TEST : Acer Iconia B1-A71, la tablette à 120€ d’Acer
51

TEST : Acer Iconia B1-A71, la tablette à 120€ d’Acer

Petite tablette 7″ entrée de gamme, la Acer Iconia B1-A71 est proposée à un prix très attractif de 119.90€ en 8Go depuis quelques semaines. Un prix qui semble faire tilt dans la tête de beaucoup de lecteurs intéressés par un modèle de ce type pour eux-même ou pour offrir. Quelles concessions ont été faites par Acer pour arriver à ce prix et surtout que peut-on faire réellement avec cette tablette ?

119.90€ pour une tablette de marque, un pari qui semblait impossible à atteindre il y a quelques mois encore. Très sceptique vis à vis de l’engin à son annonce, à cause de choix techniques discutables, comment cette Acer Iconia A1-B71 s’en sort-elle en pratique. Une tablette évidemment que l’on ne peut pas conseiller à tout le monde mais qui pourrait suffire au plus grand nombre.

Introduction

TEST : Acer Iconia TAB B1-A71

Sur le papier cette tablette a deux principaux défauts. Un écran de type TN et d’une définition assez basse en 1024 x 600 d’une part, et 512 Mo de mémoire vive d’autre part. Des choix faits par Acer pour sabrer le prix de la machine mais qui risquent également de sabrer l’expérience utilisateur. Pourtant, à l’usage ces éléments ne sont pas si catastrophiques. Tout va dépendre de ce que l’on compte faire de cette minimachine.

ACER Iconia B1-A71 WIFI : 8Go 119.90€

Processeur : Mediatek  MTK 8317T ARM Cortex-A9 double cœur à 1.2 GHz
Chipset graphique : PowerVR SGX531
Mémoire vive : 512 Mo
Stockage : 8 Go
Affichage : 7″ 1024 x 600 de type TN brillant capacitif multipoints
Réseaux: Wi-Fi 802.11b/g/n, Bluetooth 4.0, GPS
Connectique : 1 port MicroUSB, sortie casque
Audio : microphone, 1 enceinte mono 1 watt
Lecteur de cartes mémoire : MicroSDHC
Webcam: 0.3 megapixel
Batterie : 3300 mAh Lithium-Polymer
Poids: 346 grammes
Système d’exploitation : Android 4.1.2 Jelly Bean

Les plus :

  • 119.90€ pour des performances correctes
  • Un Android Jelly Bean efficace
  • Présence d’un GPS performant et d’un lecteur de cartes MicroSDHC

Les Moins :

  • Ecran 1024 x 600 en technologie TN
  • 512 Mo de mémoire qui obligent à jongler avec les applications
  • Webcam 0.3 megapixel et enceinte médiocres
  • Autonomie un peu juste

Vidéo

Design et Connectique

TEST : Acer Iconia TAB B1-A71
Petite boite plutôt sobre, packaging minimaliste mais complet, Acer a choisi de ne pas trop en faire avec cette petite tablette. Il est loin le temps des boîtes qui faisaient de l’œil au client dans les rayons des magasins à coup de grosses icônes exubérantes ou de proportions éléphantesques. Cette Iconia reste contenue dans un package sobre. C’est plutôt une bonne chose puisque Acer ne cherche pas à mettre en avant de façon outrancière son produit pour attirer le chaland. La marque sait probablement que l’argument prix fera la meilleure publicité possible à son offre.
   
   
On retrouve une documentation sommaire de prise en main de la tablette ainsi qu’une seconde plutôt dédiée aux premiers pas sous Android. Une bonne chose pour comprendre comment personnaliser son interface et surtout comment connecter la tablette au Wi-Fi. De quoi aiguiller les premiers pas d’un débutant. Acer a également inclus un chargeur dans la boite. Il transforme le courant en 5.35 volts 2.0 Ampères. De quoi recharger rapidement la tablette même si vous pourrez le faire avec tout type de chargeur USB et même depuis votre PC. Le câble amovible fourni est alors le seul élément nécessaire pour transporter et charger la tablette. A noter que le petit bloc dispose d’une prise amovible qui lui permettra de s’adapter aux différents pays rencontrés si vous achetez les embouts adéquats  C’est aussi une bonne solution pour transporter le chargeur à plat au fond d’une valise.
Acer ne s’est donc pas réfugié derrière l’argument prix Low-cost pour proposer un emballage cheap ou des accessoires en moins. Il n’y a certes pas de casque audio ni de chiffonnette livrés par défaut mais l’essentiel est là. Il est sans doute préférable de ne pas avoir un mauvais casque et un bon tarif plutôt que le contraire.
C’est à la première prise en main que l’on comprend le tour de passe passe économique d’Acer. Point de métal ici, uniquement du plastique. Un plastique assez dense, qui sonne plutôt creux et qui n’inspire pas une grande confiance en cas de chute. Acer a choisi un ABS quelconque, moulé dans une forme intéressante pour compenser son côté glissant mais malheureusement très toc.
On est loin du ressenti haut de gamme de certaines tablettes actuellement, un choix que je regrette non pas par snobisme mais parce que l’on se demande réellement ce qu’il adviendrait si la tablette devait chuter.
   
Ce matériau ne m’est pas inconnu, c’est celui de beaucoup de produits entrée de gamme, un plastique très solide contre les coups mais cassant en cas de chute. Je ne donne pas cher de ses angles en cas de crash test. Je n’ai évidemment pas essayé de la faire tomber mais si je n’ai qu’un seul conseil à donner aux acheteurs de cette tablette, c’est d’opter pour une pochette de protection immédiatement après l’achat.
TEST : Acer Iconia TAB B1-A71
Sur le côté on retrouve les boutons habituels : Le plus petit sert à démarrer la tablette tandis que l’autre règle le volume.
Au bas de la Acer on découvre un port MicroUSB standard qui servira à la fois à charger la batterie mais aussi à connecter celle-ci à un PC pour synchroniser des données.
A la gauche de ce port, on retrouve un petit cache, toujours en plastique, qui protégera une carte mémoire destinée à augmenter le stockage interne. Une bonne solution pour cette Iconia B1-A71 : Elle ne coûte pas cher à implanter et permet de compenser la faible capacité de stockage de la tablette.
Sur le dessus de la coque en mode portrait, un port jack classique permet de brancher un casque ou des enceintes. Sur le côté de la tablette, invisible sur la photo, on découvre un petit micro assez efficace pour la reconnaissance vocale ou la vidéo conférence.
Enfin, à la décharge d’Acer point de vue ergonomie, si le plastique choisi est assez glissant, le constructeur a eu la bonne idée de placer un relief qui encadre le dos de la Iconia. Un bord légèrement enfoncé qui permet de ne pas la laisser glisser entre ses doigts. Reste que ce matériau, comme l’écran d’ailleurs, est très sensibles aux empreintes de doigts : Un nettoyage quotidien est donc à prévoir pour avoir une tablette présentable.

Affichage

Avec un écran de type TN et de définition 1024 x 600, la Acer iconia A1-B71 ne part pas que avec des avantages dans la vie. Heureusement la dalle choisie par Acer n’est pas de l’entrée de gamme. Pour une dalle TN ses angles sont très corrects et restent lisibles malgré une grande ouverture.
Le seul angle plus réduit que les autres est intelligemment isolé par l’ergonomie de la tablette. Ici Acer se sert de la webcam et de ses logos comme des éléments destinés à identifier un sens de prise en main de l’objet. On a naturellement du mal à tenir un engin dont le logo est illisible parce qu’à l’envers. De la même façon, un sentiment d’inconfort naît du fait de cacher la webcam avec ses mains. De là naissent 2 positions « naturelles »pour la tenue de l’Iconia.
La première en mode portrait avec le logo Acer en haut et le sigle Iconia en bas à gauche. Le seconde en mode paysage avec le logo Acer à gauche et surtout la webcam en haut, garder un objectif de webcam  dégagé et non pas obstrué par vos mains. L’angle le plus fermé de la tablette est justement celui que l’on pourrait avoir en tenant celle-ci dans l’autre sens en mode portrait. Si on prend l’écran avec le logo à droite, on cache également la webcam et on se retrouve avec un assombrissement de la surface. La logique et un réflexe d’utilisation normal font que l’on exploite cette tablette dans le bon sens.
   
Bonne tenue, la webcam est en haut à gauche, libre.
La légèreté de l’objet permettent une manipulation aisée mais aussi légere soit-elle, la Acer Iconia A1-B71 fatigue la main qui le tient. Ce n’est pas très grave car avec cet écran TN très correct, la tablette même un peu penchée reste lisible.
Mauvaise tenue : La webcam est en bas à droit, cachée par votre main droite.
Pour le reste le 1024 x 600 est problématique : En portrait il permet d’afficher la plupart des sites correctement sans toutefois les laisser beaucoup respirer. Il faut souvent zoomer et surtout, avec 600 pixels de haut grignotés par les barres de fonctionnement de votre navigateur et celle d’Android, on se retrouve à faire défiler en permanence son écran. Si vous avez l’habitude de lire vite c’est moins une tablette qu’un prompteur qui occupera vos yeux.
La solution semble être une utilisation de l’Iconia en mode portrait mais cela ne fait que déplacer le problème. Certes on ne fait plus défiler les pages en permanence mais celles-ci sont alors dignes d’un affichage de smartphone et le confort proposé n’est pas extraordinaire.
   
Le 1024 x 600 c’est aussi le retour à des pixels visibles à l’écran, un retour plus ou moins facile à vivre suivant sa propre expérience mais clairement douloureux lorsque l’on quitte une dalle de définition plus élevée dans la même diagonale. Ce n’est pas tant pour les icônes ici photographiées en très gros plan que cela pose problème mais pour le confort de lecture à long terme.
   
En surf, ce sont des gros titres où les effets d’escaliers sont à nouveau visibles, des diagonales et des courbes plus hachées sur les caractères. Ce n’est ni monstrueux ni illisible, mais c’est parfois difficile de retrouver ce type de définition quand on utilise une tablette 1280 x 800 depuis des mois. Je pense qu’un nouvel utilisateur ne verra pas spécialement la différence et ne jugera pas aussi sévèrement la Acer.
   
Personne n’a le nez collé à sa tablette et si les photos macros ci-dessus peuvent vous faire peur, c’est à prendre avec un certain recul au propre comme au figuré. En réalité, le texte est lisible, pas parfait ni ultra-détaillé, mais largement lisible et c’est ce qui compte.
D’un point de vu luminosité et couleurs, ce n’est pas au niveau d’un IPS : Les noirs sont souvent fades, les rouges manquent de piquant et c’est surtout les gammes de jaunes et de verts qui sont les mieux rendues. La luminosité minimum est juste une blague illisible, en mode médian on peut sans problème survivre en intérieur mais dés qu’on est en extérieur, malgré un soleil quasi absent, la tablette nécessite forcément un rétro-éclairage maximum. Cela a bien entendu une conséquence directe sur l’autonomie de l’engin, plus le rétro-éclairage est important, plus la batterie est sollicitée.

Audio

Une seule enceinte, minuscule, ultra plate et située à l’arrière de la tablette. Le scénario n’est pas très bon pour faire de cette Acer Iconia A1-B71 une vraie perle de rendu sonore. Le son est effectivement mauvais : De crissant à nasillard, il n’offre absolument pas autre chose que le témoignage d’un événement. Pas de rendu fidèle, pas de basse, pas de précision. Écouter un morceau de jazz tend au masochisme, j’ai tenté Turandot de Puccini pour rire et ce n’était finalement pas drôle du tout. Certains dialogues donnent l’impression que tous les acteurs ont englouti une grosse poignée de chips avant chaque réplique. C’est laid.
Cela n’empêche pas la tablette de faire un travail basique, c’est à dire d’informer l’utilisateur comme vous l’entendrez dans la vidéo plus bas. S’il est impossible d’utiliser cette enceinte mono pour écouter vraiment de la musique ou suivre réellement un film, vous comprendrez une vidéo YouTube ou l’idée d’un dialogue. C’est juste dommage de sacrifier le travail d’un musicien, d’un compositeur, d’un bruiteur ou d’un preneur de son en le passant par un filtre aussi médiocre.
Une fois votre casque branché à la tablette on se retrouve d’un univers un peu plus confortable. C’est toujours assez plat et cela manque clairement de rondeur et de profondeur mais au moins c’est relativement neutre. Avec un casque il devient possible d’écouter de la musique dans le métro ou de suivre un film dans le train, le bruit ambiant pardonnant de toutes façons les approximations sonores de la puce audio.

Composants

J’ai été surpris, non pas de la performance globale de la machine qui reste évidemment dans la moyenne des double cœur de cette génération, mais bel et bien de l’énorme travail effectué par Google avec Jelly Bean. Cet Android 4.1.2 s’en sort très bien malgré les 512 Mo de mémoire vive seulement qui équipent la tablette. Zapper les 1Go de mémoire c’est vraiment une économie de bout de chandelle pour un acteur comme Acer. La marque aurait pu glisser sans trop se fouler le double de mémoire vive dans l’engin.

Ma dernière tablette avec cette quantité de mémoire vive est un engin sans marque avec un processeur du même type, un Cortex-A9 double cœur. Elle est malheureusement coincée sous Android Honeycomb et n’offre absolument pas le même niveau de performances que celle-ci.

A regarder en 480P ou 720P, 10 minutes avec la Acer Iconia B1-A71 sans artifices.

L’effet de pixellisation à l’écran est dû à la capture du film et n’est pas visible à l’oeil.

La puce Mediatek  MTK 8317T ARM Cortex-A9 double cœur cadencée à 1.2 GHz de cette petite tablette s’en sort très correctement. Et si les 512 Mo de mémoire vive sont justes, il est possible d’y remédier en tuant facilement des tâches d’arrière plan. Cela se voit bien dans la vidéo ci-dessus. Real Racing 3, le jeu de course de voitures, est saccadé pendant la première partie de la vidéo à 3’30. Les effets comme la fumée mettent à mal la tablette et c’est difficile à jouer. A 4’20 je tue 2 tâches, 2 autres jeux, en arrière plan qui occupent une partie de la mémoire, en revenant au jeu je gagne très nettement en fluidité et je retrouve une partie jouable, fluide et agréable.

La liste des titres compatibles avec la tablette est donc très longue et ils sont bien maîtrisés. Le tactile répond parfaitement bien, même en multipoints et enfin les divers capteurs sont précis et réactifs.

En streaming vidéo sur YouTube ou via un réseau UPnP, la Acer se comporte de manière convaincante avec la plupart des formats de films HD pour peu qu’on installe le bon lecteur Android : MX Player, Archos Player ou BubbleUPnP font du bon travail. Le chipset PowerVR SGX531 n’est pas différent des autres et fait donc son office sans problèmes même si certains titres en Full HD ne passent pas sur la tablette. Ce n’est pas un vrai soucis puisque celle-ci ne peut pas les afficher correctement sur sa faible définition.

Le stockage interne est limité et on en fait vite le tour, pour autant je ne peux qu’encourager tout le monde à choisir la solution la plus abordable en 8 Go de stockage. Réserver quelques dizaines d’euros pour acheter une ou plusieurs cartes MicroSDHC 32 Go. Au final vous aurez une tablette 40Go, dont une partie sera occupée par le système Android lui même, qui correspond bien à son format et ses possibilités.

Wi-Fi et réseaux

Le Wi-Fi N intégré à cette tablette Acer Iconia A1-B71 est excellent : Stable, efficace et robuste, il ne se prend pas les pieds dans le tapis lorsque l’on passe d’un pièce à l’autre et garde toujours suffisamment de débit pour distribuer des contenus multimédia de manière efficace. Streaming, téléchargement de nouveaux fichiers, accès à un NAS pour rapatrier des données tout se passe sans encombre et avec de très bons taux de transferts.

De la même manière le GPS intégré par Acer se positionne très précisément et garde un nombre de satellites toujours supérieur à 5 en espace relativement dégagé. Si son démarrage à froid n’est pas exceptionnel, il faut presque 2 minutes pour que l’engin « voie » son premier satellite, le redémarrage à chaud se fait presque instantanément. Il est alors possible de se repositionner facilement et rapidement sur une carte Google Maps préchargée sur la tablette ou via une application GPS type Navigon ou TomTom. Des applications de suivi de parcours sont bien exploitées mais cela reste encore délicat de courir avec une tablette 7″ dans le pantalon du jogging.

Le bluetooth 4.0 suit le reste des composants avec une portée plus que correcte pour alimenter une paire d’enceintes Bt ou d’utiliser un clavier à ce format. Là encore cela se passe facilement et sans anicroches.

Webcam et senseur

L’unique webcam embarquée est une 0.3 mégapixel, plus une blague qu’autre chose tant l’image capturée est mauvaise. Elle nécessite une bonne luminosité pour afficher quelque chose de lisible et même dans de bonnes conditions l’image est franchement pas glorieuse.

Acer Iconia A1-B71 webcam

Ce magnifique autoportrait réalisé avec la fonction appareil photo d’Android vous montre l’étendue des dégâts  C’est peu défini, bruité et cela manque cruellement de détails. L’autre souci vient du fait que le positionnement de côté de cette caméra est tout sauf pratique pour la vidéo conférence, cela oblige à tenir l’écran de manière désaxée et empêche toute manipulation confortable.

Autonomie

La batterie est une 3300 mAh plutôt classique mais en Lithium-Polymer : Une technologie qui permet à la Acer de rester très légère avec 340 grammes sur la balance tout en offrant une autonomie correcte.
En usage intensif, c’est à dire du jeu 3D, la tablette rend l’âme après 3H37 d’Epic Citadel. Une démo technologique assez gourmande qui peut tourner en boucle.
En usage mixte, c’est à dire une utilisation de la tablette sur des périodes plus ou moins courtes, Wi-Fi allumé pour du surf, de la consultation de mail, du jeu 2D et 3D, de la lecture de vidéo en streaming ou en local ainsi que de la consultation de document, la Acer arrive à 4H52 d’autonomie.
Enfin, pour une utilisation minimaliste consistant à lire des MP3 avec l’affichage d’un livre numérique à l’écran, on grimpe à 5H27 au total.
La recharge se fait assez rapidement avec le chargeur fourni, il faut 1H50 pour que la tablette retrouve ses 100% de batterie. Cela monte par contre a 2H33 sur la prise USB d’un ordinateur classique. Tout ces tests ont été effectués avec le Wi-Fi allumé et le rétro éclairage sur moyen. Passer la tablette en rétro éclairage maximum et l’activation de divers services comme le Bluetooth ou le GPS font fondre la batterie plus rapidement. A noter que la A1-B71 parvient à recharger sa batterie une fois branchée sur une prise allume-cigare via un adaptateur 5 volts en 2 ampères. Et cela malgré le GPS activé.
En veille, la tablette a tendance à se décharger assez rapidement, plus de 18% en 24 heures, ce qui obligera à la recharger régulièrement ou à l’éteindre totalement. Comme d’habitude ces chiffres peuvent varier suivant l’utilisation que vous en faites, les widgets ou autres applications en arrière plan sur votre Android et bien sûr le temps que la batterie se stabilise au bout de quelques cycles.

Offre logicielle

Android 4.1.2 est très agréable a utiliser et lorsque j’ai reçu la tablette, celle-ci a immédiatement reçue une mise à jour. Non pas du système qui est resté la même mouture de Jelly Bean mais des fonctions apportée par Acer. A vrai dire il s’agit surtout d’applications annexes, pas forcément lancées au démarrage et on se retrouve donc avec un Android assez pur.

Seule une assez pratique barre de raccourcis se retrouve en haut de l’écran après avoir été appelée par le glissement d’un doigt, elle permet d’activer ou de désactiver facilement des services comme le Wi-Fi, le Bluetooth, le GPS ou la rotation d’écran. Rien n’occupe donc trop les 512 Mo de base de la tablette et rien n’oblige à exploiter les applications météo  ou autre proposées par Acer.

Une version presque nue d’Android donc et qui dispose d’un accès complet à Google Play pour télécharger ce que bon vous semble. Je ne sais absolument pas si Acer va proposer une mise à jour vers Android 4.2 pour cette tablette, pour le moment elle fonctionne très correctement telle quelle mais avoir un vrai suivi serait évidemment un plus.

Récapitulatif en détail :

Design et connectique : Un design un peu différent mais des matériaux pas forcément rassurants. L’acquisition d’une housse sera incontournable pour balader votre Acer. La connectique est minimaliste mais efficace avec un chargement sur port MicroUSB mais aussi un bienvenu lecteur MicroSDHC qui permettra d’étendre la mémoire de stockage à peu de frais.

Affichage : La 7″ propose un affichage de début 2012 avec un 1024 x 600 en technologie TN au lieu de l’IPS 1280 x 800 qui commence à devenir omniprésent. Un choix fait pour proposer une tablette à prix plancher mais qui n’emballera personne. A réserver à ceux qui n’ont jamais goûté à une haute densité de pixels ou pour des usages spécifiques.

Audio : Médiocre mais relativement puissant, le son produit par le haut parleur servira à mieux comprendre ce que vous dit l’image. Le recours au casque est impératif pour profiter réellement d’un certain confort sonore.

Wi-Fi et Réseaux : Un Wi-Fi 802.11 b/g/n classique mais très stable, du Bluetooth 4.0 avec une bonne portée et un GPS un peu lent au décollage mais réactif ensuite, c’est presque un sans faute pour la petite tablette pourtant vendue à 119€. Pas de 3G bien sûr, mais cela aurait explosé le budget de l’engin, et donc n’aurait pas eu de sens pour cette machine.

 Webcams et senseurs : Si le gyroscope est excellent, la webcam est plus que médiocre. L’accéléromètre fait son travail correctement.

Autonomie : La batterie Li-Po 3300 mAh offre une autonomie dans la moyenne basse. Oscillant entre 3H30 et 5H20 suivant les usages, ce n’est pas la compagne idéale pour les longs voyages mais accompagnera des transports quotidiens sans trop de soucis même en jouant.

Offre Logicielle : Un Android 4.1.2 qui offre de la fluidité et du confort à l’usage, des applications constructeur discrètes, cette tablette est agréable à exploiter et réagit efficacement.

Conclusion

Cette Acer Iconia B1-A71 est finalement assez étonnante et pour son prix et propose une bonne expérience d’Android. Certes il y a mieux sur le marché actuel, surtout quand on regarde ce qui est disponible en importation. Mais tout le monde ne voudra pas prendre le risque d’acheter pour soi même ou pour un proche une tablette achetée à l’autre bout de la terre. La Acer Iconia B1-A71 avec sa garantie d’une année en France à donc sa place dans le paysage Android.

Ce qui me perturbe le plus c’est que cette tablette n’est ni parfaite ni imparfaite. Elle a des défauts mais rien de vraiment handicapant. Elle a des qualités mais rien qui ne fasse la différence face à la concurrence. Difficile, voire impossible de la conseiller pour un utilisateur chevronné à cause de son écran faible en définition. Impossible non plus de la rejeter pour cette même raison. Cette minimachine n’est ni une bonne élève ni une cancre, c’est un bon outil du moment qu’on sait à qui il s’adresse et pour quel usage. Acer vise probablement les fameux « primo-accédants » qui n’ont jamais eu de tablette auparavant. Pour un enfant, un senior ou un usage familial, cette petite 7″ fera très bien l’affaire. Pour quelqu’un qui souhaite une personnalisation plus poussée ou un usage vraiment intensif de sa propre tablette c’est malheureusement trop juste.

Cette Acer est t-elle un bon premier achat ? Oui, si vous êtes à 60€ près ou si votre consommation d’Android ne sera que très ponctuelle : Lire une recette de cuisine, regarder une vidéo, pianoter un email ou jouer 10 minutes. Dans tous les autres cas, il vaut mieux patienter encore quelques mois. Vous trouverez à la rentrée de Septembre des tablettes bien mieux équipées dans le même ordre de prix.

Google Nexus 7

  • Faut t-il privilégier cette tablette Acer par rapport à une Nexus 7 à 199€ en 16 Go ? Oui si votre budget est vraiment serré ou si l’usage se limitera à des consultations rapides de pages web, de la lecture de documents ou du jeu sur le pouce. Dés que l’on veut approfondir réellement son expérience, la Nexus 7 se révèle forcément meilleure malgré son plus grand âge. Pour la même diagonale d’écran elle propose une meilleure définition, une lisibilité sans faille et de meilleures performances.

Samsung Galaxy Tab

  • Faut-il changer de tablette si on dispose d’un modèle équivalent d’ancienne génération comme une Galaxy Tab 2 7.0 ? Non. Sautez le grand pas et optez pour un modèle 2013 plus abouti. Cette tablette est trop proche génétiquement des anciennes productions malgré l’évolution d’Android.

Hyundai T7

  • Acer Iconia B1-A71 ou importation Chinoise ? Pour la même gamme de prix, l’importation propose beaucoup mieux comme on a pu le voir récemment avec la gamme de tablettes 7″ Hyundai T7 et Hyundai T7s. Ecrans IPS, GPS, Bluetooth, Android 4.1 et processeur plus rapides en quadricoeurs avec 1 ou 2 Go de mémoire vive. A priori un import est donc une solution pour en avoir plus pour son argent. Cela dit, si l’achat en importation est de plus en plus sûr et de mieux en mieux géré par les revendeurs internationaux, il faut garder à l’esprit les éventuels problèmes que l’on peut rencontrer avec ces produits et les délais causés par la distance.

La Acer B1-A171 est à 111.22€ chez Amazon France en 8 Go