TowerFall : Le Best Seller de la Ouya n’a généré que 7000 ventes

L’excellent jeu TowerFall a pendant longtemps été considéré comme le blockbuster de la console Android Ouya. Sorti en exclusivité sur la console, il a marqué les esprits en montrant que cette dernière était capable d’accueillir de véritable pépites en totale exclusivité. Le chiffre tombé hier concernant les ventes générées par la licence sur la console relativise cependant cette exposition.

Le problème de la Ouya, ce sont les chiffres. La marque a utilisé jusqu’à la corde les superlatifs et les nombres pour parler de son bébé. Dés que l’engouement a pris autour de son projet sur le site de financement participatif Kickstater, la marque a embrayé sur cette méthode de communication. Des millions de dollars engrangés, des dizaines de milliers de précommandes, des centaines de milliers de dollars d’aide aux développeurs. Mais la réalité de ce chiffre de vente de TowerFall sur la Ouya est brutal : 7000 titres vendus. C’est peu.

C’est peu car ce n’est pas rentable, le jeu est sorti sur la plateforme Ouya  il y a presque un an à 10.99€ il est resté un des titres les plus chers de cette minimachine.  7000 licences sur Ouya à ce tarif c’est donc 77000 € engrangés par le magasin Ouya et un peu moins reversé au développeur. Une jolie somme mais pas de quoi assurer salaires et développement de ce genre de projet. Le titre est apparu au même prix  ensuite sur d’autres plateformes comme la PS4 et le PC. Là, en quelques mois, son chiffre de vente a grimpé à 33 000 copies en tout et donc généré 362 600 € bruts. C’est beaucoup mieux pour Matt Thorson, son développeur.

Ce constat est logique, la console Ouya est moins répandue que la double plateforme PC et PS4 et si le jeu a probablement fait envie à de nombreux possesseurs de ces plateformes, ils n’allaient pas passer par un achat de la Ouya pour y jouer. L’arrivée du jeu sur d’autres supports a donc libéré les acheteurs et fait grimper les ventes. A l’inverse, beaucoup d’acheteurs de la micro console Android n’ont jamais acheté un seuil titre et profitent de la promesse d’un monde ludique free to play pour jouer.

towerfall

C’est tout le problème des consoles Android aujourd’hui, il ne faut pas compter sur les achats spontanés des joueurs pour gagner sa vie quand on est développeur : La plupart des acheteurs se contenteront du Free To Play pour jouer, quitte à dépenser des fortunes en achats dans le titre lui même. Ouya n’a pas à rougir de ces 7000 ventes même si on pouvait espérer mieux pour cet excellent  TowerFall largement mis en avant par la micro console. 7000 copies ce n’est pas rien pour une plateforme naissante. Mais cela montre tout de même le levier que représente ce type de solution aujourd’hui : Un des rares jeux multijoueurs de ce marché, un des seuls supportant nativement les manettes PS3 et Xbox360, ne permet pas de faire vivre correctement son créateur.

Combien ont gagné les autres développeurs, combien de copies d’autres jeux moins médiatisés ont été vendues ? L’écosystème de ce type de console parait encore bien instable pour le moment.

Console OUYA

A terme, cela veut dire que l’on ne devrait plus voir ce type d’exclusivité sur ces plateformes que sont les consoles Android, pas forcément une mauvaise nouvelle pour nous mais peut être un espoir un peu terni pour leurs fabricants.

Source : Gamesindustry

15 commentaires sur ce sujet.
  • 30 avril 2014 - 12 h 29 min

    Franchement, il faut juste créer sur le PlayStore une catégorie “console” pour les jeux qui sont contents de tourner sur une box Android, ie sans tactile, sans capteurs, a la manette, en mode paysage… Pas besoin de lancer un truc spécifique a UNE machine.

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 12 h 40 min

    +1 avec obarthelemy.

    Ce genre de jeu sera super jouable sur un téléphone avec une manette genre ipega. Et ne vaut mieux-t-il pas vendre 20 000 licence à 4.99 que 7000 à 10.99 ? Baisser le prix pour faire du volume, à la Angry Birds ?

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 13 h 40 min

    Sinon, Pierre, avec ton recul vu que tu l’as depuis le début, est-ce que cela vaut encore le coup d’acheter une Ouya aujourd’hui ? (car à priori je pourrais en obtenir une dans les 90$ par quelqu’un aux States).

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 14 h 44 min

    Pour moi ça pose la question de positionnement.
    La OUYA est quand même destinée à un public particulier, un peu bidouilleur ou aventurier dans l’âme. On a une OUYA, parce qu’on aime plus l’objet que ce que l’on en fait, non ?
    Du coup, on préfère enchainer les démos pour voir ce qu’elle a dans le vente, plutôt que de se poser pour jouer à un titre ?

    Surtout que, à mon avis, beaucoup de ceux qui ont acheté une OUYA ont déjà un bon PC pour jouer et/ou une PS3/4, et/ou XBbox…

    Je suis décu pour eux, mais pas forcément surpris.
    C’est un peu le phénomène RPi, on adore bidouiller avec, on bricole, on fait des montages, on configure des mini-serveurs dans tous les sens, mais vraiment pour le fun, et pas trop parce qu’on en a besoin. (mais déjà, avoir d’avoir du fun, c’est bien)

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 14 h 56 min

    @Mxte29Fr: Oui: tu prends une Ouya, tu branches dessus un Leap Motion, pour faire tourner Ubuntu for Android, controllé via ton Samsung Gear. Ca te fait un best off des flops 2013, d’ici 10 ans c’est un collector ! :-p

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 14 h 59 min

    C’est sur qu’avec des graphismes aussi moisis, tout droit sortit des années 1987, ça ne donne pas envie de l’acheter…
    Aussi bon soit le concept du jeux, il faut quand même un minimum de beauté graphique, les yeux sont ceux que nous avons de plus cher, ce serait dommage de les abîmer.

    Cette console est sortie déjà obsolète, avec un hardware qui avait déjà 2 ans de retard, les consommateurs ne sont pas dupe.
    J’étais prêt à l’acheter mais dés que j’ai vue que les jeux ressemblait à ceux de mon vieux Amstrad CPC 6128 à disquette, j’ai vite changé d’avis.

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 15 h 25 min

    @Richard : Towerfall est tres beau. Perso je préfère du pixel art à l’ancienne que de la 3G qui te grille la retine toutes moisie…

    Perso je ne joue pas à des jeux pour leurs graphisme, mais pour le fun qu’ils procurent…
    Enfin bon…on donne au gens ce qu’ils veulent…du vide…

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 15 h 51 min

    @Mxte29Fr: Non il vaut mieux attendre les consoles Chinoises au même prix en T4 :)

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 15 h 53 min

    @Richard: Je suis pas d’accord. Il suffit de regarder la vidéo pour le comprendre. Jouer a 4 à ce titre semble procurer à l’équipe de GK pas mal de frissons et c’est ce que je demande à un jeu. Myst m’a toujours emmerdé, je préférais Day Of Tentacle

    Répondre
  • 30 avril 2014 - 17 h 25 min

    @Richard : en fait les graphismes de ce jeu appartiennent à ce qui est devenu un style a part entière : le retro-gaming avec des graphismes pixélisés comme dans les deux des années 80, mais des effets de rotation ou de transparence et de scrolling difficiles a gérer sur les machines de l’époque. Donc c’est bien un jeu moderne avec des graphismes volontairement très 2D. Maintenant effectivement, ça peut ne pas plaire. Mais le gameplay semble être là.

    Répondre
  • uko
    30 avril 2014 - 17 h 48 min

    Pour ma part je n’adhère pas du tout au concept de pixel art pour les jeux. Surtout lorsqu’il est poussé à l’extrême comme ici, et que mêmes les textes écrits en cubes deviennent difficile à décrypter.

    Je ne suis tout aussi réfractaire au “tout 3D” qui s’est malheureusement imposé comme un standard sur PC et qui alourdit inutilement des jeux pour un résultat pas toujours convaincant, parfois même inférieur à l’équivalent 2D. J’aimerais surtout voir plus de jeux en belle 2D, certains titres tablette le font très bien sans avoir recours au pixel art.

    Pour le reste, towerfall est un excellent jeu à jouer à plusieurs devant le même écran. On finit par oublier le manque de finesse des graphismes pour se prendre dans l’action des quelques secondes intenses que durent les matchs PVP du jeu. Une sorte de mix entre Bubble Bobble et Bomberman dans lequel la gestion physique des éléments et la diversité des armes apporte un vrai plus à un gameplay simple mais efficace.

    Quelques minutes suffisent à le prendre en main et se lancer dans des combats frénétiques et hilarants avec les copains, tout ce qu’on demande à ce type de jeux finalement.

    Répondre
  • 30 janvier 2015 - 9 h 38 min

    […] jamais vu le jour. Le catalogue s’est bien développé mais les blockbusters exclusifs ont vite été disséminés sur d’autres plateformes fautes de ventes suffisantes sur Ouya. Le système de démos jouables a également été mis aux […]

  • 29 avril 2015 - 22 h 28 min

    […] de jeux payants destinés à un petit marché de solutions Android. Quand on se souvient que le super Hit de la marque n’a généré que 7000 ventes, le coût en bande passante ne doit pas être si […]

  • 11 juin 2015 - 14 h 09 min

    […] recette miracle a perdu pas mal de son éclat. D’abord parce que les chiffres montraient que les best sellers ou les exclusivités de l’objet ne faisaient presque pas de ventes. Ensuite parce que les promesses faites pendant la période Kickstarter s’évanouissaient […]

  • 29 juillet 2015 - 10 h 46 min

    […] avec des éditeurs, souvent déçus de la plate forme et des ventes réalisées dessus, pour rappel le best serller d’Ouya a pendant longtemps été TowerFall avec 7000 ventes au com… Le même TowerFall qui devait être exclusif à la plate forme n’aurait pas permis à son […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *