Ubuntu Touch s’affranchit un peu d’Android pour fonctionner sur tablettes et smartphones

Ubuntu Touch c’est la version tactile de la célèbre distribution Linux, une version qui fonctionnait jusqu’alors grâce à Android un peu comme une “application” qui remplaçait l’interface par défaut de Google. Ce n’est désormais plus le cas et si la nouvelle mouture ne peut pas s’affranchir totalement de Google, elle n’est plus obligée de laisser le système d’exploitation du moteur de recherche démarrer avant elle.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

C’est un pas important dans l’évolution d’Ubuntu Touch : Le démarrage de la tablette ou du smartphone sur lequel la distribution est lancée ne se fait plus par l’intermédiaire d’Android mais bel et bien directement sur Ubuntu. Non seulement cela simplifie la procédure d’installation puisqu’il n’est plus nécessaire de passer par une image android tierce comme préalable avant toute installation, mais cela évite également de passer d’abord par Android avant Ubuntu et donc d’encombrer inutilement la mémoire et d’utiliser des ressources inutilement.

Ubuntu Touch

Android est toujours exploité et indispensable, en fait la symbiose est en train de changer. D’un Android comme support d’Ubuntu pour toute exploitation, le système de Canonical se sert aujourd’hui du système de Google pour mieux exploiter les composants des machines sur lesquelles il est installé. Une sorte de traducteur qui parle les 2 langages qui assure la traduction d’Ubuntu au materiel embarqué.

A terme, il est possible qu’Ubuntu se “débarrasse” totalement d’Android si Canonical arrive a dialoguer plus facilement avec le materiel. En attendant cela reste un moyen commode de profiter des différents travaux effectués par les constructeurs qui portent leurs machines sous Android mais qui ne documentent pas forcément les éléments nécessaires pour que d’autres distributions puissent en profiter.

A terme, Canonical désire toujours voir un environnement unique se transformer au fil de vos besoins : Une tablette que l’on puisse docker à un système externe de clavier et d’écran et dont l’interface s’adapte alors à ces éléments. Vous pouvez télécharger les nouvelles images d’Ubuntu Touch à cette adresse.

8 commentaires sur ce sujet.
  • KS
    5 juillet 2013 - 19 h 55 min

    Comme quoi Shuttleworth est bien un grand visionnaire car alors que la majorité râlait sur les défauts d’Unity en lui préférant Gnome. Shuttleworth savait sans aucun doute déjà vers quel système unifié il allait embarqué sa distribution. Il semble que Microsoft n’a pas eu d’autres choix que de brusquer ses utilisateurs en les forçant à adopter une adaptation de Windows au tactile alors qu’Ubuntu a doucement fait évoluer l’interface PC sur plusieurs versions dans l’optique de la rapprocher aux usages tactiles sans pour autant confondre complètement les interfaces PC et tactile. Une belle idée précoce et un travail de longue haleine qui pourrait bien séduire les gros fabricants qui, tient donc, n’ont d’autres choix que de fournir tout à la fois des PC, des tablettes et des smartphones.

    Répondre
  • 5 juillet 2013 - 21 h 25 min

    y aura quand méme un gros manque d’application au début

    Répondre
  • 5 juillet 2013 - 23 h 18 min

    J’ai pas trouvé de notice pour l’installation et vous ?

    Répondre
  • 6 juillet 2013 - 1 h 41 min

    Elle ouvre une nouvelle voie cette mouture qui n’est plus *obligée* de passer par le système du moteur de recherche.
    Une faute d’orthographe sur des milliers de lignes entrées, le score reste plus qu’excellent…

    Répondre
  • 6 juillet 2013 - 9 h 11 min
  • AS
    6 juillet 2013 - 9 h 58 min

    Dommage pas compatible Galaxy ace.

    Répondre
  • 7 juillet 2013 - 2 h 13 min

    Ubuntu a une carte à jouer. Avec les révélations sur le non respect des lois européennes relatives à la protection des données personnelles et de la vie privée, et sur la collaboration entre les agences de renseignement américaines et les entreprises américaines d’informatique (le développeur d’Android, Google ; Facebook, Microsoft, Apple, Twitter, etc.) pour l’espionnage des individus (particuliers, entreprises, institutions…) ou pour l’exploitation de leurs données personnelles, je pense que pas mal de personnes commencent à être effrayer et préféreraient utiliser un système d’exploitation alternatif. Si le système est libre et ouvert, et le code source disponible, c’est encore un atout supplémentaire pour ceux qui sont mécontents de ces atteintes à la liberté, car cela permet de savoir un peu mieux ce que le programme fait ou ne fait pas. Il restera le problème du matériel, qui peut également contenir des portes d’entrées permettant notre espionnage.

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 12 h 38 min

    Désolé, pour unity mais non, sur PC ca reste infâme. Je suis d’accord avec toi par contre pour dire que gnome 2 ne serait pas transposable sur tablette.
    Mais pour moi le plus beau travail réalisé est bien gnome 3 que j’utilise depuis ca sortie sur T101MT (un des premier EeePC tablette).

    Aprés chaqu’un voit midi à sa porte.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *