Raspberry Pi 2, Ubuntu et Windows 10 s’invitent à bord

La nouvelle carte Raspberry Pi 2 semble cristalliser beaucoup d’attention de la part des éditeurs de logiciels. Il faut dire qu’avec des millions d’exemplaires vendus de la première salve de ces solutions, ils ont probablement eu envie de suivre le mouvement. Canonical et Microsoft s’invitent donc à bord.

Développer une solution logicielle sur mesure coûte cher, c’est pour cela qu’il ya peu de réels développements pour les machines du commerce. Tout juste des adaptations. Prenez un Ubuntu par exemple, jamais vous n’aurez de machines grand public disposant de la même qualité d’intégration que ce que peut faire un particulier pour son propre matériel. Dans le cas de Windows, c’est la même chose, combien de PC disposent en eux de centaines de milliers de pilotes ou de pack de langues et autres options dont ils ne se serviront jamais ?

Raspberry Pi 2 de la carte de  développement à la carte de visite.

Pour développer sur mesure, et pour que cela soit rentable, il faut être sur que la machine produite le sera en assez d’exemplaires. Compiler un système d’exploitation adapté à un PC précis c’est beaucoup de travail et c’est pour  cela que, généralement, on retrouve des machines juste adaptées à un système d’exploitation, à grands coup de pilotes et de fonctions logicielles ajoutées. Mais très rarement optimisées.

Raspberry Pi 2

Dans le cadre des cartes Raspberry Pi 2, il y a un coup à jouer pour les éditeurs tels que Canonical, papa d’Ubuntu, et Microsoft avec Windows 10. Dans les 2 cas, la solution ne sera pas rentable en terme de ventes mais pourrait avoir un effet bénéfique au niveau de l’image des produits.

Ubuntu

Prenons le cas de Canonical qui indique qu’Ubuntu sera compatible dans sa version Snappy Ubuntu, avec la Raspberry Pi 2. Quel intérêt pour l’éditeur ? Il est tout d’abord éthique avec une volonté de propager un système d’exploitation libre et Open Source. Il est ensuite marketing puisque si des millions de cartes ont été vendus dans les premiers modèles de ces cartes ils peuvent espérer de très bonnes ventes de la Raspberry Pi 2. Or, à ma connaissance, aucune distribution Linux n’a jamais connu de produit unique distribué à autant d’exemplaires dans le commerce compatible avec une version précise d’Ubuntu ?

openelecに味付け変更。

Ce qu’ont fait les équipes d’OpenElec pour fabriquer une distribution orientée multimédia sur la Raspberry Pi, en l’optimisant de mise à jour en mise à jour est accessible à Canonical qui pourrait prouver ici la valeur de son système au travers d’une carte à 35$.

Tout le challenge est là, avec un objet qui sera produit pendant  des trimestres d’affilée et qui se vendre a des centaines de milliers de pièces, il y a une vraie carte à jouer pour Ubuntu. Le bouche à oreille a fonctionné pour la solution Raspberry Pi associée à OpenElec pour le multimédia, il peut très bien fonctionner dans un couple composé de la Raspberry Pi 2 et d’Ubuntu pour des usages système plus classiques.

Snappy Ubuntu est une version légère du système d’exploitation qui s’accommodera du matériel embarqué dans la nouvelle carte. Cette version très orientée Cloud est conçue pour les appareils légers.

Windows 10

Mais Ubuntu n’est pas le seul  avoir fait ce calcul, Microsoft se penche aussi sur le berceau de ce nouveau né. Et pour les mêmes raisons.

Le programme réservé aux développeurs tournés vers l’Internet des objets de Microsoft travaille depuis de longs mois avec la fondation Raspberry Pi. Et Microsoft compte bien montrer la validité de son système sur cette minimachine.

Il ne faut pour autant pas s’attendre à un Windows 10 identique en tous points sur cette carte qu’avec un engin architecturé sur une puce x86. Ni d’un point de vue capacités, ni même d’un point de vue performances. La petite carte est une solution entrée de gamme face aux puces actuellement disponibles chez Intel et AMD. La solution Windows 10 sur Raspberry Pi 2 sera donc orientée vers des usages précis et simples.

Raspberry Pi 2

Oubliez les jeux, les applications lourdes comme la retouche d’image ou tout ce qui concernera l’édition en temps réel. Le surf, la musique, la vidéo et les usages bureautiques devraient concentrer le gros des capacités de l’objet sous Windows 10.

C’est néanmoins la même perspective chez Microsoft que chez Canonical, pour montrer les possibilités de chacun des 2 système sur ce genre de mini solution très orientée développeurs, cela vaut le coup d’ouvrir une ligne de crédit pour payer des ingénieurs de manière à en faire un projet peaufiné de mois en mois pour optimiser les performances de la carte.

49 commentaires sur ce sujet.
  • 2 février 2015 - 16 h 00 min

    Il faut qu’il m’explique, comment ce n’est pas possible Windows 10 sur les tablettes Surface à base d’ARM, mais ils peuvent le mettre sur R.pi2?!?

    Répondre
  • 2 février 2015 - 16 h 01 min

    Très très intéressant!!!! Je me tate depuis quelques mois sur une Pi B+ mais avec cette annonce: une Pi2 avec Ubuntu et W10 sur mesure et gratos, là, je dis banco! J’ai déjà mis les alertes sur Materiel.net!

    Répondre
  • 2 février 2015 - 16 h 03 min

    @Piratu’: une question de volonté mais surtout de marketing pour faire acheter de nouvelle tablette Surface avec W10… la philosophie de Surface est à l’opposé de celle du Pi.

    Répondre
  • 2 février 2015 - 16 h 05 min

    IL existe des projets de PC portable fait à partir de la première mouture de la carte ! Avec cette nouvelle version, en rendant disponible Ubuntu et Windows 10, plus le gain de puissance, ça peut être très très intéressant pour grandement améliorer ces PC portables fait maison !

    Répondre
  • 2 février 2015 - 16 h 33 min

    La version de Windows 10 en question est celle pour les produits embarqués qui n’est pas comparable avec une version desktop ou tablette.

    c’est le renouveau de Windows CE qui tourne dans certains distributeurs bancaire, bornes interactives, etc

    Répondre
  • 2 février 2015 - 16 h 35 min

    Microsoft pourrait ouvrir Windows 10 afin qu’on puisse l’installer sur d’autres cartes ARM, comme on le fait aujourd’hui avec Windows sur x86. Je pense qu’ils ont que à gagner s’ils font ça.

    Répondre
  • 2 février 2015 - 18 h 05 min

    @Piratu’: Tout à fait !!

    Et la politique de Microsoft pour Windows 10 est l’harmonisation totale. Donc je ne vois vraiment, mais vraiment pas un spécial Windows 10 pour une petite RPI 2, qui plus est.

    Répondre
  • 2 février 2015 - 18 h 07 min

    Par contre, l’idée géniale d’un système compilé spécialement pour le matos, c’est ce que fait Apple avec Mac OSX et iOS. ;)

    Répondre
  • 2 février 2015 - 18 h 08 min

    Un système compilé, c’est génial, mais pourquoi donc se limiter à un processeur ARM déjà obsolète. C’est totalement idiot, sincèrement. Je ne comprends pas.

    Répondre
  • 2 février 2015 - 18 h 19 min

    @Sopilou: PArce que le code source n’est pas disponible pour les autres puces ? Du coup compiler pour un proc 64 bits 8 coeurs sans ouverture du code reviendrait a avoir une expérience utilisateur moins performante que le VideoCore IV de ce Broadcom…

    Répondre
  • 2 février 2015 - 18 h 50 min

    @Piratu’: Note que sur RPI2, Windows tourne certes, mais… sans interface graphique. Ca fait une différence notable.

    Sans doute la meilleure version de MS jamais livrée, du coup.
    Windows, sans fenêtre, c’est l’aboutissement final du éteindre dans démarrer.

    Répondre
  • 2 février 2015 - 18 h 52 min

    Sur pas mal de site je lis que le système windows 10 qui sera porté pour la Raspberry pi 2 serait sans GUI donc une version embeded… et qui est déjà porté sur ARM sur les versions précédentes de windows. A mon avis il va y avoir des déçus !!!

    Répondre
  • 2 février 2015 - 20 h 50 min

    Lors du lancement de la raspi première du nom, avant même que les premières soient livrées, la fondation clamait haut et fort qu’un hacker dont j’ai oublié le nom était en train de porter Android sur la carte. Les travaux étaient très avancés et les premiers résultats positifs, dixit la fondation. Au final, je n’ai jamais vu Android sur aucune des versions de la raspi. Peut être à cause de l’architecture ARM v6 de la raspi.

    Vont-ils nous refaire le coup avec Ubuntu et surtout Windows 10?

    Hormis pour ceux dont le projet existe déjà sur raspi, je pense que la solution Odroid C1 est plus opportune, ne serait ce que pour l’absence de collusion avec le fondeur dont les bénéfices en termes d’ouverture des sources au niveau de la raspi sont quasi nuls.

    Répondre
  • 2 février 2015 - 21 h 18 min

    @Freethinker: Ah oui ? Je me souviens pas de cet épisode Android sur la RPi ?

    Tu as des liens de l’époque ?

    Répondre
  • 2 février 2015 - 21 h 22 min

    C’est pas Microsoft qui a annoncé l’abandon de Windows RT (donc windows sur ARM) et cette semaine, on aurait du Windows 10 sur ARM… C’est pas très cohérent!

    Répondre
  • 2 février 2015 - 22 h 11 min

    @aiRVB:

    Ms a abandonné la production de Surface 2 RT.
    Ms a clairement indiqué que W10 serait compatible (en partie) avec des tablettes <8" sous Arm.

    Répondre
  • 2 février 2015 - 22 h 19 min

    c’est marrant dès qu’on écrit le mot Windows, c’est la ruée : moi j’en veux un.

    ce qu’il faut comprendre dans cette annonce c’est :
    “Le programme réservé aux développeurs tournés vers l’Internet des objets de Microsoft”

    qui dit objets connectés dit des applications qui s’exécutent sur le PI pour piloter la maison, comme google qui à acheté neste et ses brevets

    ce n’est à destination que des développeurs

    c’est également le propos de ubuntu :
    “Snappy Ubuntu Core on Raspberry Pi 2 is the ideal foundation for developers to build Snappy Apps and share them with others”
    Sappy Ubuntu Core sur rpi est la fondation idéale pour les développeurs qui créent des applications et les partagent avec les autres

    c’est une bonne base pour les éditeurs qui vont pouvoir tester le marché et récupérer les idées et les développements

    Répondre
  • 2 février 2015 - 23 h 54 min

    Comme le dit justement bibiki, on sera dans le domaione du windows embarqué… Et si je me souviens des versions de windows CE que j’avais installé sur des machines chinoises improbables sous android à l’origine ben… faudra pas s’attendre à des miracles.

    Par contre sous Ubuntu Snapy je suis persuadé qu’on trouvera davantage de choses intéréssantes (on me dit qu’il y a de plus en plus de paquets recompilés pour ARM… Et puis au pire avec une autre machine un peu plus puissante on pourra toujours s’amuser comme au bon vieux temps à refaire de la compilation croisée ;)

    Notons malgré tout que depuis le retour de Billou, Microsoft devient un peu plus fréquentable : open source pour .Net, … Bientôt un Windows Open Source ?

    Répondre
  • 3 février 2015 - 2 h 22 min

    @Freethinker: Les OS modernes ne pouvait pas (enfin sans grand renfort de dev) être portés sur la RP 1er de nom, à cause, comme tu le mentionnes de son archi ARM v6.
    Le nouveau proc tourne sur du ARM v7, donc ces limitations n’existent plus. Il est donc possible de faire fonctionner Ubuntu, Tizen, ou Windows (il semblerait).

    @Piratu’, La stratégie de Microsoft est de promouvoir Windows10 et de vendre des licences. En s’adossant à RP, Microsoft se fait un sacré cout de pub et accessoirement, ca va favoriser l’émergence de nouveaux produits/usages pour W10 (mais ca reste à prouver). Par contre ca n’a pas beaucoup d’intérêt de supporter tout un tas de carte. Ca va couter cher pour très peu de revenu derrière: à 100$ le ticket d’entrée moyen, rajouter une licence W10 dessus, ca ne me semble pas avoir beaucoup de sens.

    Répondre
  • 3 février 2015 - 3 h 17 min
  • ep
    3 février 2015 - 8 h 57 min

    @Pierre Lecourt “Tu as des liens de l’époque ?”
    Et tu abuses là! Faut pas demander des trucs comme ça.
    Le gars a cherché ton lien jusqu’à 3 h 17 du mat’…………….

    Répondre
  • 3 février 2015 - 9 h 49 min

    @DotNet: Vraiment ?!! Je n’ai cessé de lire que Microsoft abandonnait sa surface RT mais aussi Windows RT (donc Windows RT) !

    Quoique Windows 10 est prévu pour les smartphones (qui sont eux-mêmes sous processeurs ARM)…

    Répondre
  • 3 février 2015 - 11 h 50 min

    Alors pour Windows 10, c’est dans l’esprit “headless” pour la terminologie Raspberry, et IoT pour Microsoft :
    https://dev.windows.com/en-us/featured/Windows-Developer-Program-for-IoT

    Donc, l’objet ce n’est pas d’avoir un mini PC pas cher qui fait tourner W10, l’objet c’est de coder avec Visual Studio des applis “Universal Apps”.

    Pour le reste, après la phase d’inscription au programme, il va falloir attendre un peu pour en savoir plus. C’est prévu pas tout de suite, mais dans pas longtemps.

    Alors, entre la R2, W10 pour IOT et le nouveau mini composant ESP8266 qui ne coute rien et que l’on peut adosser à son Arduino, 2015 sera l’année de IoT.

    Ceci dit, quel est l’impact sur l’économie d’une couette qui calcule le temps de sommeil et envoie les données vers ThingSpeak pour fabriquer un joli graphique ?

    Répondre
  • 3 février 2015 - 16 h 11 min

    @StarLord: même pas sur qu’il y ai des acheteurs en plus !
    regarder les “fameux” frigos qui vous disent “il y a plus de lait” et vous envoi en chercher chez votre hyper du coin (si celui ci a bien reçu la commande du “frigo”, ce qui, avec la parano actuel et les systèmes de validations “anti robots” est pas encore demain la veille)
    et si ce n’est pas “automatique”, j’ai des yeux et fait mes courses avec une bonne vielle liste à l’ancienne (mon frigo croit vraiment que je vais aller à mon super juste pour UN produit, sérieusement – en plus, le lait ppar exemple s’achet par pack et je ne me pas tout le pack d’un coup au frais par exemple)
    bref peso je vois pas (et je crois que les acheteurs non plus vu le “succès”

    j’avais pris une montre lg pour voir ça à noël, renvoyer sous 15 jours
    ça n’a au final aucun intérêt

    le seul que je vois, c’est le monitoring de malades dans les déserts médicaux (mais ce sont generalement aussi des déserts numériques, je le vois bien avec mes parents et l’upload ridicule, le down est pas mieux remarque)
    sans fibre optique, c’est pas réellement jouable
    je parle même pas de l’autonomie et de la recharge du bouzin (il se passe quoi si avc ou attaque pendant que la montre est sur son support de recharge ? ça promet de bon procès en connaissant certains)

    c’est bancal et ça part mal (même les google glass, c’est mal parti et c’est de loin le projet le plus abouti alors le reste, j’attends de voir, mais je crains le pire)

    pour les fringues-couettes, rêvez pas trop non plus (sauf si vous lavez jamais rien)
    et pour dormir, moi une montre je supporte pas
    bref, à voir les produits qu’on nous proposera, mais le rapport qualité prix service sera pas évident pour les marques (plus le double emploi et pas mal d’autres contraintes – on le voit avec les google glass, pas au volant, pas dans la rue, pas dans les bars et restaurant, pas, pas, pas, ben non alors)

    Répondre
  • 3 février 2015 - 16 h 14 min

    ouch, sorry pour les “fotes” là
    ça me fait mal aux yeux aussi

    Répondre
  • 3 février 2015 - 18 h 45 min

    Ben, je “fais partie des makers”, je répare, je modifie et je transforme. J’ai des choses que j’ai automatisées chez moi, mais je ne veux pas de domotique. Je ne veux pas de volets électriques, je n’ai pas de télé, je veux que les objets soient à mon service et non pas le contraire.

    Pour W10, après l’effet d’annonce, j’ai peur en regardant le schéma que propose Microsoft : une application Universal App, leur Cloud, le magasin Microsoft. Du coup, ça ne parait pas trop dans l’esprit du libre / indépendant.

    Je me méfie de Microsoft qui a tendance à s’accaparer des technologies qui ne leur appartiennent pas, les tordre pour les Microsoftiser et les présenter comme des technos Microsoft, et nous les proposer comme des innovations Microsoft.

    Je ne comprends pas comment on stoppe Windows RT et comment on abandonne les produits RT et d’un autre côté comment on (re)part sur de l’ARM.

    Pour la visibilité de la RASP c’est bien d’avoir une telle annonce, mais je ne sais pas si en pratique nous serons gagnants. Il ne s’agit de toute évidence pas de proposer un Windows 10 avec les fenêtres sur un ARM, c’est à dire faire un mini PC super économique, hein, entendons nous bien ! enfin j’ai cru comprendre. Pour les fenêtres, c’est la Debian ou alors Ubuntu !

    Pour en savoir un peu plus sur universal Apps :
    http://dev.windows.com/en-us/develop/building-universal-windows-apps

    Et sinon il y a le Visual Studio 2013, la version express est gratos (et franchement, elle fait des choses, sincèrement Microsoft ne se moque de personne avec ça) et on pourra tester quelque chose dans les semaines ou mois qui viennent.

    Répondre
  • 3 février 2015 - 18 h 54 min

    Pourquoi j’achèterais la RPI 2 (qui ne serait pas un vrai ordi sous Windows 10) plutôt qu’une Migopad ou l’une de ces clésPC sous Windows 10 ?

    Répondre
  • 3 février 2015 - 19 h 12 min

    Ben je suis entièrement d’accord avec toi : ça ne sert pas à ça !
    Pour le jeux, c’est oui et non : pour le rétrogame, c’est bien, mais il faut marner. Pour les jeux modernes, pas la peine d’y penser.
    Par contre avec cette version, la navigation risque d’être fluide, donc en “PC d’appoint”…
    Un exemple d’utilisation “industrielle” : un RPi qui pointe vers une machine virtuelle de développement. Ce n’est pas du jeux, on affiche du Windows mais c’est pas exécuté sur le Rasp, on a une consommation électrique ridicule et zéro nuisance sonore, et pour installer une machine il suffit d’y mettre une copie de la carte SD.

    Je peux recommander la lecture de MagPi : http://www.themagpi.com/ pour savoir quoi faire avec un Rasp…

    Répondre
  • 3 février 2015 - 19 h 55 min

    @StarLord: idem, c’est pour ça que j’aime des projets comme les RPI et ne comprends pas l’intérêt d’une montre connectée comme proposé dans les formules actuelles

    après, windows pour la communauté RPI, ça fait doucement sourire et en même temps, si un jour ça devient utile, c’est possible donc un très bon point

    le grand public achètera pas une RPI pour windows, par contre en pc de dépannage en plus du media center (y a qu’a changer la carte), là ça va le faire

    avec un DE adapté type mezzo ou autre (deja lxde avec 1 g de ram c’est nickel même avec navigateur en plus), ça va devenir franchement intéressant
    (je reve d’un lxqt sur RPI, ce serait parfait)

    pour moi, c’est bon pour la RP et pour linux

    microsoft, ils font leurs trucs mais ils ne pourront pas s’approprier la pie ou la tordre du fait du but même de la carte et de la fondation
    apprendre l’info et la programmation en étant ouvert le plus possible
    apporter une solus windows est un plus, mais le cadre contraignant n’est pas assez avantageux pour MS pour que ça fasse un effet “bulldozer” comme sur pc
    (et le fait que le matos ne soit pas “bloquer” avec un uefi et secure boot comme certaines solus actuelles en clé ou mini pc va devenir un avantage certain pour elle et ceux voulant un pc “de chambre” pas cher et fanless)
    broadcom, c’est pas un “wintel” en puissance vu les prods donc on a pas s’inquiéter autant je pense (qualcomm j’aurais pas dit, mais là je pense pas)

    laissons passer et voyons deja, mais c’est tout bon ça (sauf pour certaines team linux qui vont devoir se “retaper” tous le boulot pour l’adapter sur la nouvelle pépite ;) m’enfin bon, au final ce sera que du bonheur et les anciennes cartes finiront dans des alarmes home made, boîtier pour rendre une vielle imprimante laser pas reseau reseau, produit airplay je sais pas quoi ou autre projet demandant aucune ressources)

    c’est une bonne nouvelle pour tous le monde
    (et ubuntu livrera peut etre même finalement un ubuntu out of the box “à l’ancienne” sans cette m@rde d’unity, on va tous y gagner au fond, c’est une bonne nouvelle je vous dit ;)

    Répondre
  • 3 février 2015 - 20 h 17 min

    Ha oué, moi je voulais rendre l’imprimante de la maison Wifi mais ma femme craque “On va pas avoir des raspi partout !”.

    Pour le nouveau proco sur la Rasp, j’ai lu je ne sais plus ou qu’Eben Upton indique que tous les anciens projets fonctionnent sur la nouvelle carte, qu’il n’était pas question de tout recommencer.

    Répondre
  • 3 février 2015 - 20 h 41 min
  • 3 février 2015 - 20 h 47 min

    @StarLord: faut coller la RPI au cul de l’imprimante ou mieux, dedans (si possible)

    sinon oui, j’ai vu ça, par contre se serait quand même mieux si les projets étaient optimisés pour l ‘armv7
    les anciens continueront à fonctionne, mais pour les nouveaux, ça ouvre de nouvelles perspectives
    “meilleur” os (plus de paquets dispo) et graphiquement, si les DE pouvaient en tirer parti, ce serait encore plus fluide et agréable (il y a un bureau “mezzo” basé sur jwm qui serait parfait là pour la “nouvelle” RPI et une team bossait deja dessus, à voir – idem pour E19)
    c’est vraiment que du bon pour en faire un vrai poste de consultation et ou de secours
    (en plus des projets grands publics comme openelec ou là, ils vont pouvoir s’eclater niveau addon et skins – j’imagine deja un prochain raspbmc special “V2” par exemple)
    sinon, pour les projets qui ne demandent pas de grosses ressources ou d’interfaces graphiques, ça changera pas beaucoup de chose, c’est su

    Répondre
  • 3 février 2015 - 20 h 58 min

    @@@@ de clavier de t@l de m@@@@@
    j’arrête pour ce soir, ça me pique trop les yeux toutes mes fautes
    à demain tous

    Répondre
  • 3 février 2015 - 22 h 00 min

    Désolé de vous refroidir tous… Mais c’est seulement Windows 10 IoT qui va marcher dessus. Une version sans interface graphique qui n’est accessible que par Telnet…

    Répondre
  • 4 février 2015 - 10 h 40 min

    @Sopilou: Microsoft a des ambitions dans l’IoT, et pour cela, essayer de s’incruster dans la communauté RPi est une bonne idée. Mais le Win10 prévu pour une Raspberry n’aura peut-être pas les mêmes fonctionnalités qu’un Win10 “Desktop”…

    Répondre
  • 4 février 2015 - 13 h 05 min

    Oui, oui, W10 = IoT = Universal Apps.
    Ceci dit Microsoft est terriblement évasif.
    Donc pour l’instant, on attend. Enfin, c’est faux, la Raspi 2 est commandée, Windows 10 c’est typiquement pas du tout un critère, on verra plus tard !

    Répondre
  • 4 février 2015 - 16 h 02 min

    En attendant, cette petite carte collée derrière une box orange et c’est un cloud -pardon- serveur de fichiers personnel, ou alors un firewall digne de ce nom, ou bien encore en plus du serveur de fichiers, un serveur de mail perso… Ceux qui ont la chance d’être en fibre vont même pouvoir s’amuser à héberger leurs sites, leurs boards… Humpf… M’en faut une…

    Répondre
  • 4 février 2015 - 19 h 47 min

    Moui, moyen moins… Le problème de la Raspi, toutes versions confondues, c’est que le chip qui gère le réseau en seulement 100M partage la bande passante avec le port USB (sur lequel a priori se trouve le disque). En gros, ça ramouille un peu pour faire un NAS. J’ai déjà fait, avec la B, ce n’est pas fête.

    Par contre, le système de fichier sur un vrai NAS et un SAMBA client depuis la RASP vers le NAS, c’est pas mal.

    Pour faire un NAS il vaut mieux prendre une C1 de chez Harkernel qui roule à 1 Gigabit et dont le port USB n’est pas amputé du débit Ethernet.

    Pour Eben Upton le choix d’un BCM1113 permettant d’avoir le Gigabit (séparé de l’USB) n’est pas une évolution suffisante pour justifier d’une rupture de la compatibilité.

    Répondre
  • 5 février 2015 - 7 h 27 min

    @StartLord: yunohost pour la RPI marche bien et est suffisant pour la grande majorité des usagers (genre ceux qui sont à la campagne par exemple avec des box en 100 max et un débit pourrit, pour eux, ça changera rien le gigabit)
    c’est sur qu’un type qui s’y connaît et a la fibre, il a souvent mieux chez lui
    mais c’est pas le même profil (pour ceux dont je parlais plus haut, un syno ou une RPI, ça change rien, voir ça complique plus)

    Répondre
  • 5 février 2015 - 9 h 06 min

    Maah, oui. Je comprends.

    Je suis chez Numéricable à la maison et ça dépote vraiment (c’est même trop, surdimensionné pour ce que je fais).

    Répondre
  • 8 février 2015 - 6 h 31 min

    Une quarantaine de commentaires et personne pour relever les fautes de français dans l’article ? Comme par exemple “éthique” ou lieu de “étique”.
    Enfin je dis ça…

    Répondre
  • 8 février 2015 - 14 h 43 min

    @Jerry Khan: Non, la plupart des gens se disent en fait que ce n’est pas si grave même si c’est désagréable. Mais ptet que le fait que le site soit gratuit et sans pub, tenu par un seul type, les invite au moins a faire ce genre de remarque de manière constructive.

    Répondre
  • 10 février 2015 - 20 h 32 min

    “Compiler un système d’exploitation adapté à un PC précis c’est beaucoup de travail […] Mais très rarement optimisées.”

    Tiens, quelqu’un qui ne connait pas Gentoo :)
    Plus sérieusement, Gentoo fonctionne très bien sur mon BananaPI avec un kernel au petits oignons. Android aussi d’ailleurs pour ceux qui en parlaient plus haut.

    Concernant Ubuntu & winmachin, on voit tout suite les grosses tentatives de récupérations.
    M$ essaie de remettre le pied dans l’embarqué où sa présence est insignifiante face aux solutions Linux et un peu android (l’exception étant certains terminaux graphiques telles que certains DAB, les caisses enregistreuses …). Mais bon, qui n’en veut …

    Répondre
  • 11 février 2015 - 15 h 00 min

    Les fautes, c’est chiant surtout dans les titres. Mais elles n’y restent pas longtemps.

    Pour Microsoft sur la Rasp, je crois qu’il faut rester ouvert : pourquoi condamner a priori ?

    Répondre
  • 11 février 2015 - 16 h 19 min

    @StartLord:
    Le coup du flux partagé entre le réseau, l’USB et donc le disque est la raison pour laquelle je ne suis pas parti sur le Raspberry mais sur le Banana (même si, évidement, l’inconvénient principale est lié à sa communauté famélique). Comme le problème persiste avec ce nouveau model … je ne change pas de fruit ;)

    Concernant m$, j’ai subi ce genre de récupération par le passé et je n’y retournerai pas : c’est gratos au début, jusqu’au moment où la communauté grandie et paf … ça devient payant. Ou alors, si les clients ne suivent pas, ils coupent tout. S’ajoute aussi le fait qu’ils y a toujours de technos propriétaires histoire de bien tenir les clients captifs ce qui met à mal l’interopérabilité … plus bien sûr leur fiabilité légendaire.
    Bref, ayant à ma disposition des solutions fiables, documentées, ouvertes, évolutives et avec de bon outils de développements … des aspects que j’ai du mal à voir chez winmachin, je ne vois pas d’intérêt dans cette « opportunité ».

    Répondre
  • 12 février 2015 - 8 h 25 min

    Wha, je comprends ta position. En attendant au taf je suis essentiellement sur les technos Microsoft, même si ailleurs, je n’en veut plus.

    Ce que je retiens, c’est que tu en as soupé et que tu trouves ton intérêt ailleurs. Je retiens aussi que W10 associé au Rasp, ça fait parler du Rasp. Que sans le Rasp, pas de banana… Je crois que tout ça participe d’une dynamique et que chacun choisira en fonction de ce qu’il apprécie. Amen !

    Répondre
  • 6 mai 2015 - 10 h 08 min

    Je m’attendais à un Windows 10 (pour RPI 2) un peu bridé, mais quand même pas jusqu’à ce point !! :(
    Apparemment, il faudra tout paramétrer en ligne de commandes sous terminal SSH, la grosse galère !…

    Je ne vois aucun intérêt d’utiliser Windows 10 sans son interface graphique.
    Je devais acheter la RPI 2… Finalement, ça sera probablement une tablette chinoise sous un vrai Windows 10.

    Répondre
  • 6 mai 2015 - 10 h 10 min

    Pour rappel, la version Windows 10 pour RPI 2, Windows IoT (Internet of Things), est dédié aux développeurs.

    Ceux qui pensaient profiter d’un Windows 10 ‘normal’ sur RPI 2 seront fortement déçus, car ici point de bureau, ni de bouton démarrer, etc etc… :(

    Répondre
  • 6 mai 2015 - 10 h 46 min

    Ils font le forcing pour essayer de se faire une place sur l’IoT après être passé à coté de la vague DiY.
    Visiblement, ça marche pour les SetTopBox, mais beaucoup moins sur l’IoT où Linux et les outils pour l’embedded sont déjà très largement connus et répandus …

    Franchement, si j’arrive encore a comprendre justement sur les StB du fait de l’environnement graphique déjà largement connu chez les développeurs (même si faire du GTK ou même du DirectDB ne cassent pas non plus 3 pates à un canard), je ne vois pas trop l’intérêt de mettre du m$ uniquement en ligne de commande.
    D’autant plus qu’il y a beaucoup beaucoup plus d’outils et surtout beaucoup mieux supportés sous Linux.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *