Kindle Scribe : une liseuse avec stylet actif pour prendre des notes

La future Kindle Scribe d’Amazon proposera de lire des documents numériques mais également de saisir des notes avec un stylet actif.

Mise à jour : La Amazon Scribe est désormais disponible en France à partir de 369.99€ en version 16 Go avec son stylet basique. La version 16Go avec stylet premium est à 399.99€ et les prix augmentent ensuite pour les version 32 et 64Go à 419.99€ et 449.99€. Les versions au dessus de 16Go n’ont pas droit au stylet basique et sont uniquement livrées avec le stylet Premium.

Billet original du 28/09/2022 : Amazon promet beaucoup avec la nouvelle Kindle Scribe. Sa gamme de liseuses s’enrichit d’une fonction importante, celle de la prise de notes.

Munie d’un stylet actif, la Kindle Scribe proposera un écran à encre numérique de 10.2 pouces de diagonale qui permettra non seulement une lecture sans rétro-éclairage mais également un petit stylet qui s’accrochera sur le côté de la tablette. Annoncée à 369.99€ en 16 Go de stockage, la liseuse se comportera donc aussi bien comme un porte-documents numérique que comme un calepin. Des versions 32 et 64 Go seront également disponibles. 

L’affichage sera haut de gamme avec une définition de 300 pixels par pouce et un éclairage frontal complet qu’on pourra ajuster en température pour lire confortablement à tout moment de la journée. Le design est composé d’une partie plus épaisse qui permettra une meilleure préhension du dispositif. La pression exercée par le stylet étant évidemment un souci pour conserver une bordure ultra fine. L’épaisseur reste minimale avec 5.8 mm pour un poids de 430 grammes. L’autonomie annoncée est de 12 semaines avec, comme d’habitude, une mesure particulière puisque ce record est lié à une exploitation d’une demie heure par jour dans des conditions avantageuses.

Livrée avec un stylet « basique », la Kindle Scribe sera également proposée avec un stylet « Premium » commercialisé pour 30$ de plus. Ce dernier proposera un bouton programmable ainsi qu’une fonction gomme en retournant l’objet vers la surface de la liseuse. L’utilisation d’une technologie magnétique EMR de Wacom assurant une bonne précision de votre saisie sans nécessiter d’embarquer la moindre batterie dans le stylet.

La partie logicielle évolue également puisque la liseuse doit prendre en charge la prise de notes au stylet. Les éléments enregistrés seront stockés dans l’espace de sa bibliothèque de base au même titre que vos documents numériques habituels. La possibilité de prendre des notes dans les marges de vos livres numériques devrait également être de la partie. Enfin, un outil logiciel permettra de transformer la liseuse en calepin, en gestionnaire de listes, en papier vierge ou à ligne suivant vos besoins du quotidien.

D’autres points sont avancés comme le support des formats PDF ou la possibilité de basculer des documents depuis un PC vers sa liseuse via un simple bouton. Ce sera le cas depuis Word de Microsoft par exemple. On pourra donc écrire un document sur un ordinateur, le basculer sur la liseuse et l’annoter ensuite pour le terminer une fois devant un clavier en suivant ses notes. Pas d’indication sur la possibilité d’utiliser un outil de reconnaissance d’écriture pour transformer du texte gribouillé sur la tablette en un document éditable.

Amazon est donc sur la même voie que d’autres acteurs de ce marché particulier. Le petit « Remarkable » ou les propositions de Boox ou Kobo. C’est une voie intéressante à suivre et Amazon ne pouvait pas attendre plus longtemps avant de monter dans ce train en marche. 

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

20 commentaires sur ce sujet.
  • 28 septembre 2022 - 20 h 52 min

    Toujours pas de compatibilité epub en vue ?
    Wait and see.

    Et dommage que le prix des ebook français soient
    si élevés par rapport à leurs versions papier…

    Répondre
  • 28 septembre 2022 - 21 h 29 min

    Avec calibre franchement lire des epub avec un kindle c’est un jeu d’enfant, faut arrêter avec cette histoire…

    Répondre
  • 28 septembre 2022 - 22 h 38 min

    @Frédéric: Bonne nouvelle, maintenant on peut directement envoyer des epub par mail à son kindle.
    Plus besoin de conversion, et on peut même en envoyer plusieurs d’un coup dans un zip.
    Bon, le revers c’est que maintenant il accepte plus les mobi!

    Répondre
  • 29 septembre 2022 - 9 h 53 min

    Curieux de voir les retours d’expérience concernant la fluidité de navigation dans les PDF et la bascule PC-Liseuse…

    Répondre
  • 29 septembre 2022 - 10 h 28 min

    Enfin, ce genre d’outils à l’air de se démocratiser.
    La bascule de docs entre PC et liseuse me plait particulièrement.

    On attends avec impatience le test Pierre ;-)

    Répondre
  • 29 septembre 2022 - 11 h 06 min

    @The sky: Non. Ce n’etait pas normal de ne pas accepter le format e-pub en natif sans avoir recours a une application tiers. Que ce soit facile de contourner cette limitation volontaire n’a rien a voir avec le probleme. On est dans le meme cas de figure du « de toute facon, je m’en fou, moi j’ai rien a cacher ».
    Peut-etre faudrait-il arreter de defendre les pratiques predatrices d’Amazon, non?

    Répondre
  • 29 septembre 2022 - 13 h 08 min

    @Sebastien: Attends que je comprenne bien, un acheteur de Kindle, qui sait qu’elle n’est pas compatible ePub serait en position de proie vis à vis d’un Amazon « Prédateur » ?

    Amazon n’a pas le libre choix des formats que sa liseuse supporte ? Cela veut dire que si la Kindle ne sais pas lire nativement les fichiers de mon choix c’est à eux de régler le problème ? Cela veut dire que si j’achète un Mac et que j’achète un logiciel PC ou un jeu Nintendo il doit également les éxecuter ?

    Je ne comprend pas.

    Je saisis bien l’enjeu du problème des ePub, les problèmes des DRM, leurs implications et tout le reste. Mais comment un acheteur d’une Kindle qui veut pouvoir exploiter nativement du ePub peut il être crédible ? si je vais acheter une Ferrari et que je me plaint de la facture des pièces détachées officielles parce que je voudrais acheter un carburateur Lada ou Citroën, on est d’accord que j’ai un soucis personnel.

    En quoi c’est différent ici ?

    Amazon est une entreprise privée qui, si elle le désire, ne peut vendre que des liseuses qui n’affichent QUE les poèmes en prose de Jeff Bezos et rien d’autre. Je doute qu’elle en vende beaucoup personnellement mais elle peut tout à fait le faire. Ce n’est pas une entreprise nationale. Si L’Etat proposait un cartable numérique pour tous les élèves du Pays mais avec la possibilité de ne lire que le format des livres d’Amazon protégé par DRM, je serais vent debout contre cela.

    Mais si tu sais que la Kindle ne lit pas nativement les ePub et que tu l’achètes, ne vient pas te plaindre ensuite que tu ne peux pas les lire ? Ou alors je ne saisit pas un truc. Quand j’achète un PC sous Windows je ne viens pas me plaindre de ne pas pouvoir exécuter des jeux PlayStation.

    Si on considère comme une proie un mec qui rentre tout seul dans une marmite en se saupoudrant de sel et en épluchant les légumes autour de lui sous les yeux d’un cannibale quelque peu circonspect, alors ok il y a un prédateur. Mais je ne suis pas sûr que cela soit la vraie définition du mot. Pour moi il n’y a pas de chasse, il y a des gens en parfait accord les uns avec les autres. Dans le même esprit, Amazon ne te court pas après pour que tu achètes la Kindle en te forçant à le faire. Il n’y a toujours pas de prédation.

    Pour ne pas être gêné par le fait que la Kindle n’offre pas l’ePub nativement, ben c’est assez simple. On n’en achète pas. Il y a plein d’alternatives de liseuses possibles sur le marché qui acceptent l’ePub. Mais si on veut le beurre – Les Kindle en promo à 40€ – et l’argent du beurre – les epubs tiers et gratuits – on fait un tour de passe passe qui est de faire 2 clics dans un logiciel indépendant.

    Répondre
  • 29 septembre 2022 - 22 h 06 min

    ca fait cher l’annotation ;)

    Répondre
  • 30 novembre 2022 - 20 h 11 min

    @Pierre Lecourt:

    Je comprends et suis tout à fait d’accord avec ton raisonnement.

    Et c’est pourquoi je ne comprends pas la volonté EU d’imposer l’usb-C à Apple.

    Répondre
  • 30 novembre 2022 - 21 h 38 min

    @popol: Il va falloir t’y faire car ce n’est que le commencement. La différence qui entre en jeu ici c’est un soucis politique. Et politiquement le mouvement peut se comprendre. C’est même un mouvement assez faible puisque l’UE pourrait imposer bien d’autres choses dans la logique d’une évolution écologique de ce secteur. Mais la politique interdit également que le smartphone ait un DAS trop important ou que sa puissance de sortie audio dépasse un certain seuil.

    Mais l’UE pourrait -et devrait peut être – par exemple, obliger Apple, et tous les autres, a limiter leur batterie et a la rendre obligatoirement amovible. Ce serait plus optimal en terme écologique que de ne s’intéresser qu’à la prise d’alimentation.

    La chaine alimentaire des conceptions de produit peut se résumer assez facilement.

    Client -> Fabricant -> politique -> client.

    Le premier, le client, fait son choix parmi l’offre des fabricants sans jamais trouver vraiment ce qu’il cherche, le fabricant qui se plie aux règles et à la législation posée par un cadre politique, les politiques qui se font élire par des citoyens clients qui peuvent, du jour au lendemain, faire tomber une marque toute puissante dans l’oubli.

    Répondre
  • gep
    30 novembre 2022 - 22 h 04 min

    @popol: encadrer et proposer des normes communes, c’est justement le boulot de l’état.

    L’histoire de l’usb-c est encore autre chose que ce que répond Pierre à Sébastien me semble-t-il ? Si j’ai bien compris : « le consommateur qui rale de pouvoir consommer à ses conditions après-vente au mieux disant, malgré l’existence d’offres alternatives correspondant à sa demande et à l’éthique correspondante. Un peu comme si l’état accordait un marché en prenant l’entreprise la moins chère, puis demandait ensuite que ce fournisseur s’aligne sur le candidat non-retenu de plus haute qualité ou ayant d’autres normes. Pourquoi dans ce cas critiquer ou tout simplement choisir le fournisseur ayant la bonne norme azvec ce qu’elle implique : prix, se fournir ailleurs pour ses ebooks que sur amazon, etc. ?

    Perso, je suis content que amazon fasse ce choix car cela permet à des petites librairies de vendre des epubs sans la concurrence d’amazon, et ainsi de permettre à un marché alternatif de vivre et de voir pleins de belles machines émerger, être testées, etc.

    L’usb-c, c’est une histoire de norme étatiquement décidée en amont, qui oriente les productions à venir (pas rétroactif, l’europe ne demande pas Apple de remplacer tous ses anciens port en usb-c).

    Répondre
  • 30 novembre 2022 - 23 h 17 min

    @Alexandre:
    Génial… Et question confidentialité ?
    Après, si vous avez déjà l’habitude de déverser votre vie privée, vos documents et photos chez google et amazon et facebook, effectivement…

    Répondre
  • Seb
    1 décembre 2022 - 11 h 10 min

    J’attends patienmment le jour ou les gens qui parlent de tech arreteront d’utiliser la « mesure particulière » qu’Amazon utilise et parle enfin de la VRAIE autonomie des liseuses. Un bon point pour Patrick qui est a la moitie du chemin. 90% des autres redacteurs tech ne mentionnent pas le fait que l’autonomie et, disons le, quasiment mensongere.

    Répondre
  • 1 décembre 2022 - 11 h 24 min

    @Seb: C’est qui Patrick ?

    Répondre
  • 1 décembre 2022 - 14 h 56 min

    Pierre, Popol, il y a quand même certaines choses qui existent dans le droit de la concurrence qui vont un peu à l’encontre de votre “liberté industrielle” (je ne dis pas que ça s’applique ici, mais juste pour donner des pistes sur des principes qui vous semble insupportable).
    Dans le droit concurrentiel, il y a les abus de positions dominantes qui peuvent par exemple être les prix prédateurs (je ne pense pas que c’était cela que visait Sébastien, en tout cas ça ne semble pas correspondre au problème soulevé), il y a aussi les effets de leviers, où un acteur est dominant sur un marché, et peut influer sur un marché connexe.
    Admettons par exemple qu’Amazon soit puissant le marché de la liseuse, et qu’il s’en serve pour attirer des clients à acheter “ses livres” sous son format uniquement, ce serait un abus de position dominante.
    Il y aurait plein de chose à regarder en détail (dominance n’est pas égal à plus de X parts de marché, ça peut même être subjectif), quel est l’effet potentiel / réel sur le marché connexe, etc.
    L’idée étant toujours de ne pas laisser un acteur prospérer sur la base d’un avantage mérité en étendant cet avantage de manière non méritée, qui a long terme porterait préjudice au marché en réduisant la concurrence / l’offre.
    Amazon pourrait démontrer que son format apporte des gains d’efficacité et balayer les accusations de positions dominantes.
    Mais en tout cas s’il y avait dominance, l’argument “ils n’ont qu’à pas en acheter et acheter autre chose” ne fonctionne pas puisque c’est justement ce qui caractérise la position dominante.

    Répondre
  • 1 décembre 2022 - 15 h 14 min

    @Blade: Mmmmh si le livre est distribué sous un format en exclusivité peut être mais en général il n’y a aucune exclusivité sur le format. Non seulement les livres sont disponibles en format papier mais on les trouve en d’autres formats numériques sur d’autres plateformes. Amazon propose donc un format et des livres l’employant mais on peut trouver sur le marché d’autres formats numériques différents et interopérables. Livres qu’on peut utiliser avec sa liseuse aujourd’hui facilement.

    Autrement dit, il n’y a aucune obligation a passer par l’offre Amazon même en utilisant une liseuse Amazon.

    Répondre
  • 2 décembre 2022 - 8 h 05 min

    Cette liseuse a l’air super pour lire les mangas, mais visiblement elle ne lit pas les CBR ou CBZ.

    Du coup, vaut-il mieux lui envoyer du PDF, ou de l’Epub via Calibre ou KCC ?

    Je n’arrive pas à comprendre ce qui est mieux…

    En plus dans KCC j’ai vu qu’il n’y avait pas de profil pour la Scribe, ce qui est logique vu qu’elle vient de sortir.

    Répondre
  • 5 décembre 2022 - 22 h 10 min

    @Florent Martin:
    Le mieux, c’est de prendre la Kobo Elipsa pour un prix identique : support natif du PDF, epub, CBZ et CBR… et dispo à la Fnac.
    Le prix comprend le stylet actif et le sleep cover.
    Je l’ai et c’est vraiment une super liseuse.

    Répondre
  • 5 décembre 2022 - 22 h 13 min

    oh, j’oubliais.
    Je lis actuellement un CBZ de plus de 2000 pages dessus, près de 400Mo et ça passe comme une lettre à la poste ;-)

    Répondre
  • 6 décembre 2022 - 14 h 26 min

    Merci beaucoup pour tes conseils !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *