans contact on se rends bien compte que faire voyager une de l’énergie d’un point à un autre ne nécessite pas forcément un câble.

 Le principe du ChargingPad est de capter chaque source d’énergie possible et de l’emmagasiner dans une batterie. Le prototype se contente d’une banale pile rechargeable AA. 2 prototypes existent déjà : Le premier se focalise sur les hautes fréquences comme les ondes radios ou le GSM (mégahertz) et le Bluetooth ou le Wifi (gigahertz). L’autre sur les basses fréquences de 50/60Hz comme les appareils électriques classiques.

ChargingPad

Pour le moment très limité, le ChargingPad ne permet de recharger qu’une pile par jour, sans plus d’informations mais je suppose en ayant une très bonne orientation vers un appareil délivrant une bonne quantité de courant. Il faudrait évidemment améliorer le dispositif pour le rendre utile au sein d’une machine connectée. Mais on peut déjà imaginer ce que pourrait donner ce type de captation pour des appareils plus modestes ou semi-autonome à très basse consommation : De l’oreillette Bluetooth à un implant interne.

ChargingPad

Je me demande bien à quoi sert cet appareil blanc ?

On peut imaginer également qu’il serait possible de fabriquer d’énormes capteurs a intégrer dans nos murs pour récupérer un maximum de l’énergie émise par notre environnement. Une manière d’éviter des fuites et une exposition permanente à ces divers champs. Difficile de savoir exactement a quoi nous sommes exposés d’ailleurs. nous baignons vraisemblablement dans un énorme magma d’énergies et de fréquences en tous genre.

ChargingPad

Le site de Dennis Siegel.

Source : ExtremeTech

61 commentaires sur ce sujet.
  • 18 février 2013 - 15 h 05 min

    @Mxte29Fr:
    Le principe de l’appareil décrit dans cet article n’étant pas différent du circuit secondaire d’un simple transformateur (la cafetière jouant le rôle du circuit primaire) il faudrait maintenant, « pour corriger nos nombreuses âneries », nous expliquer pourquoi l’on continu à recevoir des factures d’électricité pour tous les appareils qui envahissent nos appartements et dont l’alimentation fonctionne sur le même principe.

    Répondre
  • A
    18 février 2013 - 15 h 28 min

    @Mxte29Fr:

    Si, si.
    Donc tu dis que, même un appreil électrique (un laptop qui n’est pas branché sur secteur par exemple) émet un champs électromagnétique qui est en fait la conséquence d’une déperdition d’énergie.
    Le fait de mettre un appareil de ce type à proximité et récolter cette énergie puis la stocker sous forme d’électricité ne fait pas perdre au laptop l’énergie emmagasinnée plus vite.

    Donc l’utilisation de cet appareil (qui transformerait tout appareil électrique en ‘borne de recharge’) ne serait nuisible à personne puisqu’il ne ferait pas augmenter la consommation (la durée de batterie dans l’exemple du laptop non branché sur secteur) des dits objets.

    Bon, après, il ne récoltera donc pas plus que le rayonnement émis (la déperdition d’énergie ‘naturelle’ de l’objet) et ‘perdu’, donc pas grand chose (à moins d’etre près d’une ligne THT mais là la récolte peut devenir dangereuse du fait même des effets du rayonnement puissant sur notre corps). Mais bon, faut voir.

    Si c’est bien le cas, ce serait effectivement une bonne invention et, surtout, le rêve de Pierre resterait intact. ;)
    Mais je pense quand même que nos ‘bienveillants’ représentants vont trouver un moyen pour légiférer dessus et l’interdire à moyen terme.
    Non pas du tout que je le souhaite.

    Aussi, serait-il possible de calibrer ce type d’appareil pour qu’il récolte plus que la déperdition ‘naturelle’ des objets (je ne parle pas de ligne HT, là)?
    Peut-on envisager de régler son ‘taux d’absorption’ en fonction de l’objet (et donc de la puissance/faiblesse du champs magnétique émis) duquel il récolte l’électricité?

    Répondre
  • A
    18 février 2013 - 15 h 42 min

    @Phil:

    Je réfléchis en écrivant, là…

    Pour vraiment savoir si ce type d’appareil parasite le champs magnétique ou pas, il faudrait calculer, vérifier la déperdition d’énergie des appareils auxquels on ‘branche’ cet objet et la comparer au niveau d’électricité que l’objet récolte.
    Et, même là, ce ne serait pas suffisant en fait car si l’appareil duquel on récolte l’énergie est branché, on ne s’appercevrait pas si lui en tire plus pour compenser ou pas.

    Donc un meilleur moyen serait de tester combien de temps un laptop non branché sur secteur met pour vider sa batterie simplement en l’allumant (et en le forçant à ne pas se mettre en veille), puis de lui coller un objet qui récolte son énergie à côté et voir si sa durée de batterie n’a pas changé.
    Si elle change, c’est bien que l’objet (cette invention) lui en pompe.

    C’est aussi pour ça que j’ai posé mes 2 questions à la fin de mon précédent post.

    Qu’en penses-tu?

    Répondre
  • 18 février 2013 - 17 h 16 min

    @Phil: Je crains que je vais avoir du mal à essayer de te convaincre ;-)

    Si je m’en tiens à tes commentaires précédents, il semble que tu assimiles le rayonnement électromagnétique à une fuite d’eau. Je ne peux pas te rejoindre dans ton propos, car les échelles de « pertes » ne sont pas du tout similaire. Si l’on considère que l’eau et l’électricité sont tous deux des vecteurs : la fuite d’eau entame directement le vecteur eau, qu’elle soit inerte dans un seau ou en circulation dans un tuyau. Alors que le rayonnement électromagnétique de l’électricité est plutôt assimilable à de l’évaporation d’eau, soit une quantité infiniment plus faible qu’une fuite, cela n’entame pas significativement le vecteur électricité ; par ailleurs, s’il n’y a pas de circulation de flux électrique, il n’y a pas de rayonnement électromagnétique donc pas de perte d’énergie.

    Par ailleurs, je ne comprends pas ton :  » il faudrait nous expliquer pourquoi l’on continu à recevoir des factures d’électricité pour tous les appareils qui envahissent nos appartements et dont l’alimentation fonctionne sur le même principe. » De quels appareils tu parles ? Car jusqu’à preuve du contraire : nous ne recevons une facture d’électricité que sur les appareils en fonction (qu’ils soient en veille ou réellement actif), donc s’ils sont en fonction = ils rayonnent un champs électromagnétique. Pour les appareils dont l’alimentation est coupée, ils ne fonctionnent pas, ils n’y a donc pas de circulation électrique, on ne paie rien (sauf l’abonnement), et il n’y a donc pas de champs électromagnétique induit.

    Puisque tu abordes dans ton commentaire cette histoire de cafetière, cela me fait d’ailleurs signaler que dans l’article de Pierre (et à la base dans l’article de M. Siegel) la photo de la cafetière est de loin la moins crédible. La photo laisse à penser que la cafetière est éteinte, or si elle est éteinte… elle ne rayonne pas, donc on ne peut pas récupérer d’énergie. Pour qui a démonté un jour une cafetière de ce style, il est simple de constater que la partie électrique susceptible de produire un champs électromagnétique se trouve à sa base : le serpentin de la résistance se trouvant sous le bol, et la partie purement électrique quasi sous le réceptacle à eau. Hors que voit-on sur la photo ? L’appareil dont la led est la plus lumineuse se trouve en-haut de la cafetière, là où il n’y a aucune partie « émettrice » métallique (d’ailleurs il faudrait qu’il m’explique comment on fait tenir un support soit disant aimanté sur un bout de plastique). Autre fait qui me gêne dans la photo : la meilleur « pseudo » antenne de la cafetière, celle à même de rayonner au maximum, est ici le cordon secteur (avec ses deux, voir trois câbles électriques), pourtant le jeune homme positionne 3 capteurs en haut dans la partie la moins « propagatrice » et 1 en bas… Bref, cette cafetière ne me convainc pas du tout.

    Répondre
  • 18 février 2013 - 17 h 41 min

    @A: Quand tu parles du laptop, il faut bien comprendre qu’il n’émettra un champs électromagnétique que dans la mesure où il est en fonction (ou en veille, mais là je pense que la « fuite » d’énergie doit être infime) sur secteur ou sur batterie. Bref, il rayonne uniquement à partir du moment où il y a un flux d’électricité.

    Dans l’absolu, je pense qu’il n’est pas impossible qu’on puisse vider la batterie d’un portable en marche plus vite en « pompant fort », mais cela ne se rapproche t’il pas du phénomène d’induction ? (je ne sais pas, je pose la question ! ;-) ). Mais pour cela, il faudrait certainement que l’appareil de captage englobe complètement le portable, pour récupérer l’intégralité du rayonnement. Mais très honnetement je ne sais pas, c’est une suposition gratuite et non fondée !

    Si cela t’intéresses, moi j’aime assez la chaine Youtube les « incroyables experiences », il y en a sur des expé Tesla pas mal (dans mes marque-pages, j’ai conservé celles de « vik95170 » mais il y en a d’autres). C’est d’ailleurs à cause du visionnage de ces vidéos, par le passé, que l’article de Pierre ne m’a pas surpris outre-mesure (même si, comme je l’ai dit, il y a des « trucs » qui me chagrinent).

    Pour nos gouvernants, je te rejoins, ils trouveront toujours un moyen pour taxer cela si cela venait à fonctionner à grande échelle, la taxe audiovisuelle est le truc type qui pourrait leur service de modèle = on paye pour potentiellement recevoir quelques choses, même si on n’allume pas souvent la télé et donc si on ne consomme pas ou peu.

    Répondre
  • 18 février 2013 - 18 h 27 min

    @Mxte29Fr:

    Il y a mal donne, là.
    Je ne dis pas qu’un appareil non branché (ou sans batterie) produit un champ magnétique, je dis justement tout le contraire. J’explique qu’il y a bien un transfert d’énergie du réseau vers le chargeur objet de l’article.

    Quant à l’exemple de l’eau, ce n’était qu’une image utilisée par Pierre pour expliquer son raisonnement. Je lui ai donc répondu dans le même esprit.
    Son raisonnement n’était pas dépourvu d’intérêt. Si on installe un alternateur (ou une dynamo) le long d’une rivière on produit du courant. Je tentais juste d’expliquer que cette eau s’écoule naturellement et qu’au contraire ce champ magnétique est produit par le courant provenant de l’installation électrique et que là ce n’est pas gratuit.

    Comme toute image utilisée à titre d’exemple, elle a ses limites. Mais est, il me semble, plus adapté à un blog où il n’y a pas que des spécialistes.

    Ceux qui veulent comprendre les choses de façon plus technique peuvent se référer aux travaux Faraday sur l’induction électromagnétique et d’Ampère bien entendu.

    Mais tout cela est pour demain matin. Aujourd’hui même :
    La recharge sans fil bientôt disponible pour les appareils mobiles
    http://minilien.fr/a0m8z8

    Répondre
  • 18 février 2013 - 18 h 49 min

    @A:
    Lorsque tu as un appareil électrique (laptop ou tout autre) qui est allumé (par le secteur ou par batterie, peut importe), tu as un champ magnétique qui est créé (cf. le Bonhomme d’Ampère).

    Le phénomène inverse, c’est de récréer de l’électricité avec ce champ magnétique. Pour remplir ta batterie, il faut donc que ton appareil électrique continu à produire du champ magnétique donc à consommer de l’électricité. Il y a bel et bien transfert d’énergie.

    Répondre
  • 18 février 2013 - 19 h 53 min

    @Mxte29Fr: Bon, malgré la honte (vite bue quand même ;)) d’avoir participé à déclencher ce beau facepalm, je me permets de t’expliquer la source de ma probable erreur : j’avais bien compris que le champ était créé par le courant et pas l’inverse, et ok aussi pour le reste de tes explications. Mais le truc qui m’avait troublé c’est le commentateur de physorg qui expliquait que « By ‘collecting’ this ‘wasted’ magnetic field you are interfering with that field. In the case of harvesting the field of a high voltage line, you are increasing the impedence in the HV line. »

    Je ne sais ce qu’il en est en réalité malgré quelques lectures et même vrai je suppose que c’est totalement négligeable, mais c’était là la source de ma confusion.

    (mais prend pas la peine de répondre surtout, je peux survivre à cette cruelle incertitude je crois :))

    Répondre
  • A
    18 février 2013 - 20 h 30 min

    @Mxte29Fr:

    « Quand tu parles du laptop, il faut bien comprendre qu’il n’émettra un champs électromagnétique que dans la mesure où il est en fonction (ou en veille, mais là je pense que la « fuite » d’énergie doit être infime) sur secteur ou sur batterie. Bref, il rayonne uniquement à partir du moment où il y a un flux d’électricité.  »

    C’est ce que je dis. Relis mon post.
    Je pense que, tant que qelqu’un n’aura pas fait une expérience simple comme celle que je propose dans mon post précédent, on n’aura pas le fin mot de l’histoire.

    Répondre
  • 18 février 2013 - 21 h 33 min

    @Minette,
    J’ai été lire les commentaires (en diagonal) sur Phys.org. Effectivement, certains prêtent à confusion et finalement on s’aperçoit que, là-bas comme ici, les mêmes interrogations et interprétations approximatives règnent (je suis concerné bien sûr, et je suis loin d’avoir honte de mon ignorance, hi, hi). De toute manière, cette affaire d’énergie « pseudo gratuite » a toujours soulevé les ardeurs et c’est tant mieux :-)

    @A et @Phil
    No soucis, en gros on dit à peu près pareil, mais on l’exprime différemment ;-)
    Oui A, le test que tu suggères serait très certainement intéressant à réaliser. Mais est-ce réalisable avec les outils d’aujourd’hui ? Je ne sais pas.
    Merci pour le lien Phil, j’ai été jeté un œil, mais je reste dubitatif pour le moment concernant tout ce qui est à induction, ce n’est peut-être pas encore assez développé, ni assez répandu (j’attends toujours la sortie d’un chargeur comme cela pour mon S3), ni n’a fait ses preuves à grande échelle ; mais comme tu le dis si bien c’est quasiment « pour demain ».

    Répondre
  • 9 août 2016 - 11 h 38 min

    Tesla a fait mieux hein, il a bien fait sauter un central electrique car tous ce qu’il a reussi a capter dans la ionosphère (je crois) a été remis dans le circuit vers la central en gro et il a fait « sauter les plombs » XD
    Et dire que de nos jours, si celui qui financait les recherche de tesla n’aurait pas penser qu’a sa tronche et vouloir remplir son porte feuille on aurait tous sans exeption sur terre l’electricité en abondance et gratuite….
    Le pognon détruit le monde et finira par rendre sterile notre planète, beaucoup pense qu’au pognon sans se soucier de ceux qui vives sur terre et de la santé de notre planète… -_- C’est de pire en pire et j’ai bien peur que dans les générations futures ca empirera. Quand on voit deja ce qui se passe quand on essaye d’instaurer des trucs pour ralentir un peu la pollution de notre planète, comme la taxe carbone par exemple qui au lieu de punir ceux qui pollue les enrichisses encore plus on a tous compris -_- A cause d’une poignée d’avare d’argent et de pouvoir notre planète se flingue a petit feu et personne n’OSE les toucher justement car ils ont le pouvoir et l’argent nos générations futures sont vraiment très très très mal barré -_-

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *