Opteron A1100 : La première puce ARM 8 coeurs d'AMD

Opteron A1100 : La première puce ARM 8 coeurs d’AMD

AMD a indiqué dès 2012 son intérêt pour les puces ARM et sa volonté de commencer à en produire. A destination du marché des serveurs, cet Opteron A1100 est la première création d’AMD en ce domaine. Décliné en 4 et 8 coeurs, il vise un marché pro.

Résumé : Avec l’Opteron A1100, AMD veut pénétrer dans l’atmosphère climatisée des salles serveurs : Ses atouts sont une très faible consommation et des fonctions expertes. La marque va chercher à populariser son concept auprès des professionnels et des développeurs avec comme objectif de devenir leader sur ce segment des puces ARM sur serveur.

AMD OPTERON

Les premiers échantillons seront prêts en Mars; ces premiers Opteron A1100 ne seront pas visibles pour les particuliers, ils visent les salles blanches des data centers et autres solutions serveurs. Gravée en 28 nanomètres, sous le nom de code Seattle, cette gamme d’Opteron Axxxx sera déclinée en 4 et 8 coeurs et basée sur une architecture ARM Cortex-A57.

La puce promet d’être très performante avec cette génération de processeurs 64 bits bien équipés : L’Opteron A1100 peut grimper à une fréquence de 2 GHz et embarquer jusqu’à 4Mo de mémoire cache niveau 2 et 8 Mo de cache niveau 3. partagés sur tous les coeurs. La puce supportera la gestion d’une mémoire double canal jusqu’à 128Go.

Ces puces auront en outre d’énorme capacités de gestion d’entrées et sorties avec la prise en charge de 8 lignes PCIe 3, 8 ports  SATAIII et 2 ports 10 Gigabit Ethernet. Des éléments qui ont toute leur place sur un processeur de serveur qui demande une grande capacité de gestion de stockage. AMD a, en prime rajouté des fonctions matérielles à sa création pour la gestion de la compression et du cryptage de données en temps réel. Moins impressionnant, le TDP de la puce est estimé à 25 watts ce qui n’est pas beaucoup face à la concurrence serveur mais très loin de nos habitudes en terme de processeurs ARM pour tablettes.

AMD OPTERON

AMD va développer des solutions sous forme de kits de cartes Micro-ATX  construites autour de cet Opteron A1100 et d’une distribution Linux Fedora livrée avec des outils de développement. Cette solution permettrait de construire des systèmes serveurs et surtout de populariser la plate forme.

Pour AMD, l’avenir des salles serveurs est dans ARM et d’ici à 2019, le fondeur  estime  qu’un quart des serveurs du marché utiliseront une solution ARM et espère bien devenir le leader sur ce segment.

Evidemment, on ne peut espérer qu’une transpiration de ce marché vers des solutions plus grand public avec l’apparition un jour de puces à destination des particuliers. On peut également imaginer qu’un jour AMD fasse fructifier ses efforts de développement ARM vers un marché plus mobile même si, au vu de la tournure des composants ici employés, l’écart de développement soit trop grand pour imaginer que cette branche Opteron puisse produire un fruit assez basse consommation pour les tablettes.

5 commentaires sur ce sujet.
  • 29 janvier 2014 - 10 h 18 min

    Bonjour,

    je suis tout à fait ignorant du marché ‘serveurs’, et il m’est difficile d’estimer l’intérêt d’une telle puce.
    Je suppose que dans ce cas, c’est la performance/watt qui est intéressante ?
    Y-a-t-il un moyen de comparaison avec l’existant ?

    Je pense que ce serait une large erreur de la part d’AMD de ne pas faire une déclinaison grand public de processeur ARM, d’autres s’en chargeront à sa place.
    Même si je comprends bien qu’en terme de fonctionnalités, les besoins soient très différent.

    Répondre
  • 29 janvier 2014 - 10 h 36 min

    @Yram: Le problème du serveur est triple : Il faut gérer des composants spécifiques, afficher de bonnes performances et consommer très peu.

    Pour le grand public, tu soulèves le problème, AMD peut t-il suffisamment se démarquer pour ne pas être noyé dans la masse. Si c’est pour faire un énième processeur ARM, l’intérêt ne sera pas suffisant et personne n’en achètera. Ce n’est pas d’autres s’en chargeront mais plutôt d’autres s’en chargent déjà.

    Répondre
  • 29 janvier 2014 - 20 h 36 min

    @Yram: « Y-a-t-il un moyen de comparaison avec l’existant ? » ben le pb c’est qu’à ce jour, seuls les procs du concurrent sont dispos à la boutique du coin (LDLC pour être précis Asrock C2750D4I). Et puis, dire 8 cores ça claque, mais concrètement, tant sur un serveur que sur une station, les perfs sur un thread ça compte beaucoup. 8 veaux ne font pas un pur-sang.

    Répondre
  • 29 janvier 2014 - 21 h 15 min

    En serveur je vois pas trop pour une prod de disons 200 serveurs tu auras 10 sdrveurs intel sous vmware ….. et puis les dsi sont pas comme nous la facture edf c est pas eux qui la paye c est la boite …apres pour un cloud géant faut voir …

    Répondre
  • 2 février 2014 - 18 h 11 min

    « Le premier SoC ARM serveur du marché, l’Opteron A1100 d’AMD, proposerait des performances 2,5 fois plus élevées que son prédécesseur x86, l’Operon X2150, pour une consommation électrique peu ou prou identique. »
    http://www.silicon.fr/standard-serveurs-arm-adaptation-windows-server-92420.html

    @Maumau, comme toujours, les perf en mono-thread sont très importantes…pour certains types d’applications mais pas toutes comme le prouve l’utilisation de la très faible Rpi.

    @toto, la conso élec (alim + refroidissement) est très importante dans le budget de fonctionnement de serveurs.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *