ReUSE : Une solution écologique pour recycler l'informatique

ReUSE : Une solution écologique pour recycler les composants informatique

Des centaines de milliers de composants électronique en tous genre partent à la poubelle chaque semaine en France. Circuits imprimés de toutes sortes, issus de nos appareils du quotidien envahissent inutilement et bêtement nos poubelles et dégradent durablement l’environnement. ReUSe est un projet visant à recycler la quasi totalité de ces composants.

Cette grande source de pollution est non seulement problématique d’un point de vue écologique mais c’est également un énorme gâchis. La plupart des composants d’une carte qui part à la poubelle sont encore parfaitement fonctionnels. Un simple petit condensateur qui saute, qui ne coûte que quelques centimes, suffit donc à vous faire jeter un objet de plusieurs centaines d’euros et à gâcher la totalité du reste de ses composants.

Idée simple mais géniale, ReUSE propose un moyen efficace de détacher les composants soudés à une carte électronique pour pouvoir s’en servir à nouveau. Les 99% des composants situés autour de la pièce défectueuse pouvant donc servir à nouveau dans un autre assemblage ou être triés plus finement pour éviter de polluer la planète avec des métaux lourds ou autres composants très polluants.

Le Laboratoire National de Physique Anglais vient de publier cette étonnante vidéo de son concept ReUSE : Un procédé permettant de « nettoyer » un circuit électronique de ses composants en l’arrosant simplement au préalable d’eau chaude. Simple, efficace et écologique.

Je ne sais pas si ce procédé pourra être implanté dans une fabrication de composants informatiques généralement conçue avec des couches empilées de circuits sur PCB, mais si c’est le cas ce serait une excellente initiative de la part des constructeurs. Avec un recyclage de l’ordre de 90% des composants contre 2% aujourd’hui, ReUSE offre une belle perspective pour ce marché.

Sources : Liliputing via Hacker News et GizMag

15 commentaires sur ce sujet.
  • Taz
    20 novembre 2012 - 11 h 22 min

    Genial. Il manque un logo/label/charte que le fabriquant puisse revendiquer.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 11 h 38 min

    tres bonne idée, mais ca ne sera jamais utilisé par les grands fabriquants, il n’y trouvent AUCUN interet … c’est le but du jeu de mettre des composants peu fiables

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 11 h 43 min

    @mrassol: L’intérêt d’avoir un label vert ? Quel rapport avec le composant peu fiable ?

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 11 h 53 min

    Au moins si tu renverses de l’eau sur ton pc, tu pourras toujours remonter le puzzle pour le refaire fonctionner !!

    Quid d’un environement humide ??

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 11 h 59 min

    Le concept est intéressant, mais il faut être réaliste, il ne pourra qu’être enterre par les industriels, tout comme nombre d’applications et/ou innovation qui allait à l’encontre de leur intérêt dans une société où le consumérisme est roi.

    Par ailleurs, quid de la température de l’eau employée ? 60° ? 80 ° ? 100° ? Car si 60 à 80° seulement, cela risque d’être un sacré « piège à faux contacts » en tout genre.

    Bref, sur le papier l’idée est génial, dans la pratique…

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 07 min

    @Mxte29fr: Mais pourquoi enterré par les industriels ?

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 24 min

    Pourquoi pas, notamment pour la maintenance, réparer, dépanner… mais pour créer de nouveaux produits… Les composants ont tous un MTBF?

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 24 min

    […] ReUSe est un projet visant a recycler la quasi totalité des composants électroniques de nos appareils du quotidien…  […]

  • 20 novembre 2012 - 12 h 30 min

    @Pierre Lecourt: Le tri puis les tests de tous ces milliers voir millions potentiel de composants, pour les déclarer conformes à une ré-utilisation, serait probablement aussi -voir plus couteuse- que d’acheter des lots de pièces neuves. Par ailleurs, les industriels sont bien trop frileux, quand il s’agit de pompes à fric, pour faire le pari que les consommateurs seraient « écolos » au point d’accéder d’acheter des produits neufs assemblés à partir de pièces d’occasions. Sans parler de la porte ouverte -pour ne pas dire béante- à de multiples procès pour des vices de fabrications qui pourraient être biaisés par l’usage de ces pièces recyclées.

    En l’état, sans changement des mentalités de tous les intervenants, du concepteur au consommateur, des lois pour s’adapter à ce nouveaux genre de produits « pas vraiment neuf », je crains que cette solution écologique de recyclage de composants ne soit qu’un vœux pieux (auquel j’adhère pourtant ;-) ).

    C’est une chose de recycler des matériaux (carton, verre, etc…), mais probablement beaucoup beaucoup plus complexe de recycler en l’état des matériels « évolués ».

    Comme le dit l’adage : on ne fait pas du neuf avec du vieux ;-) et je crains fort que celui-ci soit particulièrement apprécié par les constructeurs en tous genres.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 15 h 49 min

    Et le procédé inverse ?
    un flacon de composants, de l’eau et hop ! une tablette ?

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 17 h 56 min

    @Pierre Lecourt:

    ca voudrait dire qu’on pourrai réparer nous meme les produit … et du coup ils vendront moins … a ton avis, si un ipad est si difficilement réparable c’est pourquoi a ton avis ? si de plus en plus de produits ont des batteries non amovibles ? c’est pareil …

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 18 h 16 min

    @mrassol: Euh… je suis le premier a crier contre ce type d’implantation qui empêche toute bidouillabilité… Mais de là à croire qu’avec ce genre de procédé tu vas pouvoir remplacer une pièce défectueuse plus facilement, tu te trompes. Ce n’est pas le but. La méthode parle tout de même de tremper un PCB dans de l’eau chaude pour ensuite retirer les composants. Je ne vois pas en quoi ça serait plus simple que de se payer un fer à souder electro et de dessouder le dit composant pour le remplacer. Un de mes amis a remplacé un condensateur à moins de 1$ acheté sur eBay de sa TV LCD a 1000€. Ca lui a pris la soirée. C’est tout . Le faire avec ce type de procédé n’aurait pas été plus simple pour lui, il sait manier le fer a souder et est équipé. J ne vois pas u quidam faire la même opération juste parce qu’avec un petit pinceau il a pu mouiller les pattes de son composant… La procédé ne parle d’ailleurs pas des moyens employés pour fixer les composants. Cela doit requérir une chimie particulière.

    Si c’est un composant remplaçable, et que tu as le talent pour le faire, cela ne pose pas de soucis de le faire dés aujourd’hui en jouant du fer à souder. Le fait d’employer ce genre de technologie ne changera donc pas la donne à ce niveau, cela apporterait juste une valeur écologique à l’image de la boite qui l’emploierait.

    Le fait qu’un iPad soit inaccessible change t-il la donne ? Non. Je vois mal un particulier bidouiller un iPad, même si il y avait 4 vis sous la coque : http://guide-images.ifixit.net/igi/SNUQ4iFVQ6acyV3g.large Par contre savoir que ces composants pourraient être retraités écologiquement serait pour moi un plus.

    En france, source Wikipedia , « Le 1er objectif européen était de 4 kg/habitant/an [pour le recyclage de déchets électroniques]. Il est atteint en 2009, et même dépassé avec 5,7 kg récolté par habitant, soit 371 000 t en 2009 (objectif : 10 kg/hbt 2014). Ces déchets ont selon la filière été recyclés à 81 % et 4 000 t ont fait l’objet d’un réemploi. »
    Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9chets_d'%C3%A9quipements_%C3%A9lectriques_et_%C3%A9lectroniques

    4000 tonnes recyclées pour 371 000 tonnes collectées, si on passait à ce type de procédé on pourrait peut être augmenter ce chiffre.

    @Mxte29fr: C’est sur que je ne vois pas Asus trier les composants de sa carte mère pour refabriquer une carte mère : Ca serait plus cher, peu rentable et personne n’accepterait d’acheter une carte mère avec des composants de seconde main. Le contenu que gèrent les PC est trop sensible pour le tolérer.

    Par contre éviter que les métaux lourds de certains composants soient brûlés en vrac et que d’autres éléments partent dans un processus de fabrication low-cost après test pour équiper une radio FM ou un quelconque gadget électronique ne devrait pas poser de soucis. Certains composants sont onéreux et infatigables.

    Répondre
  • A
    20 novembre 2012 - 19 h 47 min

    Je suis d’accord avec Pierre. Ca n’a rien à voir avec l’obsolescence programmée des machines.

    Ce sera une opération blanche pour les constructeurs puisque ce sont vraisemblablement des sociétés tiers qui s’occuperont (gratuitement) du recyclage et feront du profit avec ce système.

    On peut meme imaginer des sociétés comme Pegatron, Foxconn ou Samsung organiser ce recyclage via des départements spécialisés mais en interne (au lieu de sous traiter). Ils récoltent les PCs, laptops, tablettes ou téléphones gratuitement et les désassemblent ou les fondent eux-memes. Ils s’en servent ensuite dans leur propres chaines de fabrication.

    Il faut simplement voir, comme cela a déjà été évoqué, si le cout n’est pass plus élevé que l’économie réalisée.

    Par contre, ce dont j’ai peur, c’est que les OEMs en profitent pour (encore) augmenter les prix (de quelques euros mais comme on dit, il n’y a pas de petits profits) et nous faire payer le fait que leurs engins seront plus ‘verts’. Et ce, alors meme que, comme je viens de le dire, cela ne leur couterait rien.

    Répondre
  • moa
    20 novembre 2012 - 22 h 16 min

    l’exemple des cartes mères est très bon.
    avec le feuilleté du pcb (7 couches de pcb empilés le plus souvent)
    réparer une carte mère est quasi impossible avec un fer à souder aujourd’hui pour le particulier comme pour un industriel (moins rentable que de remplacer)
    par contre tous désosser et recycler, là c’est possible

    réparer un matériel « électronique », c’est possible si le produit est « simple » (radio, tv, ou moniteurs sont de très bon bon exemple en infos, TABLETTES, EBOOK READERS AUSSI)
    le circuit doit être simple (et surtout pas de feuilleté du pcb)
    pour les cartes mères, cartes graphiques ou pc portables, ça ne changerait rien la plupart du temps pour l’utilisateur final
    (bien sur il y a des exceptions du style ressouder le port d’alim ou le port usb d’un portable par exemple mais c’est pas les plus grosses pannes)

    résultat, les usagers comme les industriels ont tout intérêt à ce que ce genre de procédé soient déployer dans le futur

    imaginer le recyclage et les économies possibles sur des produits comme les consoles de jeux défectueuses et non réparables pour cause de surchauffe-carte mere hs
    les proc et circuits graphique marchent encore pourtant !
    c’est juste la carte mère qui est « pliée-gondolée » et provoque la mort de la machine (je ne citerais pas de marques ni de générations de produits, ça les a tous touchés à plus au moins grande échelle selon les séries)

    quel gâchis de ressources !

    les seuls qui seront enquiquinés sont les fabricants de composants électroniques de bases, à eux de mettre en place la filière de retraitement et hop, tous le monde est gagnant

    Répondre
  • Alx
    21 novembre 2012 - 0 h 11 min

    @Pierre Lecourt: « Mais pourquoi enterré par les industriels ? »

    … traditionnel discours de parano …

    @Tous : comment comptez vous réparer vos appareils avec cette technologie ? Votre Tv est équipé d’un circuit imprimé ReUse … vous la réparez comment ? J’y vois une belle techno de recyclage, j’ay vois pas une solution pour aider le particulier à réparer lui même ses appareils

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *