Voyo VBook A1, un hybride à charnière rotative pour 291€

Voyo VBook A1, un hybride à charnière rotative pour 291€

Le Voyo VBook A1 est un ultraportable à charnière rotative assez classique dans son concept. Il permet une utilisation en tablette comme en portable classique ainsi que le positionnement en mode présentation ou tente. Là où l’engin se distingue c’est par son tarif : 291€ en tout et pour tout.

Le constructeur Chinois Voyo n’en est pas à son coup d’essai, la marque conçoit depuis des années des solutions en tous genre avec plus ou moins de succès. Des tablettes de la marque sont d’abord apparues sur le blog avant d’y découvrir ses fameux MiniPC. Désormais le constructeur s’intéresse aux portables et ce Voyo VBook A1 de 11.6 pouces montre une certaine progression de la marque en termes de qualité.

µVoyo VBook A1

L’engin n’est pas encore disponible en stock, il s’agit d’une précommande et la disponibilité réelle du Voyo VBook A1 pourrait même être en 2017 plus qu’en 2016 au vu des délais annoncés sur la page de vente de l’objet.

C’est cependant un portable  qui a pas mal d’atouts à commencer par un équipement intéressant : Rien de fabuleux mais l’association entre un processeur Apollo Lake Intel Celeron N3450, 4 Go de mémoire vive et un stockage électronique peut faire des étincelles. A bien y regarder, ce Voyo VBook A1 propose un équipement qui ressemble très fortement à celui de son dernier MiniPC le Voyo V2. Certes, il ne s’agit pas d’un Atom Cherry Trail mais d’un Celeron cependant autour de cette puce on retrouve les mêmes composants: Même capacité de mémoire vive et même premier stockage de 32 Go en eMMC soudé à la carte mère.

Minimachines

Là où cela change, c’est que l’ultraportable propose un emplacement M.2 occupé par une solution de stockage amovible de 128 Go ainsi qu’un second emplacement au même format accessible après démontage pouvant accueillir des solutions allant jusqu’à 512 Go.

µVoyo VBook A1

Le reste est assez classique avec une connectique adaptée à la taille de l’engin. Ce dernier mesure 29 cm de large pour 19.6 cm de profondeur et 1.6 cm d’épaisseur. des mensurations correctes pour un 11,6 pouces de ce type. Il propose donc un lecteur de cartes MicroSDXC, une sortie MicroHDMI, deux ports USB dont un en USB 3.0 et un port jack audio pour casque. Pas de prise RJ45, il faudra donc compter sur son Wifi de type 802.11ac pour se connecter. Un module Bluetooth 4.0 et une webcam 2 mégapixels en frontal sont également de la partie. Enfin, une paire d’enceintes stéréo est présente.

µVoyo VBook A1

Sa batterie est une 12000 mAh en 3,7 volts et la marque indique une mesure d’autonomie située entre 7 et 9 heures. Un score à prendre avec des pincettes puisque c’est généralement un des points faibles de ces solutions qui n’ont pas droit à une optimisation particulière de leurs composants pour éviter une fuite importante d’énergie.

µVoyo VBook A1µVoyo VBook A1

En mode tablette, le système basculera automatiquement d’un mode portrait à un mode paysage grâce au capteur intégré pour prendre en compte son positionnement dans l’espace. Autre fonction intéressante, un système de stylet actif baptisé V-Pencil permettant de dessiner sur l’écran.

µVoyo VBook A1

L’écran est bien entendu tactile et ses 11,6 pouces affichent une définition 1920 x 1080 standard grâce à un panneau IPS. 10 points de contacts simultanés pourront être enclenchés.

Il s’agit d’une mise à jour d’un engin sorti précédemment, le Voyo A1 Plus qui présentait les mêmes caractéristiques de base mais avec une carte mère différente puisqu’il tournait sous Atom Cherry Trail sans possibilité de faire évoluer son stockage. Ce nouveau modèle est plus cher, il passe de 220€ à 291€mais offre plus de possibilités.*

Minimachines

Il est en promo à 291,05€ aujourd’hui mais comme d’habitude, je vous conseille de ne pas réserver ce produit avec une précommande à plus de 30 jours. Non seulement il est quasi impossible que vous receviez la machine en 2016 mais avec ce genre de réservation longue, vous pourriez être séduit par un autre appareil entre temps.

10 commentaires sur ce sujet.
  • 23 novembre 2016 - 18 h 34 min

    beaucoup d’article voyo en ce moment …

    Répondre
  • 23 novembre 2016 - 18 h 45 min

    @kantfredo: Que faire, parler d’une machine sur deux lors des sorties ? Faut t-il appliquer ce traitement à toutes les marques? Comment déterminer qu’un constructeur a dépassé un quota ? Si Asus ou HP annoncent 15 machines au CES, a partir de combien on ne traite plus que d’une machine sur deux ? A combien on passe à une sur trois ?

    Plus sérieusement, ils sont très actifs oui en ce moment.

    Répondre
  • 24 novembre 2016 - 2 h 32 min

    Bonjour il y a un port carte sim 3G ou 4G ?

    Répondre
  • 24 novembre 2016 - 8 h 12 min

    en même temps aussi vu les prix, j’ai reçu recement le chuwi hibook pro et par rapport au t100 il déchire vraiment , c’est assez incroyable, donc je me dit que vous avez bien raison de parler de ce qui sort loin de chez nous

    Répondre
  • 24 novembre 2016 - 9 h 08 min
  • 24 novembre 2016 - 9 h 36 min

    On va en revenir au concept netbook, remis au goût du jour, conservant quelques capacités d’évolution.
    Manque juste une version clavier français… Idéalement un distributeur en Europe.

    Répondre
  • 24 novembre 2016 - 17 h 53 min

    Bonjour à tous !

    Une question:

    Quelqu »un sait-il si le stylet est à niveau de pression ? Ou a-t-on affaire à un stylet générique « quelconque » ?

    Merci pour l’éventuel retour.

    Répondre
  • 24 novembre 2016 - 18 h 36 min

    @Doit Agile: Je ne pense pas qu’il y ait une gestion de niveaux de pression…

    Répondre
  • 26 novembre 2016 - 0 h 23 min

    Sincèrement je pense que les hybrides constituent un avenir à la fois des pc et des tablettes.
    Ras-le-bol d’Android ou d’iOs coincés dans leurs considérations propriétaires conçues pour des téléphones et dans l’espoir de verrouiller l’utilisateur.
    Il est grand temps d’en revenir à de vrais OS pleinement fonctionnels mais dans un format versatile : tablette avec clavier effaçable.
    J’ai longtemps milité pour qu’un challenger comme Microsoft s’impose en plaçant un windows complet sur ses téléphones. C’était pour moi la seule échappatoire pour un challenger.
    Microsoft m’a écouté mais ça n’a pas marché pour autant.
    D’autres survivent dans ce concept : SailFish OS, Ubuntu touch. Mais pour combien de temps ?
    À priori les braves gens ne voient toujours pas l’intérêt d’un seul et même os allant du téléphone à leur pc.
    Db

    Répondre
  • 27 novembre 2016 - 15 h 26 min

    Perso ,pas branché tactile au départ ,je reconnais que l’absence de ce tactile manque a mon ASUS X 205 TA .

    En dehors de ce tactile ,je pense qu’une machine doit aujourd’hui offrir 4 Go de RAM au minimum .
    Le stockage par M2 me semble un plus a condition qu’une trappe soit prévu afin de ne pas démonter la machine .

    Fournir ou ne pas fournir un OS sur une telle machine est aussi une question .
    Le clavier en QWERTY ne me semble pas gênant du fait que notre AZERTY reste un peu particulier comme le QWERTZ allemand .

    De plus je pense pas que l’on achète ce type de machine pour y écrire des romans sans oublier que le QWERTY offre ce plus des chiffres disponible sans bloqué la touche majuscule.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *