Retrostone : Une énième console retrogaming en financement participatif

Kickstarter accueille un nouveau projet de financement de console de jeu mobile dédié au monde du retrogaming. La Retrostone est une sorte de grosse Gameboy sur laquelle on pourra jouer directement mais qui se transformera également en console sédentaire pour cinq joueurs, une fois branchée sur grand écran.

La « grosse » mini console propose un écran de 3.5″ de base et une interface très « inspirée » de la GameBoy.  Croix directionnelle, boutons, on est plus proche de la copie pure et simple que de l’inspiration.

Le petit boitier Retrostone mesure 13 cm de haut pour 9 cm de large et 2.5 cm d’épaisseur. Il abrite une carte mère sur laquelle est soudée un SoC allWinner H3  accompagné de 1 Go de mémoire vive. Pas de stockage, la solution se sert d’une carte MicroSDHC pour stocker l’émulateur et les jeux embarqués.

2018-02-27 10_30_37-minimachines.net

Le prototype de la console dans son boitier imprimé en 3D

La Retrostone emploie une version spécialisée de l’émulateur Retropie prévu pour le AllWinner H3, baptisé Retrorangepi , qui offrira à la console une grande liberté d’émulation. Pas mal de machines sont prises en charge : Gameboy, Gameboy Color, Gameboy Advance, Super Nintendo, Megadrive/Genesis, Atari et la plateforme  MaMe sont ainsi pris en charge. La solution est également compatible avec différents systèmes comme Android ou Armbian. La console est néanmoins livrée sans aucun système mais sera livrée suivant les versions avec une carte MicroSDHC.

2018-02-26 21_30_44-minimachines.net

La connectique fait penser à une carte  de développement classique avec quatre ports USB et un port Ethernet sur le dessus de la machine.

2018-02-26 21_30_25-minimachines.net

En dessous un port jack audio 3.5 mm et une molette pour régler le volume sonore.

2018-02-26 21_29_46-minimachines.net

A droite, une sortie HDMI plein format et des boutons de réglages de l’écran LCD. Sur la face avant, au dessus de l’écran LCD, deux petits contacts permettent de recharger la Retrostone en la déposant sur une surface EnergySquare.

2018-02-26 21_29_34-minimachines.net

A gauche, le lecteur de cartes MicroSDHC et un port MicroUSB pour charger la batterie interne.

2018-02-26 21_30_12-minimachines.net

A l’arrière on retrouve quatre boutons supplémentaires pour piloter certains jeux.2018-02-26 21_22_46-minimachines.netA propos de jeux, à réception votre console sera vide de tout contenu et il vous appartiendra de créer votre média en suivant un guide. Vous pourrez ainsi monter votre émulateur mais également installer des images de jeux, les fameuses ROM. Vous pourrez également lancer un Kodi et vous en servir pour lire vos contenus multimédia préférés sur le petit écran ou via la prise HDMI. Branchée sur grand écran et reliée à un réseau Ethernet ou via une clé USB, il sera possible de se servir de la console comme d’un jukebox Multimédia.

2018-02-26 21_30_36-minimachines.net

Particularité de la Retrostone, sa connectique particulière qui lui offre donc la possibilité de brancher 4 manettes USB et un câble HDMI pendant qu’un joueur continue de l’utiliser. Vous en conviendrez surement avec moi, jouer sur l’objet alourdi et empêtré de câbles pour pouvoir s’amuser à cinq ne parait pas très confortable. Par contre on doit pouvoir, sans soucis, se connecter à 4 dessus et profiter d’un bel écran.

2018-02-26 21_28_53-minimachines.net

Les concepteurs de la console détaillent son matériel interne et on découvre une carte Allwinner H3 dédiée au jeu portable avec la présence de pas mal de fonctionnalités intéressantes.  Si la présence d’un port Ethernet semble incongru sur la machine, cela permettra de charger rapidement de nouvelles données sur la Retrostone. Elle n’embarque pas de Wifi et si on peut éviter d’extraire et de replacer la carte MicroSDHC, c’est plutôt positif.  Les boutons de contrôles arrière sont branchés sur des GPIO classiques et on retrouve des intégrations intéressantes comme la molette de volume et des contrôles dédiés à l’affichage près de la sortie HDMI.

2018-02-26 21_29_14-minimachines.net

En fait, en détaillant cette carte, on se demande si les concepteurs ne se sont pas emparés d’une carte de développement classique sous AllWinner H3 et ne l’ont pas tout simplement détournée pour la spécialiser dans cet usage. Ce serait très malin de leur part puisque cela limiterait les coûts de développement. La partie avant de la console a été couverte de boutons  tactiles pour piloter les jeux à même la carte.

2018-02-27 10_35_11-minimachines.net2018-02-27 10_35_25-minimachines.net

On retrouve sur la carte des GPIO inutilisés et des connecteurs de boutons non peuplés. De quoi faire évoluer la console vers d’autres usages ou la compléter de fonctions supplémentaires ? Les développeurs indiquent que la console est « customisable ». La batterie est indiquée comme une 3 Ah mais aucune information concernant l’autonomie proposée par la console.

la Retrostone fait suite à un autre développement sur Kickstarter avec un produit aux usages identiques : La Raspiboy construite autour d’une Raspberry Pi Zero. Mais cette première aventure livrait une console en kit, qu’il fallait assembler soi même. La nouvelle solution est livrée prête à l’emploi. La console a déjà atteint son objectif avec presque 44 000€ sur les 30 000 nécessaire à sa viabilité. Il reste 34 jours pour financer ce projet à hauteur de 129€ pour la console livrée au mois de Juin si tout se passe bien.

Pour en savoir plus : Kickstarter

20 commentaires sur ce sujet.
  • Jou
    27 février 2018 - 11 h 19 min

    Reste à connaître aussi la résolution de l’écran

    Répondre
  • 27 février 2018 - 11 h 20 min

    @Jou: Oh ! le DPI ne doit pas être bien grand.

    Répondre
  • 27 février 2018 - 11 h 44 min

    Sympa, mais la disposition des boutons à l’arrière me laisse dubitatif

    Répondre
  • HP
    27 février 2018 - 11 h 51 min

    N’en jetez plus, la coupe est pleine ! Il y a à présent tellement de ces projets qui jouent surtout sur la fibre nostalgique et dont le seul argument semble être de pouvoir jouer à des ROMs pirates (dans 99% des cas) sur une machine plus ou moins finie.

    Dommage que les aspects création ou logiciel libre ne soit jamais vraiment sérieusement mis en avant, à part pour de rares exceptions comme l’Arduboy ou la Gamebuino Meta.

    Répondre
  • 27 février 2018 - 11 h 59 min

    Le prix mes amis, le prix, c’est bien trop cher, le mec veut juste marger à mort en jouant sur la fibre nostalgique comme le souligne HP

    Répondre
  • 27 février 2018 - 12 h 04 min

    Sympa mais vraiment trop cher, d’ailleurs ce week je me suis amusé a installer retrorange pie !
    Bref une carte avec un H3 la orange pi lite fait la meme chose bon ok avec 512mb de ram mais elle coute moins de 15€
    le reste des composants ne nous fait même pas 100€
    Seul le boitier imprimé si on a pas d’imprimante bah on est embeté !
    Bref c’est vraiment trop cher pour ce que c’est surtout que maintenant avec tout ce qui existe sur internet on peut se fabriquer sa game boy retro facilement !

    Répondre
  • 27 février 2018 - 12 h 21 min

    Merci pour l’article.

    Lorsque j’avais testé il y a quelques mois RETROANGEPI, sur une Pi One et une Pi Zero, tout le bouzin fonctionnait vraiment mal et il fallait mettre les doigts dans le cambouis.

    Je vais aller regarder à nouveau pour voir si cela a progressé, mais à l’époque j’avais déduit que la Rasp était le meilleur candidat pour la RetropPie.

    Répondre
  • 27 février 2018 - 13 h 31 min

    Très mauvaise idée !
    Le H3 chauffe énormément !
    De plus coller 4 boutons de façade et ces gâchettes très mal positionnées n’arrange rien.

    Absolument aucun intérêt pour un projet mal conçu dès le prototype.

    Répondre
  • 27 février 2018 - 13 h 45 min

    Ils pourraient quand même faire en sorte que le pcb ressemble un peu moins à celui d’un raspberry…

    Répondre
  • 27 février 2018 - 14 h 15 min

    @zikzak : ce n’est pas l’expérience que j’ai avec les H3. Tu utilises Armbian ?

    Répondre
  • 27 février 2018 - 15 h 24 min

    @starlord: Si justement, j’ai utilisé Armbian au début et toujours avec un dissipateur assez conséquent si on considère ici l’espace disponible. Les gâchettes sont juste au dessus du H3, ça va sûrement laisser 5mm d’espace. Ensuite la machine n’a pas d’évents et les mains du joueurs vont continuellement réchauffer le boîtier.
    Il faudra donc s’attendre à rencontrer du throttling assez souvent.
    Et l’emplacement disponible ne tient pas compte de la batterie, j’ai lu en diagonale la description de la campagne et je n’ai rien vu à ce sujet.

    J’utilise maintenant ma OrangePiOne avec Retrorange, enfermée dans un stick arcade de récupération, elle a suffisamment de place pour respirer.

    Répondre
  • 27 février 2018 - 15 h 26 min

    Sympa mais lourd .
    c’est bien de s’inspirer de la Gameboy pour le boitier mais peut être un peut trop de recherche inutile aussi .
    J’ai pas regardé le prix ,je pense qu’une carte H3 complète doit pas coûté plus de 15/20 euros pour le particulier en magasin .
    En comptant 35/40 pour un bon écran ,10/15 pour un boitier et les boutons ,c’est un ensemble a 100 euros monté et pratiquement fonctionnel auquel il manque plus que la carte TF programmée .

    Je pense pas qu’un circuit pour une batterie lithium soit nécessaire quand deux piles AA pourraient faire le même boulot .
    C’est sur que dans un premier temps ,les piles cela semble pas écolo sauf qu’il y a plus de facilité pour recycler des piles ,je rajoute aussi l’absence de chargeur nécessaire au accus qui me semble écologique aussi .

    Répondre
  • 27 février 2018 - 15 h 36 min

    Deux piles pour alimenter le bouzin, avec les pertes de la conversion 5V, le proco qui tourne à fond et l’écran en plu : je crains que ce ne soit trop juste !

    Répondre
  • 27 février 2018 - 21 h 19 min

    @zikzak : mob serveur LMS sur Orange Pi One (H3) : entre 41 et 43°, avec un vulgaire dissipateur.

    J’avais fait de nombreux tests en charge avec la Pi Zero et la Pi One, perfs meilleures que la Pi3 et température bien contenue. Avec un dissipateur + Ventilo, à fond à 1.2GHz maintenus.

    Tout ça avec Armbian, que je trouve plus qu’excellent (c’est le « seul » système opérationnel pour ces chinoiseries !).

    Répondre
  • 28 février 2018 - 6 h 54 min

    @starlord: En effet, heureusement qu’il y a Armbian. Une communauté efficace, grâce à un OS qui l’est tout autant.
    Sinon tous ces projets n’existeraient pas vraiment et c’est le problème encore une fois avec celui-ci, il n’apporte rien en retour.
    Pour ce qui est de la puissance de cette machine, les 4 ports USB sont des gadgets, l’émulation concernée s’arrête à la PS1 donc des machines qu’un Pi Zero émule avec bien moins de puissance et de problèmes d’encombrement qu’un H3 et de 4 ports USB et un HDMI.

    Pour la comparaison de puissance H3 Vs PI3, ce genre de carte ne m’intéresse pas si un ventilo est nécessaire. De mon côté j’ai une carte à base de S905X (donc AARCH64) qui n’a qu’un dissipateur et enfonce naturellement une PI3, et elle chauffe en permanence à transcoder mes DVD.
    Le H3 avait cette tâche avant de finir dans de l’émulation qui est moins stressant mais demandait quand même un dissipateur sous peine d’avoir des ralentissements car aucune de ces cartes n’a de driver vidéo totalement libre et donc aucune aide de leur GPU.

    Cette campagne à plus du e-begging que du crowdfunding.

    Répondre
  • 28 février 2018 - 12 h 04 min

    Merci pour tes explications ! Effectivement, je vois mal un H3 passer sa vie au transcodage de DVD… Pour d’autres fonctions c’est très efficace.

    Concernant Armbian, Xunlong qui produit les Orange Pi finance les p’tis gars d’Armbian parce que Xunlong est conscient, d’une part du travail qui est fait qui rend leurs cartes utilisables et d’autre part parce qu’ils n’ont pas les ressources pour le faire eux-mêmes.

    C’est un écosystème : quand on n’est pas habitué on ne comprend pas pourquoi le vendeur ne propose pas de système opérationnel lui-même, et beaucoup râlent sur le sujet, mais il faut comprendre que dans ce domaine les règles du jeu sont différentes. Soit on accepte et on joue, soit on va voir ailleurs.

    Pour les drivers vidéos etc… Effectivement c’est un problème, toutes les résolutions ne sont pas présentes, c’est compliqué quand on attend les mêmes choses qu’une Rasp. Ce n’est pas le cas, ce ne sont pas des Rasp, encore un point qui peut énerver.

    Dans tous les cas, pour 8€ aujourd’hui on dispose avec le PZero d’une carte quadruple coeur, de RAM, d’un Linux et moi je ne me lasse pas d’en être émerveillé !

    Pour l’anecdote, suite à tes problèmes de température, j’ai testé hier soir une Pi Win qui ronronne à 32° sans dissipateur… Mais bon, je ne fais pas de transcodage de DVD !

    Répondre
  • 28 février 2018 - 14 h 43 min

    très cher et moche….
    De toute façon, il y a fort à parier que la meilleure console retro soit dans quelques temps la… : Switch

    Répondre
  • 28 février 2018 - 23 h 09 min
  • HP
    28 février 2018 - 23 h 57 min

    @LaLoke: La PocketSprite, avec son écran de la taille d’un timbre poste avec une résolution qui est le quart de celle la première Game Boy, je ne vois pas trop comment ça peut être plus qu’une curiosité…

    Répondre
  • 28 juin 2018 - 20 h 49 min

    Petite expérience avec les Orange PI .
    Pour la carte Orange PI PC ,c’est pas mal cette carte tourne a peut pret tous les OS que l’on lui donne .
    La carte Orange PI ZERO PLUS 2 H3 est bien aussi malgré mes deboires au debut .
    Pas oublier un radiateur de R-PI et cela marche bien .

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *