CES 2014 : Intel veut t-il vraiment faire cohabiter Android et Windows ?

Pour ce CES 2014, Intel semble mettre en avant, au maximum et auprès de tous ses partenaires, sa capacité à faire cohabiter Windows et Android au sein d’un même engin. Dés l’ouverture du show, les premières conférences de presse et notamment celle d’Asus, ont montré cette volonté de marier les deux systèmes ensemble.

Faire cohabiter Android et Windows est parfois une prouesse technique, l’étrange machine d’Asus qu’est la Transformer Book Duet TD300, qui peut basculer d’un système à l’autre, le montre bien. Intel, avec ce type de système qu’il encourage, tire à lui très fortement la couverture. Il sait que ses puces x86 sont les seules à être capable de lancer les 2 systèmes d’exploitation.

Asus Transformer Book Duet TD300

Dans le collimateur de ces annonces, ARM: La société Anglaise qui conçoit les puces présentes dans les tablettes, smartphones et désormais serveurs ainsi que tous les fabricants et fondeurs de puces qui travaillent avec elle. Tout le monde pense que c’est Windows qui est pointé du doigt, affaibli par ce récent mariage forcé avec Android, mais la véritable cible n’est pas Microsoft, c’est bel et bien ARM.

Asus Transformer Book Duet TD300

Pourquoi ? Parce que l’univers ARM est, aujourd’hui, totalement incapable de faire tourner Windows, aucune puce ARM présente et à venir n’en sera capable d’ailleurs. Et mis à part un Windows RT qui n’est plus que l’ombre de lui même, ce n’est pas dans les objectifs annoncés d’ARM de se concentrer vers cet univers. Avec cette annonce, Intel montre donc la souplesse de son architecture et les possibilités qu’elle offre. D’ailleurs Microsoft n’est pas à plaindre, sur chaque machine vendue avec le double système, elle a une de ses licences officiellement vendue à un client. Que perd Microsoft au change ? Rien. D’aucun voudraient croire que c’est une manière pour Android de s’immiscer un peu plus dans le monde du PC. C’est vrai, mais personne ne croira que les utilisateurs découvriront Android avec leur prochaine machine Windows. Le système, au travers des téléphones et tablettes, est désormais très bien implanté et aussi connu que Windows pour la grande majorité des utilisateurs. Les applications Windows ne se retrouvent pas dans Android et si de gros progrès ont été faits en bureautique, retouche d’image ou dessin ont été faits, il reste beaucoup d’avance aux applications Microsoftiennes. De la même manière, l’univers tactile est encore très à l’avantage d’Android. On peut imaginer que les deux systèmes fassent ainsi encore évoluer leurs possibilités mais qui basculerait pour autant de l’un à l’autre système juste pour lancer une application ?

Avec cette mise en avant Intel poursuit cette grande tradition du monde informatique qu’est la fonctionnalité “en plus”. Pendant des années et des années, il a suffit à l’ensemble des acteurs du monde PC de lâcher quelques gigahertz ou quelques gigaoctets en plus pour séduire. Depuis que le moindre PC de supermarché est capable de faire du montage vidéo, ces annonces ne créent plus vraiment le petit choc électrique nécessaire à faire passer le quidam de la curiosité à l’achat. Il a donc fallu innover.

Intel est un spécialiste en la matière, et ils auraient tort de se priver d’ailleurs avec la foule de brevets en tous genres que la marque possède. Aussi, cette annonce d’une cohabitation Android / Windows intervient dans un contexte de séduction avant achat en présupposant un intérêt à ce double système pour l’acheteur. En pratique je ne suis pas sur qu’il serve réellement à un utilisateur lambda.

De ce que j’ai pu lire de la part de divers commentateurs sur tous les sites et forums que j’ai pu consulter suite à ces annonces, l’appréciation de cette avancée est mitigée. Certains sont sceptiques face à cette évolution en ne comprenant pas très bien ce qu’une tablette ou un portable affichant Android et Windows apportera à leurs usages. D’autres expliquent qu’ils auront alors le meilleur des deux mondes sans pourtant bien expliquer quels seront exactement les avantages obtenus.

C’est comme si Intel s’adressait en réalité à cette frange de la population qui n’avait pas suivi les évolutions récentes des portables et tablettes classiques sous Windows parce qu’ils avaient choisi de tempérer un achat suite à un investissement dans une tablette. Car si on fait une liste des avantages de chaque système sur une machine moderne, les deux ont finalement beaucoup de points communs et peu de différences. Celles-ci étant plutôt liées aux objectifs de chaque machine.

Acer Aspire One D250

Lorsque, par le passé, des machines Windows 7 sont sorties avec une possibilité de démarrer sur Android comme les Acer Aspire One D250 par exemple, c’était avec l’idée de proposer un système de démarrage plus rapide, plus léger, pour éviter de devoir attendre un boot de une ou deux minutes sous Windows.

windows-android-acer

Acer proposait le choix d’un démarrage sur Windows ou Android, et si l’on démarrait sous Android, de repasser sous Windows au bout de quelques instants d’inactivité. Cette étape de démarrage proposait surtout de se retrouver en une poignée de secondes sur Internet : Une idée légitime et maline de la part d’Acer. Mais cette idée n’est plus aujourd’hui d’une grande utilité.

L’autonomie des machines par exemple est désormais au même niveau. Les tablettes Windows et Android bénéficient désormais de temps d’exploitation comparables, dépassant les 10 heures sur des usages identiques. Leur réveil est aussi rapide et leur temps de démarrage équivalent. A prix égal, elles offrent toutes deux des performances vidéo HD très suffisantes pour le monde tablette, des capacités 3D étonnantes et une foule d’applications exploitables. Ce “meilleur des deux mondes” se traduit souvent par pouvoir retrouver une ou deux applications fétiches, guère plus.

La question reste alors: Quel avantage pour un particulier de pouvoir lancer, au choix un engin sous Windows plutôt que sous Android ou, inversement, qu’est ce qui le pousserait à choisir de démarrer une session  sur Android plutôt que sous Windows ? Dans les 2 cas le temps de démarrage sera identique. L’autonomie proposée sera la même : Il aura accès à des usages équivalents de surf, de multimédia, de visio conférence. Les jeux et les applications ne seront pas les mêmes mais chaque plateforme aura ses avantages et ses solutions.

Proposer Android et Windows sur une même machine est donc un moyen de créer un besoin pour l’utilisateur. Besoin que seules les machines Intel pourront combler. Comme Intel a créé le besoin du fameux “Intel Inside” ou du “Centrino” afin . Cela parait attrayant au premier abord mais au final ce n’est pas la fonction la plus utile pour un utilisateur lambda. Cela permet, par contre, à Intel de montrer les capacités de ses puces et cela semble bien fonctionner. De nombreuses machines Android tournent aujourd’hui grâce à un processeur x86, d’autres, beaucoup d’autres, ont été annoncées à ce CES 2014. Intel ne veut pas particulièrement promouvoir Android, Windows ou les 2 systèmes ensemble : Le fondeur veut surtout pointer du doigts les  incapacités d’ARM.

Soutenez Minimachines, partagez le !


Soutenez Minimachines.net !
65 commentaires sur ce sujet.
  • 11 janvier 2014 - 18 h 42 min

    Oui, finalement l’intérêt pour l’utilisateur reste limité. Et si le switch fonctionne correctement…
    Apres c’est vrai que pour quelques apps, cela pourrait me servir.
    À voir donc.

    Mais l’intérêt reste aussi à double tranchant pour les oem et intel: vendre une machine au lieu de deux. Moins de tablette/pc et moins de puces vendus. Cela pourrait revenir à se tirer une balle dands le pied.

    Répondre
  • 11 janvier 2014 - 18 h 44 min

    “Les jeux et les applications ne seront pas les mêmes mais chaque plateforme aura ses avantages et ses solutions.” C’est résumé dans l’article.
    Pour moi qui peux le plus peux le moins…
    Changer de système en 5s d’une simple pression n’étant pas aussi contraignant qu’un reboot ou une émulation je suis tout à fait pour même pour 2 ou 3 apps seulement Android est gratuit ça “coûte” qu’en espace disque.

    Répondre
  • 11 janvier 2014 - 20 h 32 min

    Lorsque cette fonctionnalité sera en place, la balle sera dans le camp de Microsoft; à eux de saisir cette opportunité et de baisser le prix de leur licence pour faire en sorte que pour quelques dollars de plus, les clients ont tout Windows et les applis qui vont avec. Un deal que l’on peut diffilement refuser … Après, ce sera amusant de voir comment ces machines seront comptablisées dans les statistiques.

    Répondre
  • al
    11 janvier 2014 - 21 h 31 min

    Je ne comprends pas en quoi l’architecture x86 a un avantage sur l’architecture ARM. Si les deux systèmes d’exploitation tournent sur un x86, c’est parce que Intel a aidé google à faire tourner Android dessus. Ce n’est donc pas hardware mais software.

    Répondre
  • 11 janvier 2014 - 21 h 46 min

    @al: Parce que, même logiciellement, il est impossible à ARM de faire tourner Windows 8 ?

    Répondre
  • 11 janvier 2014 - 21 h 59 min

    J’aime le meilleur des deux mondes (besoin de geek toussa)

    Répondre
  • 11 janvier 2014 - 22 h 24 min

    windows se maintient grace a son sacro-saint Office qui quoiqu’on en dise demeure necessaire pour les etudiants et autres demarches ou présentation
    Jobs en piquait des colères noires….
    si microsoft publie office sous linux ,windows est mort

    android ou windows c’est kiff-kiff les plus accessibles sur PC ou tablette/smartphone

    Répondre
  • 11 janvier 2014 - 23 h 40 min

    En fait, Windows n’a jamais vraiment bien fonctionné sur des puces autres que celles d’Intel.

    Dans les années 90 Cyrix proposait 2 ou 3 cpu x86. Il y a aussi eu Via et le plus connu AMD. Malgrès queques succès d’estime (AMD Athlon, Cyrix M1), aucune de ces sociétés n’a reussi a réellement concurrencer Intel.

    Il y aussi eu les cpu censés pouvoir exécuter du code x86 a la volée. IBM et Motorolla avec leur PowerPC et Geode avec leur Crusoe.

    L’expérience Windows sur ces 2 plateformes était tellement désastreuse et pénible, qu’Apple abandonna le médiocre G5 pour se tourner vers Intel et ainsi offrir le meilleur des 2 mondes a ses croyants, euh utilisateurs pardon.

    Tout cela pour dire qu’en fin de compte, Intel et Microsoft sont si intimement liés, qu’il est utopique de vouloir faire tourner Windows sur une autre plateforme.

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 1 h 51 min

    Je trouve que vous enterrez un peu trop vite Windows RT et donc Windows sur ARM. Vous oubliez donc Windows Phone, qui tourne sur ARM et dont on peut penser qu’il fusionnera à moyen terme avec Windows RT.

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 2 h 11 min

    @Pote: Je le pense aussi et il s’appellera a mon sens Windows Phone. Windows RT est un échec commercial et plus aucun constructeur ne veut en entendre parler. Cela en fait un OS mort a court terme.

    Mais surtout, avec l’évolution des machines actuelles, il n’a plus vraiment de point fort ou d’avantage face à Windows 8.1. Du moins je ne l’ai pas trouvé : Une tablette RT face à un Asus T100, quel avantage pour l’utilisateur ?

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 3 h 01 min

    @Pierre Lecourt:

    Bonsoir Pierre. Je pense qu’au contraire, il va dépasser le terme “Phone” pour devenir Windows tout court. En effet, il est probable que le futur Windows ARM (Phone + RT) se destinera également aux tablettes. Comme chez Apple ou encore avec Android, la tablette est devenue une extension en plus grand de son smartphone, on veut y retrouver le même univers. Microsoft va donc continuer de pousser ses Surface avec processeur ARM, on aura certainement une Surface 3 avec Tegra K1 et une Surface Mini sous ARM (peut-être Qualcomm ?). Je sais que tu as une culture PC x86, comme beaucoup de “routards” de l’informatique mais que le grand public n’en a cure maintenant. On est rentré de plein fouet dans l’ère post-PC et donc, quelque part, d’Intel x86. Il y aura bien sur encore des produits x86, mais seront cantonnés à des marchés précis (hybrides pour les pros, dual OS, etc.). La concurrence est devenue trop féroce entre d’une part, les chinois (Mediatek, Rockship…) et le haut de gamme (Qualcomm, Nvidia). Sans oublier que les grands fabricants semblent privilégiés de plus en plus leur solution ARM (Samsung, Huawei, bientôt rejoints par LG, ZTE, etc.). Intel, selon, a définitivement loupé le train de la mobilité grand public. Et même professionnelle ! Regarde Samsung, pour son futur carton, les 12.2 pouces (Note/Tab Pro), encore de l’ARM ! Et elles se destinent aux pros (du moins au niveau marketing et cible). Donc j’ai plutôt envie de dire, quel avantage d’un Atom pour l’utilisateur lambda par rapport à une solution ARM ? La compatibilité x86 ? Mais l’Atom ne peut même pas faire tourner correctement le dernier pré carré d’Intel, c’est-à-dire les programmes gourmands (jeux, montage, graphisme, etc.) ! L’Atom est mort en même temps que le Netbook, qu’on se le dise. Au moins aux yeux du grand public…

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 7 h 31 min

    Si Intel a souvent su créer le besoin, c’est aussi car l’utilisateur qui n’est pas si bête y voyait un bénéfice palpable: Intel Inside nous vient d’une époque ou les clones posaient encore parfois des petite problèmes de compatibilité. Quand la plateforme mobile s’est mise à intégrer le réseau sans fil, sous le nom Centrino, cela signifiait sans même le besoin de regarder dans le détail la fiche mobile un fonctionnement bien intégré et sans souçi (certes plus facile à réaliser pour Intel avec du 100% Intel!).

    Bref, ces noms c’était surtout l’assurance de l’emmerdement minimal. Désormais, les Intel HD graphics c’est pareil et cela a déjà tué les GPU séparés sur le milieu de gamme: Là aussi, cela fonctionne sans souçi ni rite vaudou moderne autour de drivers mal intégrés par un fabricant obscur.

    Avec un point positif pour Intel vis à vis des Linux (Androïd en fait partie) qui est du côté des drivers open-source: Personne d’autre qu’eux n’a joué cette carte ou ils ont un avantage unique de simplicité pour l’utilisateur, encore, cette fois étendue a tous les OS courants.

    Le seul truc non libre ne concerne que l’intérieur de leurs périphérique: Le firmware. Ce qui tourne sur l’OS est sous GPL. Ils ont plus tôt que les autres compris qu’architecturer leur silicium afin de rendre cela possible (faciliter la vie de l’utilisateur qqsoit l’OS) sans inconvénient pour eux (pouvoir continuer à planquer leurs petits secrets) était la clef du succès dans un monde multi-OS ou microsoft ne sera plus qu’un acteur parmi d’autres.

    ARM et ses processeurs de calculatrices dopés au GHz, au multicore et aux accélérateurs matériels divers pour cacher ses origines, reste dépendant pour longtemps de solutions graphiques tierces qui ne simplifient pas la vie et rendent les évolutions de l’OS difficiles passé le court support constructeur. En un sens cela rappelle un peu les PC d’il y a 10/15 ans.

    Sur ce ras le bol à venir des utilisateurs, Intel a de l’avance pour avoir déjà connu le pb (et Apple s’est arrangé pour ne pas en poser en verrouillant tout)!

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 9 h 36 min

    @yanwu

    Juste pour infos, la branche NT jusqu’en 1999 supportait les processeurs x86 mais aussi Alpha, Mips, PowerPC et Itanium.

    Et il me semble que même windows 2000 qui ne supportait que le x86 et l’itanium contenait pas mal de traces qui laisse supposer que le support d’autres plates formes était possible.

    J’ai eu un pc avec un Proc cyrix le PR166 et il tournait aussi bien qu’un PC Intel. Ensuite, j’ai eu un K6-2 400 qui tournait comme un coucou. En fait, mon premier ordi avec intel dedans c’était un mac :D

    Répondre
  • uko
    12 janvier 2014 - 10 h 12 min

    @Yanwu:
    Qu’est-ce que tu reproches à la manière dont Windows tourne sur les puces AMD X86 ?

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 11 h 00 min

    L’un des arguments des partisans de la vente liée est que
    l’OS Windows inclus est indispensable au fonctionnement de la machine, qu’en utiliser un autre relève de l’exception, réservée aux initiés.

    Avec un dualboot ‘out of the box’, cet argument est rapidement balayé.

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 11 h 36 min

    Pour windows RT je pense que rien que le nom et la trop forte ressemblance esthétique avec windows 8 ça ne l’a pas aidé … Je me souviens de mes premiers smatphones de l’époque qtek et htc sous windows mobile,finalement ce nom était très bien et correspondrait beaucoup plus à l’heure actuelle.
    De même RT n’offre que trop peu d’intérêts face à un windows complet sur une T100 ou (dans une autre mesure budgetaire) une Surface Pro 2.

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 12 h 08 min

    @uko

    Windows tourne toujours de manière moins efficiente depuis l’avènement du premier Intel Core sur les autres proc x86.

    Intel fait tourner Windows de manière optimale, car ses proc sont plus économes et en valeur absolue sont aussi les plus puissants. Ce qui a pour effet de ne donner aucune chance de survie à moyen terme à AMD et Via.

    Concernant les appareils mobiles, la meilleures approche est celle d’Apple qui a su créer un OS adapter à un proc presque maison. De plus, il est illusoire de vouloir à tout prix disposer des mêmes applications en nomade. Pas tant par manque de puissance, mais d’un point de vue ergonomique. Apple arrive à faire tourner iOS avec 2x moins de RAM qu’Android, car le système a été pensé à la base comme mobile. De plus, il fallait être visionnaire pour oser se passer du flash (de m…) il y 5 ou 6 ans.

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 13 h 07 min

    L’intérêt que je vois à cette cohabitation Windows / Android, c’est qu’il sera sans doute plus facile d’installer Linux sur une machine qui a déjà 2 OS, que sur une machine qui n’en a qu’un…

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 14 h 38 min

    Je suis possesseur de l’asus book trio. Cette machine quelque passée sous silence dans l’article, permet donc de switcher entre les deux OS. Le Switch se fait quasi instantané.

    Je suis totalement d’accord avec ludu quand il dit que Windows se maintient grâce au pack Office.. En mode PC portable, je n’utilise ma machine uniquement pour faire du traitement de texte/excel/powerpoint.

    On aura beau dire, les applications bureautiques Android ne sont pas encore capables de faire oublier Microsoft Office. (Je reconnaît tout de même qu’elles sont de plus en plus complètes)

    Mais aujour’hui, en tant qu’étudiant en alternance, j’ai absolument besoin de Windows pour bosser en entreprise et taper des cours. Sur ce point Android ne pourra pas remplacer Windows.

    Par contre, quand je suis chez moi et que je dois regarder des vidéos youtube ou faire du casual computing, j’utilise Android.

    Pour citer Miley Cyrus, je suis donc dans l’optique “Best of both World”!

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 18 h 52 min

    Le meilleur des deux monde, je suis d’accord… Avec aussi en ligne de mire l’abandon des machines grand-public bridées qui empêchent l’installation d’autres OS…

    Personnellement, je serais plus pour un boot tri-OS windows/Linux/Android. J’ai testé il n’y a pas longtemps une distribution avec KDE et là je me suis dit que si plus de gens pouvaient toucher cette interface subliment belle, MacOS et Windows auraient du souci à se faire.

    Mais dans l’immédiat, oui pour le dual-boot et avec des puces AMD aussi (n’en déplaise à beaucoup, un FX-8350 avec certaines applications de rendu/encodage reste une solution moins chère que ce que propose Intel, et on peut avoir 8 “vrais” threads (et forker comme un cochon avec Python :p)) (Précison aussi que dans le cadre d’une utilisation bureautique, Linux/FrreBSD remplacent sans souci Windows en étant beaucoup plus légers (possesseurs de Netbook, viez Win7 pour passer à une distribution avec XFCE qui tournera sans broncher avec 1 GO de ram…)

    Hum… Je me rappelle aussi qu’avec certaines cartes mères ASUS,, on pouvait installer aussi un mini-linux léger pour pouvoir dual-booter. Et c’était une bonne idée: pour juste aller voir un truc sur le net, ça bootait en 8 secondes.

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 19 h 01 min

    D’un point de vue technique, je ne comprends pas bien pourquoi il faut acheter cet Asus pour faire ce “dual boot” win8.1/Android386. Je soupçonne qu’Asus a simplement installé vmware ESX et fait tourner dessus les deux OS à la fois (avec un ralentissement presque indécelable grâce aux instructions de l’i5). Ne peut-on pas faire de même avec n’importe quelle machine i5/i7 ?
    D’un point de vue politique, Wintel joue ici la carte de cheval de Troie. L’objectif est dégoûter les clients d’android et les pousser vers l’appstore Métro. En effet, dès qu’un client innocent aura fini de décharger du store android le dernier Angrybirds ou GoogleEarth, il recevra le message navrant “error XYZ” sans jamais comprendre que son processeur intel n’est pas compatible avec les apps. Il ira alors sur le store Métro où toutes les apps marcheront sans problèmes.
    Mais il y a un risque: si google change ce message pour dire “la cause de l’erreur est que votre appareil n’est pas compatible parce c’est un intel” , la grogne des clients se retournera vers Wintel et ils recommanderont à leurs proches d’acheter uniquement des tablettes non-intel. Dans l’esprit des clients, le logo “intel inside” deviendra synonyme de “incompatible”.
    Enfin, rappelons que toute cette guéguerre c’est juste pour la gallerie. En vérité, le big business c’est l’achat par Intel de sociétés spécialisées dans les processeurs ARM (comme ALTERA) afin qu’Intel puisse fabriquer dès cette année des ARM quad-core 64 bits de 14 nanomètres.

    Répondre
  • 12 janvier 2014 - 22 h 01 min

    @waou: ce n’est pas une supposition. En 1999, Microsoft Corp avait officiellement distribué les bétas et même la RC2 d’un produit complet appelé “windows2000 pour ALPHA”.

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 0 h 40 min

    Pas d’accord avec ceux qui pensent que Windows se maintient grâce à Office.

    D’un MS ne fait pas de mauvais produit (du moins il n’en fait pas trop souvent). Si c’était le cas, je pense que les fabricants de matériels, dont le CA est dépendant du succès de l’offre logiciel, auraient vite fait de réagir. Je rappelle que dans un projet informatique, le soft c’est 15-20% max de enveloppe.

    De deux, c’est MS qui tire l’offre vers le haut et non vers le bas et c’est donc MS qui est copié..

    De trois, MS c’est aussi SQL, Windows Server, Exchange, et ça c’est pas neutre..

    Donc, comme d’habitude, c’est le leader qui est pris pour cible (ce qui est plutôt normal je trouve) et c’est cela la raison et rien d’autre.. :)

    Sinon, pour moi un double système (pas de dual boot) qui ferait une tuerie:

    Windows et MacOS/IOS!

    Et si en plus la coque change de couleur en fonction de l’OS actif, là, les hipsters et les geeks ultra-tendance les plus hype devraient se l’arracher quelque soit le prix!
    :)

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 2 h 33 min

    Bonsoir pierre,
    Je comprend mal que tu ne vois pas plus d intérêt que cela de pouvoir accéder facilement aux deux os sur une tablette Pc au vu que beaucoup aimeraient retrouver les logiciels Pc sur leur tablette android.

    Je vois la un gros plus et donc une offre d Intel et Microsoft vraiment intéressante pour contrer arm mais également pour les consommateurs qui pourront souvent se passer d un autre Pc.

    Android peut également en bénéficier et être davantage utilisé. il deviendrait alors le premier os du foyer après être devenu le premier os des smart phones et des tablettes. Android a face à Windows les avantages lié à son store plus important et attrayant mais également ceux de sa domination et des abitudes en découlant pour les smart phones et les tablettes tandis que microsoft possède des arguments similaires pour les Pc non tactiles et moins mobiles. Une belle guerre des os …

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 5 h 53 min
  • 13 janvier 2014 - 8 h 32 min

    […] Pour ce CES 2014, Intel semble mettre en avant, au maximum et auprès de tous ses partenaires, sa capacité à faire cohabiter Windows et Android au sein d’un même engin. Dés l’ouverture du show, les premières conférences de presse et notamment celle d’Asus, ont montré cette volonté de marier les deux systèmes ensemble.  […]

  • 13 janvier 2014 - 9 h 33 min

    “et de baisser le prix de leur licence pour faire en sorte que pour quelques dollars de plus, les clients ont tout Windows et les applis qui vont avec.”
    non, je ne veux pas payer un truc comme ça …

    “De deux, c’est MS qui tire l’offre vers le haut et non vers le bas et c’est donc MS qui est copié..”
    voir par exemple les netbooks … pour la copie voir ios et android …

    “Donc, comme d’habitude, c’est le leader qui est pris pour cible (ce qui est plutôt normal je trouve) et c’est cela la raison et rien d’autre.. :)”

    oui c’est vrai que la vente liée c’est normal, le secret du format .doc pour empêcher l’interopérabilité c’est bien, le secret du fonctionnement de l’AD pour empêcher de connecter autre chose que du ms, ça fait avancer … les accords wintel, la destruction du netbook, pas assez de marge … tous les brevets en bois qui permettent de gagner du fric en rien foutant c’est pour le bien du consommateur … c’est vrai qu’il y a aucune raison de boycotter les produits ms …

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 9 h 40 min

    @Thomas: En fait ici ce n’est pas une tablette Android avec des logiciels Windows, c’est l’inverse. C’est une tablette Windows avec des logiciels Android. La nuance parait faible mais elle est grande. Et non, je ne vois pas trop l’intérêt si ce n’est pour des jeux spécifiques.

    Quand au store plus important ? face au monde Windows ? Combien de millions d’applications Windows compatibles x86 existent aujourd’hui ? La grande question est plutôt qu’est ce qui n’existe pas sous Windows ?

    Plus attrayant peut être pour quelques jeux spécifiques mais ils ne sont pas nombreux et les gros hits de jeux Android sont en grande partie pompés sur l’univers Windows à la base. Angry Birds n’est pas ma tasse de thé et je pourrais m’en passer, je ne ferais pas d’un titre de ce gêner un argument d’achat pour une machine en tous cas.

    Maintenant je ne vois pas quelle application est plus performante sur Android que sous Windows (ou MacOS ou Ubuntu). Si il y’en a une j’aimerais bien la connaitre.

    Comprend moi bien, j’entend ta question mais je ne vois pas bien le rapport avec mon raisonnement. Intel va proposer aux monde du PC Windows une ouverture vers Android mais pas à des tablettes Android de pouvoir lancer Windows. Peut être que certains utilisateurs verront cela comme ça mais a partir du moment où il y a un format de production (tablette + clavier) et un Windows, l’intérêt principal de la machine sera d’utiliser les deux dans un PC Windows classique. Ce que ne proposera pas Android pour le moment de manière aussi agréable.

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 10 h 14 min

    @Toto

    Je ne pense pas que MS gagne de l’argent en “rien foutant”.. ;)

    Blague à part, le format de Word aujourd’hui c’est docx (je te met le lien Wiki pour comprendre que c’est un pas vers l’interopérabilité avec d’autres formats: http://fr.wikipedia.org/wiki/Docx)!

    Pour le reste, oui, tu confirmes que MS est toujours montré d’un doigt accusateur avec des arguments plus ou moins fallacieux. Car au final, ce qui est reproché à MS c’est sa position de leader.
    Donc, doit-on et peut-on reprocher à une entreprise de chercher son propre succès commercial?
    Et je pense que ce n’est pas à MS de réguler le marché du logiciel?

    Alors où est le problème? Si le modèle de commercial de Linux ou MacOS ne fait pas leur succès, est-ce la faute de MS?

    Vente liée? d’accord, donc on achète un appareil vide et on ajoute l’OS après? Qui? Comment? Avec une clé USB pré-configurée?

    Le fait est que MS fait des produits qui correspondent aussi à un usage: tout le monde n’est pas geek!
    Le succès d’IOS puis des tablettes, dont le niveau de technicité requis pour l’utilisation est allégé, en est la parfaite illustration.

    Mon point de vue es simple: les utilisateurs de logiciels doivent avoir le choix.
    Or, de ce que je sais, sur les plateformes Intel (32/64), ils ont le choix de l’OS:
    Unix, Linux, Windows, MacOs, voir BSD..

    Et nous avons ce choix là..
    :)

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 10 h 41 min

    @DotNet:

    le docx ..c’est tout récent …

    “Donc, doit-on et peut-on reprocher à une entreprise de chercher son propre succès commercial?” c’est le but de chaque entreprise, mais elle doit le faire honnêtement .. et quand c’est pas le cas c’est au politique à rétablir .. un truc marrant, des boites américaines ont été démantelées pour abus de position dominante .. ms a 90% des os pc, avec de la vente forcée en plus, et les politiques ne disent rien … même les socialistes reviennent en arrière sur l’affichage du prix des softs pré_installés ..le lobby doit être fort ..

    “Vente liée? d’accord, donc on achète un appareil vide et on ajoute l’OS après? Qui? Comment? Avec une clé USB pré-configurée?”
    il existe des tas de solutions, par exemple tu achètes à part un numéro de licence, dans une boite que tu saisis dans ta machine pour activer la licence … ou encore mieux, respectons la loi, permettons un remboursement “honnête” de la licence comme la cluf le permet …

    “Et nous avons ce choix là..” le choix oui on l’a .. une fois qu’on a payé ms … c’est une sorte de choix avec un pistolet sur la tempe …

    ton pseudo indique bien ta préférence, tu utilise le mot de fallacieux .. c’est une certaine forme d’humour …

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 10 h 44 min

    @DotNet:

    j’aime bien ton sens de l’humour … ne trollons pas, nous avons dit ce que nous avons à dire .. de plus j’aime bien ton pseudo, qui est un bel exemple de neutralité concernant ce sujet …

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 13 h 55 min

    @Toto

    Je vais la faire simple:
    Tu as (comme toujours..) 100% raison!
    MS c’est mal, le Mal!
    Bin, je suis un diablotin alors comme FreeBSD!
    ;)

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 14 h 34 min

    @DotNet:

    non mais c’est dommage de terminer en eau de boudin …

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 15 h 45 min

    Merci Pierre de ta réponse et de ton argumentaire que je partage.

    PS
    Sur sa demande j ai conseillé une tablette à ma sœur qui ne voulait plus de Windows et apprécie maintenant son asus transformer mais ne se satisfait pas de libre office porté sur android. Je pense qu elle aurait acceptée un double os avec Windows et que ça aurait été un bon choix pour elle qui désire voir le moins possible Windows car synonyme de nombreux énervement face à des machines trop vite et anormalement ralenties. Cela lui aurait également permis d utiliser un soft pro uniquement dispo sous Windows et de ne pas avoir à traîner son vieux Pc.

    Je connais d autres personnes qui après avoir eu une tablette aimeraient se passer de leur Pc. Elles ont acquis un clavier mais aimeraient parfois retrouver des softs Windows…

    Aimant avoir le choix et ne pas être contraint, la possibilité d utiliser un deuxième os sur ma future tablettePC serait également pour moi un choix interessant. J utilise actuellement ubuntu, Windows, android et ios sur une demi douzaine d appareils selon les besoins et les possibilités mais ne serait pas contre pouvoir choisir selon mes besoins sur mon futur Pc à la fois Pc portable et tablette car les usages et habitudes ne sont pas les même.

    Pour répondre à ta question je pense que les app tactiles du store d android sont plus intéressantes que celles de celui de Windows et qu il existe donc un avantage à avoir android. Elles sont plus nombreuses, et souvent déjà utilisées, et parfois achetées. Même si des équivalents existent sous Windows il faudrait les payer à nouveau inutilement.
    De plus il est possible de voir le clavier comme un élément secondaire que l on utiliserait comme doc de rechargement de sa tablette et pour rédiger quelques longs textes ou utiliser des logiciels de cao mais de façon beaucoup moins courante que l utilisation en mode tablette ou nous avons nos habitudes sous android pour surfer, jouer, regarder des vidéos, jouer de la musique ,prendre des photos, des vidéos, les retoucher, les poster…
    Les enfants connaissent beaucoup plus angrybirds que poisson rouge ou le démineur…
    Les habitudes des tablettes viennent également du monde des smart phones ou android domine également.
    Et pour beaucoup Windows n est pas encore considéré comme un os de tablette.

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 16 h 40 min

    @Thomas: un double OS ? Est-ce bien sûr ? Avec android/x386 vous n’aurez pas l’émulation ARM. Si vous n’aimez que les jeux de cartes ou les agendas faits en 100% java, pas de problème. Mais le jour où vous voudrez faire tourner une app Android importante (jeu, office, googleearth, etc…), votre seul choix sera d’appuyer sur le bouton pour passer au winstore Métro.

    Restent quelques questions sur la solution qu’Asus préinstalle sur cette machine :
    – Qui sortira de nouvelles versions d’android/x386 adaptées à ce PC? Contrairement aux distros linux habituelles, Android/x386 n’est pas exactement super compatible avec tous les PCs. Or, ni asus ni Intel n’ont l’habitude de se préoccuper des mises à jour de leurs clients après un an.
    – En cas de nouvelle version (bug fix) de vmare ESX (ou autre hyperviseur pré-installé par Asus sur ce PC), l’acheteur pourra-t-il installer lui-même une telle mise à jour (sachant qu’elle se situe en dehors des deux OS accessibles à l’utilisateur) ?

    Répondre
  • uko
    13 janvier 2014 - 16 h 50 min

    @zhir:
    Les tablettes Android sous Atom rencontrent tant de problèmes de compatibilité que ça ? Il me semblait au contraire que dans l’ensemble ça se passait plutôt bien.

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 17 h 53 min

    @uko: comment ça “pas tant de problèmes que ça”? Ça veut donc dire qu’il y en a?
    Lorsque j’achète un téléviseur SECAM je ne m’attends pas à ce qu’il ne puisse marcher qu’avec certaines des chaînes qui émettent en SECAM. Dans le cas contraire, c’est de la pub mensongère et c’est puni par la loi.
    Asus a très probablement songé à inclure une émulation ARM avec ce produit, mais Intel s’y est opposé.

    Répondre
  • uko
    13 janvier 2014 - 18 h 03 min

    @zhir:
    Jolie pirouette, qui t’évite d’admettre ouvertement que la plupart des applications fonctionnent correctement ?

    “Dans le cas contraire, c’est de la pub mensongère et c’est puni par la loi.”
    Je veux bien l’article correspondant, je possède 4 appareils Android et aucun des 4 n’est compatible avec toutes les applications du store. Même la N7 2013 je rencontre des problèmes avec certains jeux.

    Qu’il s’agisse de problèmes liés au processeur, de la surcouche propriétaire, de la version d’Android, du ratio ou de la taille de l’écran, chaque machine a ses spécificités susceptibles de la rendre incompatible avec certaines applications.

    Maintenant, je ne possède pas de machine Android X86. Si tu as des sources fiables sur les applications incompatibles, ça m’intéresse. Parce-qu’en effet, si les apps manquantes sur le store Windows sont incompatibles sous Android, la solution hybride perd beaucoup de son intérêt.

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 18 h 30 min

    @Fry44:

    Je ne suis d’accord avec cet argument:

    1/ Le temps de démarrage complet avec W8.1 est de l’ordre de quelques secondes ce qui rapproche W8.1 des OS orientés Arm. Inclure un dual boot c’est balayer ce bénéfice de la main. On ne peut pas demande à MS e faire des OS rapides pour les ralentir par ailleurs.
    2/ Il faut un bootloader compatible UEFI ( donc implémenté et supporté par le fabricant). Et là, c’est assurément un prix plus élevé que le coût de la licence Windows qu’il est est censé économisé.

    Au final, il y a des utilisateurs qui ne veulent pas de produits MS?
    Alors, je pense que les fabricants devraient offrir le choix de l’OS (ou pas d’OS même) mais pas ces bidouilles qui transformeront (sans jeux de mots) des produits censés être simples en véritable usine à gaz.

    Seulement, les fabricants seront peut être réticents de proposer des produits à l’OS “sur mesure” ce qui augmenterait du même coup les coût de production et leur compétitivité sur ce secteur très concurrentiel.

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 21 h 04 min

    @Dotnet:

    Non, ça ne modife pas le temps de boot, le bootloader sait où aller et hop, que ce soit Macos, Win, Linux, FreeBSD ou android le temps de boot sera juste le temps de boot de l’OS

    Et j’aimerais vraiment que les fabricants offrent une possibilité de booter sur des OS non signés et que MS permette aussi de pouvoir booter un win8 non signé (au moins pour les particuliers :p).

    Faire une image proposant lors du premier boot l’OS qu’on préférerait c’est tout à fait possible et simple à faire… si on exclut les problèmes des OS signés :D

    Donc, je pense que comme tu dis, c’est surtout une histoire de gros sous :/ Et le peerdant…. ben c’est nous :/

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 21 h 05 min

    Edit: j’ajoute qu’Ubuntu a acheter à MS la clef pour signer ubuntu ;) Donc, un double Win/Ubuntu c’est possible :p

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 21 h 10 min

    ” Android est gratuit ” a oui ?

    – C’est pas parce que tune vois pas ce qu’il te coute qu’il l’est !

    “En fait, Windows n’a jamais vraiment bien fonctionné sur des puces autres que celles d’Intel.”

    – C’est le bétisier de 2013 là ?

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 21 h 12 min

    Tout ça pour dire que je suis 100% de l’avis de Pierre sur le coup, je fais la même analyse, avec moins de talent !

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 8 h 13 min

    En tant que dev pas très fortuné, une seule machine pour tout tester, ce peut-être intéressant, à condition que le prix ne soit pas le double naturellement.

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 9 h 10 min

    @Baldarhion
    prdon! Mais je parlais bien sûr du temps de démarrage de l’ensemble: bootloader ET boot sequence cumulé qui est forcement supérieur à un boot sequence simple.

    Pour le reste, ce n’est si simple que cela car cela ne représente qu’un petit pourcentage d’utilisateurs. Combien sont vraiment intéressés par avoir un double OS?

    1, 2 5%? Allez 10%. Alors si pour satisfaire (peut être) aux exigences de 10%, le fabricant doit répercuter les coûts supplémentaires et ainsi augmenter ses prix, cela impactera les 90% des autres acheteurs (qui s’en foutent eux). Et cela pose problème.

    Donc, des perdants, oui: 10%.. Des gagnants: les 90%!

    Je le dis depuis le début des annonces de ce type de produit: je ne vois pas du tout (et personne ne m’a convaincu de l’inverse) l’intérêt d’avoir un Androïd ET un Windows.

    Si je suis dans l’éco-système Linux alors je reste Linux. Si je suis dans Windows, alors je reste Windows. C’est une question de cohérence d’utilisation sachant que les OS font maintenant partis d’un eco-système global au delà du concept informatique (smartphone, cloud, etc etc).

    :)

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 11 h 50 min

    @Dotnet:

    Justement, il faut créer des passerelles pour les gens ;) Depuis que j’ai fait connaître Linux à mon vieux père, i l’utilise plus souvent que windows quand il a vu qu’il risquait beaucoup moins de choper un virus. Il utilise aussi windows pour la bureautique et Android pour son téléphone.

    Je pesne que nous sommes de plus en plus obligés d’utiliser plusieurs OS. Donc, avoir android en VM peut être une bonne idée. (Hum, il me semble que c’est Zhir qui avait parlé de VM et ça me parait logique en fait, ça évite le problème de l’UEFI bloqué :/ )

    En tout cas, qu’on soit monogame ou polygame (concernant les OS hein… ne vous méprenez pas :p) vivement (même si je fais parti des 10%…) que les fabricants, MS, Apple, concepteurs de puces ARM arrêtent de nous mettre des bâtons dans les roues avec leurs f*** bootloaders signés (ou alors qu’il donne un accès aux clefs ou à un serveur pour signer nos binaires!). J’ai de plus en plus l’impression que ce qui était une liberté d’installer de dual booteer nous est de plus en plus refusée (et je ne parle même pas des technologies Dell et autre qui empêchent de changer les éléments d’une machine en panne hors garantie…) Le libre fout le camp, faut agir ;)

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 14 h 12 min

    qui basculerait pour autant de l’un à l’autre système juste pour lancer une application ?
    C’est sur !
    par contre la différence entre les deux OS me semble plus importante :
    Imprimantes ,scanners, réseau avancé, partage, gestion de droits, type de fichier supporté …. etc
    Office n’est pas tout.

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 17 h 52 min

    @Klyde
    Hum, je suis prêt à parier qu’il y a plus de pilotes disponibles pour les GNU/Linux que pour windows… En tout cas, pas de problème pour moi, la communauté sait suivre les périphériques !

    et puis, si on a une licence office, il y a Wine. Hé ! En fait, ça veut dire que je peux quasiment tout faire sous Nux (Même la tablette Wacom fonctionne très bien avec les logiciels windows sous Linux ;)…

    Et en plus, utiliser Wine est 100% légal ! Prochaine étape, compiler le kernel en utilisant Cygwin par wine ;)

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 18 h 10 min

    @Baldarhion

    Je ne comprends pas: l’OS est la fin ou le moyen?
    En quoi un utilisateur devrait connaitre tous les OS?
    Quelle valeur ajoutée en tant qu’utilisateur lambda?

    Je pense que tu raisonnes en geek et défenseur du Libre. C’est louable mais hors sujet. Je suis un utilisateur pas un militant. Avant de faire un acte politique, j’ai besoin de l’outil informatique sur un plan précis!

    Tu me fais penser à un copain qui voulait me prouver que Linux c’était bien. Bin je n’en doute pas mais lorsque je lui ai montré mon workflow (pour la photographie) bin sa distribution Ubuntu fonctionnait pas avec ma tablette Wacom. De plus, Nikon et Adobe n’ont pas d’équivalent chez le pingouin. Attention, je parle bien d’équivalent pas de trucs développé en reverse engineering..

    Alors, tu vas me dire que pour un usage type internet Linux c’est bien? Oui tu as raison comme le reste: MacOS/IOS, ChromeOS, Android, Windows et avec Opéra, Chrome/Chromium, Firefox, IE etc etc

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 19 h 01 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *