Microsoft confirme avec la Surface Pro 5 qu’il n’aime pas l’USB Type-C

Microsoft m’étonnera toujours. D’un côté c’est un des fabricant de matériel les plus audacieux de ces dernières années. De l’autre ils agissent encore de manière tellement rétrograde qu’on se demande si les machines ne sont pas conçues par des ermites. La Surface Pro 5 en est un excellent exemple.

C’est à la fin du mois que Microsoft devrait annoncer la Surface Pro 5 – qui devrait s’appeler Surface Pro sans numéro parce que la marque s’est rendue compte qu’un jour cela poserait probablement le même soucis que Windows de coller des numéros partout – mais on a déjà des images de la nouvelle solution hybride de la marque.

Surface Pro 5

Le site VentureBeat publie en effet des images de cette Surface Pro 5 qui sont pour le moins absolument et extraordinairement pas du tout étonnantes. La machine semble être juste parfaitement identique au modèle actuel, il s’agirait donc d’une évolution interne de l’engin. Probablement un changement de puce avec de meilleures performances, une meilleure autonomie et des nouvelles capacités techniques.

Surface Pro 5

La seule nouveauté physique de l’offre semble être la possibilité de faire concorder les couleurs de votre tablette avec celle  de votre stylet…

Surface Pro 5

Mais ce qui me choque le plus dans cette non-évolution mécanique de la machine, c’est que Microsoft n’ait pas trouvé l’espace pour rajouter un port USB type-C dans son concept. On a bien compris que la marque était très focalisée sur sa prise Surface Dock pour alimenter son engin mais le format USB 3.0 ou 3.1  Type-C représente bien plus que cela et Microsoft se prive d’un énorme éventail de fonctionnalités avec cette décision.

le fait que la Surface Pro 5 n’ait pas de prise USB type-C n’est pas qu’un choix technique, c’est une stratégie économique pour enfermer l’utilisateur dans l’univers calibré par Microsoft. L’obliger a se conformer à ses choix d’usage du port  Surface Dock. Microsoft oblige ainsi a acheter un dock Microsoft et non pas a choisir le dock USB Type-C de son choix.

C’est étonnant tout de même ce grand écart entre un Microsoft brillant avec des machines comme le Surface Book ou le Surface Studio et un Microsoft enfermé dans des pratiques castratrices de formats propriétaires.

12 commentaires sur ce sujet.
  • 19 mai 2017 - 17 h 32 min

    déja que la 4 était un copier coller de la 3 … mais pourquoi changer un format quasi parfait ! :)

    Répondre
  • Xo7
    19 mai 2017 - 19 h 02 min

    Il savent que leur tablette est chère alors pour qu’on puisse craquer il nous permettent de garder notre équipement actuel…. histoire de faire quelques substantielles économies. Quelle clairvoyance ! Plus sérieusement peut-être des problèmes de fiabilité dans le temps de ce type de connexion ou des risques de flashage avec des matériels pas encore éprouvés ou certifié MS.

    Répondre
  • 19 mai 2017 - 19 h 05 min

    Pas si grave le manque d’USB-c, hormis pour le moment le fait d’utiliser sur les Surface Pro un chargeur propriétaire.
    La chose à améliorer sur les Surface serait d’offrir l’accessibilité au SSD pour pouvoir l’upgrader ou au moins récupérer ses données en cas de panne de la tablette, voire à la RAM, et par ailleurs de se calmer sur le prix qui passe les bornes depuis la Surface Pro 3.

    Répondre
  • 19 mai 2017 - 20 h 02 min

    Alors que le move logique serait de virer le port jack, le lecteur de carte SD, les 2 USB A et le port de charge pour n’avoir qu’un seul USB type C et le tout sous Windows 10 S uniquement.

    Répondre
  • 20 mai 2017 - 4 h 43 min

    J’ai cru lire quelque part que le choix de l’USB-C avait été écarté à cause des “soucis” qu’il est possible de rencontrer avec de mauvais câbles, l’incertitude autour de ceux-là (cf Benson Leung, tablettes cramées, etc). Justifiable pour l’alimentation, mais pas pour l’extension de ports.

    Répondre
  • 20 mai 2017 - 7 h 42 min

    @None: ça c’est le discours marketing a deux balles qui n’est absolument pas crédibles ! C’est juste pour faire de la marge sur les accessoires propriétaires, on dirait du Apple… créer des connecteurs à tout va tout ça pour faire encore plus de gras sur le dos des clients. A quand une législation pour empêcher ces pratiques de racketteurs ?

    Répondre
  • 20 mai 2017 - 10 h 48 min

    Disons que ce que je comprends avec ms c’est qu’ils ont deja fait ca avec le surface laptop mais ils aurient pu juste remplacer le mini displayport par un type c (qui transite tout ) ….
    Mais bon on verra

    Répondre
  • 20 mai 2017 - 11 h 58 min

    Le USB Type-C, on s’en fout.
    La surface pro ne s’adresse pas a quelques poignée d’ermite. 😁

    Répondre
  • 20 mai 2017 - 14 h 12 min

    C’est sur que MICROSOFT offre du bon matériel comme APPLE .
    Ces deux constructeurs utilisent souvent du format propriétaire en ce qui concerne l’extension de connectique .
    Si il est évident que cette solution coûte de l’agent a l’acheteur ,il semble qu’APPLE n’offrira jamais de port USB sur ces iPHONE et iPAD sans que cela gêne pour autant les ventes de ces appareils .

    Le cout de la SURFACE limite l’achat a une poignée de gens ,pour les moins fortunés d’autres machines existent et son capable de faire le service comme une surface .

    Je pense que chaque utilisateur d’informatique dispose d’un Portable ,d’un ordinateur de bureau et d’un smartphone ,même avec des câbles propriétaire il est possible de faire communiquer ces machines entre elles ,alors pourquoi du USB C a tout prix .

    Si il y a effort a faire c’est de fournir le chargeur universel pour nos diverses machines ,a quand un stand sans fil pour poser portable ,tablette et smartphone ?

    Répondre
  • 20 mai 2017 - 15 h 52 min

    On ne changera JAMAIS les multinationales. Leur seul est unique objectif est de faire du fric (== satisfaire leurs actionnaires).
    À cette fin, il y a, tout de même, l’idée de fabriquer des produits (ou des prestations) et, afin de minimiser le renouvellement (ou les frais de R&D), vient l’idée de pérenniser ce produit (ce que font les constructeurs automobiles), faire du récurrent (prestations) et construire un cercle vertueux de produits afin que l’un appelle l’autre et enferme tout doucement le client dans un système dont il ne pourra s’échapper que difficilement et, cerise sur le gâteau, sans jamais connaître le vrai coût de s’en échapper. Donc pourquoi partir ?
    Tous font cela, d’IBM depuis 50 ans à Microsoft depuis 30 ans, Apple pareil en passant par Google depuis 20 ans.
    Les produits de la gamme Office et serveurs se renvoient la balle. uSoft poursuit désormais la même logique avec le matériel tout comme Apple le pratique en forçant le fan à acquérir ET un MacBook ET une tablette ET un téléphone (et avant il y avait l’iPod en plus). Alors que techniquement tout tient dans un seul produit.
    C’est l’unique raison de l’absence de téléphonie sur les tablettes : forcer le consommateur à acquérir 2 produits.
    db

    Répondre
  • 20 mai 2017 - 21 h 52 min

    Je n’ai pas l’impression que Microsoft cherche à gagner de l’argent sur les produits Surface. Ils ont plutôt guidé le marché en montrant un modèle de hardware qui fait envie et qui a été suivi par les autres, et cela a fait passer les réfractaires comme moi à Windows 10 pour le tactile et le inking (quoique Windows 8.1 était un OS plus fluant et ergonomique pour un hybride ou une tablette à mon avis).

    Répondre
  • 21 mai 2017 - 22 h 36 min

    Entre un Apple qui a décidé unilatéralement (comme d’habitude) que ses dalles de portable ne seraient pas tactiles et que ces mêmes portables seraient désormais fagotés d’un chenillard tactile lui et un Microsoft qui décide unilatéralement qu’il n’utilisera pas d’USB-C … c’est vraiment pas gagné pour le consommateur.
    Une fois de plus,

    db

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *