Windows ARM : Les applications 32 et 64 bits sont bien compatibles

Deux informations intéressantes ce matin au sujet de Windows 10 ARM, le système d’exploitation de Microsoft tournant sur SoC ARM au lieu de puces x86 mais compatible avec les applications Windows classiques.

On apprend en effet que les différents fabricants qui ont communiqué jusqu’alors avaient mal appris leur fiche technique. La totalité d’entre eux (A savoir Asus, Lenovo et HP)  confirmaient tous que Windows 10 ARM ne serait pas capable d’exécuter des applications Win32 64 bits mais uniquement des applications 32 bits en émulation sur leurs plateformes équipées d’un SoC Snapdragon 835. Ce n’est pas le cas.

Asus Novago

L’Asus Novago sous Snapdragon 835

Dans une discussion avec un représentant de Qualcomm, Rich Woods de Neowin a pu avoir la confirmation d’une émulation complète du système de Microsoft. Applications x86 32 et 64 bits seront donc bien émulées par les puces ARM employées. « Si cela tourne sur une puce Intel alors cela  tournera sur un une puce Qualcomm également. »

C’est une excellente nouvelle et je me demande pourquoi l’ensemble des communications faites par les constructeurs laissaient clairement entendre que seules les applications 32 bits seraient compatibles avec Windows 10 ARM. C’est clairement se mettre une épine dans le pied de ne pas indiquer que leurs nouvelles machines ne seront pas capables de faire tourner les applications 64 bits, non ?

Est-ce dû à un souci de performances de cette exécution en émulation ? M Jacobowitz de Qualcomm émet en effet une remarque dans ce sens « Si vous êtes soucieux d’éventuels problèmes avec la première génération de ces machines, vous avez juste à attendre le Snapdragon 845 qui devrait arriver plus tard cette année ».  Petite phrase qui peut être interprétée de multiples façons mais qui ne devrait pas spécialement plaire aux constructeurs qui ont investi dans le développement de machines sous l’actuel Snapdragon 835…

windows-10-arm

Autre information issue de cette discussion, l’impact sur les batteries de cette émulation x86/ARM est sujet à interprétation. Pour Qualcomm, la réponse est assez simple. L’émulation x86 aura le même impact sur la batterie que pourrait le faire un processeur x86. Pas plus et pas moins. Ce qui, dans l’esprit de Qualcomm, est quelque chose de positif. Au vu du fonctionnement des SoC de la marque, on imagine que les 20 heures d’autonomie obtenues et promises utilisent l’architecture ARM sans passer par une émulation quelconque. Ce très beau score s’obtient, pour rappel, en lecture vidéo FullHD. Un mode  qui ne requiert pas de grosses ressources en terme de coeurs employés et le pilotage des fonctions matérielles de décodage du coeur graphique de la solution Snapdragon.

Tant que l’utilisation de la machine restera confinée à cet usage des ressources ARM, l’autonomie sera donc excellente. Mais en usage x86, le fonctionnement est différent. Pour Qualcomm, l’émulation n’aura pas d’impact supplémentaire sur la batterie. Pour un utilisateur, cela veut aussi dire que la batterie proposera alors une autonomie équivalente à celle d’un portable classique sous AMD ou Intel.

En clair les autonomies records obtenues par ces nouvelles machines ne seront disponibles que si vous vous confinez au monde des applications directement compatibles avec les puces ARM. Si vous voulez utilisez votre portable pour piloter des applications x86 du catalogue classique de Microsoft, votre autonomie devrait correspondre à celle d’un PC habituel. On comprend mieux pourquoi ces machines sont annoncées sous Windows 10 S qui les limitera d’office au catalogue des applications universelles du Windows Store.

23 commentaires sur ce sujet.
  • 17 janvier 2018 - 13 h 36 min

    Bonjour,

    Une consommation équivalente à un CPU x86 ? quel type de CPU x86 ? pour quelles performances ? Cela ne veut rien dire… Si la consommation est modérée, les performances le seront probablement aussi.

    J’ai hâte de voir ce que cela va donner mais je suis très perplexe et je m’attends à un gros flop.

    Répondre
  • 17 janvier 2018 - 14 h 00 min

    Sur ARM, il existe des recompilateurs dynamiques en particulier pour x86 (x86-64 just-in-time recompiler).
    La simplicité des registres et la rapidité des ARM fait que ça ne leur pose aucun problème d’adaptation.
    C’est le contraire des architectures Intel de plus en plus complexes, gravure à la limite, échauffement top à cause de la course aux fréquences. La consommation d’un ARM est ridicule et il peut évoluer vers des architectures massivement parallèles.

    Répondre
  • 17 janvier 2018 - 15 h 25 min

    Une bonne nouvelle !!! Car j’étais très perplexe et très déçu du supposé non-support du 64 bits. (J’avais eu une discussion avec un forumeur qui soutenait que le 64 bits n’était pas supporté, je lui avais donné raison sur la base des données constructeur, ce qui est donc bien finalement faux)

    Répondre
  • 17 janvier 2018 - 18 h 34 min

    De toute façon si l’usage est uniquement réservé a du logiciel exécutable sous x86, le w10 on ARM n’a pas d’intérêt.
    Perso, je serais sur du 80/20, donc oui, je suis a fond pour le sd835, voire 840.
    Mais même si la logithèque de programmes sous x86 est énorme, bien des petits programmes sont juste entreposés dans la machine telle tous les livres de ma bibliothèque… Ça fait plus joli que hyper utile…

    Répondre
  • 17 janvier 2018 - 19 h 13 min

    Ravi de l’apprendre, c’est rassurant.

    Mais d’un autre côté, le scandale de failles dans les processeurs x86 et ARM (Spectre et Meltdown) ne rassurent plus du tout ! Y aura-t’il de nouveaux processeurs « corrigés » ?Et il y aurait de nombreuses autre failles paraît-il !

    Répondre
  • 18 janvier 2018 - 10 h 28 min

    Cette limitation au 32bits n’était peut être effective qu’au moment des 1ère démo…

    Je suis très étonné qu’il n’y a pas eu d’annonces d’autres fabricants de SoC pour WinARM que Qualcomm.

    Répondre
  • 18 janvier 2018 - 11 h 38 min

    @Skwaloo: Cela demande un certain investissement, les puces doivent être optimisées.

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 1 h 20 min

    @Sopilou: Pour les CPU corrigé faudra attendre au moins 2 ans (chez Intel en tout cas, ils annoncent 2 voir3 ans) car les productions sont déjà en cours.

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 7 h 32 min

    @Pernel:

    Il faut surtout changer d’architecture du Out Of Order (qui date du pentium Pro si j’ai bonne mémoire)
    Dans la roadmap d’Intel, il était question de changement d’architecture en 2020.

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 11 h 55 min

    Quand peut-on espérer voir commercialiser des mini-PC ARM sous Windows 10 ARM 64bit sur le marché chinois ?

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 12 h 01 min

    @Sopilou: Euh c’est pas prévu pour tout de suite je pense. Ils vont déjà voir si ça se vend.

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 18 h 59 min

    Je n’ai absolument aucun doute sur le fait que les mini-PC sous ARM et Windows 10 se vendront comme des petits pains… Microsoft et Qualcomm ne se seraient jamais lancés dans cette aventure sinon, rien que pour les tablettes PC !

    Donc, aucune idée de date de commercialisation ? Ni de marque chinoise prête à commercialiser des futurs mini-PC sous ARM et Windows 10 ?

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 19 h 38 min

    @Sopilou:
    Tu sais MS s’est lancé dans l’aventure ARM avec Surface et de gros industriels l’ont suivi. On a vu le résultat.

    Qualcomm n’a aucun intérêt dans le développement de configurations low-cost ou sédentaires. chez les chinois ou ailleurs cela demande pas mal d’ajustements coûteux et donc pas rentables avant quelques générations si cela se vend. faut pas se leurrer, si des machines s’apprêtent a sortir en Windows 10 ARM c’est parce qu’Intel co-finance leur ingénierie et leur développement… Et offre probablement les licences, personne n’aurait pris le risque sinon.

    Je vois pas le point d’une puce ARM en mode sédentaire ?

    – Zéro impact dû aux économies d’énergie : La machine est branchée sur secteur.
    – Zéro impact au fanless, cela existe déjà en x86.
    – Zéro impact dû au modem 4G en intérieur puisqu’il y a le recours au Wifi et Ethernet.
    – Zéro impact économique : Il existe des puces x86 classiques moins chères que le Snapdragon.

    Je vois pas l’intérêt non plus pour Qualcomm qui casserait l’image de son SoC haut de gamme au détriment de son offre smartphone face aux concurrents. Rien n’a jamais fuité sur autre chose que du mobile pour Windows 10 ARM. A juste titre d’ailleurs, l’intérêt de l’offre tient à son héritage mobile.

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 21 h 11 min

    @Pierre Lecourt: Le prix ? Apparemment en natif (pas en emulation x86), le SnapDragon 835 a 80$ a le meme score AnTuTu qu’un core m3 a 170$, et en plus je soupconne que les circuits autour du m3 (north/south bridge etc…) coutent encore plus cher comparativement a ce qu’il faut au SnapDragon qui est un SoC.

    100$ de moins de cout de prod (estimation conservatrice), ca fait 200$ de moins de prix de vente.

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 21 h 58 min

    @Pierre Lecourt: Je vais répondre objectivement :
    – Oui, déjà le coût ! Comme le souligne Obarthelemy !
    – question économies d’énergie, on sait que les architectures ARM sont bcp plus efficaces que les x86.
    – question fanless, certes cela existe en x86, mais l’offre est rare !!!
    – question puces, rien n’empêchera d’adapter Windows 10 ARM sur des procs moins chers que le Snapdragon. Linux le fait bien lui.
    – enfin la question de mobilité ou pas, cela n’a vraiment aucune importance, à part marketing peut être ?!

    Alors oui, Microsoft s’était planté avec son Windows RT, mais parce que les consommateurs néophytes pensaient à tord acheter un « ordinateur Windows ». Aujourd’hui, ce problème de compatibilité semble régler apparemment, et c’est tant mieux ! ;)

    Donc oui, l’avenir est sans conteste du côté de l’architecture ARM + Windows.

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 21 h 59 min

    @Obarthelemy: Pour les premiers modèles, au vu du risque et du développement, les cartes mères et pilotes vont exploser les tarifs des PC qui seront vendus chers à cause de cela. Les 100$ que tu envisages pour des scores Antutu (qui ne correspondent pas a un usage de PC) face à un Core M3 c’est très tiré apr les cheveux comme argument car les gens qui achètrent un PC Windows veulent un CP Windows. Pas une machine a Benchs sous antutu. Le taux de retours des PC Dell, HP et consorts sous la première gamme ARM était juste hallucinant à cause de ce soucis : On achète un PC sous Windows, calibré dans le haut de gamme niveau tarif, on veut pas un engin qui ne saura que lancer des applications du Store et donc on sera un peu circonspect du ratio perfs/prix a mon avis.

    Mais même en prenant les 100$ de différence comme argument recevable, c’est une vision très étroite du problème. Pour des engins qui seront une goutte d’eau sur le marché en terme de ventes, ces 100$ seront très vites évaporés. La R&D pour ces nouveautés doit être du même tonneau que la R&D des PC Windows ARM il y a quelques années. C’est a dire très importante.

    Le raisonnement en pièces détachées à la sortie d’une nouvelle plateforme ne tient pas, il faut prendre un peu d’envol : Imaginer les impacts de R&D depuis des années, le débug, les coûts de dev et d’optimisation d’une nouvelle plateforme. On parle d’équipes d’ingénieurs à plein temps pendant des trimestres. Il faut ensuite compter le marketing d’évangélisation du public et… la gestion des retours, le SAV et la hotline. Les retours des grandes surface qui renvoient les bécanes aux grossistes après déballage parce que Monsieur ne peut pas jouer avec son jeu préféré dans de meilleurs conditions qu’avec son ancien PC… etc.

    Les première générations de ce type de machine vont très probablement être vendues à perte par les marques. Malgré les prix importants demandés.

    Répondre
  • 19 janvier 2018 - 22 h 10 min

    @Sopilou:

    « – Oui, déjà le coût ! Comme le souligne Obarthelemy ! »

    J’ai répondu. Pas avant deux ou trois générations alors pour le coût.

    « – question économies d’énergie, on sait que les architectures ARM sont bcp plus efficaces que les x86. »

    Ce n’est pas très pertinent. Le problème de l’économie d’énergie sur des machines sédentaires ne touche que les entreprises ayant de gros parcs. Pour un particulier dépenser 15 watts ou 25 watts ne fait pas de grosse différence à l’année. Evidemment c’est différent sur des machines mobiles.

    « – question fanless, certes cela existe en x86, mais l’offre est rare !!! »

    Parce que cela revient plus cher. Si tu demandes à des gens si ils préfèrent une machine sans faille de sécurité 30% moins rapide ou une machine avec une faille à la même vitesse ils vont te dire qu’ils préfèrent garder la même vitesse.
    Si tu met le surcoût lié au fanless dans de la performances tu peux avoir une machine plus rapide. Si tu dis aux gens vous préférez du silence ou un PC plus rapide pour le même prix ? Les gens vont encore te parler de vitesse.

    « – question puces, rien n’empêchera d’adapter Windows 10 ARM sur des procs moins chers que le Snapdragon. Linux le fait bien lui. »

    Microsoft choisi les partenaires et verrouille son code pour que son Windows fonctionne sur les pes qu’il décide. Impossible de faire tourner Windows 10 développé pour Qualcomm sur un autre SoC ARM . qu’il soit de Qualcomm ou d’une marque concurrente. Il va y avoir autant de Windows que de puces compatibles. Pour le moment il n’y ena qu’un puisque Nvidia n’a pas suivi MS dans cette voie. A la différence de Linux, Microsoft ne publie pas les sources de son code et empêche de les travailler. il n’y aura dons pas de portage légal de Windows ARM réalisé dans un garage.

    « – enfin la question de mobilité ou pas, cela n’a vraiment aucune importance, à part marketing peut être ?! »

    Ben acheter un modem 4G pour pas l’utiliser, c’est dommage non ?

    Pour la compatibilité par émulation on verra bien, le soucis est là. Mais si on achète un ordinateur HP ARM a 1000€ qui se comporte comme un Core M3 a 500€ il va vite y avoir des déçus. Même si il possède un modem 4G et 20 heures d’autonomie en usage non x86. Si en face on peut avoir un portable classique avec 15 heures d’autonomie mais un Core i5 et des perfs bien plus brutales pour le même tarif, cela risque d’être un soucis.

    Répondre
  • 20 janvier 2018 - 0 h 00 min

    @Pierre. Oui mais
    – Les retours sur l’itération précédente du concept, c’était parcque les apps Windows/Desktop ne tournaient pas. Il n’y a pas ce probleme ce coup-ci.
    – Je suis sur qu’il y a des reference design dispo aupres de Qualcomm et MS. Rien que ceux-la devraient etre plus petits/sobres/économes que l’equivalent Core M. Il faut surement faire plus d’efforts que ca pour se distinguer, mais ca suffit surement dans un premier temps ?
    – Les couts R&D, dev et marketing, ne sont-ils pas portés surtout par MS voire Qualcomm ? Je ne pense pas que le cout pour transformer une T10/Android en TW10/Windows soit bien gros. Y’a qu’a voir l’avalanche de tablettes Atom, a l’époque.

    Je ferais un parallelle avec la foultitude d’OEMs chinois qui nous vomissent des PC Windows minimalistes et des TV box identiques et supremement monotones… J’ai bien compris que cette approche ne t’enthousiasme pas, mais ca doit etre rentable vu comment ca prolifere. A mon avis, si la demande de PC WinArm montre une once de vie au départ, on va se retrouver avec le meme phénomene.

    Apres, MS peut choisir de se tirer une balle dans le pied en restant cher. Si la Surface/ARM n’est pas au moins $200 moins chere que la Surface Core m3, ca n’interessera que ceux qui ne savent/veulent pas faire de tethering. Soit pas grand’monde.

    Répondre
  • 20 janvier 2018 - 1 h 08 min

    @Obarthelemy:

    « – Les retours sur l’itération précédente du concept, c’était parcque les apps Windows/Desktop ne tournaient pas. Il n’y a pas ce probleme ce coup-ci. »

    Non mais il y a l’émulation et Windows S. 600 ou 1000€ une bécane qui fait tourner par défaut Win S qu’il faudra a terme débloquer pour 50€ de plus. Le tout faisant tourner en émulation du x86 avec des perfs qu’on ne connait pas . Enfin moi je commence a avoir des infos et pour le moment je suis pas sur que les gens apprécient vraiment le ratio perfs/prix…

    « – Je suis sur qu’il y a des reference design dispo aupres de Qualcomm et MS. Rien que ceux-la devraient être plus petits/sobres/économes que l’equivalent Core M. Il faut surement faire plus d’efforts que ça pour se distinguer, mais ca suffit surement dans un premier temps ? »

    Ca suffit mais pour se démarquer il faut faire plus. Comme d’hab. Les cartes graphiques les plus chères sont les cartes graphiques les plus différentes des référence design. Faire un Crtl+C et Ctrl+V des ref design c’est suicidaire sur ce terrain. tu as remarqué que certains acteurs assez importants (dans le TOP5 des vendeurs de PC mondiaux) n’ont rien proposé pour le moment. Ils attendent de voir sagement. Il y a une bonne raison. Ils ont encore en travers le retour sur investissement de leur engagement sur WinRT.

    « – Les couts R&D, dev et marketing, ne sont-ils pas portés surtout par MS voire Qualcomm ? Je ne pense pas que le cout pour transformer une T10/Android en TW10/Windows soit bien gros. Y’a qu’a voir l’avalanche de tablettes Atom, a l’époque. »

    Certains oui. Mais beaucoup d’autres on. Ce qui a plié WinRT en une semaine dans la grande distrib c’était le retour en magasin massif des engins. Quand tu te prends 60% de ton stock en retour c’est une perte énorme. Pire que quand les trucs restent a moisir sur les stocks.

    Le truc c’est l’enjeu. La puce c’est le flagship de Qualcomm, pas un Atom. L’atom Intel te filait tout clé en main, un ref design, une puce a 25€, une compatibilité Windows. Un mec a décidé de créer une mobo, a choisi un PMIC dans le tas de dispo compatible, des composants compatibles en ram et en eMMC et vogue la galère. 60% de la production Chinoise de l’époque utilisait la même mobo malgré des tailles différents. Les 40% restants utilisaient des variantes :)

    Pour pouvoir faire la même chose avecv un PC il faut que MS dise OK, que Qualcomm accepte de vendre des puces et que le fabricant investisse lourdement pour acheter licences, materiel compatible (bcp moins large pour être cohérent) et des SoC. A l’époque pour faire 2000 tablettes Atom tu avançais 30à 35% du prix de vente. Windows était offert. Intel vendait a perte pour contrer les ARM et perdait de l’argent sur chaque puce vendue…

    Là je dirais qu’il faut investir au moins 60% du prix final en avance et pour des séries bien plus larges. Il n’y a pas de ref design « noname » et le cahier des charges est bien plus lourd. Avec l’Atom les mecs sortaient des bécanes avec 1Go de ram et 16 Go de eMMC entrée de gamme. Des webcams pourries et des solutions audio ignobles sur des écrans TN en 1024 x 600. Je parle pas des batteries.

    Imagine l’équivalent pour un Snapdragon 835 ? Qui achèterait une solution noname avec un Snapdragon 835 sous eMMC bien lent de 32 Go avec 2 Go de ram et des accessoires à la ramasse. Le Snap c’est comme un Core en terme d’image, il faut le valoriser avec des composants haut de gamme pour que ce soit homogène et que la config paraisse pas trop minable. Personne n’achètera un MiniPC sous Windows ARM avec des composants entrée de gamme parce que ce serait mettre un moteur de Tesla dans une Fiat Punto. Cela changera ptet avec la prochaine génération de Snapdragon, a voir. Pour le moment l’esprit visé par MS c’est de la machine superfine super autonome et super connectée. tout est super génial, pas du tout entrée de gamme donc.

    On sort du CES, on a vu quoi comme bécanes annoncées sous Windows ARM ? Dis toi que les annonces CES c’est le carnet de commandes jusqu’aux grandes vacances pour la grande distrib. Ca te donne une bonne idée du marché début 2018…

    Répondre
  • 20 janvier 2018 - 14 h 29 min

    Vous savez quoi ? J’adore toujours lire les commentaires sur minimachines ^^
    C’est aussi instructifs que les articles eux-mêmes ! :D

    Répondre
  • 20 janvier 2018 - 15 h 19 min

    @Jerry Khan: Pareil, je me dis des fois qu’il y aurait matière a faire un podcast ici avec certains intervenants.

    Répondre
  • 23 janvier 2018 - 1 h 12 min

    @Jerry Khan: entièrement d’accord avec toi

    @Pierre Lecourt: un podcast, des tests, des vidéos de tests, du montage des vidéos de tests, des journées de 24h (et je ne décompte pas le dodo), c’est compliqué de tout concilier, même avec 4000 €/moisen cafés, tipeee, patreon

    le podcast c’est quand tu atteins 2200 €/mois sur tipeee et il y a malheureusement encore du chemin à faire pour y arriver

    Répondre
  • 20 février 2018 - 8 h 58 min

    […] mal, le rétropédalage concernant Windows 10 ARM et la compatibilité des applications 64 bits. Si un porte parole de Qualcomm annonçait il y a un tout petit peu moins d’un mois que toutes …, il semblerait qu’au final ce ne soit pas le […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *