Vers un pilote graphique Open Source complet pour la Raspberry Pi ?

En 2011 naissaient dans l’ombre la fondation Raspberry Pi et la carte du même nom. Personne ne pouvait envisager l’intérêt qu’allait porter la communauté de bidouilleurs, chercheurs, libristes et simple particuliers à cette carte mère particulière, vendue une poignée d’euros et aux compétences à des années lumières des machines actuelles.

Résumé : En proposant des pilotes 3D de sa puce videoCore, Broadcom fête dignement les 2 ans du projet de la fondation Raspberry Pi et offre l’espoir de nouvelles fonctionnalités pour la carte.? Une bonne nouvelle qui lève le voile sur un problème persistant du monde open-source, personne ne veut offrir gratuitement les pilotes et codecs de ses puces au monde du libre.

Raspberry Pi

Les usages de la carte ont explosé et si de nombreux particuliers utilisent désormais cette Raspberry Pi comme outil multimédia, si des bidouilleurs en tous genres s’en servent comme cerveau pour de multiples machines, il reste tout de même un énorme problème vis à vis de cette solution. Les pilotes ne sont pas tous disponibles et en particulier les pilotes graphiques 3D de l’engin n’ont jamais étés dévoilés par Broadcom.

Bonne nouvelle pour la seconde bougie de la carte, Broadcom vient de mettre en ligne la documentation complète et les codes sources de la puce Broadcom VideoCore IV utilisée sur la Raspberry Pi. Il ne s’agit pas de pilotes finalisés pour le moment mais des ressources nécessaires pour que la communauté puisse s’atteler à les réaliser.

Il faudra lire les 111 pages de documentation et écrire le code nécessaire au bon fonctionnement du chipset graphique. Pour le moment, les diverses exploitations de la carte utilisent les fonctions intégrées à la partie ARM11 du Broadcom BCM2835. Un pas en avant rendu possible par le travail de la Fondation Raspberry Pi qui  a publié les ressources nécessaires. Mais pour activer les fonctions 3D avancées en OpenGL il faut accéder aux fonctions du chipset graphique lui même et donc utiliser ces nouvelles données.

Broadcom

Attention, cela ne signifie pas un accès à l’ensemble des fonctions du chipset graphique, d’ailleurs Broadcom se trompe de puce et ne livre que les sources du BCM2835 alors que les cartes Raspberry Pi exploitent un  BCM21553. Il s’agit de préserver des ressources pour des raisons légales : Le fondeur ne possède pas les droits nécessaires à la distribution des toutes les fonctions embarquées dans la puce. Les codecs de compression et décompressions sont sous licence et ne peuvent donc pas être divulgués; de même que des fonctions de traitement d’images en acquisition vidéo.

Cette erreur de puce permet à Broadcom de donner les clés nécessaires à la gestion de la 3D sans offrir les ressources que la marque ne peut légalement pas proposer. 

Quake III RailGun man !

Railgun mon cher ami, Railgun.

En clair, dans la pratique, il reste un travail de débroussaillage et d’écriture du pilote 3D de la puce Broadcom. Pilote dont pourra se servir l’ensemble des distributions Linux dont profite la carte et en particulier les diverses applications de gestion de contenus multimédias qui existent sur la plate forme. Un travail qui sera facilité par l’armée de développeurs talentueux qui travaillent sur la carte. La carotte que représente les 10 000 dollars de récompense proposés par la fondation a qui portera une version fluide de Quake III sur la carte Raspberry Pi devrait également motiver certains. A terme nous devrions avoir des interfaces pour la carte pouvant gérer la 3D mais aussi des versions de Linux dont l’accélération graphique serait mieux gérée.

Broadcom

Ce que nous apprend également cette bonne nouvelle n’est pas si merveilleux pour le monde du libre et ARM. Une partie du code source de la puce, pourtant très ancienne et totalement inexploitée auprès du grand public avant l’arrivée de la carte Raspberry Pi, ne sera pas divulguée et ne le sera probablement jamais. Ces morceaux de code et en particulier les codecs de compression et décompression vidéo MPEG sont sous licence et les « offrir » au « monde libre » parait encore invraisemblable puisque cela permettrait à des contrefacteurs de s’en emparer sans payer la licence nécessaire à leur utilisation.

Alors verra t-on un jour un pilote libre totalement ouvert sur une puce ARM récente ? Difficile à croire pour le moment. Si la carte va probablement s’ouvrir à de nouvelles utilisations, cela restera toujours sur une base incomplète de pilotes et parfois même un peu bancale.

8 commentaires sur ce sujet.
  • 3 mars 2014 - 19 h 36 min

    Salut,

    Petite remarque : Broadcom livre les sources pour le BCM21553 et le Raspberry Pi a un BMC2835, en fait, y a une petite inversion dans le sujet.

    Et Broadcom livre bien des pilotes 3D pour le Raspberry Pi, mais ils ne sont pas libres, donc on a actuellement un gros bloc binaire dans le code, fermé.

    Répondre
  • 3 mars 2014 - 23 h 52 min

    Et bien vivement que ça avance dans le bon sens tout ça!

    Pour ma part j’ai rapidement mis de coté la Rpi pour faire un médiacenter, elle n’est pas adapté à cela (même si elle peu dépanner), elle est bien plus adapté à des projets d’électroniques et de programmation grâce à ses sorties et sa taille qui lui permettent d’être envisager pour faire de l’électronique embarqué ou de la domotique sans soucis.

    Pour moi ce sera Domotique, mais elle peu faire bien plus et n’a pas besoin de drivers graphiques pour la plupart des applications.

    Maintenant je me demande en effet quand une puce graphique sera entièrement libre dans toutes ses composantes sous linux, je pense malheureusement que ça n’arrivera jamais (ou dans de très rares cas) et qu’il va longtemps falloir compter sur un support des constructeurs.

    A voir si en ARM les produit NVIDIA aurons dans l’avenir un meilleurs support sur le long terme tel que l’on peu en avoir en X86 avec leurs CG.

    Répondre
  • 4 mars 2014 - 12 h 35 min

    […] pour Linux, il est fort possible que le fondeur se retrouve dans les mêmes problématiques que Broadcom et son processeur intégré à la Raspberry Pi. On remarque d’ailleurs que la liste des membres est assez longue mais que bien peu […]

  • 4 mars 2014 - 12 h 37 min

    @youri_1er : pour ma part mon Rpi fait office de mediaCenter et le fait très bien !
    Openelec est top, un petit overclooking aide à gagner en fluidité. Et sur le Rpi, j’ai installé une « guirlande » adafruit pour faire de l’ambilight. C’est parfait.
    En quoi tu considères que le Rpi n’est pas adapté ?

    Répondre
  • 4 mars 2014 - 13 h 41 min

    @pookiege: Trop lent dans sa manipulation (de base), pas de boitier adapté, des câbles dans tous les sens, pas de bouton on/off, un zapping en DVB lent et pas fiable, seulement 2 usb, pas e sata, …

    Non la Rpi peu le faire et elle dépanne bien dans cet usage, mais personellement pour pouvoir comparer à des solution toutes faites (WDTVlive) ou des pc plus classiques passé en médiacenter la Rpi n’en est pas des meilleurs.

    Maintenant je n’ai jamais testé en OC (peur de claquer la carte) mais sur les différent OS (Openelec, Geexbox, RasPlex, RasBMC) le résultat était toujours le même, une lenteur dans l’usage mais une lecture fluide (sauf BD en DTS) donc c’est utilisable …

    Pour moi cette carte est bien mieux dans d’autres usage et si il fallais recommander une carte pour faire un médiacenter j’orienterais plus les utilisateurs vers un produit plus performant ou une solution tout en 1.

    Répondre
  • 4 mars 2014 - 16 h 32 min

    certaine distrib overclocke automatiquement le rasp donc en réalité tu as certainement deja « testé » l’overclocking a tes dépends.

    le rpi n’est pas parfait mais il peut répondre à un besoin non « elitiste »

    chez moi j’ai un raspbmc en marche depuis septembre 2012 par exemple.
    un peu lent dans les menus mais on oublie vite une fois la vidéo lancée.

    Répondre
  • 31 mars 2014 - 19 h 49 min

    […] Broadcom et la fondation Raspberry Pi avaient mis les petits plats dans les grands pour inciter les communauté de développeurs gravitant autour de la petite carte a avancer sur l’apparition de pilotes Open source 3D pour le chipset Broadcom VideoCore IV : De la documentation et 10 000$ de gain pour le premier a faire ce travail. […]

  • 29 février 2016 - 12 h 54 min

    […] à le mérite d’avoir fait cela pour la Raspberry Pi. Ouvrir son code pour qu’il soit analysé et optimisé. Il a également le mérite de continuer a supporter la carte qui, il est vrai, lui fait vendre des […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *