ARMAzon : Amazon veut lui aussi fabriquer ses propres puces ARM

Après la distribution, l’édition, la création de studio de jeux, de télé et même de BD , voici qu’Amazon veut s’attaquer à la conception de puces ARM maison, une manière de continuer à grossir, investir et diminuer ses coûts de fonctionnement. Le géant serait bel et bien en train de préparer ses propres puces et construit son laboratoire de design de processeurs à Austin au Texas.

Austin c’est un des cœurs technologiques du monde des microprocesseur : Un endroit où sont réunis non seulement des éléments indispensables à la fabrication d’une puce mais également parmi les plus brillants cerveaux de ce domaine très spécialisé d’activités. Amazon serait en train de prendre, comme à son habitude, le taureau par les cornes, et de commencer à concevoir sa propre puce.

Amazon

C’est un des effets liés au système mis en place par ARM . Aujourd’hui n’importe qui peut acheter une licence à l’entreprise Anglaise et se mettre à plancher sur sa propre puce. Un excellent moyen de ne plus dépendre d’un fournisseur en particulier mais aussi de concevoir un processeur spécifiquement adapté à des besoins précis. On pense bien sur aux processeurs que l’on trouve dans les tablettes Kindle de la marque mais également dans de nombreuses autres machines comme les Kindle Fire TV ou l’Amazon Dash. Mais c’est un processeur plus spécifique encore que vise Amazon, la marque s’intéresserait  à des constructions moins grand public. Les puces conçues dans ce centre pourraient permettre à Amazon d’équiper ses serveurs et ainsi réduire drastiquement sa note sur ce point précis puisqu’une des grosses dépenses de la marque est liée à ses activités de Cloud et autres services en ligne. On comprend très vite tout le bénéfice que pourrait tirer la marque d’un tel laboratoire de recherches.

Amazon serait un concepteur Fabless, sans usine de production, comme la plupart des fabricants de puces ARM : Pas besoin de s’empêtrer dans les faramineuses dépenses liées à une usine, surtout lorsque l’on est établi à Austin où plusieurs fondeurs sont disponibles. Cela permet donc de limiter au maximum les  coûts et de rentabiliser rapidement les puces produites.

Calexda

Amazon a embauché dernièrement des cerveaux issus de la société Calxeda, une startup qui a arrêté ses activités à la fin de l’année dernière faute de ressources et dont l’essentiel des activités était axé sur le développement de processeurs ARM à destination des serveurs. Dans le lot, l’ancien Directeur technique de l’entreprise. Si Amazon a refusé de commenter cette information révélée par GigaOM cela semble être un secret de polichinelle dans le milieu fermé de l’ingénierie processeur à Austin. Un mouvement qui fait du bruit suite à l’intérêt porté par Google et Facebook pour ce même type de développement. Les recherches menées par le  site GigaOM montrent qu’au moins 6 anciens employés de Calxeda ont été recrutés par Amazon, de quoi reprendre le travail abandonné en Décembre et le faire repartir sur les bons rails avec des fonds que l’on imagine conséquents.

Calexda

« C’est un investissement énorme, on parle de centaines de millions de dollars pour concevoir son propre coeur de processeur maison mais si vous avez un carnet d’achats comme Amazon, et si vous arrivez réellement à faire tenir vos besoins en charge à vos puces, alors cela peut être rentable », « Mais c’est très risqué »  indique Patrick Moorhead, un analyste spécialisé de ce marché. 

Calexda

Il ne faut pas s’attendre à voir ce type de processeur signé Amazon être disponible rapidement. Cela prendra du temps, de 3 à 5 ans selon les spécialistes mais se lancer dans le design de ce genre d’engin aujourd’hui a du sens, surtout en partant d’une base comme cette start-up spécialisée qu’est Calexda. S’y prendre seulement  dans un an ou deux seulement cela pourrait être beaucoup plus difficile. Amazon joue donc la montre et prend de l’avance en saisissant une opportunité, le nombre de sociétés du type de Calexda n’étant pas légion sur le marché, un rachat serait autrement plus coûteux.

Reste mon interrogation, toujours la même: qui va gagner de l’argent dans le business ARM d’ici quelques années ? Si les géants du net développent leurs propres puces serveur. Si les marques se mettent à développer leurs propres puces pour leurs smartphones et tablettes, puces qu’elles produiront pour leur propre compte, quels fabricants de processeurs trouveront des contrats suffisants pour amortir leur Recherche et Développement ?

8 commentaires sur ce sujet.
  • 29 avril 2014 - 14 h 05 min

    Pas mal le jeu de mot :’).

    Tu n’as pas tort pour la R&D, mais c’est également pour ça que ce phénomène ne se produit que sur l’ARM; ce qui ne « nuke » pas la R&D de toutes les architectures et toutes les puces (même si ça en fait une bonne partie :)..)

    Il y a peut être là aussi une notion de maturité du marché. Une R&D peut être non nécessaire. (Il n’y a qu’à voir les octa-cores dans les téléphones..)

    Répondre
  • 29 avril 2014 - 14 h 36 min

    @Kynn: Clairement mais quel avenir pour Qualcomm, Nvidia, Freescale, Intel ou autres si les gros acteurs du marché se mettent tous a fabriquer leurs propres puces ? : Samsung, LG, HTC, Fujitsu et maintenant des gens comme Amazon ? C’est tendu !

    Répondre
  • 29 avril 2014 - 15 h 16 min

    @Pierre Lecourt: Ce sont des fondeurs, les autres des acheteurs, y’a pas vraiment de soucis la dessus.
    Surout que ces entreprises peuvent faire du vrais R&D et donc se trouver devant la concurrence à moindre frais en quelques mois, et ça c’est un argument de vente qui fonctionne!
    Aujourd’hui les perf sont suffisantes, mais la conso est haute, je pense que d’ici 2 à 5 ans nous aurons des proco qui consommerons 2 à 4x moins pour les mêmes perf et cela seul les entreprises avec de la vrais R&D + capacité de production pourrons le faire, les autre ne pourrons que suivre!

    Répondre
  • 29 avril 2014 - 15 h 41 min

    Je partage le point de vue de l’auteur. Business is business, amazon a largement les moyens de ces ambitions. D’ailleurs je trouve ça plutôt cohérent et malin de leur part.
    HS: le robot en carton amazon, on a l’impression qu’il fait une levrette ;) (aux autres fondeurs)

    Répondre
  • Gab
    30 avril 2014 - 18 h 38 min

    @Pierre Lecourt: Pierre, tous les acteurs qui se lancent sur le marché des puces ARM n’arriveront pas à avoir des produits compétitifs. Ils achéteront donc les puces chez les autres ! C’est par exemple le cas de Samsung qui est un producteur de puce ARM et qui finalement achètent ses puces haut de gamme chez Qualcomm pour les Galaxy S4, Note 3, S5… car ils n’arrivent pas à intégrer la LTE dans leur Exynos (ou une autre raison).
    Et d’ailleur, meme pour les produits moins de haut de gamme, ils achètent aussi des processeurs à d’autres (Intel pour des tablettes en 2013, mediatek ou d’autres pour des tablettes en 2014…). Il va y avoir beaucoup de concurrence, et beaucoup de morts dans le marché ARM pour smartphone ! (TI, ST…). Nvidia a raté le coche en 2013 avec le Tegra4. Ils n’ont plus beaucoup le droit à l’erreur à mon avis.

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 19 h 11 min

    @Gab: Produit compétitif ? Il suffit apparemment de reprendre la recette ARM + Mali pour avoir un produit compétitif. C’est effectivement étonnant de voir Samsung acheter ailleurs mais c’est dans leur logique. Ca sera de plus en plus concurrentiel a mesure que d’autres acteurs viendront rejoindre la cohorte des marques existantes.

    Pour Nvidia, au final, ils ont eu peu de retombées en terme de tablettes, mais j’aimerais bien connaitre le chiffre de vents cumulées dans les machines annexes parce qu’au final, du Tegra 4, on en voit partout ! et dans des trucs qui vont se vendre en masse notamment sur le marché Asiatique

    Répondre
  • Gab
    1 mai 2014 - 10 h 32 min

    @Pierre Lecourt: Pas évident d’être compétitif et d’arriver le premier même en prenant la même recette. Par exemple pour les Cortex A15, Samsung a sorti le premier fin 2012 (dual core A15). En 2014, ils sont sortis des quad Core A15 en big LITTLE avec des A7. Nvidia a eu du mal à sortir son Tegra4 (quadA15+cinquième coeur) avant le deuxième semestre 2013. Qualcomn a sorti son S800 (proche du A15) au deuxième semestre 2013. Et depuis, personne n’a sorti de A15. Ni mediatek, Rockchip, Allwinner… Meme si des nouveaux processeurs vont arriver très bientôt (A17+A7 chez mediatek je crois). Et pour les GPU, chacun à sa propre sauce. Mali, PowerVR, Adreno, Nvidia… idem pour les modem LTE.
    Ma conclusion, c’est que meme si tout le monde part de la recette ARM, tout le monde n’arrive pas en meme temps. Et pour le 64bit, Apple a sorti son processeur au deuxième semestre 2013 (basé sur Cortex A57 ? sans doute) et tous les autres auront plus d’un an de retard !
    Huawei qui investit dans ses propres puces est assez en retard (Encore en Cortex A9 ?). Je ne crois pas que tous les nouveaux venus (LG, Amazon…) arriveront tous à avoir des produits avec le bon « time to market ».

    Répondre
  • 1 mai 2014 - 10 h 52 min

    @Gab: Ben là de toutes façon le premier truic que vise Amazon c’est pas le grd public. ensuite c’est juste une question de pognon investit je pense… Les moyens de Samsung et ceux de Rockchip sont pas les mêmes.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *