Darty réfléchit à la proposition de rachat de la Fnac et fait ses comptes

Annoncée il y a quelques semaines, la proposition d’un rachat de l’enseigne Darty par la Fnac poursuit son chemin. Si Darty n’a pas dit non au principe d’un rachat, ses actionnaires sont un peu plus gourmands que ce qu’espérait la Fnac.

Le 30 septembre dernier, la Fnac annonçait à Darty son intention de rachat en proposant une réponse de principe au 28 Octobre, c’est à dire aujourd’hui. Un peu court pour Darty qui demande deux semaines de plus avant de se prononcer.

Minimachines.net

Sur le principe, l’acquisition de Darty par la Fnac ne semble pas poser de problèmes aux actionnaires, le souci c’est la manière de financer cette absorption. La Fnac propose un échange d’actions pour un équivalent de 720 millions d’euros avec un bonus de 27.4% sur la valeur des actions de Darty. Mais payer les actionnaires de Darty avec des actions de la Fnac pour compenser la valeur de leurs titres Darty plutôt qu’avec du cash semble poser soucis.Ce type de deal est une bonne opération quand l’acheteur est un géant stable et de grande valeur, une formule un peu plus compliquée quand il s’agit de récupérer les actions d’un groupe comme la Fnac.

Le pari est un peu trop risqué au goût des actionnaires de Darty qui préféreraient que l’offre comprenne également un paiement en espèces en plus de l’échange d’actions. Une manière de ne pas tout miser sur le fait que l’action Fnac ne perde pas de valeur dans la foulée du rachat.

Autre demande, plus intéressante pour les acheteurs que nous sommes, les administrateurs de Darty aimeraient connaitre les “synergies attendues” entre les deux enseigne. En clair, ce que va faire la Fnac du réseau Darty, et ce que cela va avoir comme impact au niveau social.

Un audit de la Fnac a conclu à un montant de synergies de 85 millions d’euros, un chiffre qui s’explique par une partie de catalogue commune entre les deux enseignes mais également par les optimisations possibles entre les deux réseaux logistiques, système d’achat et de SAV. Il va sans dire que ce type de calcul entraîne des suppressions d’emplois et des restructurations dans les équipes. Ce qui n’est pas forcément rassurant pour les employés des deux groupes.

Une chose est sûre, la concentration actuelle des enseignes spécialisées dans la vente de produits micro-informatique va certainement bouleverser le paysage que nous connaissons actuellement. Ces derniers mois, la valse des enseignes a eu beaucoup de répercussions à petite et grande échelle. Le rachat de Pixmania par Mutares avant sa mise en procédure de sauvegarde. Le rachat de Grosbill, lâché par Auchan, au profit encore une fois de Mutares, laisse également planer un doute sur cette enseigne. Carrefour qui s’offre RueDuCommerce et TopAchat. D’autres tractations ont lieu en sous-marin et à ce rythme, le nombre d’enseignes réellement différentes à proposer du materiel informatique pourrait devenir réellement très faible en France dans les années qui viennent.

C’est l’exemple Anglais qui, avec une faible concurrence sur son marché, ne pratique pas forcément le même discount tarifaire qu’en France sur de nombreux produits. Moins de concurrence, c’est généralement des tarifs plus élevés et des offres moins alléchantes. Pas forcément une bonne nouvelle donc.

10 commentaires sur ce sujet.
  • moi
    28 octobre 2015 - 11 h 38 min

    Moi qui voulais postuler a la Fnac et a Darty, ca va etre chaud !

    Répondre
  • 28 octobre 2015 - 11 h 42 min

    @moi: Ce genre d’événement n’empêche pas la vie “bnaturelle” des boîtes hein, postule !

    Répondre
  • 28 octobre 2015 - 11 h 44 min

    Deja que nous avons de moins en moins de Vrais Grosses enseignes de ventes qui elles sont souvent sérieuses sur le delais de livraison, qualité d envois, respect de garantie (sauf Cdiscount) , Maintenant la plus part passant par des vendeurs tiers, avec des colis hasardeux, et où quand il faut faire jouer sa garantie c’est un calvaire: vendeur en liquidation, fermé, boutant en touche…

    Cela va vraiment de mal en pis

    Répondre
  • moi
    28 octobre 2015 - 12 h 02 min

    ouep comme ca j’aurai qu’1 mail à envoyer au lieu de 2 !

    Répondre
  • moi
    28 octobre 2015 - 12 h 07 min

    au fait c quoi la vie “bnaturelle” ?

    Répondre
  • lui
    28 octobre 2015 - 12 h 35 min

    @moi:
    une “xcoquille”

    Répondre
  • moi
    28 octobre 2015 - 13 h 26 min

    @lui: lol

    Répondre
  • 28 octobre 2015 - 13 h 48 min

    Dans la liste des “gros” survivants indépendants ur high-tech ne restent que LDLC et materiel.net à part cela qui d’autres ?
    Boulanger/webdistrib (galaxie auchan) ?

    En distrib pro Systemax est ses enseignes (inmac, misco, ..), expansys ?

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 9 h 35 min

    @bestak: il y a macway aussi
    même s’ils semblent plus mac pour leurs produits ils ne sont pas aussi sectaires que ça et ce sont les seuls chez qui on peut avoir “facilement” (comprendre vous passez en boutique et hop on repart avec) des disques pro et avec un large choix.
    ils font des promos sympa aussi tous les jeudi (via newsletter) et parfois les produits valent vraiment le coup (j’ai pris 5 hitachi 2 TO à 59 euros pièces il y a peu par exemple alors que l’euro dollars était deja en notre défaveur avec consignes précise pour l’expédition respecter À LA LETTRE – très rare ça)

    il y en a encore quelque uns comme ça à coté des très gros comme materiel.net et ldlc (doc micro pour les boîtiers, ventilo watercooling par exemple, LCDI, maison du numérique ou mon pc look qui a toujours mes produits “bizarre” que d’autres n’ont jamais)

    les franciliens ont la rue mongallet mais c’est vrai que maintenant, c’est plutôt “sur quel amazon (fr, de, uk.co) je vais prendre mon produit” que beaucoup font leurs courses autour de moi (moi inclue pour certains produits)

    pas vraiment étonnant que la concurrence cherche à être plus gros pour lutter
    quand on voit que même des marques comme samsung ont baisser les bras sur des segments comme les laptops
    d’ailleurs, pas mal d’enseignes ne font carrément plus certains produits parce que “pas assez de ventes” ce qui laisse justement le chant libre à des amazon (et c’est idiot, puisque que quand on commande chez eux, on finit toujours par rajouter un ou deux articles de sa liste d’envie ou promo flash – au détriment des autres vendeurs)

    oui, ça n’augure rien de bon

    Répondre
  • 31 octobre 2015 - 14 h 39 min

    Et à la fin il restera ….. Amazon !!!

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *