Soul Fjord : Un premier jeu exclusif pour la Ouya par un des co-créateurs de Portal

Ambiance funky, années 70 et vikings ? C’est le pitch de Soul Fjord, un nouveau jeu imaginé par Kim Swift, qui a créé en partie l’excellentissime jeu Portal. Si Soul Fjord est probablement unique dans son design c’est aussi parce que c’est un des premiers jeux qui aura une sortie exclusive sur console Android Ouya qu’il se fait remarquer aujourd’hui.

On ne sait pas encore grand chose ce titre et la vidéo de présentation ne montre pas le jeu en lui-même mais plutôt l’ambiance Funkadelic choisie par ses créateurs. Non, si Soul Fjord fait vraiment parler de lui c’est à cause de son exclusivité de plateforme. Pas une Playstation ni une XBox mais bien la console Android Ouya à 99$.

Cela veut-il dire qu’il s’agira d’un bon jeu ? Non, pas forcément. D’une bonne nouvelle alors ? Non plus. On parle déjà beaucoup de fragmentation sous Android à cause de la multiplicité des formats des machines équipées du système de Google. L’arrivée d’exclusivités n’arrangera rien à l’affaire. Des fabricants de puces comme Qualcomm ou Nvidia ont déjà commencé à demander à des éditeurs des titres, surtout des jeux, en exclusivité sur leurs processeurs. Mais on retrouve en général une version « non optimisée » sur le Google Play quelques semaines ou mois après.

Si des titres spécifiques à la console Ouya se justifient, du simple fait de son interface particulière liée à son paddle, le fait de ne retrouver que certains titres uniquement sur la tablette brouillerait encore un peu plus les consommateurs face à Android.

J’espère sincèrement que ce type d’exclusivité ne sera pas permanente et qu’au bout de quelques semaines ou mois, les titres tomberont dans le magasin d’applications général d’Android.Cela me parait de toutes façons vital pour le développement du jeu au vu de la différence énorme entre le nombre de Ouya pré-vendues et celui des engins déjà en place sous Android dans le monde.

5 commentaires sur ce sujet.
  • 30 avril 2013 - 13 h 13 min

    Je suis d’accord avec vous Pierre cependant, la Ouya a besoin de ce type d’exclusivité, dans un premier temps du moins, pour faire son trou. Et puis c’est juste une exclusivité lié à un Store, pas une exclusivité lié à un matériel comme sur console. Pour moi, ça se rapproche plus d’exclues qu’on peut trouver sur Steam, Origin ou uPlay. Par exemple, Battlefield 3 ou Crysis 3 ne sont pas disponibles sur Steam, pour autant, ils sont compatibles PC. Là, c’est un peu pareil. Soul Fjord est une exclue Ouya compatible Android. ;)

    Répondre
  • 30 avril 2013 - 13 h 28 min

    @Pote: J’espère !

    Répondre
  • 30 avril 2013 - 16 h 23 min

    Personnellement je pense que le si la console se veut ouverte de par le choix de son OS, c’est entrant et pas sortant; ils vendent un matériel, pas un système ni un magasin =\.

    Autre chose, le seul avantage d’avoir une console face à un pc ou autre, c’est l’existence « d’un seul » matériel, ce qui permet ainsi une certaine optimisation de ce qui tourne dessus, et d’accéder à un bon ratio de perf.

    Ouya vise déjà entre les 2 mondes (PC où tout est varié, et console où c’est unique) ce qui rendra déjà les jeux un peu moins optimisés, alors si en plus faut que ce soit compatible pour tout téléphone… Merde.

    Le danger sur cet article, c’est de dire que le jeu doit être sur plusieurs matériels ayant le même système.

    Là où je serais daccord, c’est: « Le jeu doit exister en plusieurs versions selon le matériel utilisant Android ».
    (Et dans ce dernier cas, c’est en effet un plus de l’avoir uniquement sur ouya un premier temps)

    Répondre
  • 30 avril 2013 - 20 h 16 min

    @Kynn:

    Crois bien que le business de Ouya repose autant sur le Store et l’écosystème que sur la vente de matériel. Je pense même que c’est le cœur de leur futur business : la vente de contenus dématérialisés, comme un Steam (désormais, ce dernier veut faire le chemin inverse). Le hard ne rapporte plus ou pas vraiment.

    Répondre
  • 1 mai 2013 - 13 h 39 min

    @Pote

    Ouya, c’est tout d’abord un prototype de console pas cher sur un matériel simple, sans bruit, et surtout esthétique sur KickStarter.

    Si leur business était la vente de contenus dématérialisés sur n’importe quel matériel, je pense bien qu’il n’aurait pas pris la peine d’investir 80% de leur ressource sur un matériel particulier (car entre parenthèse l’écosystème dont tu parles n’existe même pas encore alors que la console si) sachant qu’il existe déjà des centaines de devices embarquant Android.

    Ce qui ne rapporte plus, ce sont les investissements « longs termes ». Les consoles des grands constructeurs sont chères, beaucoup trop chères. Si la prochaine PS4 coutait 99€ elle ferait l’unanimité, crois moi en. Et Ouya l’a bien compris en proposant sa console à ce prix là. Elle a compris que plutôt que de proposer quelque chose de surdimensionner en terme de performance, les consommateurs étaient plutôt intéressés par la qualité des éléments sur le support. C’est pourquoi le jeux vidéo sur téléphone vient concurrencer celui des consoles, bien que les téléphones soient nazes en terme de perf brute vis à vis des consoles next gen, leur gameplay est évolutif, simple, efficace et de qualité. C’est l’optique dans laquelle s’est lancé nintendo, sans descendre suffisamment à mon gout le budget de la console et sans assurer la qualité des jeux derrière.

    Pour moi, Ouya c’est l’écosystème, mais également la console accessible, simple et jolie. Pas un téléphone ou autre chose.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *