Orange Pi Lite2 : Un passage à l’AllWinner H6 et Android 7.0

Annoncée à moins de 21€, cette carte Orange Pi Lite2 est une solution très Raspberry Pi qui offre un Android 7.0 et la promesse habituelle d’une foule de distributions Linux. Pilotée par un SoC Allwinner H6, elle devrait proposer des performances sympathiques.

Quand je pense à Orange Pi, je pense à un dessin animé type Tex Avery où un loup surexcité dessinerait des schémas compliqués à toute vitesse, et, au moment où il finit de noircir sa feuille, un autre type lui enlève pour en faire apparaître une autre juste en dessous. Et rebelote.

C’est comme ça que je les vois les gens de chez Orange Pi. Le rythme de publication de leurs cartes est tellement effréné qu’on a du mal à comprendre comment la boite fonctionne. Même si Renaud a soulevé le voile sur la boite avec son excellent reportage l’année dernière, il est difficile de comprendre comment et pourquoi la marque sort autant de cartes chaque année.

2018-01-25 13_26_20-minimachines.net

Bref, la Orange Pi Lite2 est une solution construite autour d’un SoC Allwinner H6. Une puce quadruple coeur cortex-A53 associée à un chipset graphique Mali-T720 et qui devrait offrir à l’image d’android 7.0 livrée des performances convaincantes. Elle est livré avec 1 Go de mémoire vive et son stockage se fera sur un lecteur de cartes MicroSDHC. Oui, HC, donc limité à 32 Go maximum. Un choix étrange pour un engin que l’on annonce comme compatible avec différentes distributions Linux : Ubuntu, Debian, Armbian… Même si elles ne sont pas encore disponibles.

2018-01-25 13_26_59-minimachines.net

La carte propose une connectique classique pour ce genre de format très Pi-esque. Un HDMI 2.0a avec une gestion du HDCP 2.2, un port USB 2.0 et un second port en USB 3.0, ce qui devrait permettre l’exploitation d’un stockage secondaire performant. Malheureusement, elle ne propose pas d’Ethernet mais uniquement un wifi de type 802.11AC associé à un Bluetooth 4.1 portés par un chipset AP6255.

2018-01-25 13_28_19-minimachines.net

La Orange Pi Lite2 dispose, en prime, d’un récepteur infrarouge, d’un microphone, d’une interface camera et de 26 broches pour piloter des éléments externes. Pas de sorties audio autres que le HDMI et l’alimentation se fera via un jack 5V/2A ou un port MicroUSB qui est également OTG. Le tout rentre sur une carte de 6.9 cm sur 4.8 cm pour 50 grammes.

Difficile de voir la cible de cette solution tant qu’elle ne dispose pas d’une vraie distribution Linux efficace. Sous Android, cela fait une carte multimédia de plus sans grand intérêt si ce n’est pas la prise en charge de l’USB 3.0 via un port USB Type-A…

La Orange Pi Lite2 est annoncée à 20.46€ sur la boutique Aliexpress de la marque, les frais de port sont raisonnables : 2.58€.

16 commentaires sur ce sujet.
  • 25 janvier 2018 - 14 h 46 min

    Perso ,je vois pas l’intéret de changer de puce ALLWINER a chaque fois sauf si le fabricant Orange Pi ne peut pas faire autrement .
    Le H-3 me semble le meilleur processeur des cartes Orange Pi sauf si ALLWINER ne le fabrique plus ,d’un autre coté avec le H-6 sur plein de TV BOX on est sur d’avoir une version Android ,pas sur par contre de voir un bon LINUX .
    J’attends toujours la version LINUX du Allwinner H-5 sur Orange Pi Zero 2+ .

    Répondre
  • 25 janvier 2018 - 16 h 36 min
  • 25 janvier 2018 - 16 h 46 min

    Armbian propose des adaptations de Linux sur ARM. C’est très bon sur H3 (et H2+), mais typiquement pour le H5 le statut est “Testing” : cela ne doit pas correspondre à “un bon Linux” comme le demande ptipaj.

    Répondre
  • 25 janvier 2018 - 16 h 51 min
  • 25 janvier 2018 - 17 h 24 min
  • 25 janvier 2018 - 17 h 49 min

    Oui oui, je sais. Je connais un peu armbian et un peu Orange Pi.

    Mais je ne vais pas faire plus de commentaire, je finis par avoir l’impression de beaucoup me répéter.

    Répondre
  • 25 janvier 2018 - 18 h 57 min

    Cela aurait sympa de booter sur un disque SSD via le port USB3
    Le bornier 40 broches n’est plus à la mode apparemment

    Notons que le bouton power permet de stopper proprement la bête au lieu d’écrire en travers de la carte SD

    Répondre
  • 26 janvier 2018 - 8 h 37 min

    C’est quand même un peu limitant, ces processeurs de débilophones sans sata ni ethernet natif… pour un usage carte de développement.

    Répondre
  • 26 janvier 2018 - 10 h 09 min

    A chaque fois que je vois une carte toujours plus puissante, je me dis (comme toi Pierre) : Pour faire quoi ? Media-center ? Encore ?
    Les cartes qui m’intéressent le plus sont les moins chères et plus bidouillables, plus intégrables. Même si mon véritable intérêt arrive sur les microcontrôleurs, et là y’a même plus d’OS, on est au niveau où on burn son bootloader soi-même… Quoique, y’a un semblant de truc qui peut se faire avec FreeRTOS.
    Pour des projets wi-fi, l’ESP8266 fait sacrément bien le boulot… t’as une dizaines de GPIO (en réalité moins mais bon), t’as toutes les communications standard (SPI, I2C, etc), t’as du wi-fi intégré à la puce qui cavale à 80MHz (overclock à 160MHz possible), et ça coûte 2€ quoi. On n’est plus dans le même monde. Et ça fait parfaitement serveur web, au passage. Alors y’a zéro stockage externe de base, mais dans les 4Mo de Flash, tu peux mettre du HTML, et déporter le CSS et le JS vers des liens externes (si t’es connecté à internet). Et tu peux rajouter un lecteur SD interfacé en SPI. C’est ouf pour 2€.

    Besoin de plus ? T’as l’ESP32 qui fait bluetooth, qui a 2X plus de GPIO, et un double-coeur à 320MHz (wtf), pour 6€. Ouais, ça vaut le coup de monter des projets rigolos.

    Et pour les GPIO en pagaille, les p’tites STM32 à 1.50€ font tellement bien le taf… 40GPIO, programmables à la Arduino…

    Et tout ça consomme 30-60 mA, donc embarqué ça marche bien.

    Tout ça pour dire que ces ordinateurs monocartes, ça fait des media-centers 5mn, mais pour du bidouillage et de l’embarqué, le microcontrôleur y’a pas mieux. Je voulais faire un radio-reveil webradio, j’ai rejeté les raspberry parce que ça consomme trop ; il m’aurait fallu 2 alims, une pour l’ordinateur monocarte, une pour l’ampli audio (qui fait des pics à 3A) et le reste. Les pics de courants reset mon écran qui n’a plus assez de jus…

    Répondre
  • 26 janvier 2018 - 10 h 34 min

    Sur le block diagram on vois une ligne pcie2, quel dommage de ne pas proposer une carte d’extension sata sur cette ligne … l’ethernet gigabit est intégré, je n’ai pas de doute sur la sortie d’une future carte avec ethernet intégré.

    Répondre
  • 26 janvier 2018 - 17 h 08 min

    @yattoz:
    +1 Je n’ai jamais vu l’intérêt d’un Raspberry ou dérivés pour brancher un capteur (ou faire des petits montages)… ça met plusieurs secondes à démarrer, ça consomme, autant prendre un Arduino ou un ESP (pour une communication sans fil)!

    J’ai un Pi3 comme serveur domotique/multimédia et après que des ESP8266 avec des capteurs d’humidité, de température, des relais,etc

    Répondre
  • Bbb
    26 janvier 2018 - 23 h 18 min

    @yattoz: merci pour les pistes

    Répondre
  • Tof
    27 janvier 2018 - 1 h 59 min

    @Le P’tit Nicolas: et encore… des ESP8266 en wifi pour chaque capteur et chaque prise ça peut aussi passer pour “overkill” ;)

    Y-a moyen de rendre plus léger avec d’autres protocoles RF que de de balancer un client wifi ESP sur le réseau pour chaque bidule.

    Pour exemple, à la maison j’ai 8 prises électriques (relais RF 433Mhz, ces bonnes vieilles prises télécommandées d’antan) toutes commandées par un seul ESP8266 (qui lui consomme du wifi):
    http://tinkerman.cat/hacking-sonoff-rf-bridge-433/
    https://github.com/1technophile/OpenMQTTGateway

    Le protocole RFM69, si tu veux envoyer des données (voire transmettre des données dans les deux sens).
    Lora (RFM95) si tu veux mettre des capteurs à des kilomètres (ex: pour une exploitation agricole ce serait génial)

    Répondre
  • 29 janvier 2018 - 0 h 58 min

    @Tof:
    Le LoRa j’ai un peu lu dessus, j’ai une vague idée des applications. Mais ouais, pour un petit réseau domestique où t’as peu d’infos à transmettre, le RF 433MHz c’est impeccable. De base c’est les fréquences publiques, t’as un paquet de trucs commerciaux qui utilisent ça, genre les petites stations météo à modules, et même les clés de voiture.
    J’suis d’accord que tout faire passer en Wi-Fi ça peut faire overkill, ça dépend de ce que tu veux faire. Ca veut aussi dire à quel point les ESP8266 et ESP32 sont puissants, si on arrive à faire des trucs overkill avec !

    Enfin, on commence assez vite à trouver des modules spécialisés pour accomplir ce qu’on veut avec. Par exemple, un module MP3, qui prend une carte SD, qui est commandée par liaison série RX/TX, et qui peut drive des haut-parleurs jusqu’à 3W, bah ça te coûte 1€. (Cherchez les “MP3-TF-16P” ou “DFPlayer” ;) ) A partir de briques à 1-3€, tu fais des petits assemblages propres et spécialisés.

    D’ailleurs, on en parlait avec mon prof de Systèmes de Calculs Avancés, l’informatique a commencé par monter les fréquences, puis faire des accélérateurs (SSX et cie), puis multiplier le nombre (coeurs), puis à commencer à créer des architectures hybrides (genre big.LITTLE) pour commencer à répondre à des besoins de manière plus spécifiques. Et le monde de l’architecture se dirige de plus en plus vers des systèmes de calculs spécialisés. Donc apparemment c’est carrément une tendance des labos de recherche qui commence doucement à contaminer les entreprises puis les productions grand public…

    D’autre part, erratum, les ESP32 sont des double-coeurs à 240MHz, pas 320MHz.

    Répondre
  • 29 janvier 2018 - 1 h 07 min

    @Tof et @yattoz: A quand un petit tuto pour les lecteurs ?

    Répondre
  • 30 janvier 2018 - 0 h 31 min

    @Pierre Lecourt:

    Je suis justement en train de faire un poste de webradio, avec un esp8266 et le programme KaRadio, une carte audio VS1053, un STM32 pour contrôler tout ca, des afficheurs, des boutons… mon journal de bord est mon blog : http://electronics-kitchen-table.blogspot.fr (en anglais). J’avais pas vocation de faire un tuto complet, mais mes articles sont toujours assez détaillés pour qu’on puisse tout reproduire (c’est mon côté scientifique ça.) Il me reste encore du code à écrire et un peu de câblage, mais le gros fonctionne. Mais qui sait, je pourrais peut-être tout emballer dans un long tuto découpé en plusieurs parties…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *