Microsoft se serait rapproché de Nvidia pour optimiser Windows 10 ARM pour Tegra X1

Windows 10 ARM tourne sur SoC ARM. enfin pour le moment il ne tourne que sur Snapdragon 835. On apprend que Microsoft se serait rapproché de Nvidia pour optimiser le système pour sa puce Tegra X1 et ne pas laisser Qualcomm seul en lice.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

Windows 10 ARM est une version particulière du système d’exploitation de Microsoft prévue pour fonctionner sur l’architecture ARM. Jusqu’à présent seules des puces Qualcomm Snapdragon 835 sont listées comme compatibles dans les différentes présentations du système.

Nvidia Tegra X1

Aujourd’hui nous apprenons sur Fudzilla que Microsoft aurait également approché Nvidia pour porter le système sur la puce et l’optimiser. Une nouvelle qui a beaucoup d’implications.

Le Nvidia Tegra X1 est une puce assez ancienne désormais. Présentée au CES 2015 il s’agit d’une solution big.LITTLE composée de 4 coeurs Cortex-A57 et de quatre autres coeurs Cortex-A53. Ce qui la différencie des autres solutions concurrentes, c’est la partie graphique que Nvidia a adaptée depuis ses GPU de génération Maxwell. 256 coeurs CUDA sont intégrés dans la solution permettant à l’ensemble de développer une puissance de calcul de 1024 GFLOPS. Le SoC annonce un TDP de 10 watts.

Il s’agit donc là encore d’une puce particulière et quand Microsoft se rapproche de Nvidia pour porter Windows 10 ARM sur le SoC, c’est dans une optique d’optimisation pour prendre en charge le circuit graphique et ses compétences afin d’en tirer parti pour des usages spécifiques. Avec les 256 cœurs CUDA, Windows 10 ARM aurait pu faciliter le travail d’émulation du code x86 que le système va proposer.

Aurait pu, parce que Nvidia semble avoir décliné l’offre de Microsoft. Du moins pour le moment. La marque s’est depuis quelques temps orientée vers le développement de solutions pour l’automobile et a clairement laissé de côté le développement de sa branche Tegra depuis la sortie du X1. Retravailler avec Microsoft sur cette puce dans l’hypothétique but d’attirer des clients désireux de construirte des PC sous Windows 10 ARM ne semble pas être une perspective assez séduisante pour la marque.

Minimachines.net

Cette démarche de Microsoft indique également que le système n’est pas totalement lié à Qualcomm et son Snapdragon 835 mais pourrait être proposé sur d’autres puces. Il faut cependant souligner que dans le cas de la puce Nvidia comme dans celui de Qualcomm il s’agit de solutions particulières bénéficiant d’un circuit graphique différent de ce que peut proposer ARM avec ses Mali. Microsoft indique qu’il faut optimiser les SoC pour pouvoir prendre en charge Windows 10 ARM ce qui sous entend qu’il ne sera pas possible de copier coller le code vers un autre SoC sans un minimum de travail en amont.

Un Photoshop classique x86 32 bits sur Windows 10 aRM piloté par un Snapdragon 835, impressionnant mais optimisé.

La grande question est donc liée à la somme des pré-requis nécessaires à une puce pour faire fonctionner le système. Quelles autres puces auront le potentiel de faire tourner Windows 10 ARM ? Les solutions signées 100% ARM ? Les Exynos de samsung ? Les Kirin de Huawei ? Quid des Rockchip, Amlogic, AllWinner ?

Il semble évident que la promesse de Microsoft de faire tourner un système x86 en émulation sera une opération gourmande en ressources et que la puce “lambda” ne pourra pas effectuer l’opération aussi simplement que cela. Il faudra, au minimum, l’éduquer pour prendre en charge ces tâches, dans le cas d’un Tegra X1 on imagine que la puissance des coeurs CUDA aurait pu être détournée dans ce but.

Suivant le succès qu’aura Windows 10 ARM auprès du public, on peut imaginer que Nvidia pourra changer d’avis et dédier une partie de ses ressources à cette optimisation. Quels autres concurrents pourraient effectuer ce travail ? On imagine assez mal les petits concepteurs se lancer dans ce genre de pari. Reste Samsung et Huawei qui développent leurs puces. Mais, pour le moment, la plupart des marques visent avant tout au développement de solutions axées vers le marché du smartphone avec des fonctions intégrées complexes mais orientées vers la photo, la communication et la gestion d’images.

2017-12-01 18_26_51-minimachines.net

La concurrence est importante pour l’écosystème Windows 10 ARM de Microsoft. Pour le moment les machines attendues sous Snapdragon 835 devraient tourner entre 400 et 700$ pièce. Soit des tarifs équivalents ou plus chers que des solutions Intel sous Windows 10 classique, Microsoft espère sans doute tirer les prix vers le bas mais Qualcomm n’a probablement pas envie de casser l’image haut de gamme de son SoC. Microsoft mise sur les avantages annexes proposés par la solution ARM : L’intégration d’un modem 4G du Snapdragon 835, une autonomie en hausse et des possibilités de laisser sa machine dans une demie veille permanente de manière à ce qu’elle vous transmette des messages et notifications sans avoir besoin de l’allumer au préalable. Des versions plus “light”, sans fonctions 4G par exemple, pourraient permettre de toucher des cibles différentes, surtout intéressées par un fonctionnement en continu.

Windows 10 ARM ou les perspectives de l’arrivée d’ARM sur le marché PC

19 commentaires sur ce sujet.
  • 1 décembre 2017 - 22 h 34 min

    Cette news me laisse un petit gout amer… Apprendre que Nvidia ait décidé de ne pas optimiser son Tegra X1 pour windows 10 on ARM semble indiquer que ce projet ne date pas d’hier, puisque le X1 date de 2015, alors qu’il était viable grace a son imposant circuit graphique, ne semble pas très bon pour la suite…
    Alors, oui, le Snapdragon 835 est là, mais ca resserre le champs des puces sous ARM capables de faire tourner le biniou… C est effectivement pas la première puce venue qui pourra faire l’affaire…
    Enfin, malgré tout, j’attends de voir la suite imminente du projet…

    Répondre
  • 1 décembre 2017 - 23 h 04 min

    Si Microsoft arriverait à un accord avec NVidia pour le processeur ARM X1, Apple aurait de quoi avoir très très peur pour son avenir !!

    Quand on sait ce que Windows 10 ARM est capable de faire sur un Qualcomm S835, imaginez la puissance sur un Tegra X1 et ses coeurs graphiques CUDA !!! Un super-calculateur en perspective !!!

    Pour l’instant, on voit bien que Microsoft continue de galérer… Mais le jour où il aura mis au point totalement Windows 10 ARM, alors là il va tuer le marché informatique ! lol

    Microsoft devra abandonner sa plateforme x86 pour simplifier la transition vers ARM. Pour cela, il ne devra plus s’en tenir qu’à son Windows Store. Autrement dit, tout futur logiciel qui sera installé, devra l’être par le Store. Je le pense ainsi.

    Répondre
  • 2 décembre 2017 - 0 h 52 min

    Nvidia préfère optimisé pour du freebsd qui se vends plutôt que des ordinateurs portable qui aura une image de lenteur et de mauvaise performance . Ca serait bien que microsoft se lance dans des Smartphones, c’est l’avenir surtout qu’avec l’usb3 on doit pouvoir connecter son téléphone sur un écran pour faire du traitement de texte du mail et de l’internet voir même su cloud évolué avec une bonne connexion internet.

    Répondre
  • 2 décembre 2017 - 3 h 16 min
  • 2 décembre 2017 - 14 h 07 min

    Moi je pressens toujours le FLOP pour Microsoft : le public ne suivra pas comme d’habitude.
    Et dans deux ans quand MacOS tournera sur ses puces ARM maison, A11 bionic et successeurs, tout le monde criera au génie et louera la formidable révolution, les MAC se vendront comme des petits pains tandis que Nadella se retirera du marché grand public en se repliant sur ses services dits pro…

    Répondre
  • 2 décembre 2017 - 15 h 12 min

    bonjour a tous.

    perso je pense que si microsoft mise sur les puces super haut de gamme actuelles c’est parce que windows arm ne va pas sortir tout de suite. d’ici la qu’il sorte il y aura une ou deux nouvelle génération de puce alors si jamais il galere deja avec des puces bas de gammes actuelles pour des clopinettes alors que quand arms sortira elles seront completement obsolete le parit vaut pas du tout le coup. ou alors alors aussi pour rentabilisé les premieres tablettes seront super haut de gamme et pusi les prix baisseront comme toujours.

    autre chose aussi j’imagine une espece de chipset a pas chere qui convertira les instructions x86 arms pour des clopinettes d’ici peut.

    Répondre
  • 2 décembre 2017 - 16 h 27 min
  • 2 décembre 2017 - 16 h 31 min

    Bjr à tous,

    je ne comprends pas bien le problème : l’architecture ARM est supposée être “universelle” avec une “API” identique au moins à un niveau de référence de plate-forme donné, donc ce qui tourne sur une implémentation doit tourner quasi identiquement sur une autre, non ?

    En quoi peut donc bien consister cette “optimisation” pour que de si grandes différences de performance apparaissent ?

    Répondre
  • 2 décembre 2017 - 16 h 48 min

    @dodudindon: L’architecture ARM est compatible quand ton utilise les jeux d’instructions ARM avec des Cortex ARM et des chipsets Mali ARM. Mais en l’occurrence, ni Qualcomm avec ses Snapdragon, ni Nvidia avec ses Tegra, n’utilisent de chipset Mali. Si tu implémentes une puce Rockchip avec le code d’une puce AllWinner, cela ne fonctionnera pas.

    L’architecture ARM de base doit être optimisée par MS pour parvenir à l’émulation x86. Si MS a choisi le Snap 835 c’est parce qu’il avait de la réserve de perfs. Si il s’intéressait au Tegra X1 c’est parce qu’il avait de la réserve de perfs. Réserve qui n’existe peut être pas encore dans les solutions Mali actuelles ?

    Ou peut être que MS veut profiter des ingénieurs des deux entités, Qualcomm et Nvidia, pour les aider dans cette optimisation.

    Répondre
  • 2 décembre 2017 - 17 h 19 min

    Et si finalement Microsoft se mettait à fabriquer ses propres puces arm dans le futur ? A priori ce n’est qu’une question d’argent… Enfin ça bouge un peu.

    Répondre
  • 2 décembre 2017 - 22 h 45 min

    @Pierre Lecourt:

    A croire que le noyaux linux-driver generique-opencl ne sont rien fasse à la fabrication en usine de puce sous license nvidia qui ne se concrétise pas par un contrat.
    C’est juste qu’il n’y a pas de déboucher à se windows 10 deja que sous x86 c’est pas la joie.

    Répondre
  • 3 décembre 2017 - 8 h 24 min

    Je pense que Nvidia mène assez bien sa barque depuis que le marché PC WinTel se plante… Ils savent bien que les réserves de croissance exponentielle sont ailleurs et que reproduire un schéma identique avec un autre fondeur, sans l’avantage historique (expliquant une décrue lente) de l’énorme base installée ni standardisation forte (ARM=Auberge espagnole: Faites votre marché pour un coeur par ci avec son crossbar d’interface aux périphériques, éventuellement un GPU ou autre contrôleur d’interruptions par là mais qui peuvent déjà ne pas être de chez ARM… Le reste c’est à peu près au choix => Chaque SoC est différent).

    Microsoft a eu des milliards à foutre en l’air pour déboucher sur presque rien côté mobile. Actuellement c’est le cloud qui paie les factures mais les clients peuvent vite aller ailleurs… C’est fait pour cela, l’informatique nébuleuse, changer de crèmerie n’a jamais été si simple.

    Nvidia n’a sans doute pas autant à foutre en l’air dans ce type d’aventure.

    Intégrer la fonction modem réseau mobile n’attirera pas non plus grand monde tant que le modèle d’une SIM (donc abonnement) par appareil durera: Le tel dans la popoche continuera de faire modem pour le laptop sur la table du troquet ou du train.

    Reste quoi au final? Faire tourner du windows en émulation?

    Si on a besoin de win, il vaut mieux faire tourner l’émulation android dessus! Faire l’inverse, franchement, quelle idée…

    Surtout que windows est un OS très peu modulaire et impropre aux portages. Rien à voir avec un Linux ou BSD. Le seul pourvoyeur d’OS proprio grand public qui peut changer d’architecture assez aisément, c’est Apple. Ils partagent déjà une base sur le côté mobile… qui tourne sous ARM.

    Microsoft est incapable de sortir du x86 et l’émulation c’est un emplâtre sur jambe de bois qui ne pourra convaincre.

    Répondre
  • 3 décembre 2017 - 13 h 01 min

    @yann : il y a en fait déjà longtemps que Microsoft s’émule lui-même pour faire tourner les applications les plus anciennes. Il intègre les librairies des Windows antérieurs, ce qui explique la taille de l’os sur nos disques durs. Ils ont donc une certaines expérience en la matière, le tout étant de savoir si l’emulation par les processeurs arm sera suffisamment rapide, ce dont à peu près tout le monde doute. Curieusement personne ne semble voir que Windows arm c’est un Windows RT avec une couche d’émulation… C’est pourtant bien la stratégie habituelle de Microsoft : faire du cosmétique sur des produits qui n’ont pas marché, et à force, cela fonctionne.

    Souvenez-vous des Xbox bradées et qui ne se vendaient pas et voyez où ils en sont maintenant à jeu égal avec Sony.

    Tout cela pour dire qu’à mon avis tu les sous estimes !

    Le gros enjeu actuel en informatique est la course à la convergence et ils sont pas mal partis.

    Répondre
  • 3 décembre 2017 - 14 h 27 min

    @Pierre Lecourt: merci c’est effectivement plus clair pour moi maintenant.

    Répondre
  • 3 décembre 2017 - 19 h 25 min

    Microsoft est tout juste capable de sortir une fois tous les 10 ans un OS qui tourne à peu près pour les entreprises (XP, Seven), et encore s’ils n’annonçaient pas chaque fois la fin du support personne ne migrerait.

    Répondre
  • 4 décembre 2017 - 6 h 26 min

    @Samsung Magician: Alors là, tu pousses un peu 😊 c’est pas parceque les directeurs de l’informatique des grosses boites ne changent d’OS tous les 10 ans que ça veut dire que MS ne propose que de la bouse aux entreprises…
    Pour preuve, MS lui même qui fait toujours tourner ses postes avec ses derniers OS… Et chez MS, c’est pas un petit parc uniquement composé de machines standard pour les utilisateurs finaux.

    Répondre
  • 4 décembre 2017 - 11 h 24 min
  • yan
    4 décembre 2017 - 12 h 39 min

    @dadoo:
    Entre faire des wrapper pour appeler contextuellement du code (natif) de 1980 et faire une véritable émulation qui fonctionne entre deux architectures, les problèmes ne sont pas les mêmes.
    A la limite, leur stratégie de .NETisation de tout au dessus d’un micro-noyau dépendant de l’architecture matérielle et intégrant la VM à bytecode aurait pu fonctionner. Mais c’était très cassant pour l’existant (natif/win32) et quand on vit de compatibilité binaire…
    En plus, quel avantage vs le camp d’en face? Dérouler un même code “boite noire” (fermé) qqsoit l’architecture en fait, cad tenter de contrer une force du logiciel “boite blanche” qui sait faire depuis ses origines, en code ouvert (portable), par simple cross-compilation sans la lourdeur et la complexité de la VM .NET, du cauchemard du debug/test (+il était impossible, VM à bytecode dans le noyau, de faire comme avec Java: Chaque applicatif un peu complexe qui embarque sa propre version de Java pour éviter les problèmes!)
    Pas grand monde n’a été dupe…

    Répondre
  • 4 décembre 2017 - 15 h 22 min

    Je pense que les SoC ARM éligiblent à WinARM ce sont ceux qui ont et qui auront DirectX.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *