Intel IoT : Le laboratoire Intel s’expose à Paris

Le laboratoire de recherche sur l’Internet des objets a fait un petit tour par Paris à la fin de la semaine dernière et a présenté plusieurs travaux et concepts. Un petit tour dans l’ IoT Intel qui nous montre des pistes de travail de la marque.

Le fondeur a lancé sur le marché plusieurs produits à destination des développeurs avec ses différentes plateformes Galileo, Edison, Quark et Curie. But du jeu? Faire ce que la marque a réussi dans le monde du PC : Laisser une marmite bouillonnante d’idées et de concepts sur le feu et pousser les produits les plus prometteurs. Chaque produit issu de ce laboratoire pouvant être une base à Intel demain en matière de vente de produits.

Intel IoT

L’IoT Intel n’est pas une marotte, c’est une belle source de revenus pour la marque. En 2014, l’Internet des Objets pèse déjà 2 milliards de dollars en terme de revenus et ce n’est qu’un début pour la marque.

Intel IoT

Pour séduire, le fondeur mise donc sur ses labos et l’aide apportée sur des idées innovantes exploitant ses technologies. Un petit extrait de cette production flirtant toujours entre laboratoire et produit commercialisé était donc exposé à Paris, à la maison de la radio, pour une approche didactique de l’approche d’Intel pour ce nouveau marché.

Intel IoT

Pas mal de produits exposés dont ce drone ASCTEC qui exploite la technologie Intel Realsense pour se positionner dans l’espace. Autonome, programmable, capable de « voir » les obstacles sur 360° grace à 6 capteurs disposés au dessus de son châssis, ce drone se sert de Realsense comme une sorte de sonar.

Intel IoT

L’idée est de le placer dans un environnement qu’il pourra maîtriser en partie. Lui donner les points de départ et d’arrivée et même sans une carte précise de l’espace intégré en mémoire, l’engin pourra se déplacer. Avec ce système d’écho en profondeur, Realsense étant capable de voir les volumes, le Drone peut aller d’un point A à un Point B et ce même si un obstacle se dresse sur son chemin. Il le contournera et suivra un autre itinéraire. Ce type de solution est parfait pour des environnements professionnels comme des entrepôts ou les colis, fenwicks et autres obstacles peuvent être mouvants. Une palette sur le chemin ne sera pas un soucis pour le petit robot, pas plus qu’un autre drone. Possible donc d’aller faire l’inventaire du stock au fond d’un entrepôt géant, au dernier étage d’un rack en vérifiant le code barre d’un colis grâce à un capteur placé sur le drone sans avoir à envoyer quelqu’un en mission.

Intel IoT

Une carte Intel Galileo qui communique en Wifi avec le drone.

D’autres technologies existent déjà sur ce terrain particulier du drone autonome. On sait que des voitures sans pilotes sont même déjà en cours d’essai dans la vie réelle aux US. La principale différence entre ce drone et un système de sonar classique vient du fait que la technologie employée est surtout basée sur des éléments logiciels et des cameras très low-cost par rapport à un dispositif classique.

Intel IoT

Il sera bientôt possible d’apporter cette vision fine en profondeur avec un capteur et un processeur basique pour quelques dizaines de dollars à n’importe quel robot.

Intel IoT

Toujours avec Realsense, une démonstration d’impression en 3D à partir d’un scan fait depuis la webcam d’une tablette.

Intel IoT

La solution étant capable de détecter la profondeur de l’image elle fait d’une pierre deux coups en éliminant tout ce qui se trouve plus loin que le sujet placé à une position déterminée. Evitant d’avoir ainsi recours à une prise de vue dans un décor particulier, sur fond neutre. La capture peut être faite dans la vie réelle. Tout ce qui sera compris entre 80 et 100 cm sera capturé par exemple, tout ce qui sera au delà ne sera pas pris en compte. Et dans le même temps le capteur perçoit le relief dessiné par un objet ou une personne afin d’en construire un modèle 3D.

Intel IoT

Là encore la technologie ne coûte rien par rapport à une solution de scan 3D classique. Si le résultat ne sera pas aussi spectaculaire qu’un scanner 3D professionnel (et de loin), les essais imprimés sont assez bluffants et ouvrent la porte à de multiples usages.

Intel IoT

Au delà de l’aspect gadget de la solution et des souvenirs-figurines exposés, il est possible d’imaginer de nombreuses possibilités avec ce type d’objet. Sans même recourir à l’impression 3D, la technologie est capable de savoir si tel carton peut tenir sur une étagère ou non, si il a sa place dans un système de fret déjà en place ou si il faudra lui réserver une palette. Plus simplement on peut estimer les dimensions d’un mur à construire ou le nombre de mètres cubes de béton à couler pour des fondations et cela de manière précise. Sans avoir à sortir un mètre.

Intel IoT

Autre produit intéressant cette veste de travail qui embarque une mémoire et des capteurs capables de retenir des informations qui transiteront par le simple contact de la peau. Il est possible d’imaginer de nombreux dispositifs exploitant ce type de fonctionnement : Vêtements, bracelets, montres, bague… Tous pourront emmagasiner quelques kilooctets d’information par simple contact.

Intel IoT

Ici des bracelets sont en contact avec une puce située dans le col de la veste. Cette veste est donc capable par simple contact, une fois les bracelets autour du poignet de capturer et de restituer des informations.

Intel IoT

Un portable avec des zones sensibles capables de prendre en compte le émissions et réceptions nécessaires permet de dialoguer avec les bracelets au travers de la peau.

D’autres usages sont imaginables à moyen terme, comme par exemple, pour un particulier, la possibilité d’emmagasiner dans sa montre une adresse en touchant du doigt un logiciel de cartographie à un point précis à l’écran. Puis, une fois dans sa voiture, de charger cette information en touchant son volant ou son GPS afin qu’il guide le conducteur jusqu’à sa destination.

On peut également imaginer la possibilité de copier coller facilement un fichier sur un écran tactile en faisant des contacts plus ou moins longs ou identifier un utilisateur en touchant un objet.

Intel IoT

Autre solution intéressante, cette paire de gants ProGlove qui embarque un petit scanner d’objet sous forme d’anneau et  qui permet surtout d’identifier les objets manipulés voire d’empêcher le maniement d’un materiel par un utilisateur n’ayant pas les agréments requis. Une machine outil par exemple, peut demander un placement précis des mains pour se mettre en marche ou ne s’activer qu’en contact avec un porteur ayant la formation requise inscrite en mémoire de ses gants.

Intel IoT

Un bracelet associé peut également signaler des événements, des actions ou des lieux à l’utilisateur. Une zone de picking, le bon produit ou la bonne manipulation à faire.

Intel IoT

Plus proche de nous, de la vie quotidienne, cet accessoire pour parents qui vient se glisser dans un siège bébé et qui signale lorsque les 2 bretelles d’un siège bébé sont correctement accrochées.

Intel IoT

Lorsque la connexion est faite, l’objet envoie en Bluetooth un signal vers un smartphone appairé qui indique cette accroche. Si la vitesse que mesure l’objet augmente trop, signe que la voiture a démarré, et que l’enfant n’est pas correctement attaché, le smartphone enverra un signal.

Intel IoT

L’objet indique également la température du lieu où il est situé et si vous êtes proche de lui. Si ce n’est pas le cas et que les bretelles sont fermées, et que vous vous éloignez de votre véhicule,  c’est que vous avez oublié bébé à l’intérieur, votre smartphone appairé se mettra alors à bipper.

L’objet est composé de quelques composants simples, accéléromètre, Bluetooth, capteur de température et contact. Rien de franchement compliqué, ce type de solution pourrait être proposé par défaut par des fabricants de sièges bébé sans un énorme surcoût.

Intel IoT

Intel présentait également ce projet plus abouti puisqu’il est en passe d’être commercialisé sous la marque Yoga Systems.

Intel IoT

Il s’agit d’une interface qui se relie à Internet via un réseau RJ45 et qui permet de s’adresser en utilisant de multiples protocoles à tout type de produits domotiques.

Intel IoT

Equipé d’un processeur Quark SoC X1000 il permet de piloter, via une application en ligne ou mobile, différentes systèmes facilement : cameras, chauffage, musique, lumières, porte d’entrés, alarme. L’objet devrait apparaître rapidement sur le marché avec des tarifs qui pourraient varier de 79 à 99$ suivant le volume demandé.

Intel IoT

Enfin, c’était l’occasion de découvrir les nouveaux NUC à coque interchangeables avec ce modèle disposant d’un petit écran tactile intégré au châssis de base.

Intel IoT

Le capot, moulé sur mesure, pourrait être échangé contre un autre modèle facilement. L’idée, comme on l’a vu, étant de proposer à des fabricants la possibilité de customiser des offres.

Intel IoT

Un particulier pourra lui aussi, avec une simple imprimante 3D, concevoir une coque adaptée à son usage. Il est plus que probable que de nombreuses solutions « pour NUC » débarquent sur le marché des accessoiristes à moyen terme.

Intel IoT

Tous ces objets sont des pistes de travail, des produits qui ouvrent la voie à de nombreux développements futurs. L’Intel IoT se traduit ici via le pilotage d’idées au travers d’un laboratoire spécifique propre à la marque mais cherche en réalité à séduire de nombreux Makers. Une communauté de bidouilleurs très active que le fondeur drague activement en parrainant de nombreux projets et en finançant de nombreuses rencontres comme les Maker Fair.

Une manière de rattraper le travail déjà engagé par d’autres, notamment chez ARM ou des cartes comme la Raspberry Pi sont au coeur de milliers de solutions innovantes. Solutions qui pourront pour certaines se transformer en un juteux marché commercial un jour.

 

 

 

4 commentaires sur ce sujet.
  • 19 mai 2015 - 14 h 32 min

    Je me demande comment ça fonctionne pour mettre au point ce genre de produits sachant que les technologies d’Intel sont sous licences ou brevetées.
    Il faut obligatoirement un partenariat avec eux?
    Ou alors, j’ai rien compris et leur IoT est une division de leur département R&D?

    Répondre
  • 19 mai 2015 - 14 h 47 min
  • 19 mai 2015 - 17 h 54 min

    Vu le nombre de parents qui laissent cuire bébé au soleil dans la voiture, il y a un marché.

    Prévoir l’option saignant, à point …

    Répondre
  • 20 mai 2015 - 1 h 07 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *