Les expeditions de PC de bureau sous les 100 millions d’unités en 2017

97.8 millions d’unités, c’est le chiffre atteint par les expéditions de PC de bureau en 2017 d’après les estimations d’IDC. Un chiffre faible qui devrait continuer à baisser d’après l’analyste. Une tendance qui confirme la baisse d’intérêt du marché pour ce type de produit ou qui révèle d’autres problématiques ?

Les PC de bureau, les Desktop PC, ce sont toutes les machines qu’achètent les entreprises et les particuliers qui sont du format traditionnel d’un engin que l’on pose sur ou sous son bureau pour travailler de manière classique avec clavier, souris et écran séparés. Cela concerne également les All-In-One et les MiniPC. Ce chiffre de 97.8 millions d’unités expédiées ne concerne, par contre, que les marques référencées auprès d’IDC et ne prend évidemment pas en compte les machines montées sur mesures pièce par pièce chez un assembleur.

2018-03-06 11_07_26-minimachines.net

Il reste donc un peu plus de 23% du marché pour ces PC de bureau aux fabricants traditionnels. Lenovo, HP, Dell, Apple, Asus, Acer et autres  marques internationales envoient leurs chiffres pour établir la bonne santé du marché et permettre à IDC d’établir des analyses. Thermomètre indépendant, IDC peut ainsi indiquer ce qu’il s’est passé année après année.

Le secteur portable est à 35.2% des parts des expeditions de PC avec 161.65 millions de machines expédiées. Les tablettes détachables atteignent 21.9 millions d’unités avec 5.2% de parts tandis  que les tablettes classiques occupent 33.5% du marché avec 141.8 millions d’expéditions. On parle ici uniquement de PC, ce qui sous entend un système d’exploitation de type Linux traditionnel ou Windows mais pas un Android ou iOS. Le total des machines sorties d’usines sur le secteur PC est donc de 423.2 millions pour 2017

Les totaux sont assez clairs : Si l’on prend le marché du PC traditionnel, c’est à dire le marché du pc de bureau et du portable classique on obtient 259.4 millions de machines vendues. Si on ajoute les détachables on est à 281.3 millions et l’ensemble des tablettes et détachables amène au chiffre de 163.8 millions d’unités expédiées.

2018-03-06 11_07_45-minimachines.net

Et pour IDC, la tendance va s’accroître, je ne commenterai pas le fait d’offrir une projection jusqu’en 2022 où l’analyste prévoit une baisse des expéditions à 385.7 millions d’unités vendues. Prévoir à 4 ans sur le marché informatique est pour moi une aberration, surtout en ce moment. Estimer nul l’impact des failles Spectre et Meltdown me parait risqué. Si demain un moyen d’exploiter ces failles devient une vraie menace pour les entreprises, un achat massifs de PC est à prévoir. A terme, ces failles auront probablement un impact sur le marché. C’est là à mon sens qu’IDC dépasse sont rôle de thermomètre pour se transformer en baromètre et balancer une information « variable » ou « mauvais temps » sur le marché.

Cette analyse correspond aux expéditions de PC et non pas aux ventes, ce qui provoque un énorme biais dans l’analyse qu’en font beaucoup d’acteurs sur le marché. Si vous sortez de votre élevage de chèvres  trois sortes de fromage. Un petit chèvre ultra frais, un très sec et une spécialité aux herbes et que vous produisez 500 fromages frais, 100 secs et 250 aux herbes, vous observerez  forcément une décroissance des ventes du second. 100% des expéditions ne se transforment pas en ventes et forcément, il y a un impact sur les productions. Si vous vendez 80 fromages secs sur les 100 produits, vous n’allez plus en produire que 80. Si par malchance, il ne s’en vend plus que 70 sur les 80, vous allez encore ajuster votre production et ainsi de suite. si les éleveurs de chèvre fonctionnaient comme les vendeurs de PC, ils ne sortiraient que des fromages frais et des spécialités.

Les constructeurs de PC réagissent souvent comme les fabricants de fromage et on peut les comprendre. Si un produit se vend mal, ils en produisent moins et font moins d’efforts pour tenter de gagner des parts de marché avec du marketing. Surtout si un autre segment est en croissance. On le voit très clairement sur les campagnes de publicité. Tout l’effort est déployé sur les secteurs de croissance : Le Gaming et les convertibles sont chouchoutés en terme de communication mais le reste est plus ou moins laissé à l’abandon. Surtout le PC de bureau. Ainsi l’espace réservé à ces machines s’est réduit à peau chagrin chez les vendeurs et d’année en année, les fabricants diminuent d’eux même les expéditions de leurs machines, avant même de savoir si elles vont être vendues ou non. Cela provoque évidemment un effet sur les ventes, si il y a moins de PC expédiés, il y aura mathématiquement moins de PC vendus.

2018-03-06 11_11_54-minimachines.net

Autre point important, la croissance continue des PC de bureau « sur mesures » qui correspondent mieux aux besoins des utilisateurs. Tous les revendeurs français proposent ce type de service qui consiste à laisser le client piocher dans un catalogue de pièce détachées et à assembler un PC véritablement sur-mesures. Un revendeur comme Top-Achat, connait une croissance soutenue de ses assemblages de PC sur-mesures au travers de son outil maison le « Configomatic ». Pour configurations automatique, tel que le veut l’appellation traditionnelle « O-Matic » aux US. Hors ces machines là ne sont pas incluses dans les chiffres des PC de bureau, elles sont totalement sous le radar des expéditions comptabilisées par IDC.

Chez d’autres assembleurs, même son de cloche, les ventes de machines sur mesures sont en forte croissance. Les particuliers désireux de s’acheter un nouveau PC de bureau ne vont pas spécialement piocher chez les grands constructeurs mais font confiance à des services différents. Là où ils peuvent ajuster leurs besoins de manière plus précise. Un revendeur m’indique même que certaines PME préfèrent choisir des machines assemblées parce que la majorité de son personnel sait de quoi il en retourne. Les salariés de certaines boites connaissent mieux le matériel qu’auparavant et il sont capables de faire des mises à jour ou de réparer leurs machines, les faire durer. On ne jette plus aussi facilement dans les boites liées à l’info, on fait durer.

C’est d’ailleurs une information capitale pour comprendre le marché de l’informatique aujourd’hui, si les expéditions chutent c’est parce qu’il n’y a aucune raison de changer de PC dans la majorité des cas. Hors panne majeure, un PC de 2016 est souvent à même de continuer à faire son travail en 2017. Mais c’est aussi vrai pour un PC de 2015, 2014 ou 2010… Il faut désormais remonter très loin pour avoir des machines qui ne seraient pas à même de suivre de gros bouleversements logiciels en terme de bureautique ou de gestion de données basiques. Si l’on ne touche ni à la 3D ni à la vidéo, la plupart des PC d’il y a 5 ans sont toujours d’actualité. Pourquoi en changer ?

Les failles Meltdown et Spectre vont peut être bouleverser la donne d’ici à ce que les processeurs les corrigeant soient disponibles. Mais, aujourd’hui, il n’y a absolument aucune raison pour un professionnel de réinvestir dans une machine neuve subissant la même problématique. Ce serait même contre productif si un léger décalage dans le calendrier permettait de choisir un processeur débarrassé de ces failles d’ici quelques trimestres.

Shuttle XPC SZ270R8

Enfin, et ce n’est plus si anecdotique, un pan entier du marché n’est pas pris en compte par IDC dans ses calculs. Celui des petites marques. L’organisme ne reçoit pas les chiffres de tous les constructeurs et en particulier ceux des marques noname asiatiques qui commencent à être très présentes sur ces secteurs. Cela ne bouleversera pas la donne d’un point de vue chiffre de ventes mais cela à un impact fort sur le réinvestissement. A vous lire1, vous êtes très nombreux à temporiser un nouvel achat en optant pour des solutions « noname » ou simplement en dehors des chiffres d’IDC. Et cela est vrai pour les PC du beau mais également pour des solutions portables. Des marques comme Zotac, Xiaomi, Shuttle ou ASRock ou autres ne sont pas prises en compte par l’organisme.

Les PC de grande marque se vendent moins, c’est vrai. Mais les usages sont toujours là.

Ce qui ressort de tout cela c’est que la crise actuelle du monde PC est une crise tout à fait logique. Le parc est installé et pour vendre de nouvelles machines à des gens déjà équipés, il faut proposer de vraies nouveautés d’usage. Soit beaucoup plus de performances que les mises à jour actuelles que proposent les processeurs. Soit des mises à jour logicielles permettant de faire vraiment plus de choses. De ce côté là, on a pu observer que Windows 10 s’avère souvent moins gourmand et plus facile d’emploi que Windows 8, ce qui a permis à beaucoup de monde de vraiment pérenniser ses investissements passés en faisant la mise à jour proposée gratuitement par Microsoft. Le seul monde vraiment nouveau et nécessitant un changement de matériel, ces dernières années, a été la réalité Virtuelle. Un monde qui n’intéresse pas tout le monde justement et qui nécessite généralement un investissement important pour une expérience satisfaisante. Le grand public n’a évidemment pas suivi.

Ce que ces chiffres d’IDC disent, c’est que les constructeurs expédient moins de PC qu’auparavant et d’après eux la tendance va s’accentuer encore et encore. C’est probablement vrai même si des effets conjoncturels peuvent renverser la vapeur. Ce qu’ils ne disent pas, par contre, c’est que les usages de ces PC ont disparu. Et c’est totalement différent. La plupart du temps, ce que je peux lire suite à la publication de ces chiffres d’expédition se résume en une phrase « Les gens n’utilisent plus leurs PC ». C’est un raccourci très rapide et si certains usages ont effectivement changé de siège, on lit moins ses emails sur son PC depuis que les smartphones sont arrivés. On surfe moins sur PC depuis que les smartphones sont arrivés. Le discours du « Depuis que j’ai mon smartphone/ma tablette je n’allume plus mon PC » a fait long feu. Je ne connais personne qui a totalement abandonné l’usage du PC dans sa vie personnelle et professionnelle. Il y a surement des cas particuliers ou un petit écran sans clavier suffit à tout résoudre mais cela reste à la marge.

Les PC de grandes marques continuent d’être produits, ceux déjà vendus, d’être utilisés. Le jour où ces PC tomberont en panne, ils seront remplacés. Et, qui sait, si une opportunité de nouvel usage apparaît, quelque chose de vraiment neuf et pertinent pour la majorité des utilisateurs. Comme l’ont été l’arrivée du Wifi, d’Internet ou des interfaces graphiques, le public suivra sans doute en investissant à nouveau.

Source : IDC

Notes :

  1. Quand je dis vous, je parle des lecteurs de minimachines mais également de lecteurs de dizaines de sites sur le même sujet au travers de toute la planète. USA, Canada, Chine, Japon, Allemagne, Angleterre, Italie, Espagne, Australie… Et même des sites plus globaux comme Reddit ou autres communautés.
20 commentaires sur ce sujet.
  • 6 mars 2018 - 12 h 05 min

    Le problème c’est que c’est le chat qui se mort la queue, cela fait déjà quelques fois que je me déplace en magasin avec des personnes ayant besoin d’un conseil pour l’achat d’un Pc et je dois avouer que moins il ya de choix en exposition plus c’est difficile de convaincre et quand je montre des pcs tels que les xiaomi en justifiant que pour deux semaines d’attente on a parfois 100 euros d’économisé sur des laptops à performance égales là ca parle et j’arrive à convaincre. Pour les tablettes on en parle même pas, leur encombrement et usage implique plus encore de pouvoir les tester en démonstration et quand je vois le catalogue proposé en magasin … et ben de même j’oriente vers les exportateurs ! d’ailleurs merci pierrz grace à toi j’ai pu faire adopter des tablettes par le biais de Gearbest et pour une totale satisfaction du client si je puis dire ^^

    Répondre
  • 6 mars 2018 - 12 h 15 min

    Très bonne analyse. La baisse de vente de PC est tout à fait logique. On peut en faire une analogie avec la vente de véhicules. Lorsque le parc est saturé, il faut alors un bouleversement pour relancer le marché.

    Chaque monde a ses tactiques pour garder un certain volume de ventes : normes dépol, interdiction de circulation dans certaines zones pour la voiture, et avancées technologiques telles que le Wifi, normes d’USB, incompatibilité générationnelle de carte-mère processeurs, etc. pour les PC.

    S’il fallait un gros bouleversement chaque année, on aurait pas le temps de s’asseoir devant son PC de bureau ^^

    Répondre
  • 6 mars 2018 - 12 h 29 min

    @prog-amateur: Si tu compares au parc automobile…. L’état a porté littéralemen le marché avec les primes à la casse. Quand tu savais qu’en rachetant un véhicule neuf tu aurais droit à une reprise de l’ancien au prix fort, c’était motivant. Mais le parc est installé et cela continue de rester compliqué. La dernière trouvaille c’est de durcir les contrôles de sécurité avec une visite annuelle et plus de points bloquants. si on te dit que ton véhicule qui roule ne peut plus rouler ben tu nas pas le choix que d’en racheter.

    Imagine que l’on reprenne ton PC en magasin quel que soit l’état et l’usage… Pour l’achat d’un PC neuf, le marché serait un poil différent. tout comme il serait un poil différent si demain on te disait « votre PC est sensible à Meltdown ou votre PC est sous XP il est dangereux pur le réseau et les usagers, vous n’avez plus le droit de l’utiliser

    Répondre
  • 6 mars 2018 - 12 h 30 min

    Le PC que je me suis monté en 2011 (à base de core i5 2500K) fonctionne toujours à merveille, je n’ai pas vraiment de raison d’en changer.
    D’autant que je joue moins et qu’il me permet quand même de me divertir même si tous les paramètres graphiques ne sont pas au max.

    Répondre
  • 6 mars 2018 - 12 h 47 min

    Le i5 2500k c’est le symptôme. Les r3 1200/2200g ne sont que des équivalents récents. Tout comme le i3 8100. Quelle tâche n’est pas réalisable…

    Il faudra un scandale spectre pour convaincre. Ou se créer un besoin, comme les gens d’ici dont je fais partie : plus petit plus silencieux… Mais mon 2500k me manque, pour le jeu de temps en temps :)

    Répondre
  • Xo7
    6 mars 2018 - 12 h 58 min

    Ne pas oublier que les modes de vie et de travail changent, fini les bureaux attribués nominativement, voici les bureaux partagés avec evidement plus de pc portables que de pc fixes. Même les tel fixes ont disparus.
    En territoire urbain le metre carré coûte cher et la aussi les tours disparaissent au profit des portables. Pour certains la possibilité d’utiliser son pc pro au bureau ou a la maison reduit d’autant le renouvelement ou le rachat d’un nouveau pc.
    Pour la grande majorite des usages c’est surtout la fin du support des Os qui pousse aujourd’hui au renouvellement des pc : après xp vista va bientôt disparaître et des renouvellements de pc seront attendus a cette occasion…ou pas quand on peut se contenter d’une minimachine. Et on en revient au defaut de modularité des pc portables: le pc de ma femme fonctionne bien sous vista et (par defaut) je lui changerai bien son moteur par une minimachine pour qu’elle puisse continuer à surfer en toute securité..

    Répondre
  • 6 mars 2018 - 13 h 35 min

    De l’autre, je pense avoir lu que la vente des composants au détail ne s’est jamais si bien portée, notamment poussée par le jeu vidéo, e-sport, etc.

    D’ailleurs Pierre, y a-t-il des sociétés d’analyses-études (Gartner, GFK, etc.) qui se penchent sur ses marchés (Carte mère, boitier PC, Carte graphique, Processeur…) ? Ou toi même as-tu des échos concernant la santé de ces marchés, en France par exemple grâce à tes contacts chez les revendeurs ?

    Merci. 😊

    Répondre
  • 6 mars 2018 - 13 h 39 min

    @Xo7:

    Ouais enfin y’a tout des pans de e la société où les postes fixes poussiéreux resteront indispensables : administrations, services publics, écoles, commerçants, etc.

    Après, c’est sûr que ce n’est pas là que le renouvellement est le plus fréquent. Le nombre de Dell ou HP sous Windows 7 ou même XP doit être considérable !

    Répondre
  • 6 mars 2018 - 16 h 10 min

    Je trouve que la mévente de PC traditionnel est une normalité banale dut avant tout a un mauvais marketing et aussi de mauvaise configuration .

    Désolé mais je pense que si DELL et autres grand noms de ne vendent pas plus de PC assemblé ,ils doivent d’abord repensé une stratégie de vente .

    EN premier vouloir livré un ordinateur avec un WINDOWS imposé c’est pas très commercial pour l’acheteur .
    EN second ,dans une même gamme d’ordinateurs les prix sont pas forcement cohérents chez certains fabricants .
    EN troisième ,faire tous payer en plus a l’acheteur c’est un peu du vol : pour exemple je dirais 15 euros pour monter une barrette de RAM supplémentairement + 15 pour monter une carte graphique en même temps que la barrette de RAM par exemple .
    EN quatrième prendre l’acheteur pour un con en ajoutant le prix d’une compilation de jeux sur un PC a 1200 euros alors qu’elle est offerte dans la gamme en dessous .

    Je pense qu’un grand constructeur pourrait offrir une même carte mère ,un même boitier ,une bonne alimentation dans une sorte de barebone et faire varier les prix selon le processeur + RAM + Carte graphique .
    Les prix en serait plus juste ,un meilleur rendement du stock aussi pour le fabricant .

    Je serai inversement curieux de connaitre le nombre de PC en TOUR ou DESKTOP vendus par Matériel.net et LDLC face a un DELL ou un HP .

    Peut etre que l’acheteur souhaite aussi disposer d’un autre service et que la vente de PC de marque a « jeter » n’intéresse plus personne .

    Répondre
  • 6 mars 2018 - 17 h 22 min

    @Pierre Lecourt: oui c’est clair que ça changerait la donne.

    Je trouve que ces deux marchés ont quand même des points communs, par exemple, le marché d’occasion, la capacité d’évolution, la possibilité de réparation, mais aussi le virage technologique que vivent les deux mondes, etc.

    Répondre
  • 6 mars 2018 - 18 h 31 min

    <>
    C’est en fait une question d’assurance.
    IDC est une maison reconnue et les boards de toutes entreprises peuvent donc prendre des décisions en s’appuyant sur ses prévisions. Qu’importe celles-ci.
    Bien entendu ils vont se planter comme d’hab. Et donc plein de décisionnaires vont se planter dans la foulée.
    Mais ce n’est pas grave étant donné que c’est un analyste réputé, le décisionnaire est couvert, on ne peut rien lui reprocher.
    En revanche, s’il s’avisait de prendre une autre décision et que ce ne soit pas la bonne, là il paierait les pots cassés.
    db

    Répondre
  • 7 mars 2018 - 10 h 00 min

    @gaduc:
    Certes… Triste, mais vrai.

    Répondre
  • Nzl
    7 mars 2018 - 10 h 09 min

    Sur ce genre de chiffres comment sont comptés les pcs assemblées ?
    Pas du tout ?

    Et un pc en pièces détachées c’est quoi ? Comment on le compte ? Un processeur ? Une carte mère ?

    Répondre
  • 7 mars 2018 - 10 h 30 min

    @Nzl: Ben j’en parle en fait.

    Répondre
  • 7 mars 2018 - 10 h 35 min

    « Si demain un moyen d’exploiter ces failles devient une vraie menace pour les entreprises, un achat massifs de PC est a prévoir »
    … l’idéal serait qu’Intel sorte des cpu corrigés sur les anciens sockets.
    Et dans ce cas la correction de la faille reviendrait a ouvrir la machine, enlever le ventilo & le cpu et remettre un neuf. Mais bon vu le prix d’un pc d’entreprise vs. nouveau cpu + manipulation cela n’arrivera probablement pas a grande échelle…

    « Si l’on ne touche ni à la 3D ni à la vidéo, la plupart des PC d’il y a 5 ans sont toujours d’actualité. Pourquoi en changer ? »
    mon core2duo m’allait très bien mais j’ai du le changer non pas parce que je fais de la 3D ou de la video mais parce que les sites web actuels sont des gouffres a ram & cpu… Je pouvais voir avec videolan des films en full hd sans accroc ni ventilo mais une simple video sur youtube (html5 ou en flash) mettait a genoux la machine…

    Répondre
  • Nzl
    7 mars 2018 - 10 h 47 min

    @Pierre Lecourt:

    C’est exactement ce que je me suis soit que tu devais en parler du coup j’ai lu en diagonale pour pas être ce genre de gars qui poste sans lire mais finalement si :(

    Répondre
  • 7 mars 2018 - 10 h 55 min

    Pierre.
    Or s’écrit Or (conjonction) et non Hors (préposition) qui signifie en dehors, excepté.

    Je pense également que tout ce qui est importé directement n’est absolument pas pris en compte par ces <>. Seuls les grands fournisseurs y figurent et non les plus petits. Exact ?
    Si tel est le cas ça doit faire pas mal de quantités absentes.

    Je pense que l’on assiste plus généralement à une progressive reprise du destin par les utilisateurs eux-mêmes à présent qu’ils ont acquis une certaine maturité dans ce domaine.
    C’est bon signe, je l’espère.
    C’est valable dans d’autres domaines comme celui de la décoration d’intérieur : on ne trouve jamais ce qu’on cherche, autant faire soi-même.

    Et c’est bon signe pour Linux également je l’espère.
    db

    Répondre
  • 7 mars 2018 - 10 h 59 min

    En passant, le config-o-matic liste les Intel i9. Ca vaut une blinde ces machins : entre 1 000 et plus de 2 000 euros !
    db

    Répondre
  • 7 mars 2018 - 11 h 06 min

    @gaduc: Ouais mais je suis extrêmement fatigué et avec les soucis de serveur ça ne s’arrange pas ce matin…

    Répondre
  • 16 mars 2018 - 18 h 44 min

    Il y a quelques semaines , j’ai acheté un pc d’occasion sur le boncoin , la première fois de ma vie. Un vieux I7 (bios a zéro en 2010) qui prend la place d’un brix 2955U. Au format SFF , c’est pas gros, pas de bruit , un peu plus de 1000 pts d’écarts entre ce I7 et mon i5 4440 de 2014.

    Si on a pas de besoin spécifique , j’ai presque envie de dire , pourquoi acheter du neuf ?! (internet , jeux rare et pas lourd)

    Pour l’instant , mon i5 est presque surdimensionné pour ce que je fais. Les nouveaux processeurs ne me font pas rêver même si les ryzen ont l’air de valoir le coup … mais pour quoi faire de plus ? 2010 ou 2018 c’est le SSD qui importe en premier.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *