4.3 milliards de dollars de revenus pour la gamme Surface de Microsoft

4.3 milliards de dollars de revenus pour la gamme Surface de Microsoft

Innover c’est survivre. Le marché PC est en berne depuis des années et la réponse des constructeurs est un très net repli sur leurs « valeurs sures » pour contrer cette baisse. Les résultats de Microsoft nous montrent aujourd’hui que l’innovation est la bonne alternative face à un marché qui se détourne. Avec 4.3 milliards de dollars pour sa gamme Surface, le constructeur montre la voie.

4.3 milliards de dollars, c’est le chiffre étonnant que communique Microsoft au sujet de sa gamme Surface. Les revenus générés par les tablettes Surface Pro, le Surface Book et les accessoires liés à cette gamme sont désormais des éléments très importants de l’écosystème de la marque.

Surface Pro 4

Alors que la gamme Surface correspond à l’entrée de Microsoft dans le monde des constructeurs de PC, la marque ne fabriquait pas de machines avant de lancer ses premières tablettes Surface, la gamme apparaît désormais comme une alternative plus que convaincante face à l’ensemble de ses concurrents.

Novatrices, fabriquées sur-mesures pour coller aux avancées de la partie logicielle du business de Microsoft, les machines de la gamme Surface sont de très sérieuses concurrentes face à l’ensemble du marché micro informatique. Apple compris. Le fait que Microsoft puisse travailler Windows de manière à coller aux éléments intégrés dans ses solutions permet de rejoindre d’une certaine manière l’énorme avantage qu’a Apple avec son système créé sur mesures pour ses propres machines.

Surface Book i7Avec la sortie de la Surface Pro et du Surface Book, Microsoft a montré que non seulement il savait fabriquer des produits mais qu’il réfléchissait également à de nouveaux développements autour de ses succès. Après la sortie catastrophique de sa première tablette et surtout de la Surface RT qui ont subit le contrecoup d’un Windows 8 peu apprécié, l’arrivée de ces modèles a largement redressé la barre. Aujourd’hui, des engins comme le Surface Studio montrent l’énorme avantage de Microsoft sur ce marché : La marque n’a pas besoin d’anticiper l’avenir logiciel de Windows mais développe des outils de manière coordonnée avec ses futures évolutions logicielles. Un mouvement que l’on voit très bien avec l’annonce de Surface Studio faite conjointement avec les futures évolutions créatives de Windows 10.

Microsoft Surface Studio

Avec l’arrivée de produits comme la Surface Book et le Surface Studio, Microsoft continue de battre les cartes de l’innovation. La marque donne envie de renouveler son parc ou de goûter à des engins au design novateur et aux fonctions originales. Difficile de voir comment le Studio sera accueilli mais il est fort possible que cet engin original et particulièrement travaillé fasse lui aussi un carton.

En terme d’investissement, je reste persuadé que les acheteurs préféreront encore et toujours se plonger vers l’avenir avec un produit innovant et travaillé plutôt que de se tourner vers une solution vue et revue par le passé. Pour les fabricants, le luxe que représente l’innovation est également le moyen de faire de plus confortables profits. Difficile de justifier un surcoût pour un engin dont le design est hérité de 10 générations de machines déjà vues. Beaucoup plus simple lorsque la machine propose quelque chose de flambant neuf.

Source : Madison via HDBlog.it

10 commentaires sur ce sujet.
  • 30 janvier 2017 - 13 h 14 min

    La gamme Surface est très tentante sur le papier, si je devais re-switcher de macOS vers Windows ce serait probablement les machines vers lesquels je tendrais. Reste que les retours sont très mauvais au vu des prix demandés.

    On pourrait s’attendre à une intégration logicielle/matérielle presque parfaite, similaire à ce que propose Apple avec ses propres ordinateurs, mais au final ces machines regorgent de bugs propres à l’écosystème Windows.

    Un petit condensé des différents bugs rencontrés depuis la sortie de la Surface Pro 4 :
    http://www.gottabemobile.com/9-surface-pro-4-problems-fixes/

    On se rend compte que plus d’un an plus tard, seuls certains de ces problèmes pour le moins aléatoires ont été corrigés.

    Pour faire taire les trolls, je ne prétend pas que les Mac sont exempts de bugs, malheureusement, mais en général ils sont bien moins sérieux et corrigés bien plus rapidement, ce qui est assez « simple » vu la faible fragmentation matérielle de la gamme Apple.

    Espérons qu’au fil du temps Microsoft consolide sa maîtrise du matériel et perfectionne son intégration avec le logiciel, et qu’on puisse enfin mettre de côté le critère de fiabilité lors du choix de son équipement informatique.

    Répondre
  • 30 janvier 2017 - 14 h 22 min

    Il aura fallu attendre Surface Pro 4 … Depuis le temps qu’ils dépensent des sommes énormes en marketing (2012) ca a finit par faire effet… y a eu le depart de Balmer et l’arrivée de Satya Nadella qui a du jouer aussi…

    Répondre
  • 30 janvier 2017 - 15 h 01 min

    @Plop.
    Je crois que ce site exagère un peu. J’ai une surface pro et je peux te dire c’est du bonheur. Le seul souci avec cette surface c’est l’autonomie. et je peux te dire au bureau tout mes collègues on demande au DSI comme nouveau portable des surfaces pro ou des spectre.

    Répondre
  • 30 janvier 2017 - 17 h 15 min

    @HERVE
    l’autonomie comme toujours…

    ce seul argument m’éloigne des hybrides (j’opte pour tablette+laptop)

    sans parler de l’intégration windows (qui s’améliore) mais qui reste encore à peaufiner.

    j’espère que les nouveaux procs vont finir par régler ce soucis et que Microsoft va fignoler encore un peu son os.

    ça permettra à Apple de sentir danger, donc tout bénéfice ;-)

    Répondre
  • 30 janvier 2017 - 21 h 38 min

    Os/X est loin d’être exempt de bug. Depuis que je suis passé en Serria ce sont les premières fois en 3 ans que le retour de veille ne se fait pas.
    Sans compter que le finder est toujours aussi merdique à utiliser : même pas un copier-coller. Ahurissant.
    Bref.
    Il est bon qu’Apple se sente en danger. Chez Apple on vit en dehors du temps et des retours client. Bref, l’acheteur doit être soumis et acheter, point.
    Apple a décidé que ses écrans de portable ne seraient jamais tactiles ; ce privilège étant réservé aux tablettes (et aux téléphones). On verra.
    En contrepartie Apple a inventé le deuxième écran remplaçant la barre de fonction et évitant ainsi d’avoir à lever le bras pour toucher l’écran et/ou de dégueulasser ce même écran.
    Mais bon les revêtements anti-graisse ça existe et les convertibles aussi rendant cette barre aussi gadget que peut l’être un tapis roulant transportant des makis (ou des sashimis).
    Apple a également décidé que ses portables deviendraient aussi fins qu’une tablette, clavier compris.
    Mais est-ce vraiment ce que souhaite l’utilisateur ?
    Microsoft innove , Dell innove pas mal également avec, enfin, des tailles d’écran correspondant à la taille hors-tout de la machine.
    Et Apple ? Ben, il utilise des vieux procs, invente des trucs superflus (mais qui gonflent bien la note), a toujours un cadre noir de 2 ou 3 pouces de noir autour des écrans et n’a toujours pas retravaillé son Finder.
    Db

    Répondre
  • 31 janvier 2017 - 9 h 53 min

    Le problème, c’est que personne suit (du moins pas beaucoup de constructeur) pour essayer de voir apparaître une baisse des prix.
    Parce que une surface Book, c’est très tentant, mais à ce prix, c’est pas la peine…

    Répondre
  • 31 janvier 2017 - 10 h 00 min

    @Plop: Ca se voit que tu n’as pas eu de Windows entre les mains depuis pas mal de temps !
    Quand je dis entre les mains, je parle de plusieurs jours/mois ; pas seulement quelques heures…

    Quand au bug corrigé rapidement par Apple, laisse moi doucement rigoler !
    J’ai vu des bugs ne jamais être résolu, et d’autres qui ont été résolu des mois plutard, malgré le faite que Apple ait pris connaissance de ce/ces bugs.

    Répondre
  • 31 janvier 2017 - 12 h 13 min

    @myke:
    La gamme Surface Pro a bien été suivi, tt les grand constructeurs ont un Surface Pro-like ds leur catalogue. Par contre, pour la Surface Book c’est effectivement le désert, qui peut s’expliquer peut-être par la jeunesse du produit et au fait que sa charnière soit soumise à brevet?

    Répondre
  • 3 février 2017 - 19 h 55 min

    @sidero
    Pas sûr de comprendre tes derniers mots. C’est pas pour la charnière qu’on achète, ou pas, un surface book. Ca reste une charnière, non ? Ou j’ai loupé un truc ?

    Répondre
  • TaG
    12 octobre 2017 - 4 h 45 min

    Au bureau c’est Windows, à la maison c’est MacOS.
    Il y a des manips qui sont super chiantes à faire avec Mac et il y a des contorsions super ridicules dans Windows.
    Bref les deux OS sont incomplets, mal ficelés et bourrés de bugs ou d’incongruités.
    Un jour nous maitriseront l’informatique « End-Users » et une entreprise nous fera la grâce d’un OS bien ficelé sous tous égards et logé dans un « device » bien pensé et de grande qualité.

    Est-ce que ce sera MS ou Apple, ou une nouvelle entreprise ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *