Pomera DM30 : Elle a changé la machine à écrire de Grand-Mère !

La Pomera DM30 fait partie du catalogue d’une entreprise Japonaise qui distribue des « machines à écrire » avec un écran E-Ink depuis des années. Elle vise des utilisateurs particuliers qui ne veulent pas s’encombrer des lourdeurs d’un système d’exploitation mais qui veulent juste prendre des notes.

Ecrivains, journalistes, particuliers ou autres, la marque Pomera vise ce public qui a besoin de pianoter en permanence des textes mais qui ne veut ni subir un temps de démarrage pénible, ni s’encombrer d’une interface inutile. La1 Pomera DM30 promet cela dans un encombrement réduit avec une grosse autonomie.

Pomera DM30

Imaginez un écran à encre numérique de 6 pouces de diagonale, l’équivalent de celui d’une liseuse classique, qui se déploierait au dessus d’un clavier lui même dépliable pour le rendre plus compact. Voici la Pomera DM30, un engin de prise de notes qui offre à son utilisateur pas moins de 20 heures d’autonomie avec… deux piles ou batteries rechargeables de type AA.

La marque Japonaise qui propose ce produit, King Jim, va proposer cet engin pour 43000¥ soit environ 330€ aujourd’hui via une campagne de financement participatif. Après quoi le prix s’envolera au dessus des 55000¥ soit 420€ environ.

Pomera DM30

Principal problème de cette offre pour nous autres gaijin, le clavier est dans une distribution Japonaise classique, ce qui correspond grosso modo à un clavier US QWERTY, ce qui ne facilite pas nos affaires. Mais, pour une fois, cet engin va être distribué également en Anglais et non pas uniquement en japonais quant à son interface. Ce qui peut correspondre aux besoins de certains utilisateurs francophones habitués à ces formats. Par contre, la campagne Kickstarter qui distribue le produit ne sera valable que pour une livraison aux US. Il faudra donc être sacrément motivé pour vous le procurer. En passant, par exemple, par un service de redistribution de colis comme Shipito.

Pomera DM30

Pour ce prix, donc, la Pomera DM30 avec un écran à encre numérique en 800 x 600 pixels, 8 Go de stockage accompagné d’un lecteur de cartes MicroSDHC pour 32 Go de backup. Le logiciel embarqué peut gérer des documents de plus de 100 000 mots avec les réglages classiques de ce type de dispositif en tant que pseudo liseuse : Gestion de la taille des caractères et réglage de l’espacement des lignes. On pourra même inverser l’affichage pour faire apparaître le texte en clair sur un fond sombre.

2018-05-17 12_19_03-minimachines.net

Les transferts des textes du Pomera DM30 vers un ordinateur se font via un câbles USB, à l’ancienne, puisque l’engin n’a pas de wifi ni de Bluetooth.

2018-05-17 12_14_23-minimachines.net

Vous pouvez également échanger votre carte mémoire ou, je ne savais pas que c’était possible, transformer votre texte en QR Code et le scanner avec un smartphone pour le lire ensuite avec votre smartphone. 

Pomera DM30

La petite béquille qui se déploie sous le clavier pour ne pas basculer est tellement mignonne !

Mais peut être que le principal avantage de cet engin est son interface dépourvue de distraction : Pas de messages, pas d’alertes, pas de notifications ni de bips impromptus. Il permet de se concentrer sur son travail et uniquement sur son travail même si des fonctions de calendrier et de tableur sont présentes. Le Pomera DM30 mesure 15.6 cm de large pour 12.6 cm de profondeur et 3.3 cm d’épaisseur replié sur lui même. En usage, il passe à 25.6 cm de large pour 13.1 cm de profondeur et 1.31 cm d’épaisseur. Dans les deux cas, vous le croirez ou non, il reste au même poids de 450 grammes.

Pomera DM30

Evidemment, si vous être super concentré, l’emploi d’un netbook ou d’un ultraportable, d’une tablette avec un clavier Bluetooth pourra également faire l’affaire pour bien moins cher. Un petit portable sous Lubuntu, débarrassé des programmes les plus distrayants et au Wifi coupé  aura l’avantage de vous proposer une interface sobre et lisible avec un clavier Français et des fonctions de correction d’orthographe comme de gestion documentaires complètes. Evidemment, il n’aura pas 20 heures d’autonomie et ne se satisfera pas de deux piles que l’on peut trouver n’importe où sur la planète… 

Source : The Verge

Notes :

  1. Je ne connais pas le genre de cette machine aussi je la considère comme une machine… à écrire.
25 commentaires sur ce sujet.
  • 17 mai 2018 - 12 h 26 min

    Cela me rappelle mon vieux Palm avec un clavier pliable Stowaway …. nostalgie ! ;-)

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 12 h 54 min

    Bonjour
    Je trouve l’idée intéressante, ça a l’air bien intégré, mais je trouve ça cher :
    une liseuse 6″ HD de marque c’est 130€ … un clavier pliant c’est … quelques euros ?
    à 200€ il serait possible de se dire : petite série, intégration … c’est justifié
    Mais à 420 !!!
    Ne serait il pas possible, en partant d’une liseuse no-mame chinoise basée sur android (ou linux ?) de se réaliser un outil de prises de notes en ajoutant juste un clavier Bluetooth ?
    Tout en gardant la possibilité de lire des ebook et un accès à la logithèque android / linux ?

    Cdlt

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 13 h 16 min

    J’avais déjà pensée à ce genre de concept,
    mais en beaucoup plus simplifié,
    afin d’arriver à un prix raisonnable de vente
    de moins de 100 Euros, pour un coût de production
    dans les 30 à 40 Euros !

    Autrement, ‘hijacker’ un smartphone avec un écran 5 pouces minimum
    avec une batterie de 4000 mAh, il devrait pouvoir tenir dans les 15 Heures…
    et rajouter un clavier bluetooth, on doit être dans les 60 à 70 Euros !

    C’est vrai que 330 Euros, même avec 6″ E-Ink,
    c’est beaucoup trop cher…
    Je penses 190 Euros maximum !!!

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 13 h 26 min

    Perso ,je trouve le concept plutôt bien .
    Pour le prix ,c’est un peu trop cher de 80/100 euros .

    Parfait pour l’écran et le clavier dépliable .

    Une idée toute bête :,
    Un écran LCD ,un processeur moyen ,un bon clavier et des port USB ainsi qu’un lecteur SD ,ce doit faire une bonne machine de traitement de textes genre celles de PHILIPS ou mieux voir enfin un nouvel AMSTRAD PCW 16 .

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 14 h 06 min

    JeanD
    J’avais un Nokia 520 qui tenait 30h en 2g, sms seulement. Alors en mode avion, ç’est facilement faisable les 15h, non ?

    Mais on perd l’écran…

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 14 h 36 min

    @Arpenteur:
    Sachant qu’une batterie ne coûte pas grand chose…
    atteindre les 20 Heures n’est vraiment pas un problèmes !
    Car il revient moins cher de mettre une grosse batterie…
    que de mettre un écran E-ink, on n’est pas à 20 Gr près !

    Il a du exister des claviers avec écran lcd intégré,
    ensuite il faut considérer la taille !

    Tiens je viens de trouver le Smartype clavier, très bien,
    malheureusement il devait être beaucoup trop cher…
    https://www.youtube.com/watch?v=fvUjBuzYKPc

    Tu as eu aussi des essais claviers écrans Logitech, Microsoft…
    Mais il faut reconnaître que le moins cher est de rajouter
    un clavier Bluetooth à une tablette !

    Il y a une demande pour ce genre de produit…
    mais le prix psychologique est très important,
    il faudrait ne pas dépasser 150 Euros maximum,
    personnellement, moins de 100 Euros !

    Il y a beaucoup d inventions extraordinaires ratent leurs marchés !!!

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 15 h 03 min

    C’est le genre d’engin qu’on pourrait se faire avec un mini arduino… si on trouvait des écrans e-ink ! Parce que cette machine est utilisable en plein soleil, et ça c’est très cool.

    effectivement, elle vaudrait 200€ on pourrait se laisser tenter. Surtout si l’écran était détachable, de façon à avoir une vraie liseuse. Là, ce n’est pas le cas et c’est vraiment trop dommage !

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 15 h 15 min

    « Vous pouvez également échanger votre carte mémoire ou, je ne savais pas que c’était possible, transformer votre texte en QR Code et le scanner avec un smartphone pour le lire ensuite avec votre smartphone. »

    qreator et qrencode sous linux <3 dispo aussi via f-droid

    je plussoie fortement Lubuntu ou LXDE ou Openbox sous n'importe quelle autre distro linux

    LXDE est un environnement de bureau très léger utilisant Openbox comme gestionnaire de fenêtre
    Pixel l'environnement de RaspberryPi est basé sur LXDE

    il est tout à fait possible de n'utiliser que Openbox puis, à l'envie, y ajouter un dock, un panel ou tout ce dont vous pouvez avoir besoin (c'est mon environnement par défaut)

    TOUT est entièrement parametrable via un ou 2 fichiers de conf très bien documenté en xml, il y a aussi des panneaux graphiques de configuration

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 15 h 22 min

    @H2L29: J’imginais pas un texte complet de 100 000 mots via un « simple » QR Code :)

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 15 h 32 min
  • 17 mai 2018 - 15 h 39 min

    j’avoue que je ne connais pas la limitation, mais dans qrdecode j’ai vu un tas de barrecodes differents (vraiment bcp) je suppose que suivant la taille de data à encoder il doit y en avoir un adapté. après c’est que du plain text c’est extrêmement léger à encode (voir le taux de compression possible avec 7z ça donne une idée) plusieurs GB de plaintext peut une fois compressé/encodé ne peser que quelques KB

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 16 h 26 min

    Super ça. Tu changes l’écran e-link par un écran UHD, la batterie tu la gonfles. Tu changes l’OS pour mettre un EPOC32 à jour. Une puce WIFI, du BT et un port USB-C et zou, ça devient utilisable. Ah non, j’oubliais un dispositif de pointage digne de ce nom et un clavier Französich.

    Bon ok.. je sais… Je sors.

    Je suis même déjà dehors.

    (mode déconne inside)

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 16 h 27 min

    On dirait les recettes de Marmiton !

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 17 h 06 min

    Sympa comme machine mais trop chère ! Merci Pierre pour cette nouvelle trouvaille.

    Pour les limitations du qr code c’est 4296 caractères alphanumérique (3kb de données). Moins en binaire :
    http://qrcode.meetheed.com/question3.php

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 18 h 21 min

    les smartphones font en moyennes 5.5  » pour 200 € actuellement , un clavier pliable comme ça coûte moins de 50 € donc … aucun intérêt malheureusement .

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 18 h 32 min
  • 17 mai 2018 - 18 h 48 min

    @bazooka07:
    Toutafé ce que je proposais : une liseuse sous Android, un petit socle pour la poser (comme celui qui revient régulièrement dans les bons plans) et un clavier bluetooth, et c’est partie pour le renouveau de la machine à écrire.
    Il parait que Carrefour solde ses liseuses encore présentent dans les magasins, il me faut trouver un carrefour à proximité …

    Cdlt

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 19 h 03 min

    Ma mère a encore un traitement de texte Olivetti à la maison. Mais quelle productivité avec ça. Correction orthographique, mise en page hyper simple, frappe rapide et sans gêne (twitter, boite mail, navigateur internet, …), une autonomie de fou et en plus on peut enregistrer le fichier sur disquette et le rapatrier au choix soit au format « microsoft rtf » soit au format « word perfect » sur un pc

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 19 h 18 min

    Je lis avec intérêt les idées des uns et des autres, mais il ne faut pas perdre de vue l’intérêt de ce produit de niche :
    – tout est intégré, en un seul appareil, avec une seule source d’énergie à gérer, que qui permet une utilisation facile par n’importe qui
    – des piles AA sont faciles à trouver n’importe où sur la planète, et le transport de batteries supplémentaires ne demande aucune précaution ni n’attire l’attention
    – l’écran e-ink permet une lisibilité et une utilisation partout où l’oeil peut lire du papier
    – l’autonomie est un facteur déterminant pour un reporter perdu dans le désert, l’étudiant qui doit prendre des notes pendant de très longues heures…
    – l’aspect déconnecté et mono-tâche permet de ne pas se soucier de fuites d’information, de micro caché, de communication avec l’extérieur… ce qui est important pour être accepté en examen, ou en interview sensible, voire simplement pour tout le temps où on est assis dans un avion

    Dans le prix annoncé, il ne faut pas perdre de vue non plus que le rapport japonais à la technologie n’est pas le même que le nôtre, les prix psychologiques non plus.
    Et il faut louer les efforts logiciels pour aboutir à un engin fiable, sans prise de tête. On tire cet appareil de sa poche comme un carnet papier, le seul supplément nécessaire étant une surface sur laquelle s’appuyer. Je trouve ça très bien pensé.
    Et dans une optique pro, le facteur prix joue moins que la facilité de l’engin, et la productivité qu’il permet.

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 19 h 19 min

    Perso, pour de la prise de note, je préfère de loin écrire à la main, sur mon carnet format A4. Je n’aime pas vraiment utiliser de clavier pour écrire de long textes.
    Mon Mi Mix 2 (merci Pierre pour le lien et le code) à déjà 6″, et je trouve cette taille d’écran pas assez confortable pour écrire des textes plus long qu’un sms.

    J’utilise une tablette en papier (traduction littérale) pour tout ce qui est prise de note, schémas, gribouillis et lecture d’ebook, ou autre documents en pdf.
    C’est un mix très réussit entre une lisseuse et un calepin, avec un soupçon de tablette graphique (écriture possible uniquement avec un stylet spécifique).
    https://remarkable.com/
    Sont seul défaut à mes yeux : sont prix… Je l’avais pré-commandé à 450€, mais maintenant elle est aux alentours de 600-700€…

    Répondre
  • 17 mai 2018 - 19 h 23 min

    @wanou:
    C’est vrai, qu’on avais oublié, que l’ancêtre c’était la machine à écrire électronique
    à écran LCD ! C’était il y a si longtemps Olivetti, Xerox…

    Machine à Écrire Électronique Avec Écran – Triumph Adler :
    https://www.2ememain.be/collections/collections-divers/machines-%C3%A0-%C3%A9crire/machine-%C3%A0-%C3%A9crire-%C3%A9lectronique-avec-313642332.html

    Plus récente :
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/hemingwrite-la-bonne-vieille-machine-a-ecrire-fait-son-retour/51946

    Répondre
  • 18 mai 2018 - 8 h 03 min

    @JeanD:

    Un ancêtre pas si lointain, je connais pas mal de pisseurs de mots (pigistes de la presse écrite pour faire du remplissage) qui font du texte au kilomètre avec ce genre de machines car ils ne sont pas distrait quand ils écrivent avec ce genre d’outil. Il y a encore pas mal d’écrivain qui tape à la machine justement pour éviter la distraction.

    Il me semble que Olympia dispose à nouveau d’un distribution mondial de ses machines à écrire, les ruban (xerox, brother, hp, …) se vendent toujours en quantité non négligeable.

    Répondre
  • 20 mai 2018 - 0 h 13 min
  • 20 mai 2018 - 18 h 25 min
  • 21 mai 2018 - 14 h 11 min

    @Pierre Lecourt:

    resolution: 800×600
    capacité max d’information disponible : 60ko (environ soixante mille lettres), en réalité un peu moins pour avoir le carré centrales et ceux des coins.

    l’image m’a l’air d’être un truc genre 400*400 ~20ko buts, donc à peu près 10-15ko réel

    Ensuite sachant que du texte se compresse très bien (taux à 65% selon une étude), on peut y encoder environ 30k-45k lettres.

    Pour atteindre les 100k mots (~450k lettres, ~160ko compressé à 35%), il faut avoir de la chance sur la compression (vocabulaire réduit -> excellent taux de compression) et/ou utiliser un plus grand qr.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *