Raspberry Pi : Le jour ou un four à micro-onde s’est mis a twitter

Si comme moi on vous demande souvent a quoi peut bien servir la carte Raspberry Pi, vous aller pouvoir répondre “à faire twitter les fours à micro-onde”. On entend beaucoup parler d’objets connectés, de domotique et autres inventions formidables qui vont révolutionner notre quotidien maintenant qu’Internet est là. Mais on ne voit pas grand chose venir.

Car les promesses se sont multipliées mais les produits ne sont pas là. Certes il y a des tentatives, des prototypes qui s’affichent sur des salons avec des cuisines connectées, des living-rooms qui réagissent à la voix  ou qui se pilotent à distance. Mais tout cela est soit extrêmement cher, soit juste présent pour épater la galerie. Plusieurs internautes ont pris les choses en main et notre petit génie de ce soir a décidé de connecter son… four à micro-onde grâce à une carte Raspberry-Pi.

Puisque les produits n’arrivent pas et que les éléments pour détourner des objets du quotidien soi même semblent par contre devenir plus facilement accessible, cette apparition de machines beaucoup plus intelligentes que celles distribuées en magasin est peut être une première étape dans la vraie apparition d’objets connectés.

Raberry Pi Micro onde

C’est à partir d’une remarque toute bête émise sur le forum Reddit que Nathan Broadbent a eu la bonne idée de transformer son Micro-Onde. L’idée était qu’un de ces fours pourrait lire un QR-Code sur l’emballage de l’aliment à enfourner pour qu’il adapte simplement sa puissance et sa durée pour qu’il soit parfait à la dégustation. Une bonne idée qui a trotté dans la tête du développeur-bricoleur.

Tellement trotté qu’il a décidé de pousser le concept un peu plus loin et de hacker un Micro-Onde. Pour se faire il a rajouté à l’électronique de celui-ci un véritable ordinateur. Chose impensable encore il y a quelques années au vu du prix de ces engins et de l’encombrement qui’ils imposaient mais devenu parfaitement réalisable avec des cartes comme la Raspberry Pi.

raspberry_pi_front

Peu gourmande en énergie et compacte, la carte se trouve désormais n’importe où à des prix très accessibles. Associée à un micro-onde elle offre tout un mode de nouveauté pour ce simple outil. La petite merveille de Nathan permet :

  • De jouer des sons un peu plus complexes que le “Ping” habituel des micro-ondes
  • D’ajuster son horloge en ligne pour être toujours exactement à l’heure.
  • De contrôler la programmation de la cuisson à la voix.
  • D’utiliser un lecteur de codes-barre pour déterminer la manière de réchauffer des plats préparés.
  • D’être piloté par l”intermédiaire d’une page web.
  • De lancer un message sur Twitter une fois l’ordre exécuté et la cuisson achevée…

Comme il n’existe pas de base de données pour les micro-ondes intelligents, Nathan en a créé une et la propose à tout le monde. Chacun peut donc scanner ses propres code barres de produits et adapter ensuite les temps de cuissons et puissance voulus. Mieux, si votre éventuel micro-onde connecté apparaît un jour et qu’il ne fait pas la même puissance que celui de Nathan, une règle permettra d’ajuster le temps de réchauffage en fonction de la puissance de votre machine.

 Vous voilà donc en train de parler à votre micro-onde pour qu’il réchauffe votre ratatouille pour ensuite vous twitter que c’est prêt quelques minutes plus tard. Et en y mettant les formes. Le compte Twitter de ce micro-Onde n’est pas très actif encore mais en tout cas, il est très poli.

Pour parvenir à ce résultat il faut évidemment avoir de solides connaissances à la fois en électronique mais également en programmation. Nathan explique sa démarche précisément sur son site : Il a d’abord désossé son Micro-Onde pour comprendre comment était conçu son panneau de programmation. Une fois les différents boutons attribués à leur fonctions, il a conçu un nouveau schéma électronique pour le remplacer l’ancien. Le challenge étant de pouvoir le faire tenir dans l’espace du précédent pour que le four ressemble à un four et non pas à une machine posée à côté d’une autre machine.

Raberry Pi Micro onde

Comme beaucoup des fonctions proposées ne lui étaient pas utiles il a décidé de re-concevoir tout le panneau avant avec des éléments plus pratiques pour lui.

Après quelques déboires de compatibilité entre sa carte Raspberry Pi et un module Arduino destiné a jouer le rôle de “chef d’orchestre” entre les informations logicielles et les ordres techniques a adresser au micro-onde, les 2 éléments finissent par se comprendre.

Raberry Pi Micro onde

Le tout est alimenté directement par le Micro-Onde lui même et derrière un hub USB se retrouvent connectés la carte Raspberry Pi, le module Arduino, un microphone, une enceinte amplifiée, un lecteur de code barre et un module Wifi. Tant qu’a faire…

Raberry Pi Micro onde

Le résultat est étonnant, ce petit four sous Raspberry Pi est désormais capable de comprendre un ordre vocal du type “Micro-Onde, 25 secondes en décongélation” et de lancer l’opération après avoir dit “Ok”. Il est également capable d’être pilote via une page web au travers d’un PC, d’un smartphone ou d’une tablette. Il peut lire un code barre inconnu que vous pourrez détailler ensuite pour lui apprendre a s’occuper du produit une fois pour toute au travers de sa page web : http://microwavecookingdb.com.

Raberry Pi Micro onde

Il pourra alors vous parler pour vous expliquer la marche à suivre comme, retourner un aliment a décongeler ou en remuer un autre au milieu de son réchauffage.

Raberry Pi Micro onde

Cela pourra paraître gadget à certains mais ce qu’a fait Nathan, en plus de livrer la méthode, les schémas et les éléments logiciels employés, est exceptionnel. Un tel engin n’existe pas encore sur le marché mais un seul bonhomme a réussi a le fabriquer tout seul dans son garage. On imagine bien ce qu’une équipe de technicien chevronnés et d’ingénieurs pourrait pondre chez un constructeur. Ils pourraient amener ce type de solution à un standard qui serait alors intégré à de nombreux outils du quotidien.

Raberry Pi Micro onde

Pour des personnes à mobilité réduite ou des malvoyants, un tel micro-onde serait déjà un énorme progrès : Il leur permettrait par exemple de n’avoir qu’une barquette a glisser dans l’appareil puis a dicter sa commande et enfin a attendre que le micro-onde, le lave linge ou la centrale d’alarme indique oralement qu’elle a terminé sa tâche.

Source : madebynathan.com

25 commentaires sur ce sujet.
  • 12 juillet 2013 - 9 h 56 min

    PASTA

    (…) se retrouvent connectés la carte Raspberry Pi, le module Arduino, un lecteur de code barre, un microphone, une enceinte amplifiée, un lecteur de code barre et un module Wifi.

    2 lecteurs de code barre?

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 11 h 03 min

    @PASTA : Oui, ça fait un micro-ondes barbare….Bbon, okaÿe, j’y vais, il se fait tard… Erf !

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 11 h 08 min

    « Ils pourraient amener ce type de solution à un standard qui serait alors intégré à de nombreux outils du quotidien. »

    je crois que tu es hélas bien trop optimiste. dans le meilleur des cas, chaque marque d’électroménager aura SON standard, et tu seras donc fortement encouragé – parce que c’est quand même plus pratique – à n’avoir qu’une seule marque d’électroménager à la maison.

    dans le pire des cas ? un peu de patent troll d’une boite totalement inconnue des USA pour gagner des millions.

    à mon avis (à moi) il faut que ce nathan boss encore un peu pour pondre lui un standard, que bien d’autres personnes se mettent à l’utiliser et, dans un an ou deux, quand ce standard le sera réellement devenu, les ingénieurs n’auront alors pas la tentation d’en créer un autre.

    mais je n’y crois pas.

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 11 h 12 min

    Certaines personnes n’utilisent pas le four à micro-ondes à cause d’éventuels effets néfastes sur la santé et/ou les aliments, en revanche, intégrer cela dans un four traditionnel serait excellent surtout l’idée du code QR qui détermine tout seul le temps de cuisson.
    Le SMS pour remplacer le tweet et c’est parfait !

    Prouesse assez remarquable pour en faire l’objet d’un billet, merci Pierre !

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 11 h 15 min

    C’est ce que j’aime quand je vois l’esprit de la communauté rapsberry. L’invention et le partage… Pourvu que ça continue.

    Et comme tu le dis Pierre, ça pourrait changer la vie à bien des gens avec, somme toute, peu de moyens techniques. Je me souviens aussi de l’histoire du gars qui avait fait un lecteur d’ebook audio pour une de ses aieules.

    Des news comme ça, on en voudrait tous les jours ;)

    Répondre
  • PJL
    12 juillet 2013 - 11 h 39 min

    @Dliryc: Le SMS, faut un module en plus, la carte SIM et l’abonnement ou passer par un intermédiaire donc des coûts supplémentaires et certaines zones sont encore mal couvertes.
    Le tweet, c’est plus moderne et plusieurs personnes (ex : les membres de la famille) peuvent être abonnés et ça marche partout ou il y a internet.

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 13 h 11 min

    Vivement le jour ou la cuvette des toilettes va se mettre a twitter…..:rolleyes:

    Répondre
  • uko
    12 juillet 2013 - 14 h 07 min

    Une prouesse technique impressionnante, j’aimerais avoir autant de compétences et être aussi impliqué dans une passion que ce Nathan.

    Par contre je reste prudent sur l’aspect connecté de ces engins. Outre le fait que je ne tienne pas forcément à ce que la NSA soit informée de mes usages personnels de mes appareils électroménagers (“Just finished cooking up the baby! I hope they like it!”, ça ferait tâche), on peut facilement imaginer qu’une personne malintentionnée ayant accès aux tweets du micro-onde puisse déduire d’une inactivité prolongée l’absence des propriétaires de la maison.

    L’avantage, c’est que cette fonctionnalité n’est pas obligatoire. Et pour le reste, tout ce qui permet de gagner en ergonomie est bon à prendre. :)

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 14 h 25 min

    @uko: Justement, plus on sera nombreux, plus duer sera la tâche d’écoute. Si les machines se mettent a twitter, comment surveiller twitter :D

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 16 h 47 min

    Y’en a qui ont du bol… Moi, mon micro-onde il a plutot… tilté… il ya deux jours. Bon, apres enquete, il avait 22 ans, donc c’est a la fois dans la logique des choses, et sans doute mieux comme ca :-p Zut, ca me rappelle d’autres… tilts… moins jouasses, formulé comme ça :-p

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 17 h 05 min

    Serieux! j’adore :)
    et votre mug Minimachine avec un QR code pour chauffer juste comme il faut le café :)

    PS : sauf quand il regarde le chat, il a pensé a mettre le chat dedans? troll off

    Répondre
  • uko
    12 juillet 2013 - 18 h 04 min

    @Pierre Lecourt:
    Noyer l’information ? Intéressant, mais alors il faut programmer son four pour être un dangereux terroriste, histoire de passer les filtres mis en place et saturer les humains d’informations inutiles:
    “Al Qaida just finished bombing up the *baby* ! I hope they explode with it!”

    PS: Désolé si la CIA fait une descente dans ton garage par ma faute :(

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 18 h 49 min

    @uko: ^^

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 20 h 49 min

    @uko: bof, la nsa elle sait enregistrer la totalité du web en temps réel mais ne sait pas quoi en faire ni comment traiter “tous ça” !
    alors bon, si c’est juste pour avoir les preuves après coup et pas en amont (juste sur les individus déjà surveiller et hors système “global”), aucun intérêt et limite c’est une dépense de fric et d’énergie inutile (et redondant avec les lois demandant déjà à garder les logs un an mini dans la plupart des pays)

    sinon content de voir ici un exemple super de ce que peut faire une personne d’une RPI pour un vrai projet

    imaginer un prof qui ferait la même chose avec ses classes

    on aurait divers projets (par exemple de faire tous l’électroménager de la maison)

    et là c’est que pour la domotique !!!

    la pi servait à ça à la base, pas à xbmc pour geek (maintenant je fais acheter une cubox à ces gens là, plus complète pour eux et moins de soucis après sur le net)

    la pi c’est un vrai bijoux et une bouffée d’air pour certains projets irréalisables avant (onion pi déjà, “saint cloud” du fond du cœur)

    bidouilleurs, n’hésiter pas à vous lancer dans l’aventure RPI (et ça servira à tous le monde, même à ceux ayant peut d’argent)

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 21 h 49 min

    Il faut se méfier , dans un roman de Philippe K Dick, on en arrive à devoir payer les objets, à chaque usage , pour qu’ils fonctionnent ! 0,10€ pour ouvrir la porte du frigo , 0,05€ pour une minute de micro-onde …

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 22 h 27 min

    @samarc: Dick est un grand auteur et la parabole est claire, ne pas devenir esclave des machines ni à leur botte. Maintenant on en est loin, teès loin. Le jour ou un frigo aura assez de conscience pour avoir envie de s’enrichir n’est pas encore là.

    Répondre
  • 12 juillet 2013 - 22 h 47 min

    @samarc: c’est aussi ça le but d’avoir des projets sur du matériel et software open source et hors compagnie “corporated”, c’est vous qui décider si oui ou non vous activez certaines options (du genre recommander directement du lait à votre supermarché si votre frigo détecte qu’il y en a plus alors que vous n’en voulez pas à ce moment là)

    c’est vous le maître, vous décidez de ce que fait votre matériel selon vos choix et règles entièrement défini par vous, pas l’inverse ou imposé par “on ne sait qui” (le proprio du frigo en leasing via une offre constructeur-supermarché par exemple ou d’autres exemples en ce moment via les futures consoles-kinect par exemple)

    c’est un choix, à vous de voir justement dans quel monde vous investissez pour le futur

    si le public adhère pas, les boites proposeront d’autres modèles, quittent à essayer de temps en temps de remettre le couvert via des projets ressortis des placards

    à nous d’être vigilant

    Répondre
  • 13 juillet 2013 - 9 h 17 min

    @Baldarhion: +1 c’est exactement ça !

    Répondre
  • 14 juillet 2013 - 10 h 11 min

    Avec le plus de courtoisie possible: Bonjour et merci pour ces informations.

    De toute évidence, il est plus simple de partager l’abondance que le rareté. Les informaticiens (du libre surtout illusionnés par leur culture du partage … du code) confondent le soft-ware et le hard-ware. Pensez-vous possible que 6 milliard d’habitants mettent des raspberry-py dans leur frigo, micro-onde, chaussure, lunette, etc etc ? Je sais bien que tous les produits de la société de consommation: individu-es aliéné-es ou marchandises détestent les limites par qu’elles contredisent leur fonctionnement interne… m’enfin ce n’est que des jeux pour enfants tout ça. Ne confondez-vous pas utilité et distraction ?

    Répondre
  • 14 juillet 2013 - 12 h 14 min

    @pilop: Derrière votre message à la limite de l’incompréhensible tant vous usez et abusez de ce vocabulaire et ces tournures que l’on ne rencontre plus guère que dans les “guides spirituels” et autres littératures ésotériques, je crois comprendre un message.

    Oui certes, personne ne pense que toute la planète va acheter une carte Raspberry-Pi (Pi pas Py) pour la glisser dans ses chaussures pour reprendre votre très billant exemple.

    Pourtant du jeu pour enfant, nous sommes loin puisque juste derrière la forme fantomatique dessinée par le bout de votre nez lorsque vous lisez cet écran, vous pouvez comprendre que ce jeune homme a réussi a se ré-approprier le materiel qu’il avait acheté à un groupe industriel. Il en a fait un objet qui lui correspondait mieux et passe ainsi d’une consommation passive à une fabrication active.

    L’objet vous parait peut être gadget, l’usage inutile mais le jeune homme n’avait peut être ni laboratoire médical de brousse, ni pile à fission sous la main. Il se rabat donc sur sa cuisine.

    Ce Hack, cette appropriation et ce détournement ne changeront pas la face du monde parce qu’ils restent dans une cuisine. Mais ce hack était opération impossible il y a quelques mois, il est aujourd’hui à la portée de tout le monde, ne nécessite plus la volonté industrielle mais le savoir de l’utilisateur.

    Ce que ce Hack veut dire, ce n’est pas “lol tavu mon four il twitte mdr” mais bien, “comment transformer le monde industriel qui m’entoure en un monde qui fonctionne mieux pour moi. Tiens je vais faire tout ceci puis je vais le coder, le documenter et l’offrir gracieusement au monde comme ça si un autre à une meilleure idée nous pourront tous deux en profiter.”

    Les premiers usages de la vapeur, de informatique ou de la roue ont sans doutes été des inventions “inutiles” et gadget tendant a démontrer un potentiel, mais ces “errements” servent a cerner et comprendre les usages. Ainsi le type qui a inventé la webcam l’a fait pour surveiller la machine à café de l’étage en dessous de son bureau et ne pas descendre lorsqu’elle était vide. La distraction est dans le gadget, l’utilité est dans l’exemple, le code et la documentation de l’ensemble.

    Répondre
  • 14 juillet 2013 - 15 h 39 min

    Je vous remercie d’avoir publié ma remarque ainsi que d’avoir pris le temps de me répondre, vos formulations trahissent énervement dont je dois être le cause mais ce n’était pas mon intention. Je vais donc m’efforcer de rendre mon écriture amateur plus clair; pardonnez-moi par avance si je n’y parvenais pas parfaitement.

    Tout d’abord, la critique du Hack n’est pas encore assez diffusée, c’est donc normal que les confusions soient nombreuses. Lorsque le marketing ou le commerce s’engouffre dans une pratique (très riche au demeurant comme le hack) pour en devenir pratiquement le porte-parole, c’est bien que son projet politique est mal formulée ou encore immature. A ce titre, le cas du Hack est très similaire à celui du développement durable.

    Dès lors, ces praticiens-ennes sont maintenu-es, formé-es à une pensée apologisante, denuée de réflexion critique par des interfaces commerciales qui y ont bien-sûr intérêt. De toute évidence, pardonnez ma franchise, mais vous semblez en être une victime. Si les hackers semblent avoir eu beaucoup d’autres intentions par le passé; leur do-cratie (just do it !) semble les empêcher de conceptualiser et c’est bien dommage. De plus, les opportunités commerciales créent par cette confusion leur permet de se faire valoir dans l’économie “militante” ou pseudo-empathique; la biocoop va bientôt vendre des Raspberry-pi avec un sachet de Tofu à passer au micro-onde en cadeau, vous verrez.

    Pour approfondir, je vous invite à élargir vos recherches à des champs beaucoup plus large, notamment l’histoire des techniques (vous deviez douter davantage en général et à propos de la roue en particulier) et de l’économie politique. Peut-être serait-il nécessaire de mettre pour quelques temps de côté internet-actu et cnet ?

    La Hackabilité d’un appareil dont vous parlez est une caractéristique bien plus marchande (API pour personnaliser) que réellement opérationnelle (réparabilité – compréhension des enjeux sociaux/ressources/technique d’une technologie). De plus, vous confondez le succès marchand avec l’augmentation du bonheur lorsque vous citez le cas de la webcam. Il semble bien que nous ne parlons pas de la même chose.

    La petite personnalisation donc vous parlez n’égale pas la diversité sociale que nous pourrions avoir avec des techniques d’une autre sorte, mais post-industrielles.
    Elle est une sur-couche sur une base complètement déterminée par l’industrie si bien qu’aucune connaissance acquise par l’intermédiaire des Raspberry-pi & Cie n’est agissante en dehors; ce sont des outils éminemment captifs, impossible donc de parler d’autonomie il me semble.

    Au plaisir de vous lire,

    pilop

    Répondre
  • 14 juillet 2013 - 20 h 23 min

    ou la la,
    même pas 15 jours que les vacances sont commencés et voila déjà que les profs de philo ou agrégé de “sup de geo politico psycho marketo branlage” s’emmerdent déjà et débarquent sur les blogs !!!
    (je détestent autant les vacances pour ça que les forums de clubic le reste de l’année)

    pitié, venez pas commencer à “théoriser” le hacking, sinon allez d’abord dans un fab lab et après on en reparlera

    pourquoi ne pas sortir et profitez du beau temps ?
    allez étudier le comportement social des abeilles en essaim, c’est pas plus intéressant ?
    (et puis après on s’en servira pour les IA si l’étude est bien faites, sinon y a bon porn aussi)

    je suis un peu comme l’auteur du bog (que je suis depuis blogeee, donc un petit bout de temps), c’est pas de l’énervement tout au plus de l’amusement avec une pointe de “tiens, encore un qui c’est perdu, ah bah oui, c’est de saison”

    bref, vive la pi, les imprimantes 3D, le DIY, arrêtons la théorie, du concret et partager le avec le plus grand nombre, on verra ce qui en sortira

    après les experts du style “le pare feu open office”, on connaît en “info”, c’est bien jolie mais ça résiste pas longtemps à l’épreuve du feu du concret (ça leurs fait au moins un “petit” chèque et une ligne de plus dans le cv pour en enfumer d’autre ensuite en tant “qu’expert”)

    mais bon, comme la RPI tous le monde disait “ça marchera pas, aucun intérêt”, on est tranquille vous savez

    détendu du string, ne vous déplaise (et bonnes vacances surtout ;-)

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 10 h 13 min

    […] externes. On a ainsi vu naître de nombreux projets plus ou moins délirants allant du micro-onde qui twitte à l’appareil photo ou la tablette numérique tous équipés d’une de ces cartes […]

  • 8 avril 2014 - 9 h 01 min

    […] terme, un bricolage de génie comme ci-dessus, celui d’un four à micro-ondes qui scanne les codes ba… pour déterminer la cuisson a appliquer à vos plat et vous envoie un tweet quand ils sont […]

  • 26 septembre 2014 - 11 h 08 min

    […] des fonctionnalités à des années lumières de ces fonctions de base. Tant et si bien qu’un micro-onde sous Raspberry Pi fabriqué par un internaute est beaucoup plus évolué que tous les micro-ondes des plus grandes […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *