OK Google, bientôt vous causerez aussi à votre Chromebook

OK Google vous connaissez ? Cette fonctionnalité que l’on retrouve dans certains smartphones Android et les lunettes de la marque et qui permet de poser des questions directement à la machine à la manière de Siri sur les produits Apple. Et bien OK Google va débarquer sur Chromebook et vous pourrez causer, à distance, avec votre PC.

Résumé : Les fonctionnalités de pilotage à la voix OK Google vont débarquer sur Chromebook: elles permettront d’effectuer des tâches sans avoir à toucher son PC. Une avancée utile pour certaines tâches mais aussi une solution évidemment intéressante pour certains handicaps.

Chromebook Pixel

Les avancées techniques de la compréhension vocale de Google vont débarquer sous ChromeOS, le système d’exploitation des Chromebooks. Cette fonction est déjà présente pour les développeurs Chrome qui peuvent débloquer cette fonction directement sur leurs machines et mettre en place le système OK Google.

L’idée est de vous laisser piloter des fonctionnalités de votre machine avec la voix : Les recherches sur le moteur de la marque peuvent se faire depuis longtemps de cette manière via son navigateur Chrome. Mais ici plus besoin de cliquer au préalable sur le petit bouton en forme de micro pour se faire, il suffit de prendre le contrôle de l’appareil à votre écoute avec ce mot clé « OK Google »

Vous pourrez alors piloter votre machine avec la voix et, si les développements le permettent, avoir la possibilité de lancer des applications, appeler quelqu’un en vidéo conférence ou exécuter des tâches simples comme couper le son ou augmenter la luminosité de l’écran.

A noter que selon le Google Evangelist François Beaufort, le système fonctionne même en mode déconnecté, même si, dans ce cas, on se demande à quoi pourrait servir une recherche sur Google. A terme, il sera possible de construire des phrases du genre « OK Google, ouvre la page Minimachines » ou « OK Google, ouvre Gmail ». Peut être qu’il sera possible, un jour, d’activer le Wifi à distance à la voix. Apprêtez vous donc à voir des gens causer à leur portable un peu partout, histoire de lui dire de se taire ou de lancer une recherche.

J’imagine bien quelqu’un se lever et commencer sa journée en disant à son Chromebook de se connecter, de lui lire les intitulés de ses emails puis de lancer son agenda pendant qu’il prépare son petit-déj. Ça va alimenter la vie de couple, ça encore…

Source : Chrome Story via Liliputing

11 commentaires sur ce sujet.
  • 21 novembre 2013 - 10 h 58 min

    « J’imagine bien quelqu’un se lever et commencer sa journée en disant à son Chromebook de se connecter, de lui lire les intitulés de ses emails puis de lancer son agenda pendant qu’il prépare son petit-déj. Ça va alimenter la vie de couple ça encore. »

    J’spère bien que ta femme ne fait pas QUE te lire à haute voix les bêtisses que l’on poste ici!!! :-)

    Sinon, ce sera une belle avancée, surtout comme tu dis pour certains handicaps (j’ai des amis aveugles et tétraplégiques). Et la version « non connectée » peut servir tout simplement à piloter ses applis locales (et oui, elles existent encore:).

    Have a nice day!

    Répondre
  • 21 novembre 2013 - 11 h 08 min

    les commandes vocal sont un gadget et ça le restera, imagine un mec dire ok google au milieu de 5 chromebook dans un bureau, un train …

    Tout le monde panique !

    ca n’est utile que pour les handicapés, et c’est déja très bien

    Répondre
  • 21 novembre 2013 - 11 h 40 min

    @Karenax
    Pas tout à fait d’accord avec toi… Sur mon S3, j’utilise souvent l’appli S-voice (en attendant que que google voice puisse être utilisé avec les applis natives.)
    Par exemple pour coller un rdv dans l’agenda, ça prends deux secondes en vocal, pour dicter un sms, pour te rappeler les dates d’anniversaires qui arrivent, ça devient vraiment très naturel quand on a l’habitude. Et la reconnaissance est assez phénoménale…
    Et franchement, ne serait-ce que pour l’agenda, c’est génial « Nouveau rendez-vous le 22 décembre avec XXX à 14h » comparé au temps pris à pianoter tout ça ;)

    Répondre
  • 21 novembre 2013 - 12 h 26 min

    Fitter, happier ….

    OK Computer !

    Répondre
  • 21 novembre 2013 - 17 h 18 min

    Si t’a rien à te reprocher ça te gène en quoi qu’en cas de besoin la police puisse savoir ou t’es…..
    Ils vont pas dire tiens aujourd’hui on va voir ce que fait zotac toute la journée….
    Mais ce sera plus mince zotac a disparu ou peut il être…
    Voir que le mauvais côté des choses est bien français

    Répondre
  • 21 novembre 2013 - 17 h 42 min

    @Zotac:
    Courage, Ubuntu phone et d’autres système opensource se perfectionnent… On pourra mettre le nez dans euh… quelques millions de lignes de code imbuvable :p

    Répondre
  • uko
    21 novembre 2013 - 19 h 31 min

    @neibaf:
    En l’occurrence il ne s’agit plus du tout de voir le mauvais côté des choses, mais de libertés fondamentales.
    Au premier abord et dans un monde idyllique, certes: Augmenter le pouvoir des autorités semble être une bonne chose.

    En revanche:
    – Est-on obligés d’avoir une confiance complète dans le gouvernement ?
    – Es-t-on certains d’avoir la même confiance dans le gouvernement de demain, qui aura accès à tous les outils déjà mis en place par les précédents ?
    – Est-ce qu’il te semble sain que des entreprises privées aient accès à des bases de données complètes sur la grande majorité de la population mondiale ?

    Prenons un petit scénario:
    Demain, les US décident qu’il est finalement plus intéressant pour eux de faire défaut que de continuer de maintenir l’économie à flot artificiellement par l’impression monétaire. L’économie mondiale s’effondre dans la foulée, les banques font faillite (et ruinent les épargnants), les états aussi (et ruinent les retraités), le chômage explose, les impôts aussi, les manifestations violentes se multiplient, les votes se tournent vers les partis extrémistes, l’un d’eux arrive au pouvoir, la situation continue de se dégrader, le pouvoir décide d’avoir recours à l’armée pour calmer les émeutes toujours plus violentes, les opposants s’offusquent, le pouvoir à recours à des moyens toujours plus répressifs au détriment des libertés individuelles, l’État devient une dictature (plus ou moins assumée), les opposants sont traqués puis emprisonnés, les partisans de l’opposition aussi et pourquoi pas leurs proches.
    Et les outils disponibles permettent grâce à quelques années de constitution d’une base de donnée gigantesque de:
    – déterminer les profils de dissidents potentiels (analyses des logs de tous ses mails, SMS, appels, historiques de recherche, etc.)
    – Connaître toutes les habitudes, goûts, faiblesses des opposants. (Tiens, le rebel DSK a un petit faible pour les femmes ? Une inculpation pour viol devrait passer aux yeux de l’opinion publique)
    – Connaître tous leurs liens, les numéros de téléphones et adresses de tous leurs contacts
    – Connaître tous les endroits où s’est rendue physiquement la personne ces dernières années, et auxquels elle a pu s’intéresser lors de recherches sur internet.

    Certes cette situation semble actuellement peu probable, mais possible au vu de l’Histoire. Et si j’ai pris un exemple extrême, mais imagine ce qu’un politicien peu scrupuleux peut faire avec de telles informations sur ses adversaires par exemple.
    Ou encore, imagine qu’il y a à peine 70 ans, l’Allemagne ait disposé d’une telle base de donnée.

    Répondre
  • 21 novembre 2013 - 20 h 40 min

    @Zotac: J’ai lu il n’y a pas longtemps que certains fabricant de puces n’étaient pas clair non plus. A priori (j’ai pas vérifié…) La NSA pourrait même détecter des portables éteints… Et c’est pas impossible techniquement. Pire, imaginons quelques capacités bien placées… Même sans batterie… Humpf…
    Oui, vu que les sources du noyau sont GPL, on peut recompiler comme on veut (et même recompiler le compilateur pour plus de sûreté :p)
    Tu sais quoi Zotac, je vais me trouver une grotte aussi !

    @neibaf :là n’est pas la question… Personnellement, ça me dérange -même si je ne fais rien- qu’une institution puisse s’autoriser à venir dépiauter ma vie privée numérique… C’est pour ça que pour tous mes travaux perso j’utilise un GNU/linux dépouillé au possible, je signe et crypte mes mails (enfin… pas assez malheureusement…)
    Bref, la liberté est bien bafouée et Orwell avait vu juste :/

    @Uko: tout-à-fait d’accord avec toi. Et le jour où les US couperont le robinet du GPS on va voir que nous sommes beaucoup trop dépendants des nouvelles technologies copyrightées. (Bon, y’a plus de chance que les russes nous interdisent Glonass que les US le GPS hein :p)

    Répondre
  • 24 novembre 2013 - 19 h 49 min

    Waoh! Du calme les gars… Pour revenir au sujet, la fonction « OK Google » ne s’active que lorsqu’on lance l’App Launcher. Donc le chromebook n’écoute pas en permanence. Et même s’il le faisait comme sur le Moto X, il reste possible de désactiver cette fonction. Et même si un jour la France tombe sous la main d’un régime totalitaire, on éteindra nos smartphones, XBox et chromebooks avant d’aller couper la tête aux dictateurs. Alors, arrêtons de ressortir constamment le dossier NSA et gardons précieusement nos vieux téléphones dans nos tiroirs, juste au cas où. Oups! En fait non, ça sert à rien, puisque le gouvernement nous écoutait déjà quand in était sur un Nokia 3310.

    Répondre
  • uko
    24 novembre 2013 - 23 h 51 min

    @Yvan:
    « Et même si un jour la France tombe sous la main d’un régime totalitaire, on éteindra nos smartphones, XBox et chromebooks avant d’aller couper la tête aux dictateurs. »
    C’est là que tu te trompes. Si pendant les 20 prochaines années on laisse les entités privées et les gouvernements placer des appareils espions absolument partout et se construire une base de donnée complète sur tout le monde, il ne suffira pas de couper son smartphone pour redevenir invisible.

    D’une part, couper son smartphone n’est déjà pas suffisant: Non seulement le GPS et le micro restent activables à distance même si l’appareil est déchargé, mais en plus le nombre d’appareils « espions » ne cessent d’augmenter. Si ce n’est pas ton smartphone qui te traque, ça sera tes moyens de paiement (les états travaillent activement à se débarrasser des monnaies papier au profit du numérique), les caméras de surveillance dans la rue, la puce « médicale » implantée dans ton poignet…

    D’autre part, une fois qu’un profil complet sur toi est établi, il est déjà trop tard. Que peux-tu faire contre un adversaire qui connaît tous les lieux que tu as visité, tous les individus avec lesquels tu as déjà été en contact, tous les sites internet sur sur lesquels tu as surfé, tous les pseudos et mots de passe que tu as utilisé, qui a tes empreintes digitales et vocale… qui connaît tes goûts, qui en cherchant un peu peut ressortir de vieux dossiers sur des conneries de jeunesse, voire les fabriquer de toutes pièces.

    Ce que de nombreux écrivains redoutaient avec l’apparition des technologies de l’information est en train de se mettre en place, et dépasse de loin tout ce qu’ils avaient pu imaginer. Je ne dis pas que ça deviendra un problème pour nous individuellement un jour. Par contre, je suis convaincu que c’est plus que dangereux au niveau de la société. De tous temps, les plus puissants ont mis en œuvre ce qui était en leur pouvoir pour asservir les plus faibles et de nos jours, les moyens à leur disposition deviennent infiniment pernicieux. La méfiance me semble de mise.

    Répondre
  • 21 novembre 2014 - 13 h 39 min

    […] sur ChromeOS mais également à la mise en place d’une détection d’orientation, de la reconnaissance de la voix et qu’un clavier virtuel existe et que ChromeOS sait reconnaître une écriture manuscrite. […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *