SolidEnergy promet des batteries deux fois plus performantes dès cette année

SolidEnergy, c’est une société qui promet un petit miracle technologique, celui de doubler la capacité des batteries actuelles. Un miracle, parce qu’il faut bien l’admettre, malgré les progrès du stockage d’énergie, ce point semble encore beaucoup à la traîne par rapport à l’énorme évolution du reste des composants. Les performances de nos machines ont explosé, le stockage a pris des dimensions folles et l’affichage est extraordinaire. Mais pour ce qui est des batteries…

Depuis que les batteries existent, depuis que l’on a appris à stocker de l’énergie dans des petites boites, des sociétés annoncent avoir révolutionné la méthode pour proposer plus dans moins d’espace. Il va sans dire que bien souvent ces annonces ne sont pas suivies d’effets. Depuis que je m’intéresse à l’informatique portable, cela fait un bail donc, j’ai du croiser une bonne centaine de ces révolutions annoncées.

Minimachines

Chez SolidEnergy cela semble, comme à chaque fois, assez sérieux, la marque promet une date courte puisque la commercialisation de sa technologie aurait lieu en 2017, elle ne vise pas un marché touchant tous les types de batteries mais ne s’intéresse pour le moment que des petits modules pour drones, smartphones et tablettes.  SolidEnergy est également une société créée par un étudiant du MIT avec l’aval du célèbre institut de recherche. Autant d’éléments qui crédibilisent son discours sans que la marque ne présente toutefois de prototype. Il faut donc la croire sur parole.

SolidEnergy

A capacités égales, quatre évolutions de batteries avec à droite la solution SolidEnergy

La nouvelle batterie emploie du Lithium au lieu du graphite pour son anode, ce n’est pas la première fois que cette tambouille est appliquée à la chimie du stockage de batterie et le PDG de SolidEnergy, Qichao Hu, n’en est pas à son coup d’essai. Il y a quelques années alors qu’il était en cursus au MIT, Hu avait développé une batterie à Lithium sans carbone. Problème pour celle-ci, il fallait la chauffer à presque 80°C pour qu’elle fonctionne.

D’autres ont depuis essayé diverses méthodes pour remplacer l’anode en carbone par du métal comme le Lithium. La plupart du temps cela se solde par des solutions à très courte vie, chauffant rapidement énormément et  provoquant des court-circuits. Pas vraiment le genre de truc que l’on veut avoir das la poche. Si SolidEnergy annonce sa nouvelle batterie, c’est bel et bien parce que Hu aurait trouvé la parade à ce problème, l’ex étudiant du MIT est désormais à la tête d’une équipe et affirme avoir trouvé la solution.

SolidEnergy

A taille égale trois batteries, une noname, une Samsung et une SolidEnergy. La troisième est deux fois plus performante.

La technologie proposée est intéressante pour énormément de raisons. D’abord, elle est plus sécurisée que les batteries actuelles qui continuent à défrayer régulièrement la chronique en explosant ou en s’enflammant, provoquant parfois des dommages importants. Ensuite, parce qu’en utilisant du Lithium pour son anode elle permet de diviser sa taille par deux. Ce qui veut dire deux fois moins d’encombrement et de poids au sein des appareils ou, pour une taille égale, deux fois plus de capacité et donc d’autonomie. En réduisant sa taille ce type de batterie réduit aussi les déchets rejetés ce qui est un atout écologique.

Enfin, et c’est un point capital qui pourrait faire de SolidEnergy un incontournable technologique, la méthode employée pour créer ce type de batterie serait parfaitement exploitable au coeur des usines de batteries actuelles. Ce qui permettrait un déploiement rapide chez tous les fabricants. L’histoire de SolidEnergy explique d’ailleurs assez bien pourquoi la nouvelle solution est compatible avec ce type de processus.

Minimachines

Le MIT n’en est pas à son coup d’essai avec ce type de concept de batterie révolutionnaire. il y a quelques années l’Institut avait engendré une autre société issue d’un de ses étudiants :123Systems. Des investisseurs y avaient cru, injecté de l’argent et… tout perdu. La technologie de 123Systems ne fonctionnait finalement pas comme attendu. Entre temps, elle avait quand même investi dans beaucoup de matériel et notamment une petite usine d’assemblage de batteries Li-Ion conforme aux standards du marché. SolidEnergy a récupéré cette petite entité et ses composants pour concevoir son propre processus de fabrication de batteries.

Hu explique assez clairement sa philosophie pratique : “En démarrant avec cette perspective de fabrication issue d’un standard déjà en place et en fabriquant des batteries commercialisables, nous avons pu apprendre quels matériaux fonctionnaient réellement, et nous nous sommes adaptés pour concevoir nos nouveaux matériaux.” Trois années de développement dans les usines de 123Systems ont suffi à Hu et son équipe pour réaliser ce tour de force.

SolidEnergy a désormais sa propre usine et annonce un début de commercialisation de batteries pour drones dès le mois de Novembre de cette année. En 2017, la marque annonce ses batteries pour smartphones et autres produits électroniques. En 2018, la marque vise le marché des véhicules électriques. La promesse est déjà monstrueuse, proposer à un véhicule électrique deux fois plus d’autonomie pour un encombrement identique.

Minimachines

Si la promesse est tenue, la marque aura trouvé la pierre philosophale de ce début de millénaire. Le nombre incroyable de produits pouvant bénéficier de cette technologie lui assure un avenir radieux. Il semble impensable de laisser un concurrent installer une batterie de ce type dans un engin sans réagir. Le premier smartphone qui passera de 24 heures d’autonomie à 48 heures pour le même encombrement raflera probablement tout le marché. Le premier portable affichant le doublement de son autonomie ou une baisse importante de son poids aura également sans doute une place de choix chez les amateurs. Le premier drone qui proposera deux fois plus d’autonomie aura également beaucoup de clients. Il va sans dire que le premier véhicule électrique qui passera de 450 kilomètres d’autonomie à 900 km pour le même poids et le même encombrement, aura lui aussi une grosse part du gâteau face aux concurrents et fera définitivement pencher la balance du moteur à explosion vers le moteur électrique.

SolidEnergy

Une batterie SolidEnergy face à une batterie d’iPhone pour la même autonomie annoncée.

Ce potentiel énorme, associée à la volonté de SolidEnergy de rendre sa technologie déployable chez n’importe quel fabricant de batteries, semble rendre son modèle économique évident. La marque va vendre sa licence d’exploitation pour que les principaux fabricants de batterie puissent développer leurs solutions. Il est impensable qu’une seule usine adapte sa technologie à tous les designs de batteries actuels. Dès l’année prochaine, vous pourrez probablement acheter un GPS, une appareil photo, un portable ou un smartphone deux fois plus autonome que le votre. Il est également possible que vous trouviez d’ici quelques années des batteries SolidEnergy compatibles avec du matériel que vous possédez déjà… Et que vous doubliez votre autonomie d’un coup de baguette magique.

Sources : solidenergysystems, Engadget, MIT

19 commentaires sur ce sujet.
  • 24 août 2016 - 12 h 00 min

    ça fait rêver ! Espérons que les constructeurs n’en profitent pas pour amincir les téléphones( hein la petite pomme !!!).
    Et elle se recharge vite ???

    Répondre
  • 24 août 2016 - 12 h 01 min

    I want to believe :)

    Répondre
  • 24 août 2016 - 12 h 37 min

    @Pierre, traite pas les batterie Xiaomi de noname, c’est pas gentil pour eux ! :p

    Répondre
  • 24 août 2016 - 12 h 48 min

    @Technowix:

    J’allais le dire !!!

    Répondre
  • 24 août 2016 - 12 h 57 min

    Faudrait attendre les test en utilisation réelle, sur des appareils standards pour juger. Beaucoup de promesses mais il faut voir comment ça se traduit réellement dans la vie de tous les jours…
    Leurs batteries sont-elles d’ores et déjà certifiées ? Au US ? En Europe ?

    Répondre
  • 24 août 2016 - 13 h 02 min

    @Technowix: Quand sous l’étiquette de la batterie il y a un fournisseur différent à chaque batch, même si c’est des cellules de marque, ça devient du noname :p

    Répondre
  • 24 août 2016 - 13 h 37 min

    Faut voir sur la durée total du produit. le temps de charge, le temps de decharge, l’aspect chauffe, le temps en années combien de temps elles peuvent tenir
    Si je peux faire 10ans, au lieux de 5ans, meme si il y a l’aspect evolution technologique ….

    Répondre
  • 24 août 2016 - 14 h 08 min

    Ça devient un marronnier les batteries révolutionnaires, à l’aluminium, au graphite, au sodium, qui chargent vite, encore plus vite, mais l’autonomie évolue pas énormément.

    Pis en vrai, mon oneplus se vide en une matinée à cause de ces fichus pokemons :-D

    Répondre
  • 24 août 2016 - 15 h 23 min

    tous les ans, on a droit à la batterie révolutionnaire qui va tuer le marché et puis comme chaque année, rien :-(

    Répondre
  • 24 août 2016 - 15 h 58 min

    Elon Musk fait ce genre de promesse tous les 6 mois…

    Répondre
  • 25 août 2016 - 0 h 50 min

    A force de crier au loup, la révolution passerai t’elle inaperçue ?
    En tout cas il aura fallu attendre que Pierre s’en mêle un peu pour enfin avoir un article sans le mot dendrites, et les implication au dela du simple iphone … mode de production , licences …. et surtout répercutions sur le monde de l’automobile. Pour le moment, les sites info / passion de voitures électriques restent calmes !

    Répondre
  • 25 août 2016 - 9 h 23 min

    Il y a bcp de prototype qui fonctionnent avec des perfs bien supérieures. Par contre, les grosses boites (dont bcp de compagnies pétrolières) achètent les brevets et les rangent gentilement au placard pour prendre la poussière. Je pense à toutes les technologies lowcost à base de sodium et de membranes qui se rechargeraient à l’eau salée en fin de vie : on comprend que dans une société de consommation, personne ne se lance dnas ce genre de produit plus durable, moins cher. Les filières lithium et batterie jetable sont extremement juteuse. Donc le problème n’est pas le manque de solution de batteries, mais un problème économique

    Répondre
  • 25 août 2016 - 9 h 46 min

    @coincoin, Peut être que certains brevets prennent effectivement la poussière, même si je doute qu’aucun groupe ne souhaite devenir leader de ce marché d’avenir, je pense surtout qu’il y a un gap difficile à franchir entre le proto en labo et la production industrielle.
    Pour vendre un produit fiable, et à prix abordable, Il doit y avoir des tonnes de contraintes de normes et de certifications ( pour pas que les batteries chauffent, explosent, se rechargent vite, aient une durée de vie acceptable ….)à passer et à obtenir.
    C’est comme un médicament, entres les tests sur les singes et la commercialisation pour l’homme, il y en a un paquet qui ne passent pas.

    Répondre
  • 25 août 2016 - 10 h 58 min

    En parlant de batterie, j’ai été étonné de voir sur ton article concernant le désassemblage du Xiaomi Notebook Air que sa batterie n’est que de 4866 mAh sur le 12″ malgré la place disponible.
    Par exemple, sur le ASUS T100HA (10″) on parle d’une batterie de 6000 mAh sur une épaisseur dérisoire. Même mon EEEPC 1018P (10″ très fin) sorti il y a 6 ans était équipée de 6000 mAh.

    Je reste persuadé que la capacité de batterie du Xiaomi Notebook Air a été choisie comme telle pour des raisons de coûts. J’espère voir des batteries alternatives puisse qu’elle est amovible.

    Répondre
  • 25 août 2016 - 11 h 20 min

    @prog-amateur: FYI : D’après les premiers tests le Xiaomi offre entre 6H et 8h d’autonomie suivant les usages. Il se recharge à 50% en 30 minutes et prend 1H30 pour se charger à 100%…

    Répondre
  • 25 août 2016 - 23 h 11 min

    @Pierre Lecourt: Merci pour ton retour Pierre.
    J’ai envie de dire, c’est à la fois décevant (pour quelqu’un qui compare le Macbook Air au Xiaomi Notebook Air), et à la fois attirant (jusqu’à 8h en conditions réelles + recharge rapide, ça ne me laisse pas indifférent).
    Tu nous diras ton ressentis là-dessus, c’est toujours un plaisir de lire tes tests.

    Répondre
  • 26 août 2016 - 10 h 29 min

    En 2015, la technologie de SolidEnergy ne semblait pas intéressante pour les voitures (https://www.technologyreview.com/s/534626/a-battery-for-electronics-that-lasts-twice-as-long/), est-ce qu’ils auraient réussi à améliorer le nombre de cycle de recharge depuis ?

    Comme tout le monde, je croise les doigts pour que cela se concrétise rapidement.

    Étonnant tout de même que la société ne se soit pas rapidement fait racheter (Apple, Samsung, Tesla, etc)…

    Répondre
  • 26 août 2016 - 10 h 36 min

    @Fred: Bah il y a 5 ans il fallait la chauffer à 80°C pour qu’elle fonctionne, tout évolue :)

    Je crois sincèrement, pour m’intéresser pas mal à cette ancre qu’est la batterie par rapport aux autres composants du marché, que le MIT ne se fera pas avoir 2 fois avec une technologie bidon de ce type. Je suppose que les contrôles sont un peu plus réguliers pour avoir son aval depuis l’affaire 123Systems.

    Répondre
  • 26 août 2016 - 13 h 46 min

    @Fred: Les batteries Tesla sont les meilleures du marché dans l’insdutrie

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *