Pixel x86 : Le système des Raspberry Pi migre vers les PC

Pixel x86 : Le système des Raspberry Pi migre vers les PC

La fondation Raspberry Pi vient d’annoncer le lancement de son système d’exploitation Pixel pour des machines x86 classiques. Si l’idée d’un Pixel x86 parait bonne et progressiste à priori, elle se heurte cependant à quelques problématiques d’identité. Pixel a t-il le moindre intérêt sur un PC classique ?

Je regarde les réseaux sociaux depuis que cette annonce a été faite. Le premier réflexe est assez exclamatif, l’arrivée de ce Pixel x86 est jugé comme une super alternative pour les machines existantes. Léger, peu encombrant, il pourra parfaitement coller aux exigences des machines les plus anciennes et anémiques. Avec 512 Mo de mémoire vive minimum pour fonctionner, on pense évidemment aux engins les plus anciens du marché. Le nombre de messages reçus dans ma boite aux lettres pointant du doigt Pixel comme un système adapté aux netbooks est suffisamment clair pour comprendre que cette idée a fait mouche.

pixel x86

Sauf que Pixel x86 n’a absolument aucun intérêt pour ce marché particulier. Les propriétaires de netbooks ou de nettops anciens qui s’en servent encore ont probablement déjà tous migré vers des systèmes Linux légers et adaptés au matériel qu’ils emploient. Je ne vois pas trop l’intérêt que pourrait trouver un utilisateur de migrer vers une Debian hyper spécialisée vers un usage qui n’est pas compatible avec leur matériel.

Premier problème, la fondation ne dispose pas des licences de distribution de tous ses programmes pour tout type de support. Ainsi les applications que sont Wolfram Mathematica ou Minecraft ne sont pas incluses dans Pixel x86. La distribution n’est pas forcément des plus stables et des bugs peuvent survenir. Ce qui fait que de la distribution un outil dédié au test mais pas à un environnement de travail.

pixel x86

Je n’ai rien contre Pixel, c’est un excellent système pour Raspberry Pi mais l’argument d’un système identique entre la Pi et son PC habituel de la fondation est franchement uniquement cosmétique. Il faut bien comprendre que l’intérêt de Pixel comme de Raspbian n’est pas d’être léger, beaucoup d’autres distributions linux peuvent se vanter de leur légèreté. Son intérêt est plutôt d’être capable d’adresser des ordres vers ses ports particuliers : Les fameuses quarante broches intégrées aux cartes qui dialoguent avec l’extérieur.

La mauvaise nouvelle est qu’un PC classique n’a aucune de ces broches et qu’il n’est pas possible de les ajouter avec un produit commercial. Aussi, l’intérêt d’un Pixel ne peut pas être sa capacité de dialogue avec l’environnement extérieur, pas plus que n’importe quelle autre distribution.

Ce qui serait vraiment extraordinaire, c’est qu’un électronicien de génie nous ponde une extension pour PC capable de reprendre les broches habituelles d’une carte Raspberry Pi au travers l’interface traditionnelle des ordinateurs classiques : Une extension via un port USB laissant les 40 pins apparentes. Une carte PCI permettant le même usage. Dans ces conditions, un outil comme cette version de Pixel x86 aurait beaucoup plus d’intérêt puisque le dialogue avec les extensions des cartes serait possible. En attendant qu’un financement participatif de ce genre existe, je ne vois pas l’intérêt de télécharger une image d’un OS buggué, incomplet et sans le support des extensions qui ont fait le succès de la gamme Pi.

Si le coeur vous en dit, rendez vous à cette adresse.

21 commentaires sur ce sujet.
  • 22 décembre 2016 - 9 h 55 min

    Pour PC il y a ce genre de carte https://www.adafruit.com/product/2264 … À une époque le port parallèle fournissait l’équivalent de ce genre de brochage GPIO sur tous les PC.

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 10 h 50 min
  • 22 décembre 2016 - 11 h 00 min

    Personnellement je suis dans la position contraire. Je trouve cela énorme. De nombreux PC obsolètes par rapport à W10 et que l’on n’avait pas pris la peine de passer sous Linux (et donc bloqués sous XP) vont pouvoir sortir du placard et venir prendre place sur les bureaux.

    Dans le cas d’une organisation avec très peux de moyens, cela permet d’harmoniser un parc avec des vieux PC sous Jessie Pixel et la Raspberry et son système. Il y a déjà des organisations qui ne voulaient plus acheter de PC pour mettre des Rasp : maintenant elles vont pouvoir même récupérer leur vieux tromblons en i86.

    Pour ceux qui veulent faire du Physical computing, sur le PC il n’y a pas de GPIO, à moins d’ajouter quelque chose… Mais pour ceux qui ont besoin de l’environnement pour coder et / ou tester, cela permet de se trimballer un PC portable avec une clé USB et démarrer le système.

    Ensuite, vu la très belle communauté autour de la Rasp, il est possible qu’une belle communauté se développe autour de Pixel i86 et que les développements aillent bon train pour un OS alternatif et une norme de fait face à Microsoft. On ne pourra mesurer cela que dans quelques années, mais pour ma part j’ai l’impressions que cette annonce est énorme et j’aimerai que ce soit un tournant dans l’informatique : une alternative à Windows qui soit un standard.

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 11 h 04 min

    Pour mon vieux pc portable j’ai choisit slitaz qui est plus leger et fonctionne avec 256mo.

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 11 h 24 min

    le but serait pas plus a voir du coté de la « vraie » fonction de la fondation ?
    apprendre l’info à tous dès le plus jeune age
    j’imagine qu’en Angleterre, le parc des écoles doit encore être en xp avec des machines pas forcement super

    avoir le même os sur le pc et les pi est peut être plus intéressant pour les profs (meme maintenance et pour les élèves, même « habitudes »)

    pour le reste, une debian reste une debian !!!
    (surtout sur pc)
    donc en la bidouillant pour l’adapter au besoin de ses classes et matos, on la déploie sur son parc et ça roule pour des années
    debian sur I386, c’est archi stable et fonctionnelle, on est pas sur de l’arm là

    d’ailleurs c’est parfait pour un vieux tromblon avec les « bureaux » que l’on veut (lxde, E17 ou plus lourd si le pc est moins âgé)
    et le fait que ce soit une rolling release fait qu’on l’install une fois et on est peinard
    des tutos debian X86 pour faire tous ce qu’on veut, on en trouve partout

    mais honnêtement, je pense que c’est d’abord fait pour les salles de classes qui utilisent deja les pi
    et là, je pense que c’est tout benef

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 11 h 48 min

    Oui orangina rouge, tu as raison sur la partie capitalisation des élèves qui peuvent apprendre quelque chose à l’école et avoir le même environnement à la maison, ça fait partie du discours de la fondation.

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 12 h 55 min

    Ouais, bof, je suis plutôt d’accord avec l’analyse de Pierre. Si c’est pour bidouiller autant avoir un vrai Raspberry Pi, si c’est pour réutiliser un vieux laptop, il y a plein d’autres distributions plus standard. Je ne sais pas si c’est la majorité des gens qui ont de vieux pc obsolètes chez eux. Même dans ce cas, ils ne sont pas forcément technophiles pour s’amuser à installer cet OS dessus s’ils n’ont jamais remplacer leur vieux windows XP qui leur a suffit pendant des années… Et quitte à avoir juste l’environnement pour taper du code, pourquoi ne pas simplement virtualiser Pixel x86?

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 13 h 58 min

    Ce n’est pas toujours possible de bidouiller sur le Rasp : il faut un écran avec une entrée HDMI, un clavier, une souris, une alim. En émulation oui, ou sur une clé, on peut démarrer sur un portable sans toutes les bricles qui vont autour.

    Et l’OS ne s’installe pas sur la machine, du moins pas sur le HDD, c’est juste un boot depuis un support.

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 14 h 33 min

    Je reste mitigé sur un usage desktop, car je pense aussi que l’intérêt de Pixel x86 est avant tout d’avoir un environnement de dev/pré-qualification sur PC au lieu d’une Pi : cela permettrait de compiler bien plus vite, avec plusieurs moniteurs, le confort d’un desktop, tout ça, tout ça.

    Après, l’intérêt de pouvoir piloter des GPIO est certain et *nécessaire*…

    A mon sens, la fondation a déjà percuté sur ce point, et il me semble que la meilleure extension PC pour piloter un GPIO de 40pins est … simplement une raspberry PI !
    Dans l’absolu, il suffit de brancher une RPi en mode « gadget » sur un PC ; La RPi devient un périphérique piloté par le PC, et on profite alors directement des périphériques de la Pi et de son facteur de forme pour le développement.
    C’est un peu comme travailler avec une sonde de débug sur la Pi, pour ensuite tourner en natif sur la Pi.

    Je suis convaincu que la fondation est en train de développer des drivers pour relier les 2 mondes.
    A-t-on jeté un coup d’oeil dans les images x86 et Rpi, histoire de chercher de nouveaux drivers ….?

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 18 h 55 min

    @StarLord:
    Mouais.
    Enfin, qu’est-ce donc qu’Ubuntu si ce n’est devenu un standard de fait pour Linux ?
    Même question pour Redhat, Debian et j’en passe ?
    Db

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 19 h 34 min

    Attendons un peu, avant de juger.

    Ce n’est peut etre que la première brique d’un projet plus vaste d’une Pi « virtuelle »
    – portage du bureau et des outils de la pi sur pc (et de la en VM)
    – puis virtualisation/emulation des GPIO et des élements qu’ils pilotent (led, moteurs, capteurs virtuels)

    de façon a ce qu’un educateur (ou meme un apprenant) puisse faire une démonstration sur videoprojecteur (ou a distance) a l’ensemble de son groupe

    ou peut etre carrement autre chose ;) … Je suis sur que pas mal de gens etaient aussi sceptiques lors du lancement de la première Pi (qu’est ce qu’on va bien pouvoir faire avec ce machin ? ça va n’interesser que le milieu educatif (et encore) etc …)

    Répondre
  • 22 décembre 2016 - 20 h 36 min

    pour moi, c’est une « extension » du projet initial de la fondation
    donner des outils pour les gosses et enseignants pour faire du code. point
    le reste, c’est conjecture et compagnie
    (et oui, tous le monde n’a pas un vieux portables dans sa cave à passer à ses gosses, c’est évident….les écoles par contre…)

    @Gaduc: ubuntu, beaucoup en reviennent !!!
    deja que systemd a fichu un bronx sans nom
    si on remet uefi et secureboot
    le « standard » n’est plus aussi clair qu’avant

    à part ça, c’est vrai qu’on reçoit plus les com via mails maintenant (même en s’abonnant)
    très, très dommage ça

    allez, bonne fêtes à tous

    Répondre
  • Ano
    23 décembre 2016 - 2 h 16 min

    Pas d’accent le A de l’expression « a priori ». C’est du latin… Il n’y a pas de lettre accentuée dans l’alphabet latin.

    Répondre
  • 23 décembre 2016 - 16 h 55 min
  • 25 décembre 2016 - 13 h 29 min

    Désolé de m’immiscer au milieu de votre discussion, mais a priori le sujet c’est Pixel i86. Naaaan, je plaisante, je taquine…

    J’utilise depuis trois jours Pixel sur le x86 sur un vieux eeePC et je suis ravi du fonctionnement, c’est très confortable. J’ai fait du C et du Python dessus, essentiellement. C’est assez délirant de pouvoir avoir une « sorte de bac à sable », le côté persistant / remise à zéro du persistant ajoute encore au sentiment sandbox.

    Enfin voila, je voulais partager mon enthousiasme. Joyeux Noël.

    Répondre
  • 27 décembre 2016 - 10 h 28 min

    Cela m’étonnerai que cette distribution Pixel i86 ai un meilleur fonctionnement « out of the box » qu’une lubuntu ou slitaz. Donc de la a se dire que ça va tout révolutionner et devenir le nouveau standard, j’y crois moyen.
    Par contre, je crois que cela peut bien aider a développer l’écosystème autour du Rpi, comme l’on déjà suggéré d’autres intervenants.

    Répondre
  • 27 décembre 2016 - 16 h 38 min

    @Tabasco: que lubuntu, peut être un chouia quand même vu que le système est sur une bonne vielle debian (plus légère) et pas une ubuntu comme pour lubuntu (le DE est le même, lxde)
    par contre, oui une slitaz, y a pas photo c’est beaucoup, beaucoup plus rapide (mais pour un prof, l’intérêt dans sa salle de classe n’est pas le même)

    sinon, debian en I386, c’est archi stable, les paquets aussi, tout existe dans les dépôts, aucun soucis
    on rajoute et fait ce qu’on veut et puis c’est tout
    et pixel, c’est du debian (voir la photo du billet)
    je comprends pas trop le soucis de ce coté là

    « m’enfin » oui, le seul intérêt de cette distro légère et avec les mêmes outils que ceux de la distro de la pi, c’est pour les enseignants (ou équivalents pour des projets autres, type assocs etc etc) et d’avoir une distro légère même sur de vieux tromblons (le thinkpad de la photo avec la sandisk « de base » pas rapide en photo montre bien « la cible » je trouve)

    sinon oui, pour un « civil », il y a plus sympa et complet quitte à prendre une debian directe et la faire à son goût

    c’est vraiment une extension du projet initial de la fondation et de son but

    pour les profs et leurs parcs pc très vieux dans certains cas, ça fera une belle bouffée d’oxygène pour zéro euros en tous cas

    « bonnes fêtes » quoi ;)

    Répondre
  • 27 décembre 2016 - 16 h 59 min

    @orangina rouge: Ouais… Mais ce qui serait top ça serait un ajout logiciel permettant d’émuler une Pi en sortie avec des composants pour tester des chémas virtuels et/u une extension 40 pins sur USB a plugguer pilotable pas Pixel x86 :)

    Là ça serait Noël !

    Répondre
  • 27 décembre 2016 - 18 h 50 min

    @Pierre Lecourt: honnêtement, je l’ai pas testée celle ci (parce que pas besoin, tout simplement. et debian, c’est debian donc..)

    peut être aussi que la cible « vieux tromblons » a limité les possibilités d’émulations justement (émuler une machine arm sous x86 avec un vieux vieux pc …)

    c’est dommage mais peut être que sur les forums il y a une solus deja dans le dépôts pour les pc un peu plus « costaud » (le thinkpad de la photo par exemple, même pas en reve, c’est le soucis je pense)

    ça reste un outil de devs et d’apprentissage, il faut encore un peu l’adapter peut être (ça reste une des forces de linux aussi)
    mais quand je vois la différence entre mes pi 1 et ma 2 et 3, ils devraient finir par pondre un truc top
    (ils attendent peut etre aussi les retours et demandes des usagers concernés par cette distribution, la fondation ferra sans doute évoluer le shmilblick. comme pour noob par exemple avec une version lite et une complète pour le hors ligne)

    après pour le hard, je connais pas leurs moyens actuellement
    donc les ambitions, peut être
    les possibilités…
    schéma ou futurs accessoires arriveront aussi sans doute
    (un bête boîtier officiel, on a vu le temps que ça a pris)

    Répondre
  • 29 décembre 2016 - 0 h 23 min

    C’est donc noel, trop tard pour passer un lien.

    Pixel i86 fonctionne donc sur plusieurs vieux tromblons, ça fonctionne aussi super sous Virtual Box, en bricolant on copie « la clé » sur le disque virtuel et on a donc une machine virtuelle complète qui écrit sur son disque. De retour de vacances je monterai une machine sur le serveur Hyper V, ça risque d’être très confortable.

    Pour rigoler, installation du Logitech Media Player, opérationnel, en quatre commandes. Trois jours de dev avec python, marche impeccable.

    Le seul machin qui ne marche pas, c’est Chromium, selon les pages ça bloque l’application, voire la machine.

    Aucune garantie de la part de la fondation que le projet continue, c’est juste du carottage.

    Aucune garantie que cela fonctionne bien et sur toutes les machines, c’est juste un essai.

    Mais ça fonctionne.

    Répondre
  • 29 décembre 2016 - 0 h 38 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *