ZenWatch, un premier essai de smartwatch chez Asus

ZenWatch, un premier essai de smartwatch chez Asus

Ça y’est, Asus a lancé sa première Smartwatch officiellement. La Zenwatch ressemble finalement pas mal à ses concurrentes déjà en vente, elle emploie Android Wear avec une surcouche Asus maison ZenUI. Reste que l’engin manque d’un je-ne-sais-quoi pour faire réellement la différence.

L’effort est louable et la montre connectée d’Asus sort un peu des sentiers battus par rapport aux montre actuellement sous Android Wear que son les LG et Samsung. Reste qu’il ne s’agit pas d’un produit proposant une réelle rupture par rapport à ceux-ci, loin des promesses des Motorola Moto 360 ou autres solutions en approche signées LG ou HP.

Asus ZenWatch

Un écran AMOLED 1.6 pouces, caché derrière un écran Gorilla glass 3, en 320 x 320. Soit pas plus ni moins que les montres Android Wear en circulation actuellement. Mais pourtant une déception dans cette ZenWatch. Pourquoi ? Peut être parce qu’Asus a communiqué sur des formes différentes de l’aspect très rigides de l’offre actuelle. Des teasers vidéos faisant glisser un trait de lumière sur des courbes et au final, un écran un peu perdu dans un châssis peut être trop grand pour lui.

Asus ZenWatch

A l’intérieur de l’engin, comme toujours, la recette industrielle des montre sous l’OS de Google actuellement en vente : Processeur Qualcomm Snapdragon 400, 512 Mo de mémoire vive et 4 Go de stockage. La différence entre toutes ces offres vient donc du look de l’engin, look intérieur et extérieur bien sur mais également de quelques fonctionnalités plus ou moins anecdotiques.

Look intérieur d’abord, car Asus mise sur son maquillage maison d’Android Wear pour faire la différence. Un maquillage qui consiste en 2 éléments principaux : Une centaines de montres différentes pour coller à tous les goûts d’utilisateurs. vous pouvez donc être sûr d’en détester plus de la moitié d’office. Il n’est pas dit si il sera possible d’en rajouter soi même.

Asus ZenWatch

Autre élément différenciant et bienvenu, une fonction Tap Tap qui ressemble à celle de LG. On pianote 2 fois l’écran et on réveille la montre, cela évite de chercher un bouton si la Zenwatch ne s’est pas réveillée après avoir remonté son bras pour la consulter. Cette option est anecdotique pourtant, quand on y a goûté, on se surprend à la répéter sur bon nombre d ‘écrans capacitifs que l’on croise. Un très bon point donc.

Asus ZenWatch

A bord, on retrouve également un détecteur cardiaque, un accéléromètre sur 9 axes, du Bluetooth 4.0 et une batterie 1.4 Whr dont les performances restent pour l’heure encore très énigmatiques.

Asus ZenWatch

La montre est classée IP55 en terme de résistance aux intempéries, elle n’est donc pas submersibles mais résiste à la poussière : En gros il sera possible de faire le ménage sous la pluie mais pas question de la garder pour faire la vaisselle. Un point qui pourra séduire ou non suivant votre sensibilité pour les eaux moussues et grasses.

Asus ZenWatch

Le détecteur cardiaque est mis en avant avec une fonction de détection de stress qui fonctionne de la même manière que les produits placebo, tant que vous y croyez ça fonctionne. A partir du moment où vous vous inquiétez suffisamment de votre niveau de stress pour le vérifier sur votre montre, vous pouvez être sûrs d’être bien placé dans le rouge.

Asus ZenWatch

Pour le reste, c’est la finition physique de la montre qui change la donne avec un style assez particulier et assez… bizarre. La montre est finalement assez large et imposante comme le font les montres « chrono » sportives avec un gros entourage métallique qui vient accrocher le  bracelet de l’engin. Bracelet en cuir cousu, bien fini mais pas forcément en totale adéquation avec l’aspect aluminium brossé de la montre.

Asus ZenWatch

C’est un problème car ces engins étant ce qu’ils sont, des gadgets plus ou moins utiles pour feignasses n’ayant pas envie de sortir leur smartphone de leur poche, doivent proposer un design qui saura atteindre la case Achat-compulsif de leur cible. En brouillant le message avec un design pas forcément très clair, Asus s’éloigne de cette mission, ce qui pourrait lui coûter assez cher.

L’autre solution, bien évidemment, est de frapper au portefeuille de l’acheteur en sabrant le prix par rapport au concurrents. Mais avec un panel de montres, 3 modèles de 3 constructeurs distincts, toutes à 199€, je suis en train de me demander si les Smartwatch sous Android Wear ne doivent pas être proposées à un tarif public minimum imposé par Google. Asus avait promis de proposer une montre « moins chère » que les concurrents. Nous avions compris que le constructeur parlait des montres de ses camarades de jeu en informatique, il fallait sans doute comprendre qu’il parlait de modèles Suisses bien plus chers…

Source Images : The Verge

4 commentaires sur ce sujet.
  • to
    3 septembre 2014 - 20 h 37 min

    En fait, c’est pas ce qui lui manque, c’est ce qu’elle a en trop : l’epaisseur. On dirait qu’ils portent une brique au poignet…

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 22 h 14 min

    Non vraiment rien à faire
    je ne vois vraiment pas ce que pourrai apporter un tel engin (une montre connectée)
    on va déporter en moins bien ce que le téléphone fait très bien ?
    le coup du : pendant que je conduit le regarde ma montre pour voir le gps :-)
    en gros quand on aura une alerte il faudra quand même sortir son smartphone pour répondre au téléphone ou envoyer un SMS
    sinon si c’est pour donner l’heure, y’a des trucs à 5 € qui font ça beaucoup mieux
    peu être que si les applications viennent à révolutionner notre mode de vie …
    avec une autonomie d’une journée environ…
    la montre n’est que peu autonome

    bon, l’avenir dira si on essaye de créer un besoin pour continuer à vendre des millions de trucs en fin de compte inutiles, ou si on à là un engin dont on ne pourra plus se passer

    Répondre
  • 4 septembre 2014 - 17 h 10 min

    Je ne sais pas pourquoi mais elle me fait penser à la tocante de Blutch dans Pulp Fiction. Celle que son père a gardé des mois dans un endroit inavouable pour la transmettre à son fils. :-)

    Répondre
  • 23 septembre 2014 - 14 h 33 min

    Nous en sommes encore aux balbutiements d’Android Wear. Si le concept est très intéressant, en revanche les produits sont beaucoup trop onéreux et pas assez autonomes pour le moment.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *