Windows 10 S : Windows RT megamix

Tu te dis… Ils vont pas le faire. Tu te dis, ils en ont pris plein la gueule la première fois, ils sont pas assez bêtes pour retenter le coup. Et là, ça loupe pas. Ils le refont. Windows 10 S semble bien parti pour devenir le Megamix entre Windows RT avec des bouts de Windows Starter dedans.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

Windows 10 S semble être une grosse compilation entre Windows RT pour ses limitations et plusieurs autres systèmes de Microsoft. On retrouve la patte de Windows Starter mais aussi des bouts de Windows 10 original. Une expérience qui promet d’être détonante pour les acheteurs qui tomberont dans le panneau d’une solution vraiment orientée vers le marché éducatif. Et quand je dis marché éducatif, je ne pense pas au confort de ceux qui vont se servir des engins mais bien à celui des gens qui vont gérer les parcs de solutions sous Windows 10 S au quotidien.

Windows 10 S

Annoncé le mois dernier avec un engin hyper haut de gamme, le Surface Portable, Windows 10 S se présentait comme une solution imaginée et peaufinée pour les étudiants. Une version “light” mais capable de satisfaire leurs problématiques quotidiennes. Pensé pour être simple, pratique, sécurisant, rationnel et prévu pour se glisser sans chausse pied dans le monde de l’éducation, pile poil entre l’enseignant et l’enseigné. C’est à dire là où se glissent en ce moment des tombereaux de Chromebooks outre Atlantique, ce qui a le don d’agacer copieusement Microsoft. Windows 10 S, c’est le système pour les profs dans une optique d’enseignement et c’est beaucoup plus mieux que ces sales machines sous ChromeOS qui n’ont pas Office nous expliquait t-on en substance. C’est sans doute une vision  un peu orientée du produit tant les restrictions proposées par l’éditeur pour son produit semblent importantes.

2015-07-31-11.27.48

Tu fais pas ce que tu veux, t’es pas chez toi.

Ouais, on a l’habitude avec Microsoft de se sentir un peu comme un invité quand on utilise leur système. Ca commence dès le boot de votre ordi sous Windows où vous devez accepter des trucs – des trucs que personne ne lit parce que trop long mais des trucs qui te font comprendre que le soft tu l’aimes ou tu le quittes – avant de pouvoir commencer à l’utiliser. Dans ces trucs, on apprend que le soft est lié à ta machine apr exemple et  que tu ne peux pas en faire ce que tu veux. Cette impression de “location” du logiciel ou de “droit d’usage” est assez nette mais ce n’est rien face à ce que propose Windows 10 S.

Avec  ce nouveau système, tu as l’impression que le type qui vient de te louer ton appart te pose la main sur l’épaule en disant : Bien sûr vous êtes chez vous mais j’ai un double des clefs et je veux pas un trou dans un mur, compris ?”.

Windows 10 S

Photshop, non présent sur le Windows Store, refuse de s’installer sous Windows 10 S. Même si techniquement le système peut le faire tourner.

Par exemple, vous ne pourrez pas utiliser votre logiciel Anti-virus préféré. Windows 10 S veut pas. Pas plus que vous pourrez utiliser votre navigateur habituel ou votre système de sauvegarde. Microsoft préférerait fortement que vous installiez des solutions Microsoft. Bizarrement.

Vous utilisez Firefox ou Chrome d’habitude. Là vous ne le ferez plus. Edge est la seule option, aucun autre navigateur ne fonctionnera. Il existera probablement des passerelles techniques pour importer ses favoris et autres préférences mais il faudra tout de même pas mal changer vos habitudes. C’est relativement logique, Microsoft ne va pas laisser transformer des machines sous Windows 10 S en Chromebooks-like une fois sous Chrome…

Pire, vous vous êtes habitués à un compte Dropbox ou autre pour sauvegarder vos données et les synchroniser d’une machine à l’autre ? Il faudra oublier cet usage sur un engin Windows 10 S. Impossible de passer par autre chose que Microsoft OneDrive et ses 5Go gratuits dans sa formule Basique. Là encore, il existe des services en ligne qui servent de transferts pour dupliquer un compte OneDrive vers un autre service mais cela rajoute une certaine pesanteur à l’usage.

Vous désirez installer un Anti Virus autre que les fonctions liées à Windows ? Pas touche ! Là guéguerre entre Microsoft et les éditeurs tiers fait rage et vous ne pourrez installer ni un système de défense différent de celui fourni par Microsoft ni même faire joujou avec vos partitions grâce à un logicel de gestion de disque. Cloner votre système pour en faire une sauvegarde ? Oubliez cette option depuis Windows.

Minimachines.net

Un Bash Ubuntu sous Windows 10, impossible sous 10 S.

T’es vraiment pas chez toi

Le fait que le système demande patte blanche au Windows Store avant toute installation était clair depuis l’annonce de cette version, si vous voulez installer un logiciel il devra d’abord être certifié par le magasin d’applications de Microsoft. Pour l’impossibilité d’installer des systèmes Linux, une des nouveautés de Windows 10, on n’est pas surpris. Mais cela va plus loin que cela, toute activité qui met un peu les mains dans le cambouis est proscrit par Windows 10 S.

Vous voulez lancer une ligne de commande ? C’est niet. Un listing d’applications “classiques” des Windows qui ne sont pas du tout fonctionnelles sous S a été communiqué : bash.exe, cdb.exe, cscript.exe, csi.exe, dnx.exe, kd.exe, lxssmanager.dll, msbuild.exe, ntsd.exe, powershell.exe, powershell_ise.exe, rcsi.exe, reg.exe, regedt32.exe, windbg.exe, wmic.exe et wscript.exe. Toutes ces commandes et même l’invite de commande, cmd.exe ne peuvent tout simplement pas être lancées sous Windows 10 S.

Je suppose que Microsoft a prévu des parades pour faire en sorte que des administrateurs puissent résoudre des soucis techniques qui nécessitent d’intervenir en ligne de commande mais si il faut que lesdits administrateurs immobilisent les PC problématiques pour les emporter avec eux au service technique quand ils pouvaient auparavant les “réparer” en deux coups de cuillère à pot via un petit script, il va y avoir quelques déconvenues à l’usage. C’est bien de penser à la sécurité des utilisateurs mais encore faut-il qu’ils puissent utiliser les machines de temps en temps.

Dernier point, ergonomico-esthétique, Windows 10 S verrouille toute installation de composants ne reprenant pas les codes UI de Microsoft pour Windows 10, cela signifie que le développement d’une interface aux couleurs d’une université au travers de certains programmes devrait non seulement passer par l’intermédiaire du Windows Store mais devrait probablement être ré-écrite pour coller aux spécificités de Microsoft. Un délice qu’apprécieront les administrateurs systèmes.

On ne sait toujours pas si Windows 10 S sera disponible à l’achat sur des machines à destination des particuliers, c’est à dire des engins disponibles en magasin pour tout un chacun. Si c’est le cas, je pressens un avenir radieux pour la solution : Cela pourrait faire un excellent défouloir pour les clients et un énorme bond en avant pour la recherche pharmacologique. Il faudra en effet développer de nouvelles molécules d’anti dépresseurs pour parvenir à faire tenir techniciens et vendeurs face aux questionnements et incompréhensions de leur clients.

windoze

Windows 10 S Megamix ?

Un mélange entre des restrictions de Windows RT sur les applications et des limitations qui rappellent les premières versions de Windows Starter. J’ai hâte de savoir si on trouvera du 10 S en rayon. Avec peut être l’ambition pour Microsoft de le vendre comme un système de base capable d’évoluer vers un Windows classique contre monnaie sonnante et trébuchante.

Il va sans dire qu’en proposant un système plus restrictif avec Windows 10 S que l’actuel Windows 10 offert aux constructeurs pour les machines les plus entrée de gamme, la politique de Microsoft manquerait de logique. Alors soit le nouveau système serait véritablement réservé à des parcs éducatifs et pas proposé au grand public, soit il y a des chances que Microsoft révise sa politique de licences “offertes” aux engins les plus légers pour rester un petit peu cohérent.

La tentation d’en faire un système gratuit de base mais terriblement bridé provoquant alors la soudaine envie de le débrider après l’achat en payant un passage vers un Windows 10 normal doit provoquer de nombreux émois à l’étage compatibilité chez Microsoft.

26 commentaires sur ce sujet.
  • 23 juin 2017 - 16 h 41 min
  • 23 juin 2017 - 16 h 53 min

    @lc_lol: Je ne sais pas si le Surface Portable est un exemple commercial ou juste une dose d’opportunisme de la part de Microsoft.

    Répondre
  • 23 juin 2017 - 17 h 07 min

    j’ai ri :)
    Avec le passif de fonctionnalités que se traîne windows, le castrer de cette manière n’est pas du tout perçu de la même manière qu’un ChromeBook et ChromeOs
    A mon avis cela va desservir Windows 10 encore une fois. tant mieux.

    Répondre
  • 23 juin 2017 - 17 h 16 min

    Edge ? C’est pas l’utilitaire qui sert à télécharger Chrome ou Firefox ?

    Répondre
  • 23 juin 2017 - 17 h 48 min

    @Starlord : j’avoue que j’ai éclaté de rire :)
    @Pierre Lecourt : l’image d’introduction est géniale !

    Plus sérieusement, je me demande combien Microsoft fait payer les certifs aux éditeurs pour figurer dans le windows store. Je me demande si Microsoft prend un pourcentage des ventes. Là, je pourrai comprendre la logique, mais serait-ce un comportement sérieux de nos jours ? L’abus de position dominante nuit gravement à la santé mentale :)

    J’hésite à dire que je suis sûr qu’il y a plus de choix sur le Ubuntu store que sur le Windows store. Ce ne serait pas gentil de ma part

    Répondre
  • 23 juin 2017 - 18 h 36 min

    @baldarhion: Je crois que c’est la plus moche que j’ai jamais fait en 10 ans de blog !

    Répondre
  • 23 juin 2017 - 18 h 49 min

    Un futur bide, en somme.

    Répondre
  • 23 juin 2017 - 18 h 57 min

    @Pierre Lecourt:
    En même temps, cela illustre bien la lourdeur du concept et cette sensation de toucher le fond que l’article mets si bien en lumière!

    Il faut vraiment qu’ils soient désespérés à Redmond: C’est vraiment du suicide!

    Le moindre des précautions aurait été d’appeler cette débilité marketing autrement: Là en plus ils vont acheter de pourrir le nom Windows 10 déjà a peine plus reluisant que celui de 8.

    Franchement, dans toute boite ayant encore une tête le type qui a proposé cela prendrait la porte sur le champ… et là, ils en sont à le sortir. Si les constructeurs suivent, c’est la catastrophe industrielle.

    Répondre
  • to
    23 juin 2017 - 19 h 03 min

    C’est probablement une typo : ils ont du vouloir ecrire IOS au lieu de 10 S. C’est comme windows 10, il faut lire 1.0 en vrai. La prochaine version s’appellera d’ailleurs MS DOS pour Micro Soft Distributed Operating System. Et la suivante, the New Windows.

    Répondre
  • 23 juin 2017 - 19 h 08 min

    A mon avis il sera gratuit, on risque de le retrouver sur toutes les machines en import de chine qui ont des versions de w10 pirates ou inactivables.

    Et sans doute sur les machines education des USA, d’une certaine manière les limiter au store c’est pas complètement idiot, parce que les profs ils ont du temps libre à revendre et ils pourront peut-être développer pour le store ce qui leur manque ? Mouarf…

    Ou alors chez Microsoft on a un enfant de cadre à placer et il a pondu ce truc particulier sans que personne n’ose lui dire que c’était stupide, parce que sinon on risque son poste.

    J’espère au moins que l’activation pourra se faire hors ligne et sans serial.

    Répondre
  • 23 juin 2017 - 20 h 00 min
  • 23 juin 2017 - 20 h 04 min

    Mais en suivant les recommandations de MS pour ce type de parc, en incluant les pc a destination des enseignants, il y a une très bonne approche du problème global… Avec une solution globale de Microsoft qui met en avant ses outils et sa plateforme

    Répondre
  • 23 juin 2017 - 23 h 02 min

    Tu l’aimeS ou tu le quitteS.
    ProscritE.

    Bah, que du classique pour uSoft. Vu d’un linuxien voire même d’un mac-iste c’est un autre monde.
    Mais si une majorité d’utilisateurs ne bronche pas, et bien, uMou poursuivra et ira encore plus loin. Forcément.
    Maintenant si une majorité refuse, uMolle fera machine arrière.
    Quand je pense que sous Hollande uMou a refilé pour 83 MEUR (payé par vos impôts les amis) de prestations et de produits aux différents ministères dont 13 MEUR pour l’Éducation Nationale.
    Et là ils ont commencé à, doucement, installé des AD au prétexte que c’est pour la gestion des identités uniquement.
    Faites gaffe à vos gamins les amis. Bientôt ils ne connaîtront plus rien d’autre que ouinouin.
    Comme pour l’industrie du tabac les futurs consommateurs ça s’attrape tôt !
    db

    Répondre
  • 24 juin 2017 - 0 h 43 min

    Des gens qui sont restés 10 ans sous XP resteront 10 ans de plus sous Seven pour éviter toutes ces OS de kéké

    Répondre
  • 24 juin 2017 - 8 h 15 min

    @Samsung Magician:
    Mais à terme, ils devront changer de crèmerie s’ils ne veulent revenir. W10 étant devenu le windows rolling release, avec tous les problèmes de stabilité posés (et la casse systématique des double boot Linux, forcément intentionnelle).

    Répondre
  • 24 juin 2017 - 13 h 11 min

    @Dadoo:

    J’ai acheté pas mal de machine sous Windows en Chine et les licences sont parfaitement légales.

    Répondre
  • 24 juin 2017 - 17 h 08 min

    Relis ma phrase et tu verras que ce n’est pas ce que tu as compris que j’ai voulu dire :)

    Répondre
  • 26 juin 2017 - 7 h 52 min

    C’est clair que les Chromebook c était une avancée pour Google, tandis que Ms voit ici une bonne occasion de faire payer des licences…car entre filer une licence gratuite pour une chinoiserie 2/64 a 200 euros et plus rien ou filer une licence gratuite puis proposer 49euros pour avoir le vrai OS débridé, le b.case est vite vu…MS tente de rattraper le temps perdu, mais s’y prend tellement violemment que ça m’irrite grave…mais je n’ai toujours pas trouvé mon petit portable avec des bonnes specs et un boot compatible linux pour moins de 300-350 euros…

    Linuxiens, vous qui aimez partagez, merci pour vos suggestions…et si Pierre nous trouve un bon plan chez Gearbest alors là, ce sera ze chérie on se caique…

    Répondre
  • Alu
    26 juin 2017 - 11 h 25 min
  • 26 juin 2017 - 13 h 27 min

    @Dadoo:

    “on risque de le retrouver sur toutes les machines en import de chine qui ont des versions de w10 pirates ou inactivables.”
    Et pourtant, c’est très clair. ;)

    Répondre
  • Cid
    27 juin 2017 - 9 h 59 min

    Enfin des PC sous Windows qui ne seront pas pourris d’applications non vérifiées ! La stabilité et la sécurité ! Gérer un parc sera beaucoup plus facile !
    Et puis quoi ? n’utiliser que le store microsoft où est le problème ? Les deux gros concurrents Apple et Google font pareil et ça choque personne !?

    (à lire avec un peu d’ironie hein mais avouez que j’ai pas tort :) )

    Répondre
  • 27 juin 2017 - 13 h 35 min

    Ben non tu veux avoir raison mais tu as mal lu : sur “toutes les machines” “qui ont des versions pirates” et non pas sur “toutes les machines” en général. Voilà c’est clair ?

    Répondre
  • 30 juin 2017 - 14 h 50 min

    En fait, rien d’étonnant. Ca faisait déja longtemps qu’on sentait venir la chose.
    Prochaine étape: l’impossibilite d’acceder au “bureau” Windows, mais pour ca il faut que la suite Office soit “portée” sous Metro (c’est en cours).
    L’étape finale sera l’impossibilité d’installer tout systeme d’exploitation alternatif sur tous les PC, via un “secure boot” crypté.

    Répondre
  • 15 juillet 2017 - 23 h 11 min

    Et après on se demande pourquoi toute la gendarmerie passe sous Ubuntu et pourquoi tous les ordinateurs de la bibliothèque universitaire où je vais sont OpenSUSE…

    Répondre
  • 2 août 2017 - 12 h 51 min

    […] Pour faire simple, le Lenovo N23 est un 11.6″ tactile classique sur une base de Celeron à partir de 279$ il possède une charnière pliable à 360° pour un usage tablette. Le Lenovo N24 est un poil plus cher puisqu’il débute à 309$ mais embarque un stylet Active Pen pour dessiner et écrire sur la tablette. Les deux sont officiellement livrés avec Windows 10 S. […]

  • 27 octobre 2017 - 19 h 52 min

    […] de pelle dans les dents. On a vu naître et mourir RT mais surtout apparaître Windows 10 ARM et Windows 10 S. D’un point de vue unicité on peut mieux faire et désormais Microsoft ne réfléchis plus […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *