Un nouveau processeur Haswell très basse consommation et facilement intégrable

Intel continue de développer ses gammes de puces et augmente son offre déclinée de la génération de processeur Haswell avec un nouveau venu expressement conçu pour venir se loger « derrière une vitre » sous entendu les tablettes et hybrides. Intel poursuit son opération séduction avec un marketing interessant et réitère avec sa stratégie de scénario d’usage.

Des machines Windows performantes sur tablettes et hybrides à écran détachables en approche, cela se confirme de plus en plus avec ces dernières présentations d’Intel . Le fondeur annonce un nouvelle gamme Haswell avec un SDP de 4.5 watts, une réelle alternative à la gamme Atom mais probablement vendue beaucoup plus cher.

 Intel SDP

Le nouveau processeur Haswell n’a pas beaucoup à voir avec l’Atom si ce n’est la même filiation Intel x86 : C’est une puce issue de la dernière génération des fabrications Intel, ce sera d’ailleurs une « édition limitée » même si cette définition est assez étrange pour une puce de ce type. C’est surtout nu processeur qui offrira une consommation réellement très faible pour ce type de plate forme.

4.5 watts ou 11.5 watts de dissipation ?

Intel  continue son marketing autour du Scenario Design Power, une « mesure » proche du « litre au 100 kilomètres » pour les voitures. Ce SDP permet à Intel d’annoncer un chiffre de 4.5 watts de dissipation dans un usage spécifique que la marque juge adapté aux tablettes. En réalité, votre dissipation et donc votre autonomie dépendra de votre usage et comme lors d’une consommation d’essence. Conicé dans un bouchon ou sur une autoroute à une vitesse modérée, avec le même plein d’essence, votre véhicule peut consommer du simple au triple. Le Scénario de dépense énergétique d’Intel est à peut prêt la même chose, il s’agit d’une moyenne qui peut être très différente si vous vous décidez a avoir un usage complet de votre processeur sans le limiter à un usage de tablette classique.

En gros, si vous achetez une tablette Windows pour avoir accès à autre chose que des applications que l’on retrouve sur Android ou iOS, c’est à dire des applications de retouche, des suites bureautique complètes ou autres logiciels évolués, ce SDP risque de ne pas être tenu. La puce ne tournera pas en moyenne à 4.5 watts mais plutôt à ses fréquences maximales et à 11.5 watts.

Cela n’empêchera pas la puce d’être dissipable sans ventilation active, Intel peut très bien trouver des solutions pour la rafraîchir plus facilement notamment en la « bridant » quelque peu. Le dernier SDP annoncé par Intel tournait autour de 6 watts, cette baisse s’explique par l’usage de la dernière génération de processeur de la marque , la génération Haswell. Mais aussi par une implantation plus simple du processeur.

L’idée d’Intel est d’offrir de quoi construire des tablettes Windows capables d’offrir la même autonomie que des tablettes Apple ou Android tout en laissant la possibilité d’utiliser des applications plus lourdes. On imagine très bien l’intérêt de ce type de solution dans un hybride détachable : Un engin capable de se conformer à un SDP de 4.5 watts en usage tablette et repasser à 11.5 watts en suage bureautique lorsqu’un clavier, et accessoirement une batterie, est ajouté à l’écran.

Intel SDP

Edition limitée ou processeur Haswell bouche-trou ?

Ce nouveau processeur Haswell a la possibilité, comme toutes les créations de ce type, d’être fabriquée en très grande série et le seul intérêt d’Intel de limiter cet engin est de le rendre plus attractif, plus exclusif. Et de se démarquer du reste de son offre. En proposant ce type de puce face à une concurrence sous Atom classique, une marque peut véritablement offrir des performances qui le placent en tête. Cela peut typiquement intéresser des partenaires du type Sony ou Apple.

On sait déjà que ce processeur ne sera pas produit indéfiniment, c’est peut être aussi le signe d’un rattrapage de performance rapide proposé par des solutions plus low-cost. L’Atom Bay Trail est peut être déjà sur son pas de tir comme remplacement de la puce. Mais Intel n’est pas contre l’idée de se faire un petit bonus avec une édition qui se démarquera facilement pour quelques mois par rapport à sa propre concurrence…

Source : Anandtech

3 commentaires sur ce sujet.
  • 24 juillet 2013 - 17 h 04 min

    intel ne gagnera jamais face a arm , car a TDP égale , on le plus puissant des arm : ex (quadcore 1.7)puce graphique puissante faisant tourner des beau jeux , alor que sous intel on a un pauvre atom faiblar avec une puce graphique nulle .

    Répondre
  • 25 juillet 2013 - 6 h 39 min

    @mike: Oui mais Intel a énormément progressé en 1an. Ils ont accéléré la cadence chez intel, et je pense que 2014 sera leur retour (arrivé^^) dans la mobilité avec des puces aussi performante que des ARM. Reste a voire pour le coté graphique qui est pour le moment décevant, nous sommes d’accord ;)

    Répondre
  • SGT
    26 juillet 2013 - 10 h 30 min

    Espérons que cela donnera naissance à une nouvelle génération d’hybrides enfin acceptables ; jusqu’alors, que ce soit en terme de prix et de poids et d’autonomie les hybrides sous W8 n’étaient guère convaincants.

    Exemple, la surface Pro de Microsoft, bien que remplie de bonnes idées, était grandement limitée par son processeur et son OS. Avec ces nouveaux processeurs plus adaptés à la mobilité et Windows 8.1, la surface Pro 2 devrait être le début d’une nouvelle génération.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *