Vente de PC toujours en baisse, les Chromebooks prennent le relais

Toujours pas de parachute pour la vente de PC qui continue de chuter. Le second trimestre 2013 enregistre une baisse mondiale de livraison de machine de 10.9%. 76 millions d’ordinateurs ont été écoulés sur toute la planète, c’est beaucoup mais le secteur continue sa lente dépression.

Cinquieme trimestre consécutif de vente de PC en baisse, que cela soit Gartner ou IDC, les chiffres ne sont pas bons pour ce second trimestre qui affiche une baisse allant de 10.6% (Gartner) à 11.04% (IDC). Seul constructeur a s’en sortir sans trop de difficultés, Lenovo qui affiche un recul de 0.6% seulement.

Gartner

Le constructeur Chinois en profite pour confirmer sa première place mondiale qu’il ravit à HP, leader depuis de longues années sur le segment. Un HP qui ne s’en sort pas si mal d’ailleurs avec un recul assez faible comparé à la concurrence. -5% de livraisons au second trimestre  c’est pas si mal vuu la conjoncture et la concurrence.

La baisse est mondiale avec une chute spectaculaire encore une fois en Europe : 16.8% de machines écoulées en moins. En Asie c’est une baisse de  11.5% et aux US le recul est beaucoup moins marquée avec 1.4% de machines écoulées en moins.

Dell s’en sort également bien et assure la troisième place du podium avec une baisse de 3.9%. derrière c’est la catastrophe pour le constructeurs Taiwannais. Acer et Asus, respectivement quatrième et cinquième du top, reculent respectivement de 35.3% et 20.5%.

Un tiers de ventes en moins pour Acer qui dit assumer le choix d’un recul de ses ventes pour revenir sur une position de profit. La marque a joué pendant des années sur une politique de volume quitte a réaliser des marges très très faible. La marque a décidé de remonter ses marges en proposant des produits plus audacieux et en paye le prix.

La disparition du marché netbook qui avait gonflé la vente de PC chez Asus et de Acer ces dernières années fait également mal aux deux constructeurs. Sans cette offre la plupart des marques se retrouvent dans une position délicate. les PC n’ayant plus vocation a être remplacés aussi rapidement qu’auparavant, il faut désormais séduire le consommateur avec l’offre la plus pertinente ou la plus économiquement intéressante au moment où sa machine commence a faiblir.

Acer ChromeBook AC700

La montée en puissance des Chromebooks qui ont remplacé les netbooks.

Google a misé sur ce « trou » dans l’offre laissé par la disparition des netbooks. Le public est resté très friand et demandeurs de minimachines  compactes, légères, autonomes et accessibles pour compléter leur offre. Si les PC ont du mal aujourd’hui a être remplacés, les netbooks constituaient un achat supplémentaire pour les particuliers. Sans offre de remplacement dans le monde traditionnel, les Chromebooks se sont taillé une belle part  du marché avec 25% du segment des portables low-cost aux US.

Chromebook Pixel

Selon les derniers chiffres de NPD, 25% des ordinateurs sous les 300$ vendus aux Etats-unis sont aujourd’hui des Chromebooks. Ainsi l’Acer C7 à 199$ et le Samsung Chromebook sous ARM à 249$ se taillent une part de lions dans les ventes US.

Reste à savoir exactement l’ampleur de ce phénomène. Il faut relativiser ces chiffres en les mettant en relation avec plusieurs détails. d’abord le volume des machines Low-cost, après avoir connu une formidable explosion avec les netbooks, a beaucoup chuté. Ainsi ces 25% de parts de marché US ne représenteraient que 1% du marché des portables mondiaux. Un chiffre qui permet de relativiser ce succès et qui est à mettre en parallèle de la réelle exploitation de ces engins. On se souvient du chiffre dérisoire de la présence des Chromebooks sur l’internet mondiale en Avril avec 0.023% de machines connectées au réseau.

Lenovo Thinkpad X131e Chromebook

Reste a savoir comment le marché réagirais à un retour des netbooks, dans des versions améliorées et rafraîchies. Intel a fait savoir que ses prochains Atom Bay Trail permettront de produire des machines à 399$ beaucoup plus performantes que les anciens netbooks dés cette année. La chute des tarifs de certaines technologies comme l’affichage ou le stockage permettrait de repenser des machines beaucoup plus légère et toujours plus autonome comme compagnons des portables et PC habituels. Microsoft a également fait un pas en avant en proposant des licences de Windows 8 beaucoup plus abordables pour les tablettes de faibles diagonales, accompagnées en plus de Microsoft Office.

Cette conjoncture pourrait donner naissance à un nouveau marché de petites machines portables et abordables, répondant aux besoins d’informatique en mobilité du public. Une solution qui pourrait donner un peu d’oxygène à des fabricants dont le moral suit souvent la ligne des ventes de leurs machines.

A lire : Le marché PC continue de sombrer, personne ne semble vraiment inquiet

10 commentaires sur ce sujet.
  • 12 juillet 2013 - 13 h 42 min

    Une question me taraude l’esprit: l’état des stocks des Vendeurs et des Revendeurs. Les chiffres doivent être affolants. Et vu le peu de marge sur les PC, je me demande comment vont réagir les centrales d’achat… Participations des fabriquants pour pouvoir écouler le stock ? Quid des nouvelles références… En génral quand on est tanké, on ne recommande que très peu. Le serpent qui se mord la queue…

    Ou alors, que nos brillants politiciens permettent la revente à perte au moins pour le domaine des produits éléctroniques grand public. Je ne vois que ça pour limiter la casse :/

    Répondre
  • uko
    12 juillet 2013 - 20 h 48 min

    @Baldarhion:
    Pierre répond à ta question dans son dernier article sur le sujet: Les revendeurs auraient anticipé la situation et auraient prévu assez peu de stocks, ce qui expliquerait la médiocrité des soldes cette année:

    http://www.minimachines.net/a-la-une/le-marche-pc-continue-de-sombrer-personne-ne-semble-inquiet-8764

    « Les « soldes sont décevantes » cette année. En fait ça fait 2 ans que les soldes sont décevantes, bizarrement ça ne choque pas le public et personne ne fait le rapprochement. Cette déception colle parfaitement avec la chute des ventes de PC. Pas d’engouement, pas d’achat. Les acheteurs des grands groupes sur internet ou dans la distribution ne sont pas idiots, ils sentent que le marché va mal et du coup commandent avec plus de parcimonie. Pas de surstock, pas de soldes, pas besoin d’encombrer les soutes avec des produits qui se vendent mal. »

    Il est probable que les constructeurs aient aussi limité leur production en conséquences, et que la quantité de surplus soit relativement faible.

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 21 h 38 min

    Je crois qu’en ce moment c’est une erreur de continuer à calculer les parts de marché en fonction des « total PC shipments ».
    Les vrais indicateurs de part de marché en ce moment devraient se calculer à partir de « total PC+tablettes ».
    C’est là l’enjeu: les consommateurs lambda qui ont dépensé pendant les 12 derniers mois 1000 euros en tablettes+phablettes+superphones ne vont pas envisager de dépenser encore 500 euros cette année dans le moindre PC, ni chromebook ni ballmerbook.

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 22 h 13 min

    Il y a quelques temps, j’ai hésité à m’acheter un Chromebook d’occasion, il y en avait plein sur ebay ou LeBonCoin, pour moins de 200 €.

    En fait, le gros avantage, c’est que c’est assez compact, léger, fin, avec une bonne autonomie (un macbook Air very low cost).

    En plus, on peut facilement augmenter la mémoire ou changer de SSD, ensuite, on peut mettre une distrib Linux, et voilà un bon petit ultrabook pour pas trop cher.

    Et si on veut le garder sous ChromeOS, on arrive a faire quelques trucs sympas, j’avais testé ChromeOS sur un vieux portable, ça tournait très bien, c’est léger.

    Répondre
  • uko
    12 juillet 2013 - 22 h 52 min

    @zhir:
    Tout à fait d’accord avec toi. On s’affole d’une baisse « du nombre de machines vendues » (même pas du chiffre d’affaire ou des bénéfices, uniquement du nombre d’objets vendus) dans une catégorie de plus en plus restrictive du monde de l’informatique personnelle.

    Je comprends que ces statistiques soient intéressantes pour étudier l’évolution du marché, mais il ne faut pas oublier que les fabricants de PC sont aussi les premiers fabricants de smartphones et tablettes. Je me demande d’ailleurs si leur CA global sur le high tech ne serait pas toujours en hausse, même en cette période de crise majeure.

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 23 h 10 min

    @uko: En fait le truc c’est quesi tu regardes ce tableauy tu te rend compte que niveau Smartphone il n’y a personne : Pas de HP, pas de Lenovo (ou si peu) pas de Dell, pas de Asus ni de Acer (ou si peu).
    Certes il y a des tablettes mais les tablettes ne leur rapporte quasiment rien comparé au marché PC il y a quelques années.

    Gartner ou IDC envoient des communiqués publics mais le vrai client de ces annonce est un gros investisseur Boursier. Un investisseur qui va commencer sérieusement a quitter le navire.

    Répondre
  • uko
    13 juillet 2013 - 0 h 17 min

    @Pierre Lecourt: C’est vrai, en notant les smartphones je pensais à Apple et Samsung, marques issues du monde PC et qui dominent maintenant ce marché.

    Pour les autres, il est certain que la situation doit être désagréable. Tout comme pour BlackBerry, HTC, Nokia, Sony Ericsson, Motorola… qui on du mal à faire face aux géants Samsung et Apple qui viennent s’imposer sur leur terrain de prédilection.

    Tu as raison, la plupart des fabricants PC doivent boire le bouillon et je l’ai oublié en postant mon commentaire. Mais si le sujet des statistiques fournies porte sur la santé des différents constructeurs PC, j’aimerais les voir fournies (et analysées) conjointement à celles des ventes de tablettes et smartphones, qui jouent de toute évidence sur le même marché. Et tant qu’à faire, qu’elles soient agrémentées d’évaluations des marges constructeurs sur chaque type de produits.

    Telles quelles, je trouves ces statistiques frustrantes, trop incomplètes pour en conclure grand chose:
    – Pas assez complètes pour évaluer l’évolution du marché « de l’ordinateur » au sens large qui inclurait à mon sens les smartphones et tablettes
    – Ni pour évaluer la santé des constructeurs PC qui font aussi dans la tablette, parfois dans le smartphone et dont les business plans diffèrent.

    D’autant plus que les chiffres sont déjà faussés par l’intégration des netbooks dans la catégorie des PC: Leur arrivée a causé une forte inflation des volumes au détriment des marges constructeurs. Toute étude des baisses actuelles des volumes de ventes PC me semblent forcément altérées par la retombée d’un phénomène Netbook sur lesquels les marges étaient déjà très faibles.

    Ton article reste très intéressant, surtout par ton analyse « intra marché du PC » de la question, qui évoque les stratégies d’Acer ou de Google face aux évolutions du marché. Si tu avais des statistiques de ventes de netbooks à y intégrer, je pense quelles apporteraient aussi un éclairage intéressant à la question: De combien le volume des ventes avait-il artificiellement augmenté grâce à ces minimachines ?

    Répondre
  • 14 juillet 2013 - 21 h 12 min

    Tout change cependant les ultraportable et autres chromebook ont quand même des défauts donc je ne suis pas sur que le PC est « mort » il permet d’évoluer « de bidouiller » et en temps de crise c’est ce que les consommateurs recherchent; de plus détenteur de l’asus UX32VD je suis un peu déçu par ma première expérience de ce monde là…
    En plus du prix celui-ci est en rade après un mois d »utilisation …
    Obligation de passer par la case SAV ne pouvant me dépatouiller seul SSD soudé, j’aurai put dans le monde du PC modulable m’en sortir seul..là c’est bien plus compliqué.

    Enfin tout cela pour dire que je pense que la tendance des ventes en baisse est lié à un tout et aux difficultés rencontrés par tous et donc je pense que les produits modulables ont encore de beaux jours devant eux; d’autant les avancés technologiques ne sont pas légions actuellement.
    Wait And See

    Répondre
  • 15 juillet 2013 - 10 h 21 min

    @Bug69:

    « Tout change cependant les ultraportable et autres chromebook ont quand même des défauts donc je ne suis pas sur que le PC est « mort » il permet d’évoluer « de bidouiller » et en temps de crise c’est ce que les consommateurs recherchent; »

    Je pense que c’est une erreur d’analyse. Le public ayant envie de « bidouiller » son PC pour qu’une fonctionne, c’est une niche assez particulière, (malheureusement) minoritaire et surtout décorrélée de la notion de revenus.

    Ce que recherche un consommateur en temps de crise c’est un truc pas cher, durable et qui marche, pas un PC qui lui permettra de ressouder un SSD ou changer la mémoire vive tout simplement parce que la plupart des gens n’ont pas envie de s’occuper de ça.
    C’est ce qui explique d’ailleurs le succès mass market d’Apple qui vend pourtant des produits de luxe avec des marges de luxe. Au delà de ceux qui sont prêts à payer cher pour ne pas avoir d’ennuis (le discours traditionnel des fans d’Apple), ils arrivent à convaincre toute une frange de la population qui n’auraient fonctionnellement pas besoin d’un macbook mais vont l’acheter quand même car on leur a dit que c’était « de la qualité » et « sans emmerdes ».

    Répondre
  • 20 juillet 2013 - 2 h 38 min

    Pour remplacer l’image qui sert à illustrer le billet, je recommande d’employer le tableau « Le Radeau de la Méduse » de Géricault. :-)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *