Nvidia abandonne le marché des smartphones entrée de gamme

Nvidia abandonne le marché des smartphones entrée de gamme

Coup de frein brutal ou souplesse industrielle, c’est selon. Si le PDG de Nvidia semble garder le sourire en annonçant la fin de l’intérêt de la marque pour des processeurs Tegra à destination des smartphones entrée de gamme, c’est un choix qui aura coûté cher pour des résultats plus que médiocres.

MAJ et Erratum : Suite à un communiqué de Nvidia, la stratégie évoquée ici n’est pas tout à fait exacte. Nvidia n’abandonne pas le marché des smartphones en entier, mais celui des appareils entrée de gamme sur lequel il avait planché à la sortie du Tegra 4i. Les appareils haut de gamme de petite diagonale sont toujours dans son viseur.

Si on fait un léger historique du marché haut de gamme ARM et surtout de la tentative d’intrusion des Tegra de Nvidia dans le marché de la téléphonie, on ne peut pas dire que l’histoire soit très positive pour la marque. Peu de modèles équipés, un marché qui boude les solutions signées Nvidia pour ses smartphones et pas d’évolutions en perspective.

Mai 2011, il y a 3 ans quasi jour pour jour, Qualcomm rachète Atheros pour 3.1 milliards de dollars. But du jeu pour la marque ? Intégrer les équipes d’Atheros, spécialistes de la conception de chipsets de communication, au sein de leurs propres équipes. A terme, Qualcomm vise un SoC intégrant à la fois la partie ARM mais également le chipset Wifi/Bluetooth,3G/4G. Un coup d’avance bien senti par rapport à beaucoup de concurrents, car si la facture est salée, elle permet à Qualcomm d’envisager de proposer des solutions tout-en-un capable de réunir l’ensemble des éléments difficiles à intégrer pour un fabricant.

icera nvidia

Toujours en Mai 2011, Nvidia fait le même pari en rachetant Icera pour 367 millions de dollars. La marque veut proposer la même chose que son rival Qualcomm et rachète donc un fabricant de puces 3G et 4G pour intégrer ces solutions dans ce qui deviendra les Tegra 3+ ou le Tegra 4i. Là encore, rendre la tâche d’intégration plus simple pour les fabricants est l’objectif annoncé : Une seule puce qui fasse l’ensemble des fonctions de base d’un smartphone et sur laquelle on connectera les divers éléments constituant l’engin.

Nvidia Tegra 2

Mais très rapidement on s’est aperçu que Nvidia avait du mal à trouver sa place sur ce segment de marché : La marque retrouvée coincée entre un Qualcomm qui occupait tout l’espace haut de gamme des fabricants de smartphones et d’autres acteurs moins performants peut être mais bien moins chers comme Mediatek, capables eux aussi de proposer des puces avec modem intégré. La marge de manœuvre s’est ainsi étriquée petit à petit jusqu’à devenir intenable.

Dans une interview accordée à CNET, le PDG de Nvidia raccroche donc les gants et fait part de la décision de ne plus commercialiser de puces pour smartphones à l’avenir. Jen-Hsun Huang indique que les smartphones entrée de gamme ne sont donc plus au coeur de la stratégie de Nvidia. La marque préférant s’intéresser à d’autres machines où ses puces et leurs performances s’illustreront mieux.

Nvidia pense ici aux consoles de jeux Android que l’on voit fleurir un peu partout avec en ligne de mire les services de streaming qui y sont associés, aux voitures puisque le Tegra a été validé au sein de plusieurs marques de véhicules (Tesla, Audi, Lamborghini), aux smartphones haut de gamme bbénéficiant des services des puces Tegra et bien entendu aux tablettes.

Tegra 4

Cela ne veut pas dire que les modèles de Tegra avec 3G/4G intégrés vont disparaître, simplement qu’au lieu de se focaliser sur un marché de smartphone ultra concurrentiel, Nvidia visera plus probablement des engins où les performances graphiques seront plus importantes. Le marché de la phablette pourrait s’y intéresser tout comme celui de l’automobile.

Ce changement de discours est assez logique au final, l’intérêt du Tegra sur un petit terminal équipé d’une dalle classique n’est pas évident et l’industrie ne s’y est pas trompée. Lire un film ou jouer à un titre en 3D sur un engin de moins de 5 pouces n’affichant pas en HD n’est pas forcément ce qu’attendent les clients. Sur de plus grandes diagonales la donne peut changer. Ces processeurs étant assez gourmands en énergie, les petits smartphones ont également tendance a pâtir de la consommation d’un jeu 3D en haute définition, la batterie que peut embarquer un engin de 7 pouces ou plus de diagonale est également plus importante.

Nvidia Tegra K1

C’est aussi un mouvement assez logique si l’on considère le calendrier futur de la marque, avec l’arrivée des Tegra K1 de première et seconde génération, il est difficile d’imaginer Nvidia continuer a viser le marché des smartphones. En attaquant frontalement des produits haut de gamme à destination ludique et multimédia, le Tegra peut se positionner clairement dans l’idée de la performance. Jouer des coudes sur un marché moins concurrentiel que celui des smartphones. Une tendance qui s’accélérera encore avec la génération suivante de processeurs de la marque.

Nvidia Tegra 4

Jen-Hsun Huang explique les difficultés qu’éprouve Qualcomm face à un Mediatek aujourd’hui sur l’entrée de gamme, les 2 entreprises sont face à face sur un segment ultra concurrentiel et bien souvent seul le prix de la puce détermine le choix du fabricant. Il connait bien ce problème puisqu’il en est exactement la victime avec son retrait de ce marché.

Cet abandon est clairement un échec pour Nvidia et son PDG ne le cache d’ailleurs pas. Outre le rachat d’Icera, il a fallu intégrer ces technologies aux puces et développer des éléments importants, le Tegra 4 a même été repoussé pour sortir en même temps que le Tegra 4i. Le marché entrée de gamme aurait permis à Nvidia d’accélérer l’amortissement de ces coûts en jouant sur le volume. Nvidia visera donc un marché plus concentré qui générera moins de ventes mais également moins encombré par la concurrence.

14 commentaires sur ce sujet.
  • 26 mai 2014 - 13 h 25 min

    Le retard de leur puces n’a surement pas aider a leur implantation non plus.

    D’ailleurs, je suis à la recherche d’un tablette actuellement, et les modèles Tegra 4 sont plutot accessibles mais je ne trouve nulle pars de comparaison sérieuse avec le S800 de Qualcomm ou de Exynos 5 Octa

    Répondre
  • Joe
    26 mai 2014 - 13 h 44 min

    Je me suis intéressé aussi au tegra 4, les perfs sont apparemment comparables au S800 (ce dernier qui est d’ailleurs quasiment introuvable dans une tablette).

    C’est la période de renouvellement des tablettes, le tegra k1 va être surement le premier de nouvelle génération a être le plus perf pendant quelques temps/mois. Je pense m’orienter vers celui-ci, il serait l’idéal dans une prochaine nexus.

    Répondre
  • 26 mai 2014 - 13 h 49 min

    @Joe : J’ai trouver que 2 tablettes avec un S800
    – Sony Xperia Tablet Z2
    – Samsung Galaxy Tab Pro 8.4 ou + (mais seulement pour le modèles 3/4G au dessus de 8″)

    Et j’ai pas envie d’attendre un K1 dans 8 a 10mois donc j’hésite : /

    J’ai aussi lu que les perf etaient comparables mais rien qui le prouve ingame (style plusieurs jeux tester pour comparer en reel et pas sur un bench)

    Répondre
  • fab
    26 mai 2014 - 14 h 01 min

    @Joe:

    introuvable ? faut mettre le prix, certes, mais la tablet z2 de sony fait bien le job ! j’avais hésité avec la asus tf701 (tegra), mais pas longtemps…

    Répondre
  • 26 mai 2014 - 14 h 46 min

    Vu que Apple a déjà une nouvelle gamme de produits dans les cartons avec des puces ARM (iMac, MacMini, MacBook…) et que AMD prépare un lancement des puces ARM 64 bits dédiés aux machines puissantes, qui sait… Peut être que Nvidia se dit qu’il faut mieux se concentrer sur ce qu’ils font de mieux CPU/GPU et d’être prêts pour le prochain changement de paradigme d’Apple. Imaginez-vous qu’ils seront les fournisseurs officiels des puces ARM et GPU pour les futurs produits Apple? Et que Intel n’est pas au rdv!

    Même moi j’aurais fait la même chose!

    Répondre
  • 26 mai 2014 - 15 h 28 min

    Dommage pour Wiko (cf Wiko Wax). La technique semble au rendez-vous même si effectivement la concurrence de Qualcomm et Mediatek est farouche. N’oublions pas également la présence pour l’instant « indolore » d’Intel qui grappille des parts de marché dans le monde Android. Espérons pour NVIDIA qu’ils pourront se refaire sur le marché des tablettes haut de gamme avec K1. Là aussi, le marché est compétitif. Qualcomm attaque sur les tablettes (ex Sony Xperia Z2 Tablet). Samsung a toujours en réserve quelques processeurs maisons.Mediatek et Rockchip montrent également des velléités à prendre des pdm sur le moyen voir haut de gamme en terme de performance. En embuscade AMD et ses processeurs ARM/X86… bref espérons que la lutte sera profitable aux consommateurs. L’essentiel est de pouvoir proposer des technologies matures et fonctionnelles. Comme le disait une fameuse publicité pour des pneumatiques, « Sans maitrise, la puissance n’est rien »…

    Répondre
  • Joe
    26 mai 2014 - 16 h 18 min

    Mouais la sony Z2 est hors budget pour moi, de plus je ne souhaite vraiment pas de 10″.

    Mon idéal c’est 7 ou 8″ avec un bon processeur pour 250€/300 max.

    Je viens d’une nexus 7 2012 avec son tegra 3 qui tournait plutôt bien, ma femme a la nexus 7 2013 et son s600 qui tourne vraiment bien.
    Et là je suis temporairement sur un rockchip 3188 qui n’a vraiment rien dans le sac, c’est horrible même pour la navigation.

    Sur l’offre du moment je ne vois que la tegra note et la nexus 7 qui valent le coup.

    J’espère pouvoir tenir quelques mois sur la rockchip :/

    Répondre
  • 26 mai 2014 - 17 h 06 min

    Abandonner les smartphones et sortir visiblement un soft-modem « révolutionnaire »???
    Bon, s’ils font un truc correctement documenté, c’est les férus de SDR qui pourraient aimer?!

    Répondre
  • 27 mai 2014 - 7 h 01 min

    @Piratu’: Le coups du passage d’Apple en tout ARM, est une sacré rumeur…
    Si Apple devait le faire, ça serait pour tout contrôler et proposer quelque chose d’unique. En plus Apple a déjà sa solution GPU, donc c’est loin d’être gagner que Nvidia y trouve une place.

    @Pierre
    Laisser tomber les smartphones car trop concurrentiel et produit pas adapté. OK
    Mais penser que ça sera différent dans le monde des tablettes me parait bien optimiste. Avec un marché qui semble s’essouffler et le forcing d’Intel en ce moment et surement pour les prochaines années, je pense qu’Nvidia va avoir la vie dure.
    Même les consoles de jeux portable ou console à la Ouya, ça semble un peu la dèche non ?

    Faudrait surement une restructuration plus poussée que ça…

    Répondre
  • 27 mai 2014 - 10 h 59 min

    @MooMarama: non, passer sur ARM pour Apple n’est pas surprenant pour personne. C’était quand ils ont passé sur x86 pour les plus jeunes d’entre nous, mais si vous regardez dans l’histoire ils ont passe du 60502 8 bit vers Motorola 16 bit, puis sur Motorola 68K 32 bit, ensuite PowerPC et finalement Intel x86. Passer sur ARM fait du sens car tout y est! (ça veut dire que M$ a porté Office pour iPad)

    Si Apple le fera, d’autres le feront et être capable de proposer des SoC ARM capables à ce moment là est un marché à prendre et qui se prépare à l’avance!

    En attendant, pour se faire la main et couler le stock produit il font des Nvidia Shield, Ouya…

    Répondre
  • 27 mai 2014 - 11 h 20 min

    @Piratu’: [passer sur ARM pour Apple n’est pas surprenant pour personne] c’est surprenant pour au moins une personne ici ;-)
    Je connais l’histoire d’Apple, et je sais aussi qu’ils ont dans leurs cartons la techno pour faire un changement de processeur sans douleur pour l’utilisateur de word (la version iOS n’a pas grand chose à voir ici).
    Non le pb est ailleurs.
    1- se retrouver bloqué comme Apple l’a été avec le 68k, puis le PowerPC. Le passage à Intel a été salvateur (n’en déplaise aux défenseurs du PowerPC)
    2- pour un certain nombre de pro, le fait qu’un Mac a un proc Intel, a de nombreux avantages (virtualisation, boot camp, etc.). Repasser a une techno proprio les feraient probablement fuir.

    ARM dans des serveurs a du sens,
    ARM dans un ordi familiale, pourquoi pas.
    ARM dans un ordi de travail, j’ai beaucoup plus de doute, car on se coupe d’une logithèque et de la force d’Intel.

    Répondre
  • 28 mai 2014 - 13 h 47 min

    @MooMarama: perdre la logithèque s’ils quittent Intel? Mais ils ont fait ça à chaque changement et pour eux c’est tout bénef! Ils ont la possibilité de facturer leurs clients encore une fois pour la même chose. Alors, pourquoi s’en priver?

    Les « switchers » (ceux qui ont passés sur Mac pour le x86) ne représentent pas la majorité des utilisateurs Mac. Du moment que tu parles de « virtualisation » tu n’est plus un utilisateur Mac majoritaire.

    Les utilisateurs Mac s’en foutent de savoir ce qu’il y a dedans. Si le Mac est beau, consomme moins, plus d’autonomie, c’est plus fin, les mêmes applis iOS fonctionnent ils vont acheter les nouveaux modèles à base d’ARM. D’ailleurs, la logithèque iOS est plus vaste que la logithèque OS X x86 ;)

    Et comme tu le disais, si Apple produit ses propres SoC ARM il ne seront plus dépendants d’Intel comme ils étaient d’IBM avec le PowerPC! De nos jours, un iPad avec un clavier remplace confortablement un PC portable. Donc, la tendance est bien cella, il nous reste de voir quand ils vont faire ce changement, 2014? 2015?

    Répondre
  • 29 mai 2014 - 3 h 29 min

    @Piratu’:

    Il n’y pas que madame Smith qui utilise le Mac. Je suis un utilisateur Mac pro, je connais beaucoup d’utilisateur Mac pro (évidement ca ne fait pas des stats ça ;-) ), et j’en ai jamais autant vu que depuis le passage au x86.
    On utilise un Mac parce que c’est supérieur à un Win-PC. Déjà MacOS X est un super OS, sur de nombreux points supérieur à Windows, les machines sont aussi performantes, et en plus c’est potentiellement un PC, donc on ne prend aucun risque professionnel à acheter un Mac.
    Après vient le fait de l’avantage du design, de l’autonomie, du côté hype, etc.
    Si Apple passe sur du ARM, et pire iOS-ise MacOS X, ben ca sera pas forcément évident de si retrouver.

    Mais comme tu le sous-entant le monde iOS étant beaucoup plus profitable pour Apple que le monde Mac; il pourrait alors signer la mort du Mac tel qu’on le connais aujourd’hui.

    La dépendance n’est pas tant le problème. Le pb est surtout de qui tu es dépendant.
    Intel possède les meilleurs usines et les meilleurs techno de gravure et pour un bout de temps il semblerait. Si Apple c’est retrouvé dans l’impasse avec le 68k ou avec le PowerPC, c’est surtout parce que Motorola, puis IBM+Motorola n’arrivaient plus à faire évoluer leurs CPU. En repartant sur une solution propriétaire, Apple reprendrai ce risque.

    Répondre
  • 6 mai 2015 - 15 h 25 min

    […] avait déclaré la fin de l’activité des solutions mobiles chez le constructeur, avec un abandon du marché des smartphones. Aujourd’hui, sans un travail de recherche et développement autour des technologies […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *