Odroid-HC1 : Une carte sous Exynos 5422 pour monter un Cloud maison

Hardkernel propose une nouvelle carte intéressante dans sa large gamme de produits existants. La Odroid-HC1 pour Home Cloud One est une solution totalement pensée pour accueillir un stockage 2.5″ et le connecter au réseau. Construite autour d’un SoC Exynos 5422, elle offre la possibilité de monter une solution Linux.

Odroid-HC1

La Odroid-HC1 d’Hardkernel n’est pas livrée dans un format habituel, la petite carte est en effet intégrée à un châssis en aluminium qui peut recevoir un stockage 2.5 pouces. L’idée est de monter une structure autonome facilement et rapidement. On colle un SSD ou un disque mécanique, on allume et il ne reste plus qu’a installer un système Linux adapté pour faire de ce petite objet votre propre serveur Cloud personnel. Etant donné le tarif de la Odroid-HC1, 49$, cela donne une solution adaptable sur mesures logiciellement à un tarif très abordable.

La carte est basée sur le même design que la ODROID-XU4 mais elle a été débarrassée de tout ce qui était nécessaire à un usage classique : Les ports HDMI, le hub USB 3.0 et autres boutons disparaissent. A bord, on retrouve par contre les mêmes fondamentaux : Un SoC Samsung Exynos 5422 comprenant quatre coeurs ARM Cortex-A15 cadencés à 2.0GHz et quatre Cortex-A7 à  1.4 GHz. Une puce qui embarque un circuit graphique Mali-T628 MP6. La mémoire vive est de 2 Go de DDR3L et le stockage est composé d’un lecteur de cartes MicroSD et d’un contrôleur JMicron JMS578 qui transforme un USB 3.0 en SATA 3.0.

Odroid-HC1

Un port Ethernet gigabit emploie également un port USB 3.0 pour communiquer et un port USB 2.0 est également présent. L’alimentation se fait en 5V via une prise Jack et une solution permettant d’ajouter une batterie externe a également été montée sur l’engin en cas de coupure de courant, par exemple. L’ensemble mesure : 14,7 cm de long pour 8,5 cm de large et  2,9 cm d’épaisseur.

Odroid-HC1

L’exploitation de l’Exynos 5422 sur la Odroid-HC1 est donc excellent puisque le SoC dispose de deux USB 3.0 utilement employés et d’un USB 2.0 disponible. Le châssis supportera des solutions 2.5″ mesurant 1.5 cm d’épaisseur ou moins et sert également de dissipateur à la puce de Samsung. Bref tout cela cohabite parfaitement et, encore mieux, permet de réaliser une solution plus complexe en montant les châssis les uns sur les autres.

Odroid-HC1

Chaque support en aluminium est en effet conçu pour servir de base à un second support de la même taille. Ils peuvent ainsi s’empiler facilement.

Odroid-HC1

Hardkernel a également testé de nombreuses solutions en terme de stockage, ce qui n’a pas posé de problèmes à la solution. La marque garantit la production de cette solution jusqu’en 2020, de quoi voir venir et s’asseoir sur cette solution pour construire une distribution Linux basée par exemple sur un Ubuntu 16.04 adapté à un usage Cloud personnel. La puce Exynos acceptant des noyaux 4.9 LTS, il y a également une belle durée de vie d’un point de vue logiciel.

Odroid-HC1

Pour finir, Hardkernel propose une version plus orientée serveur avec des modules différents toujours basés sur la même puce : Les Odroid-MC1 sont des empilement de 4 cartes sous la forme d’un mini cluster, mais sans les options de stockage.

Odroid-HC1

Le MC1 désigne un “My Cluster” qui intéressera d’autres usages. Les quatre cartes sont ainsi conçues pour être associées à d’autres et empilées encore et encore. Chaque bloc de quatre cartes est refroidi par un ventilateur alimenté directement en USB.  Vendu 200$, chaque rack pourra faire fonctionner des solutions plus élaborées. HardKernel évoque Docker Swarm pour piloter le tout.

Odroid-HC1

Cette image montre un Cluster comportant 200 ODroid-MC1 soit en tout 1600 cœurs d’Exynos en parallèle associés à un stockage de 400 Go. Il ne s’agit plus de solutions destinées à des particuliers, le bruit et la consommation devenant ici un poil trop élevés pour une intégration “familiale”.

Pour plus d’infos : Hardkernel.

Merci à bazooka07 pour l’info !

30 commentaires sur ce sujet.
  • 19 septembre 2017 - 19 h 32 min

    Ah, si seulement on pouvait obtenir facilement ces petites cartes au prix annoncé ! Évidemment il faut compter les coûts de distribution jusque dans notre contrée et la TVA, plus la livraison. Je ne sais pas ce qui est le plus intéressant, d’importer ou de l’acheter chez un distributeur local.

    En tout cas on se rapproche de solutions performantes pour un cloud personnel auto-hébergé :-)

    Répondre
  • fpp
    19 septembre 2017 - 19 h 33 min

    Ah ça me tente bien ça, bien que j’aie déjà une vieille Cubietruck toujours vaillante (qui gère aussi un port SATA).
    Mais j’apprécie beaucoup “l’esprit ODROID”, cette équipe semble d’une part très sympa, et fait aussi preuve de beaucoup d’imagination pour ses produits et leurs usages, comme ici.
    Il y a quelques années j’avais travaillé avec une Odroid W, clone fonctionnel de la Raspberry Pi V1 avec le même SOC Broadcom, 100% compatible mais dans un format proche de l’actuelle Pi Zero, qui s’en est peut-être inspirée ?
    Hélas ça n’a pas duré, Broadcom leur ayant coupé les vivres (pourquoi ? :-).
    En tout cas, tout ce que j’avais maquetté sur une raspi A marchait au moins aussi bien sur la Odroid W…

    Répondre
  • fpp
    19 septembre 2017 - 19 h 47 min

    @husimo: je ne sais pas ce qu’il en est maintenant, mais à l’époque j’avais commandé l’Odroid W (puis une seconde, et quelques accessoires) directement sur leur site. Le port était dans les 9€. Sans problème, faut juste pas être pressé :-)

    Répondre
  • 19 septembre 2017 - 19 h 48 min

    @husimo: bon je m’auto répond : j’ai commandé chez le revendeur diigiit qui distribue en France, 97€ avec l’Odroid et une alimentation (TVA+Port inclus).
    J’ai regardé directement chez Odroid et j’étais à 72,50$ (donc 17$ de livraison). Mais il me semble qu’ils utilisent un transporteur qui risque de facturer la TVA + des frais. Donc j’ai préféré la tranquilité :-)
    Hate de tester la solution avec un disque 2.5″ de récupération ! :-D

    Répondre
  • fpp
    19 septembre 2017 - 20 h 26 min

    En effet, ça semble avoir changé depuis :
    “International orders are shipped via UPS, Fedex, DHL or EMS”
    Que des bandits… mais au moins ils sont tranquilles :-)

    Répondre
  • 19 septembre 2017 - 21 h 58 min

    Bien mais toujours pas de support natif du sata ?

    Répondre
  • 19 septembre 2017 - 22 h 16 min

    @eeegr: Pas dispo sur l’Exynos (je doute que ce soit la priorité de samsung sur ARM)

    Répondre
  • 19 septembre 2017 - 22 h 18 min

    Bonsoir, peux-t-on se baser sur une telle solution pour un nas ?

    Répondre
  • 19 septembre 2017 - 22 h 35 min

    @David: En théorie oui, en pratique il faut assurer pas mal niveau code. La différence entre un NAS syno et cette solution mis à part le fait que le packaging est très différent et à l’avantage du Syno vient du fait que leurs ingénieurs ont prémâché le travail logiciel en proposant une suite logicielle haut de gamme simplifiant tout les besoins nécessaires à un usage de NAS.

    Répondre
  • 20 septembre 2017 - 0 h 25 min

    Super intéressant. La femme dans la vidéo utilise Open Media Vault, un logiciel Linux libre pour les NAS, et ça marche plutôt bien. J’aimerais vraiment pouvoir installer Nextcloud sur Open Media Vault, et abec cette carte gérant le Gigabit, on serait au top.

    Répondre
  • 20 septembre 2017 - 9 h 07 min

    Est ce que si l’on “stack” 2 ODROID-HC1, on peut les faire fonctionner comme l’équivalent d’un RAID 1 ?

    Répondre
  • 20 septembre 2017 - 10 h 24 min

    @David @Pierre Lecourt: Je pense que non, j’ai bien vu cette possibilité, mais il y a une très grosse limite : un seul port SATA = un seul HDD. Or pour un NAS, minimum du RAID1 est nécessaire pour la sécurité du stockage.

    Après, question fonctionnalité, NextCloud fait très, très bien l’affaire (faut juste activer SAMBA et les services d’indexation du contenu ajouté via SMB/CIFS, offre appli Android, Windows et autre packages complémentaires) ou encore OpenMediaVault.

    Répondre
  • ted
    20 septembre 2017 - 10 h 28 min

    @jean oui avec des logiciels de type drbd, glusterFS etc pour faire du raid logiciel sur réseau

    Répondre
  • ted
    20 septembre 2017 - 10 h 31 min

    Il y a des NAS avec un seul disque. Faut bien comprendre que NAS ça veut juste dire du stockage accessible par le réseau, et pas une solution blindé pour sécuriser les données (qui si elle reste sur site ne sont pas forcément sécurisées même avec un RAID 1 ou+)

    Le soucis sur ces solutions, qui n’ont rien de nouveauté, c’est le stockage de l’OS sur carte SD. A la limite sur de l’eMMC ou qqchose de plus solide (genre sata natif) ça serait plus pérenne. Ici il faut encore se coltiner le passage de l’OS en read-only. (d’ailleurs personne connait une raspbian direct en RO ? bizare que ça soit pas proposé). Car ça + les alims foireuse vendu avec, en quelques mois d’ecriture gentille, la carte SD part en sucette…

    Répondre
  • 20 septembre 2017 - 10 h 36 min
  • 20 septembre 2017 - 10 h 46 min

    @ted: Il est tout a fait possible d’installer le système sur un disque dur en USB2 sur un Raspberry3, la carte SD n’est absolument plus nécessaire…. Et heureusement (tant pour son usure super rapide que pour la réactivité du système) !

    Tout de même, la définition d’un NAS :
    Le NAS augmente la sécurité des données présentes par :

    le système RAID (Redundant Array of Independent (ou Inexpensive) Disks) autorisant la défaillance d’un disque sans perte de données ;
    la possibilité de remplacer à chaud, c’est-à-dire sans arrêter le système, un disque défaillant par un disque vierge et la « repopulation » automatique de celui-ci par une copie conforme des données du disque perdu en quelques heures1 ;
    la facilitation d’un système de sauvegarde centralisé.
    L’accès aux données est généralement protégé par l’utilisation d’un mot de passe, les possibilités de chiffrement des données sur les disques et à travers le réseau sont peu courantes. Certains NAS permettent de définir plusieurs utilisateurs avec des droits d’accès différents. Certains ont le droit d’écriture et de lecture, d’autres n’ont que le droit de lecture.

    Répondre
  • rol
    20 septembre 2017 - 11 h 07 min
  • 20 septembre 2017 - 11 h 31 min

    @Grrr: Oui mais rien ne t’empêche de stacker plusieurs cartes pour faire un RAID non ?

    Répondre
  • 20 septembre 2017 - 11 h 57 min
  • 20 septembre 2017 - 13 h 03 min

    @Pierre Lecourt: Hello ! pour ce genre de solution pour un NAS, il y a des choses maintenant qui sont relativement facile à installer et à administrer. Je pense à Yunohost. C’est clair que si on ne veut absolument pas toucher à une ligne de code, un Nas Syno sera toujours plus simple. Mais je pense qu’il n’y a plus besoin d’être une bête de code pour monter son NAS. Un des avantages des ces petites cartes grand public c’est qu’elles ont amélioré la transmission du savoir avec des tutos plus accessibles pour le profane.

    Répondre
  • 20 septembre 2017 - 13 h 48 min

    @Pierre Lecourt:

    Bonjour, Il existe la distribution OpenMediaVault, basée sur debian qui supporte les produits Odroid. Je m’en sers moi même sur un petit Gygabyte Brix avec 7 HDD branchés en USB. Rien à envier à un NAS synology…

    Répondre
  • 20 septembre 2017 - 15 h 33 min

    @donalfonso: Bonjour, tu peux me donner exactement ce qu’il y a dans ta solution ?

    Répondre
  • fpp
    20 septembre 2017 - 17 h 36 min

    @David: curieux moi aussi, notamment sur la sécurisation des données : RAID4 avec un (ou deux) disques de parité et 6 (ou 5) disques de données ? Ou sauvegarde externe ? Ou autre ?

    Répondre
  • 22 septembre 2017 - 15 h 09 min

    @ted @jean ou avec des solutions plus “haut” (dans les couches osi) comme minio .

    Répondre
  • 22 septembre 2017 - 19 h 01 min

    @Pierre Lecourt : Y a que moi qui vois une piratebox gros data si on utilise le port USB pour une clef Wifi ?

    Répondre
  • 22 septembre 2017 - 19 h 31 min

    Je n’y ai pas pensé mais…. EFFECTIVEMENT §

    Répondre
  • 22 septembre 2017 - 19 h 42 min

    @Pierre Lecourt: I faut vraiment que je trouve le temps de me remettre dans les Piratebox…

    Répondre
  • 25 septembre 2017 - 15 h 21 min

    @fpp:

    En quoi le raid est lié à la sécurisation des données ? Si on se fout de la disponibilité du service, le raid ne sert à rien. Si un disque crash, on remonte un backup selon la politique que l’on a mis en place et c’est tout.

    Bon après 7 hdd sur le même contrôleur… il ne faut pas trop de sollicitation sous peine de voir s’écrouler les performances!!!

    Répondre
  • 25 septembre 2017 - 15 h 40 min

    @origami: heu, bien sûr, le RAID est lié à la fiabilité des données, c’est le principe même de redondance du stockage (autre que RAID0). fiabilité du support et redondance sont complémentaires au backup. L’un sert à réduire l’aléa du matériel, l’autre, l’aléa de l’utilisation.

    Si tu te fous de la disponibilité de service, clairement, t’as pas besoin d’un NAS, et tes données sont juste de l’archivage…Parce que le temps de remonter un backup juste pour un crash disque … :-S

    Répondre
  • 25 septembre 2017 - 16 h 24 min

    @Grrr:

    On est bien d’accord, sur le fond mais c’est sur l’emploi du vocabulaire que je tique.
    Le raid n’assure que de la disponibilité sur ta donnée et pas plus. Je joue juste le rôle du chieur pour rappeler indirectement que le raid ne t’assure pas contre un aléa logiciel ou hardware et qu’il faut faire des backup et que la carte de hardkernel peut tout à fait faire un bon nas même si l’on y branche qu’un seul disque.

    “Parce que le temps de remonter un backup juste pour un crash disque … :-S”
    Bof le temps que tu reconstruise ta grappe raid, que tu implores les dieux pour qu’un 2eme disque ne lâche pas pdt la reconstruction et que tu évites de solliciter les disques en +, je remonterais mes données depuis une seconde machine depuis le réseau.
    Pour un usage familial le raid ne ce justifie pas forcément. En entreprise c’est effectivement différent

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *