Le boom de la graveuse laser

Il y a encore 12 mois, il n’existait que 2 ou 3 marques de graveuses laser grand public sur le marché. Depuis, c’est l’avalanche avec de nombreux nouveaux modèles mais également de nouvelles marques et sous marques.

Ortur, feu Alfawise1 et quelques autres comme NEJE ou LaserPecker. C’était il y a quelques mois encore, le panorama de l’offre en terme de graveuse laser. Depuis les choses ont bien changé et le nombre de nouvelles marques a explosé.

graveuse laser

On retrouve les précédentes avec le lancement de sous marques, par exemple chez Ortur qui a lancé une gamme Aufero. Mais on découvre également Twotrees, Nasum, Atomstack, Sculpfun, Wainlux, Stump, Creality, TronHoo… et combien d’autres encore totalement sans marque.

Ce marché de la graveuse laser a totalement explosé et cela pour des raisons évidentes. D’abord parce que cela se vend bien, avec un potentiel énorme auprès des bricoleurs en tous genres. Le marché est potentiellement le même que celui des imprimantes 3D et il est donc possible de gagner pas mal d’argent avec ces machines.

graveuse laser

Un kit de graveuse noname

Ensuite parce que c’est… facile ! Beaucoup de marques sont issues du même milieu que celui des imprimantes 3D. Et la conception d’une graveuse laser d’un point de vue mécanique est très proche d’une de ces imprimantes. La conception est également beaucoup plus simple. Seuls 2 axes sont à gérer puisqu’il n’y a pas de notion de volume. Pas de gestion de filament complexe à extruder et à faire chauffer à une température régulée. Pas de plateau chauffant ni de gestion de planéité… Tout est beaucoup plus simple dans une graveuse laser. Le but est juste de déplacer une tête qui va émettre plus ou moins fort de la lumière à une hauteur constante. 

graveuse laser

Les composants sont partagés avec le monde de l’impression 3D : mêmes rails, mêmes moteurs et des carte-mères largement inspirées du même monde. Les logiciels de gestion sont également issus du monde libre. Le plus connu, LaserGRBL, est créé et maintenu par un seul développeur qui le propose totalement gratuitement à tous les fabricants et utilisateurs à partir du moment où ils respectent sa licence d’utilisation OpenSource.

Vous l’aurez compris, le boom actuel du marché de la graveuse laser est lié à ce double facteur de facilité d’approche et de profit potentiel. Et c’est toujours un moment risqué pour les  acheteurs car si il y a beaucoup d’offres et parfois plus que de gens compétents derrière celles-ci. Cela ne veut pas dire que les engins seront forcément mauvais mais qu’il y a du tri à faire pour trouver les meilleurs. Comme pour l’impression 3D, il y aura un écrémage dans le temps avec des marques qui vont subsister et d’autres qui ne feront qu’un ou deux modèles avant de disparaitre. 

graveuse laser

Ce qui est inquiétant par rapport à l’impression 3D, c’est la dangerosité du procédé. Graver avec un laser est une activité à risque. Pour les yeux d’abord avec un faisceau dont on doit absolument se protéger pour ne pas subir de dommages. Cela implique différents niveaux de sécurité avec des caches, des lunettes et autres systèmes électroniques de coupure d’alimentation. Comment savoir si une marque « noname » de graveuse laser va fournir dans son kit une paire de lunettes adaptée au laser qu’elle emploie ? Comment être sûr que les composants réagiront parfaitement en cas de problème ? Certains modèles proposent des fonctions de protection avec détection de flamme et arrêt du laser en cas de problème de communication avec le PC qui dirige l’ensemble. D’autres se contentent d’une électronique basique.

graveuse laser

Il y a là un monde de différence entre l’impression par filament et la gravure laser. Si un laser chauffe trop une planche de bois  et qu’un début d’incendie se déclare, ce n’est pas la même chose qu’une impression ratée et un peu de filament perdu. Dans le premier cas, il y a un vrai risque pour votre santé et vos biens. Dans l’autre, il n’y en a peut être que pour votre patience.

Je vois donc beaucoup d’offres se profiler, souvent avec très peu d’informations techniques autour de ces engins. Je pense qu’il est important et intéressant de suivre l’évolution de ce marché en pleine ébullition. Et rester circonspect face à des produits qui ne promettent qu’un prix d’appel sans assurer derrière ni Service Après Vente, ni suivi logiciel et encore moins de protection technique.

Notes :

  1. Une marque de Gearbest

Jaune
25 commentaires sur ce sujet.
  • 24 novembre 2021 - 18 h 27 min

    Merci de cette petite mise au point. J’ai beaucoup de mal avec ces machines à bas coût.
    Entre les soucis de protection des yeux, la toxicité des fumées et les risques d’incendie,la gravure/découpe laser n’est pas un passe temps à prendre à la légère.
    Surtout avec l’augmentation de la puissance des lasers abordables ces dernières années…

    Répondre
  • 24 novembre 2021 - 18 h 41 min

    @Iron_Momo: Oui les prix ont « dégringolé » et on trouve des laser 5.5 Watts a +ou- 100$ !

    Répondre
  • 24 novembre 2021 - 19 h 33 min

    Ce qui me plait la dedans, c’est que l’on peut aussi varier la méthode de « gravure », le laser peut facilement être remplacé par un support stylo et ainsi utiliser un feutre (plan, dessins, pcb ou tôle alu) ou un stylo graveur… Moins dangereux.
    Ça offre également une bonne base d’apprentissage a la CNC et a peu de frais.

    Répondre
  • 24 novembre 2021 - 20 h 28 min

    Je plusse tous les conseils de prudence. L’usage de ces lasers par des particuliers est interdit en France et leur importation aussi. Il faut un diplôme de conducteur de laser. Il y a peu de chance que vous soyez inquiétés mais je peux vous dire qu’on a vu arriver des gens à l’hôpital qui s’étaient blessés avec ces machines, souvent au moment du montage ou des réglages car un laser réfracté perd très peu de puissance. Alors si vous voulez vous en servir achetez des lunettes de protection CE et NF, celles fournies avec les machines sont une plaisanterie. Vous les payerez plus de 30 euros.

    Répondre
  • 24 novembre 2021 - 23 h 49 min

    Ca peut graver sur de la céramique très haute température ? c’est pour graver sur des plaques utilisée pour faire des fourneaux, creuset ( je voudrais graver sur ce support pour sauvegarder des données ( paperasse )au cas où il y aurait un incendie dans ma maison ) ?

    Ou alors quelqu’un connaitrait il un système qui puisse utiliser une dremel pour creuser , graver sur des panneaux céramiques très haute température?

    Répondre
  • gUI
    25 novembre 2021 - 8 h 30 min

    Prochaine étape la machine versatile ? Graveuse, CNC, imprimante 3D, il n’y aurait qu’à changer la tête !

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 9 h 18 min
  • 25 novembre 2021 - 9 h 19 min
  • 25 novembre 2021 - 9 h 45 min

    @Iron_Momo: Ce sont des outils. Il faut être conscient des dangers d’un outil et se protéger. On peut se faire tout aussi mal avec une disqueuse, une scie, un poste de soudure …

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 10 h 25 min

    @Jérémy:
    Entièrement d’accord, mais pour moi il y a 2 differences majeures:
    – Les outils « classiques » que tu cites sont déjà bien ancrés dans les mentalités, et les dangers associés avec.
    – Avec la plupart des outils il y a un côté simplement mécanique: la disqueuse tourne vite en faisant un boucan d’enfer, le poste à souder fait des étincelles visibles à des kilomètres.
    Le laser a un côté beaucoup plus vicelard : pas d’effort de coupe = pas de bruit, longueur d’onde pas forcément visible, et les dégagements gazeux toxiques sur certains matériaux ne sont pas si faciles à anticiper.

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 10 h 30 min

    Une petite remarque concernant la sécurité des impressions 3D. Les imprimantes comportent également des éléments de chauffe et il existe des cas d’incendie : https://korben.info/imprimantes-3d-attention-a-securite.html

    Personnellement, j’ai installé un détecteur de fumée au-dessus du bed pour monitorer mes impressions durant la nuit ;)

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 10 h 38 min

    @gUI:
    Si ça n’existe pas en masse, forcément c’est qu’il y a une raison :D
    Chaque machine a des besoins un peu spécifiques qui ne se recoupent pas.
    L’impression 3D doit être légère pour aller vite sans contraintes d’efforts, un peu comme le laser.
    La CNC doit être lente mais ultra rigide pour encaisser les efforts de coupe. Il faut aussi protéger les axes des poussières dégagées par l’usinage.
    Le laser doit rester plat contrairement à l’impression 3D qui a besoin de prendre de la hauteur. Il y a aussi certaines vapeurs de découpe laser qui sont corrosives et abîment les rails de guidage à la longue..

    Du coup, en général quand une machine fait tout, elle le fait plutôt mal. Ce sont les dures lois de la mécanique, tout est une question de compromis…

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 11 h 29 min

    @gUI: Il faut également se méfier des machines qui font tout et qui font tout moins bien. Ca n’existe pas dans l’industrie des presse qui font aussi massicot. Ou des CNC qui font autre chose. Les éléments techniques et besoins spécifiques de chaque outil sont très spécifiques.

    Et personne ne veut avoir qu’un seul outil qui, quand il tombe en panne empêche de faire quoi que ce soit.

    Répondre
  • Cid
    25 novembre 2021 - 11 h 49 min

    Perso ce sont les usages qui me laissent sceptique. Graver des dessins sur du bois (plat qui plus est) on en fait tant que ça ? Autant une CNC je comprends, mais la pyrogravure… Faudrait que je regarde des vidéos là dessus, mais les seuls tests aperçus par ci par là, mouais.
    Il existe un laser fait par Creality pour ses imprimantes, mais assez peu d’infos dessus.

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 12 h 00 min

    Je me pose le même genre de questions sur la dangerosité (ou non) des lasers utilisés dans les projecteurs laser UST, très à la mode dans le monde du Home-cinema. Je n’arrive pas à trouver d’informations sur le sujet, est-ce que quelqu’un en a ?

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 12 h 08 min

    @Cooper: En fait tu peux graver et découper… Et pas que du bois.
    Imagine un artisan maroquinier ou menuisier : il pourront signer ou personaliser leurs créations selon les envies du client. Signer aussi bien des chaises que des meubles plus gros. Ecrire le nom et le prénom du proprio sur son futur portefeuille en cuir etc.

    Mais tu pourras également faire des découpe acrylique ou bois. J’ai un copain qui a découpé un morceau de contreplaqué de 1 cm avec une Ortur à 400€. C’est pas rien, ça ouvre des perspectives assez folles pour certains usages.

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 13 h 39 min

    @Pierre Lecourt:

    @Pierre : merci pour ton retour, mais j’ouvrais un peu le débat sur la dangerosité des lasers quand ils sont utilisés dans des vidéos projecteurs (exemple : Xiaomi Laser Cinema 2). Vu que le laser est réfléchi sur un écran avant d’être redirigé vers les yeux. Au niveau qualité d’image c’est du tout bon par contre je m’inquiète pour la santé de mes yeux :) Désolé si je fais un hors sujet.

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 14 h 13 min

    @Copper: Ah ! En fait non, ces « lasers » là n’ont rien a voir niveau longueurs d’ondes et danger. Mais surtout c’est l’utilisation qui en est faire qui est différente.

    Sur un laser de découpe on prend une lentille qui va faire le focus de la lumière du laser sur un point précis et hyper petit. On « densifie » la lumière sur un point minuscule pour gagner en puissance.

    Sur un projecteur laser on prend la lumière du laser pour sa puissance puis ont l’ouvre au travers d’une lentille pour qu’elle couvre une très large image. Ce n’est pas 500000 lasers qui sortent de l’appareil mais un seul qui est éclaté par une lentille pour faire derrière non pas un point minuscule mais un écran de grande diagonale. C’est l’inverse de ce qui est dangereux en fait :)

    Comme avec une loupe et le soleil d’un côté et au contraire un verre de diffraction et le soleil de l’autre. Les deux laissent passer la lumière mais le second la diffuse.

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 21 h 03 min

    @pilef : merci pour l’info, je galère pour imprimer des grosses pièces le We…

    Répondre
  • trh
    25 novembre 2021 - 21 h 13 min
  • 25 novembre 2021 - 21 h 16 min

    Vu les gabarits des graveuse, il suffit de les enfermer dans un carter étanche le temps de la gravure.

    Contrairement à une machine outil aucune intervention humaine n’est requise pendant le travail. Ou possible.

    Un moyen de débrancher/couper l’alimentation dans les mains, un carton/caisse métallique/plastique opaque sur la graveuse, et on n’est plus soumis au danger.

    Ou tout simplement des moellons comme « murs » et une planche de bois (d’arbre) d’un bon cm comme couvercle.

    Les bricoleurs pourront se couler un cadre en plâtre et un couvercle : c’est antifeu, bio, et pas cher.

    Répondre
  • 25 novembre 2021 - 21 h 30 min

    @trh: Tu es sûr que c’est le bon lien ? Parce que là c’est tout le contraire. Les chercheurs pensent avoir mis au point une thérapie qui répare la vision avec une exposition aux Ir d’un certain niveau de longueur d’ondes.

    Mis à part ça il y a d’énormes différences entre les infrarouges et les laser. D’énormes différences entre une lumière rebondissant sur un support et une lumière directe. Les deux ne sont pas comparables. Et, évidemment tout peut affecter la vue, le soleil en exposition directe par exemple.

    Je ne veux pas minimiser le risque des lasers mais je pense que si les fabricants sortent des modèles avec l’impossibilité de regarder le laser en face c’est qu’il y a effectivement une raison. Si les projos peuvent tout de même être commercialisés, c’est que leur usage est viable.

    Répondre
  • 26 novembre 2021 - 11 h 24 min

    @Pierre Lecourt:

    Sur les projecteurs UST il y a aussi cette protection qui détecte si quelqu’un regarde directement le laser, c’est un peu pour ça aussi que je me dis que ce n’est peut-être pas aussi anodin que ça pour la santé des yeux. Mais suite à tes explications je me dis que c’est parce que le laser n’a pas suffisament été « éclaté » qu’il est encore dangereux, une fois qu’il a été réfléchi sur l’écran et qu’il arrive à l’oeil du spectateur il a fait plusieurs mètres donc forcèment a perdu en puissance.

    Répondre
  • 26 novembre 2021 - 12 h 01 min

    @Cooper: Oui c’est une sécurité. Et c’est assumé et prévu.

    Répondre
  • 26 novembre 2021 - 20 h 46 min

    @trh et Pierre : pour m’en servir régulièrement; les lasers médicaux n’ont que des propriétés thermiques et ablatives. La plupart emmettent nativement des IR dont la longueur d’onde est ensuite modulée, pulsée (pompée), modifiée par des procédés divers. « Réparer la vison avec des IR » est donc absolument faux sans autre précision, disons quelques milliers de pages de précisions et une douzaine d’années d’études.

    Globalement il faut différencier la puissance, la cohérence et la longueur d’onde si on veut comprendre la nocivité des lasers. Ainsi le vert est 1/3 plus dangereux à puissance équivalente que les autres couleurs car la rétine a une plus grande affinité avec le vert. C’est pour cette raison qu’on utilise le vert pour coaguler la rétine (décollement) et le rouge pour sculpter une cornée (myopie laser). Les lasers peuvent aussi être polarisés et programmer pour relâcher leur énergie en 3D à l’endroit voulu (laser femto seconde, quelques centaines de milliers d’euros la machine).

    La législation est très stricte et très sévère.

    Alors jouer avec des appareils venus de Chine avec des procédures de contrôle, de réglage (transport) et de maintenance (montage) dont on ne sait rien ou encore les recommander : je n’en dormirais pas la nuit si j’en prennais l’initiative.

    Soyez vraiment prudents, attention aux enfants, aux animaux, aux montages mal foutus et tables bancales.

    Après c’est vous qui verrez, ou qui ne verrez plus (allez elle est passable ;)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *