La VPC S1E01 : Bien savoir où on achète

Une petite série de (courtes) vidéos pour répondre à vos très nombreux mails concernant tous les aspects pratiques de la VPC. Un format un peu plus léger, parfait pour la période des fêtes, pour faire le point sur pas mal d’idées reçues.

La VPC, la Vente Par Correspondance, est devenue incontournable pour bien acheter un produit High-Tech. Rapides, se faisant une belle concurrence, parfois scrupuleux dans les détails de leurs informations techniques, les sites en ligne ont pallié efficacement à la pénurie de compétences de beaucoup de grandes surfaces dans ce domaine.

vpcS1EO1ill

Paradoxalement, la VPC a réussi à bien brouiller les cartes de l’identité du vendeur. Un petit malin avec un peu de compétence technique pourra créer un site web au moins tout aussi réussi esthétiquement que celui d’une grande enseigne. D’autres jouent au poisson pilote et préfèrent se positionner sur des sites de grande visibilité afin de réclamer des miettes. Et là, on doit jouer un petit peu au détective pour ne pas se faire attraper.

Et une question récurrente qui vient de vos emails est surprenante, elle ressemble souvent à ça.

« J’ai commandé sur XXXXX en France et mon produit qui vient de partir de l’entrepôt est signalé en Asie sur mon suivi de colis ! Est-ce normal ? »

Il existe désormais plusieurs types de (gros) marchands en ligne.

  • Les vendeurs classiques, ayant pignon sur rue et plusieurs magasins en France ainsi qu’un site de VPC : Darty, Boulanger, Carrefour Online, Fnac et j’en passe.
  • Les vendeurs spécialisés ayant également des magasins physiques : LDLC, Materiel.net, GrosBill…
  • Les vendeurs uniquement en ligne : Amazon, RueDuCommerce, TopAchat, Alternate, Cdiscount, Pixmania…

Il y a également une myriades de petits revendeurs en ligne, spécialisés ou non, souvent assez facile à identifier.

Dans cette galaxie de sites, on trouve désormais un autre type de commerçants, et dont certains sites se sont faits une spécialité avec le système des places de marché.

Ces places de marché sont des regroupements de marques ou de commerçants profitant de la visibilité d’une enseigne pour vendre eux-mêmes leurs produits. Les plus connues sont celles d’Amazon, de RueDuCommerce, de Pixmania, de la Fnac, de Carrefour Online ou de Cdiscount.  Certains sites s’en sont même faits une spécialité comme Priceminister ou Ebay qui n’exercent que cette activité de place de marché. Et ces enseignes acceptent aussi bien un commerçant Français, que Russe, Allemand, Chinois, Japonais, Australien, Vietnamien ou Anglais. Ce qui est une très bonne chose à conditions que vous le preniez en compte lors de votre achat.

Vous pouvez très bien acheter un produit sur un site Français, ayant une interface et des promotions dans la langue de Molière mais commander en réalité un produit à un revendeur ne parlant pas un mot de Français et situé à plusieurs milliers de kilomètres. Pour lui, que vous soyez Français, Belge, Australien, ou Russe n’a aucune importance, il reçoit de la part de l’interface mise en place par le site marchand toutes les informations dont il a besoin dans sa langue : Listing de produits à expédier et adresse d’expédition.

Le seul moyen d’identifier la boutique est donc de regarder la page web sur laquelle vous surfez.

darty ldlc

Dans cet exemple, vous êtes sur une page du site Darty. Pourtant vous n’achetez pas chez Darty. A côté de l’état du stock, vous avez la mention « Vendu par Silvertech » qui vous indique le véritable marchand de ce produit. Ici Darty n’est qu’une vitrine, et Silvertech le réel vendeur qui s’occupera de la commande et qui assurera la garantie du produit.

fnac soomici

Sur le site de la Fnac, même chose, le vendeur est ici surligné de jaune. Ce n’est pas la Fnac qui vend cette carte mère, c’est Zoomici. A noter que la place de marché indique clairement en dessous le pays d’expédition du produit, ici France Métropolitaine.

miniprice pix

Sur cette page de Pixmania, c’est moins clair, d’autant que la promesse d’une livraison en zéro jour ouvré n’indique pas réellement la distance du vendeur. Pourtant, ici, Miniprice est Allemand et votre commande dépassera la semaine pour la livraison chez vous.

rdc

Sur cette page de RueDuCommerce, on note que l’article est vendu et expédié par 1FOTEAM. D’autres marchands proposent également le produit.

Bref, dans tous les cas, le site web indique le marchand en clair et fait des liens vers ses informations essentielles. D’où sera expédié le produit et les éventuelles conditions générales de vente particulières de la marque sont, en général, clairement établis.

A vous de voir d’où part votre colis  si vous voulez anticiper sa livraison. En cas d’urgence, il semble malvenu de commander ailleurs qu’en France. A vous de voir également si le jeu en vaut la chandelle et si une commande à 5000 kilomètres de vous peut être une bonne idée pour un produit réellement important dont vous aurez besoin d’un SAV rapide. C’est encore plus vrai si la différence de tarif est de quelques euros seulement avec un commerçant hexagonal.

Mais savoir que vous commandez en France via une place de marché n’est pas le seul élément à prendre en compte. Il est parfois utile de jeter un œil au marchand lui même.

Nombreux sont également les petits magasins à profiter des places de marché et à s’ouvrir à la VPC. La plupart du temps, c’est une aubaine pour eux comme pour le client. Certains magasins très spécialisés ont alors la possibilité de toucher plus de clients et de distribuer des produits rares ou introuvables en France.

Mais certains en profitent également largement pour se faire de la pub à peu de frais et promettre la lune. Si vous achetez chez un marchand français vous pouvez profiter de services en ligne comme ceux de Societe.com qui vous détaillera un petit peu là où vous achetez.

Hoom

Vous pourrez par exemple vous étonner qu’un marchand propose à son catalogue en ligne des dizaines de smartphones et autres produits haut de gamme en stock, cumulant ainsi plusieurs dizaines de milliers d’euros de marchandises…

societe

Alors que son capital social en tant que société unipersonnelle est de 1000€. Rien n’interdit d’avoir 50 000€ de stock pour un capital social de 1000€ mais il y a là une énorme prise de risque de la part du commerçant. Comment faire si ses produits ne s’écoulent pas ? Il y a une forte suspicion d’un stock plus imaginaire qu’autre chose sans qu’aucune preuve tangible ne puisse, bien entendu, étayer ce soupçon.

Il suffit bien souvent de regarder les notes laissées par d’anciens clients sur l’interface de la place de marché. Si ceux-ci expliquent régulièrement être déçus de la vitesse de livraison de leur produit, il y a de fortes chances que le commerçant confonde son stock à lui avec celui de son grossiste. Un produit en stock devrait mettre 2 ou 3 jours à vous parvenir, pas une bonne semaine.

2 règles d’or à suivre pour la VPC

  1. Déterminer précisément chez qui on achète en identifiant le marchand sur la page web. Cette identification peut être géographique mais également plus approfondie. Regarder les notations des autres clients peut être une solution efficace avant l’achat.
  2. Ne pas sacrifier toute prudence pour économiser 1€. Si un autre marchand « de confiance » vend le même produit pour une fraction supplémentaire du tarif le plus alléchant, jouer la prudence peut être plus pertinent.

Retrouvez tous les articles de cette série sur la VPC.

18 commentaires sur ce sujet.
  • 21 décembre 2015 - 11 h 47 min

    On devrait faire lire ce texte dans les écoles et les clubs du 3eme age. Le nombre de gens qui croient acheter a Amazon alors qu’en fait ils sont chez une boutique obscure voire douteuse…
    D’autant que le site-hôte en général n’offre aucune forme de garantie, seul le vendeur (promet qu’il) s’engage, pas Amazon/FNAC/RdC/…

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 12 h 33 min

    Même s’ils n’ont pas de boutique, je considère que des enseignes comme Rueducommerce ou cdiscount ont « pignon sur rue ». Et encore cela est tout relatif car ils appartiennent à des groupes d’hypermarchés Carrefour ou Casino. Et surtout des entrepôts qui dépassent largement ceux des boutiques.
    Comme tu le soulignes, ces places de marchés « market place » posent problème.
    Que penser de ces vendeurs de 2éme rang ? Ont-ils une certification quelconque pour leur solidité financière, la réalité de leurs stocks et la qualité de leurs livraisons ? Ou ont-ils simplement acheté un service à une grande enseigne ?
    De plus ces vendeurs ne sont pas clairement signalé, même pour des promos. Et leurs adresses ne sont pas très clairement indiqués.
    Pour les vendeurs situés en Asie, rappelons qu’ils vendent hors TVA et que la marchandise doit passer la Douane. La marchandise est en principe expédiée par avion, souvent par la poste locale, donc un délai assez court pour arriver en Europe. Mais il faut souvent compter une semaine pour passer la Douane. Et dans le cas d’achats importants, ajouter TVA et frais de douane.
    Pour les places de marchés, j’aurais plus confiance à des sites asiatiques, de taille internationale type Amazon, comme AliBaba ou Gearbest qui ont leurs vendeurs de 2ème rang à proximité et qui parlent leur langue. Certains ont des dépôts en Europe, et donc en principe pas de souci vis à vis de la Douane.
    Il y a aussi des grandes enseignes de vente en lignes en Europe comme Reichelt.de ou antratek.com qui marchent aussi bien que les vendeurs nationaux et sont situés dans l’espace Shengen. Pour avoir testé les 2, Reichelt fait aussi bien que RDC tant au point de vue prix, descriptif et délai. Juste petit bémol pour les petites commandes où il faut compter environ 5€ de frais de port en sus.

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 12 h 39 min

    @obarthelemy
    Ca dépend des sites.
    Chez Amazon, ils font un suivi de leurs vendeurs. Il m’est arrivé de ne rien recevoir d’un vendeur tiers d’Allemagne (colis perdu en route?).
    Eh bien après avoir suivi les démarches prévues par Amazon (à savoir commencer par essayer de s’entendre avec le vendeur), Amazon m’a intégralement remboursé sous forme de chèque cadeau.
    Sur Amazon, il y a également la forme intermédiaire de vendeurs tiers : produit vendu par trucmuche et expédié par Amazon. Ca donne au moins l’assurance que le stock n’est pas bidonné et que la livraison sera effectuée sérieusement.
    Priceminister offre également de bonnes garanties (testé et approuvé sur un vendeur qui a essayé de m’escroquer avec un produit non fonctionnel).
    Pour les autres: Daty, La Fnac, Rue du commerce, je n’ai jamais testé donc je ne sais pas si leur rôle se résume à une simple vitrine.

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 14 h 00 min

    Et encore, l’article ne fait pas mention de la fraude à la TVA que ces pseudo marchands pratiquent avec la complicité des sites comme PriceMinister, ebay & co. Tenter de trouver l’information pour savoir si le produit est vendu ttc est casi impossible.

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 14 h 35 min

    Ah les marketplaces… il faut bien comprendre que vous y trouverez TOUT.
    Du petit margoulin sans stock qui fera tout livrer par aliexpress en dropshipping avec des délais honteux jusqu’au au vendeur passionné qui vous bichonnera plus que sa mère et vous mettra des bonbons dans le colis.
    Et puis il y a les entre-deux : des boîtes bien installées, sérieuses, responsables en cas de merde… MAIS qui dropshippent comme des cochons. Rien à craindre côté fiabilité mais ils ne livrent pas forcément eux-mêmes.
    Bref, il y a autant de profils qu’il y a de vendeurs. C’est comme une boîte de chocolats.

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 15 h 17 min

    Article très intéressant ! ;)

    Répondre
  • Bug
    21 décembre 2015 - 15 h 24 min

    Merci pour l’article pierre très instructif !

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 16 h 53 min

    @obarthelemy: Trés bien dis

    je suis e acheteur depuis…. je ne me rappel même pas, mais pour mes parents, là où je passe toujours un temps fou à leur expliquer… tes « nouvelles » video sur ce sujet sont de superbes Tuto.

    Merci à toi Pierre, et bonne continuation.

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 18 h 34 min

    Super article, vivement le prochain !

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 19 h 21 min

    @obarthelemy:

    « On devrait faire lire ce texte dans les écoles et les clubs du 3e âge. »

    Les clichés ont la vie dure !
    Malheureusement, le nombre de ceux qui agissent sans réfléchir est assez bien réparti dans la population et pas cantonné à des catégories d’âge. Tout le monde peut le constater chaque jour et les commerçants savent cela.

    Quelqu’un, à juste titre, dit plus bas « Il y a autant de profils, qu’il y a de vendeurs ». Il en est de même pour les acheteurs.

    Puisque dans ce pays l’expression la plus utilisée en 2015 est « Pas d’amalgame », la fin de l’année arrivant, il serait temps de passer à la pratique.

    Bonne fin d’année à tous.

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 22 h 29 min

    @Bazooka07:

    Gearbest n’assume rien du tout en cas de réception d’un article défectueux, ce sont des voleurs.

    Cdiscount son SAV est le site « Lafourmilière » et galère si le produit est en panne.

    Répondre
  • 21 décembre 2015 - 23 h 34 min

    @Serge: J’essaye d’arranger ton soucis avec GearBest mais ce n’est pas en jetant de l’huile sur le feu que cela va m’aider a améliorer le dialogue :/.

    Répondre
  • 22 décembre 2015 - 8 h 56 min

    Interéssant, comme d’habitude.

    Surtout après que ma mère se soit perdue dans le market Amazon et y ait acheté un bouquin Sw Rebels pour un de ses petit-fils, plus de 3 fois son prix, sans « vraiment » le savoir.

    Répondre
  • Grv
    22 décembre 2015 - 10 h 36 min

    @petitevieille:

    « Dropshipper » = servir d’intermédiaire ? Je ne comprends trop la différence.

    Mais sinon commentaire trés juste :)

    Répondre
  • 22 décembre 2015 - 10 h 53 min

    @Grv: Je vais revenir dessus.

    Répondre
  • 22 décembre 2015 - 12 h 44 min

    Sinon, un petit conseil pour acheter sur des sites « exotiques » : payer par Paypal (dans la mesure ou c’est possible), ils ont une section litige qui peut régler bien des conflits avec des vendeurs.

    Bonnes fêtes à tous.

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 10 h 40 min

    gearbest met en vente des articles qu’ils n’ont pas en stock sans avoir de certitude d’un jour être approvisionné. Ils ne l’indique pas sur la page de vente et pire une fois qu’ils se sont apperçus qu’ils ne pourront pas être livré ils n’enlèvent pas le produit en vente et continue à le proposer.
    Ensuite ils proposent des offres soit-dant promotionnels en durée limitée de 24 h et finalement le produit est promosé avec cette offre pendant plus d’une semaine avec offre promotionnel renouvelée toutes les 24 h. alors que le produit n’est même pas disponible.
    Je viens de tenter de commander une teclast X2 pro et Chuwi eBook lors du blak friday (les 2 devant être disponible dans la semaine) que je devais soit-disant réceptionner avant la fin du mois de décembre mais au final le service commercial m’a avoué ne pas savoir s’ils seraient livrée. Et comme je vis en Tunisie, je devais réceptionné impérativement le paquet avant la fin du mois en France car je suis de passage en France pour les vacances.
    Le seul point positif c’est que je me suis fait remboursé sans problème mais sans avoir le temps de commander chez un concurrent et je me retrouve sans tablette et comme un con.
    Je ne suis pas prêt à recommander chez gearbest car j’avais déjà eu un soucis lors de la commande d’un smartphone chez eux l’été dernier où il avait mis 20 jours à expédier le colis et je n’avais pas réussi à réceptionner le colis avant mon retour en Tunisie.

    Répondre
  • 23 décembre 2015 - 13 h 12 min

    @jarv:
    C’est vrai que les chinois ne sont pas très doués commercialement.
    Par contre, je n’ai jamais eu de soucis avec Tinydeal (sans leur faire de pub), tout dépend où vous commandez et comment vous commandez.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *