NanoPi NEO : Un kit conçu pour attacher un stockage à votre réseau

Le Kit NanoPi NEO est une solution un peu moins compacte que d’habitude, la carte en elle même est très petite mais avec ce kit, elle s’intègre dans un boitier en aluminium de 15.1 cm de long pour 10 de large et 4.75 d’épaisseur. Avec cet ensemble, on peut ajouter une solution SATA à un réseau via une prise Ethernet.

L’idée est très bonne et le kit NanoPi NEO est pour le moment vendu 12.99$ seulement, ce qui en fait une solution tout à fait abordable. Il comprend une carte mère sur laquelle on posera la NanoPi NEO et un boitier en aluminium qui contiendra la carte mais également le kit complet. Comme la carte de base est très abordable, elle est vendue moins de 9.99 $, cela fait un kit tout à fait abordable.

kit NanoPi NEO

La carte mère qui acceptera la NanoPi NEO propose une solution pour convertir un USB en SATA à travers une puce JMicron JM20329. Ne cherchez pas, la carte ne propose pas d’USB 3.0 et donc la puce ne fournira qu’un port SATA aux débits limités. Dommage ? Oui, peut être mais d’un autre côté la vocation de ce kit n’est pas de remplacer un NAS commercial, plutôt de développer des solutions sur mesures. D’autant que la prise Ethernet de la NanoPi NEO est en Fast Ethernet et non pas en Gigabit ce qui limitera les débits possibles quoi qu’il arrive.

kit NanoPi NEO

La carte mère du kit NAS nue

kit NanoPi NEO
La carte mère avec la NanoPi NEO insérée sur son support

Sur la carte mère on retrouve donc un connecteur SATA pour ajouter un stockage 2.5″, de préférence un disque mécanique pour un gros stockage plus économie. Les débits atteignables ne nécessitent pas un SSD mais vous pouvez opter pour cette solution afin d’éviter que l’ensemble fasse du bruit. Le  boitier fournira un port USB supplémentaire.

kit NanoPi NEO

L’ensemble est fourni avec un dissipateur destiné à la carte NanoPi NEO mais ne nécessite pas de ventilation. Un interrupteur est présent sur le boitier ainsi que des LEDs indiquant l’état de la carte.

Minimachines.net

Le kit devrait être disponible ce mois ci avec des développements destinés à la carte afin de le gérer, notamment une image d’OpenMediaVault. L’idée est donc d’avoir un petit composant attaché au réseau, discret et peu gourmand, pour effectuer des tâches basiques. Comme le montre le tableau ci-dessus, les débits atteignables par la solution ne sont pas exceptionnels.

kit NanoPi NEO

Par contre tout à fait suffisants pour analyser ce qui se passe sur votre réseau et stocker ces informations. L’intérêt du kit vient de son tarif très abordable, des possibilités qu’il offre au niveau développement sur mesures et de l’encombrement très réduit qu’il propose. De quoi vraiment imaginer une solution d’analyse efficace de réseau ou fabriquer sans effort une solution de partage de photos, par exemple, mais c’est évidemment moins intéressant.

kit NanoPi NEO

J’aime décidément beaucoup Friendly ARM, la marque derrière le développement de ce kit pour NanoPi NEO. Leurs cartes sont excellentes et fonctionnent très bien, leurs tarifs sont attractifs et le  fait qu’ils développent des solutions de ce type est très encourageant. Cela montre l’intérêt qu’ils portent à leurs produits.

Pour découvrir le kit cela se passe par ici.

Source : CNX Software

25 commentaires sur ce sujet.
  • 4 avril 2017 - 12 h 39 min

    La même chose en gigabit ethernet et bon suivi d’une Debian par exemple et j’achète :)

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 12 h 49 min

    les frais de port sont de 22$.
    Ca ramène la solution complète (nanoPI + bay NAS + frais de port) à 54$

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 13 h 51 min

    là ou ça devient intéressant, c’est pour se faire un cloud personnel

    le débit fourni par la carte est largement suffisant pour accéder à ses données au travers d’internet

    un raspberry ce kit et owncloud (https://owncloud.com/) ou nextcloud (https://nextcloud.com/), et vous voilà débarrassé de Amazon, Microsoft, Google, Apple et Dropbox qui n’ont pas à gerer vos données

    Soyez maîtres de vos données que vous pourrez utiliser à domicile au travers d’internet ou libre de partager avec qui vous voulez

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 14 h 12 min

    Dommage que le nano pi néo soit si léger (512go) et que les prix avec frais de port soit si haut sinon j’aurais sorti la carte bleu

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 14 h 28 min

    Au final on aura ~10MB/s (R/W) sur NanoPi NEO et ~5/6MB/s (R/W) sur RPI.
    Effectivement les fdp sont excessifs (société chinoise / poste chinoise)

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 14 h 46 min

    Autant rester sur une banana/orange PI A20 qui intègre de base un SATA et un Ethernet Gigabit.

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 15 h 17 min

    @frolix8: C’est exactement la réflexion que je me suis faite.
    Il y a aussi ce modèle : https://www.olimex.com/Products/OLinuXino/A20/A20-OLinuXIno-LIME2-4GB/open-source-hardware ou sa petite sœur : https://www.olimex.com/Products/OLinuXino/A20/A20-OLinuXIno-LIME2/open-source-hardware
    Mais il faut encore ajouter le boitier qui intègre le HDD.

    Personnellement, j’ai toujours ma CubieBoard1 (environ 50€) qui tourne toujours parfaitement bien sous Jessie avec des usages “légers” : webdav/caldav, serveur DLNA, partage cifs avec ma freebox etc.
    En ce moment je joue beaucoup avec tvheadend et un tuner acheté 5€ d’occas sur la bay pour l’utiliser en PVR. L’objectif est de supprimer la mini 4K pour passer par un boîtier plus performant (j’hésite entre la Kadas VIM et une NVidia Shield TV).
    Le Fast Ethernet est largement suffisant, même pour ce type d’usage (flux TV sur IP).

    @Pierre : je ne vois pas l’alimentation dans les photos de ton article. Est-elle inclue dans le pack ?

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 15 h 23 min

    lima , ou lima ultra :)

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 15 h 29 min

    @Manouille: Pas de SATA sur ces boîtiers, juste un port USB.
    Leur concept “clé en main” est intéressant mais on n’est plus du tout dans la même gamme de tarif ni dans le même esprit : on est limité a ce que propose la solution.

    Enjoy !

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 16 h 07 min

    @Manouille:
    ça donne pas envie, encore un crowdfunding (kickstarter) bien pourri, entre les “backers” non livrés, fonctionnalités manquantes, maj fantômes, ….. Une banana PI (A20) fait mieux pour mon cher.

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 16 h 39 min

    @frolix8: l’avantage du concept présenté ici est également dans la proposition d’une solution un peu plus complète au niveau de la finition, avec la fourniture d’un boitier adapté pour contenir le tout.

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 16 h 46 min

    Il ne faut pas tirer sur l’ambulance : c’est un autre type de solution, qui me parait très intéressante même si ça ne vaut pas un sata natif (en a-t-on besoin quand on a un ADSL 2Mb derrière pour faire du cloud ?).
    Et si les empreintes des différentes NanoPi sont les mêmes, on peut mettre une Neo, une Neo2, quoi d’autre après. L’aspect Lego est vraiment rigolo, en plus.

    C’est vrai que FriendlyArm fait du matos intéressant, c’est à surveiller.

    Reste les fdp qui semblent être un chouia trop élevés.

    Répondre
  • MG
    4 avril 2017 - 17 h 03 min
  • 4 avril 2017 - 18 h 10 min

    @MG: MG Edit 4 avril 2017 – 17 h 03 min
    Bonjour,
    Et ?
    Cordialement

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 18 h 11 min

    @brazomyna: C’est tout le problème avec FriendlyArm: prix canons sur les produits mais frais de port délirants qui tuent la solution. J’évite pour l’instant à cause de cela… :-(

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 18 h 22 min

    @brazomyna:
    Le seule vrai plus value c’est effectivement le boitier, mais c’est mettre un moteur de 2ch dans une Ferrari, apporter plus d’attention au contenant qu’au contenu, une maladie de notre société dans tous les secteurs.

    @StarDreamer:
    Pourquoi faire un produit bancal avec un H2/H3/H5 inadapté alors que le A20 répond parfaitement au besoin. Je vais pas prendre une fourchette pour manger un yaourt c’est ridicule.

    Répondre
  • 4 avril 2017 - 20 h 41 min

    L’idée n’est pas mauvaise mais pour le prix je partirais plus sur un Qnap Ts-119 (boitier alu, passif, 512 ram) qu’il est possible de passer en debian. On perd probablement en puissance processeur mais on gagne le gigabit et le stockage 3.5″.
    par contre aucune des deux solutions ne supporte le WOL.

    Répondre
  • ted
    4 avril 2017 - 22 h 33 min

    c’est un dockstar en gros ? ça nous rajeunit pas

    Répondre
  • 5 avril 2017 - 2 h 36 min

    La solution à l’air rigolote d’un point de vue légo mais le positionnement tarifaire et technologique me semble délicat :

    – par l’intermédiaire de Minimachines, un petit NAS DLink avec deux ports SATA et des débits x6, pour 60€, qui fonctionne sous Linux et sur lequel on peut installer pléthore de logiciels
    – les cartes à base de A20 comme une vénérable Banana par exemple,
    – une Orange PI 2E à 35€ avec 2Go de mémoire, un port Gb, 16G de eMMC rapide et des débits à 40Mb/S
    – une Orange Pi Zero avec sa carte NAS (pas certain que ce soit flamboyant en terme de performances mais le tarif est moins élevé)

    Dans tous les cas à base de machine utilisant des processeurs A20 ou H3 on installe armbian et cela ouvre les portes à l’installation de “tous” les logiciels que l’on souhaite.

    Répondre
  • 5 avril 2017 - 9 h 39 min

    @StarDreamer: Pour moi le SATA n’a pas d’intérêt du point de vue des performances (enfin pas uniquement).
    Le SATA est dédié au stockage avec des fonctionnalités propres (mise en veille, surveillance de l’état de santé du stockage etc.). L’USB est très générique et du coup moins adapté et moins stable.

    Enjoy !

    Répondre
  • 5 avril 2017 - 10 h 07 min

    bon, c’est bien d’avoir du choix, donc pourquoi pas
    mais je pige pas l’intérêt de ce type de solution là

    on voit le “gain” par rapport à une RPI
    quasi nul (sauf que la pi, on peut l’utiliser pour un paquet de truc)
    et en usb les 2 !

    un vrai nas explose cette solution (même un basique j’imagine alors un syno ou Qnap…)

    et surtout, pourquoi faire ?

    pour un particulier, intérêt nul
    à l’intérieur de son réseau, un nas est largement mieux (idem pour les PME d’ailleurs et avec SAV)
    débit, support etc etc
    même une pi avec yunohost aurait un meilleur support dans une optique cloud perso (avec une meilleure doc pour les noobs si besoin en plus)

    pour le boîtier, western digital avait essayé aussi
    régulièrement en promo jusqu’à épuisement des stocks (directement chez western et maintenant chez les autres vendeurs)
    le seul intérêt de leur truc, c’était … leur câble bien foutu !

    et comme dit par beaucoup, derrière une box pour sortir sur le net, le débit va de toute façon brider la solution (donc utile réellement pour son “intranet”)

    en usage industriel peut être (mais là, je ne sais pas si le support pour les entreprises souhaitant vendre ce type de solution est intéressante et de toute façon plus sur du ssd j’imagine pour température, vibration etc etc et surtout sata natif pour monitorer tout ça !)

    du coup, ça s’adresse à qui et pour quoi “en vrai” pour vous ce truc ?

    Répondre
  • MG
    5 avril 2017 - 10 h 42 min

    @MG:
    Bonjour,
    Moi aussi, je les aime bien ces petits trucs. Mais niveau sécurité, ça semble ne pas être terrible. Tous ces petits objets connectés sont de vrai plaies pour la sécurité des réseaux.
    Cordialement.

    Répondre
  • 5 avril 2017 - 15 h 39 min

    @eugene: oui, enfin, si c’était aussi facile que ça, même moi j’y arriverai…mais j’ai jamais trouvé un tuto suffisamment clair et complet pour installer une des solutions citées…de manière simple, et la ligne de commande ne me fait pas peur.

    Par ailleurs, Pierre a bien indiqué les limitations du port ethernet et du contrôleur USB 2…Pas le top pour faire un NAS, surtout à 54 USD (sans la TVA ;-)) alors que Western digital propose des NAS à un prix proche (limités mais pas plus que cette solution côté débits, en tous cas).

    Répondre
  • 6 avril 2017 - 2 h 50 min

    @MG : je vois mal comment ces petits trucs utilisés avec un Linux récents sont un problème au niveau sécurité. C’est peut être l’absence de compétences Linux qui sont un problème, parce que niveau sécurité armbian fait ce qu’il faut justement et la question de la sécurité est primordiale.

    @eugène : ce n’est pas forcément “facile”, mais ce n’est pas inaccessible à condition de vouloir investir un peu de temps. Encore une fois, il y a des compétences de base à acquérir, mais franchement ce n’est pas inaccessible, surtout si la ligne de commande ne fait pas peur.

    Pour ce qui concerne cette solution, après examen, c’est vraiment pourri sur trois axes : matériel choisi, implémentation physique et système. Le JMicron choisi n’est pas capable de gérer UAS, donc perf pourries, alors qu’il suffisiat de prendre un autre circuit pour que ce soit correct, un JMS567 ou 578. Si vous voulez un NAS en ARM sur une SBC, partez sur un processeur H5, pas H3. L’image fournie (voir la version sur leur site, visible sur la copie d’écran) d’Open Media Vault est une catastrophe en version 3.4.39 alors qu’il existe une version Mainline (ce truc là par définition n’a pas besoin de son ni d’image, on est en train de faire un NAS, c’est ça ?) contenant de nombreux patchs de sécurité en .113 et bien plus fiable… Cela laisse présager l’absence de tuning système pour la fonction définie.

    Enfin bref, ce bidule n’est pas à recommander. Le terme “NAS” utilisé par FriendlyARM est hors de propos, il existe des solutions bien plus opérationnelles, et pas nécessairement plus onéreuses…

    Je crois que c’est encore un exemple de la capacité des fabricants de SBC à poser des composants sur une carte mariée à l’incapacité de proposer un bon système pour le gérer. La solution existe (armbian) mais du coup l’acheteur doit gratter un peu plus…

    Répondre
  • 2 juillet 2018 - 13 h 26 min

    Cherchant à mettre en place en dehors de chez moi un petit serveur pour pousser mes sauvegardes en rsync, j’ai testé openmediavault sur un Raspberry pi, mais devant les faiblesses d’alimentation des ports USB pour alimenter mon (vieux) disque dur USB, j’ai commandé ce kit NAS Nanopi NEO2.
    Montage très simple, installation de la version d’openmediavault via le lien fourni par FriendlyARM : bugs de mises à jour de paquets, impossible de faire fonctionner le chiffrement/déchiffrement de disque (impossible de déchiffrer un disque crypté par Luks).
    Au bout d’une semaine de galère, installation d’une version de l’OS depuis le site d’Openmediavault : pas de bugs, tout fonctionne correctement.
    Avantage : boitier discret, silencieux (passif), suffisant pour un usage simple (rsync à travers une connexion ADSL). Pas de problème d’alimentation du disque dur.
    Inconvénients : la carte Nanopi NEO2 chauffe un peu (52° au repos, mais le radiateur est brulant), mais le boitier n’a aucune ventilation et aucun contact avec le radiateur du Nanopi qui pourrait dissiper la chaleur. L’aluminium du boitier fait joli, mais ne sert à rien d’autre.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *